Une Approche Biblique des Sujets d'Actualités

Actualités 2006-2009

Les pages d'Actualités : 2016 2012-2015 2010-2011 2006-2009 2005 Années antérieures à 2005

Questions d'actualités regroupées et classées par sujets

La trompette de Thekoa,

le signal de Beth-Hakkérem

(Jérémie

6:1

)

Beth-Hakkérem qui domine Thekoa était un des postes qui,
à l'aide d'un feu, signalait l'approche d'ennemis.

Cette rubrique vise à donner un éclairage qui évite les sirènes anesthésiantes, les mirages et les faux prophètes. Ne pas y chercher les idées communément admises.

Réflexions chrétiennes sur le monde actuel

Événements ou Idées

21 décembre 2009 La cour européenne des droits de l'homme condamne les croix dans les salles de classe des écoles d'Italie. C'est à l'évidence un signe de déchristianisation, qui devrait être un sujet de honte pour ses promoteurs : quel triste droit de l'homme, que celui de se débarrasser du mémorial de son Créateur ! Quel déclin spirituel que celui de participer à l'Europe ! Le cours du temps s'accélère vers le temps de l'antichrist, temps si terrible décrit dans l'Apocalypse. La haine contre Christ n'a pas changé depuis 2000 ans.
Si l'on reste attristé de cette déchristianisation évidente, on est obligé de repenser le sens des crucifix. De quoi étaient-ils le signe ? Pour l'apôtre Paul, il y a un scandale de la croix, celui de Dieu devenu chair pour sauver l'homme, et mis à mort de manière ignominieuse par l'homme pécheur, par les efforts conjugués de toutes les autorités civiles et religieuses, c'est-à-dire par les efforts du monde. Cette mort sur la croix est la preuve de l'état foncièrement pervers de l'homme, mais aussi le rappel du moyen de salut pour la foi — signe de perdition de l'homme dans ses péchés, signe de salut pour la foi du pécheur qui regarde au Sauveur. C'est pourquoi malgré toute la valeur de la croix, sa banalisation sous forme d'ornement relève de l'effort de Satan contre Dieu pour en faire oublier le sens, pour gommer le scandale de la croix. Alors qu'en était-il de ces croix dans les classes d'école en Italie ? étaient-elles des ornements effaçant le scandale de la croix, ou un rappel approprié du péché de l'homme et de l'oeuvre rédemptrice de Christ ? Dieu le sait pour chacune de ces croix dans chaque classe. Gardons-nous d'oublier le scandale de la croix ! (Galates 2:20; 5:11; 6:14). N'ayons ni honte ni crainte d'être du côté du crucifié dans un monde qui continue à Le rejeter.
14 décembre 2009 À la conférence sur le climat de Copenhague, un archevêque mondialement connu a prononcé un discours en insistant spécialement sur cette phrase, bien martelée : « Nous n'avons qu'un monde : ce monde ». Peu avant la croix, notre Seigneur a pu dire : « Mon royaume n'est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu… » — Une fois de plus les grandes religions officielles montrent leur éloignement de Jésus Christ et de la Bible. L'apostasie de l'antichrist n'est pas encore généralisée, mais on en est bien sur la voie. Puissent ces déraillements appeler les vrais chrétiens à se resaisir, et à leur rappeler que le vrai christianisme a un caractère céleste, et que le vrai chrétien est citoyen du ciel (Philippiens 3:18-20). — L'Apocalypse (13:6-7) annonce l'inimitié acharnée de « ceux qui habitent sur la terre » contre « ceux qui habitent dans le ciel ».
8 décembre 2009 Jérusalem encore et encore. Nous avons déjà plusieurs fois rappelé ici les paroles du prophète Zacharie : « Je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples ; tous ceux qui s'en chargeront s'y meurtriront certainement ». Et l'on est continuellement obligés de répéter cette même prophétie qui garde sa force plus que jamais, et que les hommes continuent à ignorer imperturbablement. Suite à une proposition suédoise à l'Europe, on voit dans l'un des grands journaux quotidiens une page entière consacrée à Jérusalem, et aux constructions de maisons, quartier par quartier, et presque groupe d'immeubles par groupe d'immeubles. Les problèmes sont sérieux, graves même, et pas ridicules du tout. Ce qui est ridicule, c'est que l'homme ignore ce que Dieu a dit sur Jérusalem.
Sommet de Copenhague sur le climat : on nous promet une évolution catastrophique de la planète si l'homme n'intervient pas. Bien sûr il intervient par sa sagesse, avec toute sa sagesse, mais seulement sa sagesse. C'est cette même sagesse qui amène l'homme à élaborer la théorie de l'évolution, et à en conclure qu'à partir de rien, tout se fait tout seul… un monde aussi complexe et élaboré que celui que nous connaissons ! Puis cette même sagesse de l'homme explique maintenant que tout va se détraquer et que l'évolution va vers l'effondrement. Cette contradiction évidente des théories bâties par la sagesse humaine, ne suffit pas à faire remettre en cause les théories précédentes : pourquoi ? Parce qu'ON NE VEUT PAS les remettre en cause, car elles ne servent qu'à un seul but : mettre Dieu de coté. Mais une fois qu'on L'a mis de coté, on ne peut plus faire appel à Lui pour savoir ce qui va arriver à la planète — alors que Dieu en parle très clairement. Par contre on a encore confiance dans la sagesse de l'homme pour résoudre ces problèmes de climat, alors qu'elle est en pleine contradiction. C'est ça le drame. Quelle leçon tirer de tout ça ? Simplement 1 Corinthiens 1 v. 19 : « Car il est écrit : « Je détruirai la sagesse des sages et j'annulerai l'intelligence des intelligents ».
25 novembre 2009

Une députée fait une proposition de loi pour supprimer la fessée. Une fois de plus on s'oriente à l'opposé de ce qu'enseigne la Parole de Dieu (Prov. 22:15; 19:18). La sagesse des hommes est toujours folie pour Dieu. Les conséquences ne manqueront pas d'apparaitre en leur temps. Elles apparaissent déjà par suite de la dégradation de la discipline (augmentation de la violence, des incivilités, de l'irrespect, etc. - Jude 8)
Nomination d'un président de l'Europe. La désignation d'un président a eu lieu comme conséquence du traité de Lisbonne. Dans un premier temps il n'y a pas beaucoup de conséquences. Mais c'est un pas de plus vers la mise en place de l'Europe au chef énergique, adulé par les foules, annoncée par l'Apocalypse (13 et 17) et Daniel 7. Toutefois cette Europe-là sera antichrétienne, et son chef sera soutenu par l'Antichrist ; l'Écriture appelle cela « la bête ». La situation dépeinte en Apocalypse et 2 Thes. 2 n'est pas encore mûrie, car on s'attend à une Europe restreinte à 10 pays et probablement centrée à Rome.

25 août 2009 Jusqu’à présent on trouvait des articles à sensation affirmant posséder des informations solides selon lesquelles des organisations plus ou moins secrètes complotent pour mettre en place un GOUVERNEMENT MONDIAL. On y croyait ou on n’y croyait pas. Or voilà que maintenant des « personnes autorisées » de tous bords se mettent ouvertement à plaider en faveur d’un tel gouvernement mondial, et non des moindres puisque le pape lui-même réclame cela en urgence. Voir l'article complet [19 Ko] qui s'appuie sur une analyse de l'encyclique papale du 29 Juin 2009 [51 Ko] et sur un rappel du conflit spirituel [17 Ko] dans lequel le chrétien se trouve impliqué. Il est montré que ce gouvernement mondial correspond à la domination de l'antichrist.
29 juin 2009 Luc 9:37 et Rom. 11:22. La fin d'une dispensation : quand l'homme est incapable de croire et de faire appel à la puissance de Christ. JND sur Luc 9:37
Mort d'un grand chanteur
Vaut-il la peine de semer la Parole de Dieu ?
22 juin 2009 Pandémie de grippe. Autrefois on disait épidémie. Cela correspond au mot « peste » du texte biblique d'Ézéchiel 14:21 qui mentionne les quatre jugements désastreux dont l'Éternel menaçait le pays de Son peuple et Jérusalem, les trois autres étant l'épée [= guerre civile ou non], la famine et les bêtes mauvaises. Les bêtes mauvaises peuvent être prises au sens littéral, ou bien peuvent représenter des gens qui n'ont pas de relation avec Dieu [bêtes] et agissant par pure méchanceté [1 Cor. 15:32. Terroristes, agresseurs, bandits de grands chemins ?]. En Apoc. 6:8 on retrouve ces quatre jugements, appliqués alors au « quart de la terre », sauf que la peste d'Ézéchiel y est appelée « la mort ».
Nous ne sommes pas encore au temps d'Apoc. 6, temps de jugements [ou : chatiments] providentiels de Dieu, mais nous n'en sommes probablement pas loin, et nous en voyons l'amorce. Quand la Parole parle de jugements / chatiments, elle a en vue la culpabilité du pays, de la région, de la ville, et en Ézéchiel 14 Dieu mentionne Noé, Daniel et Job comme témoins (exceptionnels et ayant vécu à des époques très différentes) de ce que la crainte de Dieu et la justice peuvent être pratiquées dans tous les temps, fussent-ils aussi sombres que ceux qui précédèrent le déluge, et qu’Il y répond par une délivrance individuelle (Éz. 14:20; comp. Prov. 11 v. 8). Ainsi personne n’est en droit d’excuser sa conduite en invoquant le milieu dans lequel il vit et les influences qu’il subit.
Aujourd'hui les hommes prennent des mesures (vaccins, mise en quarantaine, surveillances, suppressions de voyage et rencontres, etc.) et espèrent s'en sortir, sans Dieu bien sûr. Or quand Dieu fait et fera tomber Ses jugements sur la terre, on n'y échappe pas sans avoir à faire à Dieu. La famine qu'on croyait définitivement surmontée en Europe, réapparaîtra (la réduction drastique de l'agriculture vivrière européenne y aura contribué), de même que les épidémies (qu'on croyait d'un autre temps vu les progrès de la médecine). Romains 1:27 laisse entendre que les maladies d'origine sexuelle ont aussi ce caractère de « pestes ».
Un exemple frappant de délivrance individuelle comme mentionné plus haut, est celui d'Ézéchias (Ésaïe 38:2-3) tournant sa face vers la muraille et priant l'Éternel avec larmes. Paul se réjouissait plutôt à la pensée que la mort lui permettrait « d'être avec Christ » et de connaître la « communion de Ses souffrances » (Phil.1:23; 3:10-11), mais l'avenir céleste du croyant chrétien avait été révélé, et l'état moral de Paul était absolument en ordre.
11 juin 2009 En voyant les événements, on a l'impression d'une continuelle répétition (c'est ce qui fait hésiter à les commenter) :
Le « chef » de la chrétienté (du point de vue des hommes, non pas du point de vue de Dieu) va dans une mosquée, il s'y recueille et tient des propos selon lesquels musulmans et chrétiens ont à s'efforcer d'être reconnus comme adorateurs de Dieu. À un autre moment il a participé à la prière chantée en commun avec rabbins et religieux musulmans en faveur de la paix. Que dire, sinon citer l'Écriture (Matt.5:13) : « Vous êtes le sel de la terre ; si le sel a perdu sa saveur…, il n'est bon qu'à être jeté dehors et à être foulé aux pieds »
Chaque fois qu'il y a un nouveau chef d'une grande puissance mondiale, il se met à s'occuper de régler les problèmes d'Israël, de Jérusalem, de la Palestine et du moyen-orient. Zacharie 12:3 (« Jérusalem, une pierre pesante pour toutes les nations… tous ceux qui s'en chargeront s'y meurtriront certainement ») a déjà été cité ici à de multiples reprises. Ce verset continue à être superbement ignoré par tous les pouvoirs successifs
228 personnes englouties d'un coup dans l'océan avec leur avion… Mais on nous assure que « les cellules d'aide psychologiques ont été mises en place », et l'on va chercher les corps « pour que le travail de deuil puisse s'effectuer » ( !!!). Voilà les misérables accompagnements de l'homme alors que le sort éternel est méconnu : « si vous ne vous repentez, vous périrez tous pareillement » (Luc 13:3,5)
23 avril 2009 Quand nous entendons le président Iranien demander la suppression d'Israël, nous pensons à toute l'angoisse d'Israël devant l'Assyrie, le fléau qui inonde (Ésaïe 8:7-8; 28:18-20; Zach.12:2 et autres). Mais la réaction qu'on trouve en face est loin d'être celle de la foi (Psaume 124; És.28:16; Rom.9:33)
Quand nous voyons croître la violence dans les relations sociales, et traîner dans la boue les autorités de tous ordres dans le pays, nous pensons au second sceau de l'Apocalypse (ch. 6 - sans pour autant que l'accomplissement direct soit déjà là) et nous voyons ceux décrits par Jude, « qui méprisent la domination, et injurient les dignités »
Quand nous voyons nier le Créateur et la création, nous pensons à Ésaïe 29:16, quand le vase dit au potier « Il ne m'a pas fait », et que celui qui est formé dit de celui qui l'a formé : « Il n'a pas d'intelligence ». Mais un « Malheur » est prononcé sur de telles personnes (29:15).
6 avril 2009 Dans un grand magazine hebdomadaire français, nous lisons un résumé-synthèse de dialogues entre un philosophe, un historien et un cardinal. Le détail n'est pas donné et nous retenons simplement les points saillants qui sont significatifs. Le philosophe estime que la philosophie a récupéré le meilleur des valeurs chrétiennes, en laissant de coté ce qui est « trop beau pour être vrai », à savoir la résurrection et la vie après la mort. Le philosophe apprécie l'évangile selon Jean [ce qui est absurde puisque c'est justement lui qui parle de nouvelle naissance, de vie éternelle, de résurrection]. Il pense même intégrer le « salut » [mais sans dire de quoi on est sauvé] et le sacré [un sacré sans Dieu] à la philosophie, ainsi que le sens de la mort et de l'amour, du deuil et de la vieillesse. Il est persuadé que l'histoire de la philosophie est une reformulation du message chrétien. Il veut reprendre le message d'amour des évangiles, et reprendre « le divin ». Et pour tout résumer, il veut passer du Dieu-homme à l'homme-dieu.
Bibliquest ne veut pas nourrir les pensées de ses lecteurs avec « tous les vents de doctrine » qui ballottent et emportent ça et là, qui égarent et trompent (Éph. 4:14). Mais nous avons été frappé par ces discours : ils sont manifestement une ébauche ou condensé de la doctrine de l'Antichrist (2 Thes. 2:4; Jean 5:43).
Notre philosophe se met au-dessus des simples athées, en s'estimant « honnête homme » d'obédience agnostique. Évitant leur haine du christianisme, il utilise un langage soft, policé. Mais les apparences enjolivées n'échappent pas à l'affirmation de l'apôtre : « si les morts ne ressuscitent pas… votre foi est vaine. Si pour cette vie seulement, nous avons espérance, nous sommes plus malheureux que tous les hommes » (1 Cor. 15:16-19).
En d'autres temps, on aurait pu hausser les épaules devant les propos du dit philosophe, en les rangeant au niveau de sottises ou de balivernes. Mais aujourd'hui, ayant entre les mains ce que nous annonce la Parole, nous reconnaissons la doctrine de l'Antichrist. Signe des temps, signe que le Seigneur vient bientôt. L'Antichrist n'aura pas grand travail à faire pour s'imposer, la voie lui est toute préparée.
L'intelligence des hommes est grande pour élaborer des théories, mais c'est justement ce qui les rend inexcusables (Rom.1:20). C'est à juste titre que l'épître aux Colossiens met en garde contre la philosophie (qui sait très bien s'unir au religieux comme le montre le chapitre 2 de cette même épître) et exhorte à tenir ferme le chef (la tête du corps) qui est Christ.
25 mars 2009 On nous dit que des églises dites « émergentes » insistent beaucoup sur Matthieu 25:31-46 pour soutenir que les chrétiens vont être jugés par Christ avant tout sur leur rôle dans les causes humanitaires Ceci est une interprétation erronée de ce passage biblique. Celui-ci ne concerne qu'un jugement des nations vivantes sur la terre lors de l'apparition en gloire de Christ, et Christ jugera d'après l'attitude qu'elles auront eu vis-à-vis de « ses frères », c'est-à-dire ceux qui auront prêché l'évangile du royaume pendant le temps où les autorités avec l'antichrist imposeront la « marque de la bête » (après l'enlèvement de l'église ; Apoc.13). Prendre soin d'un de ces témoins dans un temps de persécution ardente sera un signe manifeste de ce qu'on a pris parti pour Dieu.
25 mars 2009 Le pape a fait une déclaration sur la manière de se préserver de maladies en rapport avec le sexe, et les critiques les plus méchantes et les plus méprisantes, voire injurieuses, lui sont tombées dessus immédiatement, de tous bords et surabondamment. Que faut-il en penser ?
Même si l'on n'est pas d'accord avec le pape, le chrétien sait qu'il doit être respectueux. L'apôtre Jude désigne le fait d'injurier les dignités comme un signe des derniers temps où l'apostasie (= la déchristianisation) prévaudra. Même l'archange Michel était respectueux de Satan, quand bien même il devait le condamner (Jude 8-10)
Le caractère grossier et malhonnête des attaques contre le pape est ressorti de ce qu'on a sorti complètement de son contexte une phrase qu'il a dite, et qu'en outre, on a isolé et déformé cette phrase. Le pape insistait sur le fait que le mariage a un coté humain et spirituel, et que l'on court à l'échec si on fait du sexe sans vergogne en se bornant à chercher à se préserver mécaniquement des maladies. Ceci est correct. Les critiques grossières et malhonnêtes, et à peu près unanimes dans les medias français, soulignent le degré élevé de haine contre l'église
Ces attaques sont-elles anormales, accidentelles, évitables ? Vont-elles se calmer ou s'aggraver ? Pourquoi Dieu permet-il ces attaques si ce que le pape a dit est correct ?
Nous pensons que l'église catholique est sur le chemin de devenir la grande Babylone de l'Apocalypse. Dès lors la Parole (Apoc. 17:16) annonce que celle-ci sera haïe par les rois de la terre, et que les choses vont s'aggraver puisque cette haine les amènera à la rendre déserte et nue [image d'une sorte de pillage], à manger sa chair [en image, tout lui prendre, et en tirer profit] et à la brûler au feu [image d'une destruction complète]
Récemment une cour d'appel américaine a admis le principe que le Vatican soit tenu pour civilement responsable des péchés des prêtres américains. Si cette orientation se poursuit, le Vatican devra payer des dommages énormes : ce sera un commencement d'accomplissement de la prophétie où Babylone est rendue déserte et nue par les rois de la terre.
L'église actuelle s'intègre au monde, cherche à participer à sa conduite et à sa direction. C'est ce que faisait Lot à Sodome, où non seulement il habitait, mais il y avait une position de juge (assis à la porte de Sodome ; Genèse 19:1). Quand il a essayé de faire entendre de légers avertissements ou suggestions de changement de conduite, il s'est fait éconduire avec vigueur et moquerie (Gen. 19:9,14) ; le monde, comme Sodome, désire seulement poursuivre sa mauvaise conduite sans entendre de reproches
Le chrétien n'est pas du monde (Jean 17:16) et ne peut rendre un témoignage valable au monde qu'en s'en dissociant totalement moralement, et en marquant son lien avec Christ rejeté et crucifié par le monde. L'église officielle aujourd'hui se comporte un peu comme Lot, et son témoignage ne peut être que vain et de nul effet. On ne peut pas faire des appels à la paix dans le monde, si on ne prêche pas d'abord le besoin de se convertir à Christ, le besoin de la nouvelle naissance
Le Christ n'a-t-il pourtant pas dit que les portes de la mort ne prévaudront pas contre l'église ? (Matt.16:18). Oui, mais Il a dit cela de l'église que Lui bâtit, faite de pierres vivantes, de vrais croyants. L'église officielle que nous voyons, est bâtie par les hommes et n'est pas concernée par cette promesse du Christ, car c'est une église de multitude qui comprend des non croyants, qui est idolâtre (culte de Marie et des saints), et qui ne suit pas le modèle biblique car elle annule la Parole par la tradition.
5 février 2009

« Si vous êtes insultés pour le nom de Christ, vous êtes bienheureux,… mais que nul de vous ne souffre comme […] faisant le mal » (1 Pierre 4:13-15)
Il y a haine et haine. Tout un « patakès » se soulève parce que le pape vient de réintégrer un évêque ayant tenu des propos négationistes. Sans vouloir analyser le cas particulier ni le trancher, nous voudrions attirer l'attention sur deux sortes de haine, deux sortes de situation où il y a de la haine pour les chrétiens. La première, c'est ce que la Parole appelle souffrir pour le nom de Christ, la deuxième souffrir comme faisant le mal ou s'ingérant dans les affaires d'autrui (1 Pierre 4:15). Souffrir parce qu'on défend Christ et Ses intérêts dans l'église ou assemblée, c'est bien ; souffrir pour défendre un négationiste est triste et n'honore pas Christ.

19 janvier 2009 + 21 janvier Propagande athéiste : dans plusieurs villes du monde, on affiche sur les bus que, vu que Dieu n'existe probablement pas, il faut donc ne plus se faire de souci et profiter de la vie. Le message n'est pas différent de celui que stigmatisait le prophète Ésaïe il y a environ 2750 ans : « Mangeons et buvons, car demain nous mourrons » (És. 22:13). Puis il ajoutait : « Si jamais cette iniquité vous est pardonnée ! » (autrement dit : cette iniquité ne vous sera jamais pardonnée). La Parole de Dieu est toute simple. On ne la brave pas impunément. Il ne sert à rien de dire : « ne vous faites pas de souci »
Dans un temps où on donne tant d'importance au principe de précaution, où on ne veut courir aucun risque d'aucun danger, quelle contradiction que de courir le plus grand risque qui soit : le jugement de Dieu avec des conséquences éternelles ! On se contente de probabilité. Devant les tribunaux des hommes, on est condamné à tous les coups quand on ne prend pas les précautions les plus élémentaires
S'agissant de probabilités, le philosophe Pascal, au 17ème siècle, avait au moins la sagesse de proposer de faire le pari que Dieu existe et d'agir en conséquence. Mais maintenant qu'on se croit plus sage qu'au 17ème siècle on perd cette prudence élémentaire
L'évangile de Luc (ch. 12) raconte l'histoire d'un homme qui avait gagné beaucoup en travaillant beaucoup, et qui, à la fin, se dit à lui-même : repose-toi, mange, bois, fais grande chère. Mais Dieu lui dit : INSENSÉ, cette nuit même ton âme te sera redemandée. Avons-nous tous pesé ce qui nous arriverait dans une telle éventualité ? Insensé n'est pas une injure, c'est la définition de quelqu'un qui manque de sens !
7 janvier 2009 Bi-centenaire de Darwin. Les médias surabondent en articles sur Darwin à cause de son bicentenaire. Dans l'un des principaux quotidien français (journal d'opinion à tendance plutôt conservatrice et généralement de bon niveau intellectuel), il est fait mention qu'aux États-Unis il y a des mouvements en faveur de l'enseignement du créationisme (= affirmation que la terre a été créée par Dieu), et en face de cette situation, nous lisons un extrait mis en exergue au beau milieu de l'article : « La demande d'introduction [en France] d'une théorie religieuse dans les cours de biologie serait une injure à la laïcité. Ce qui inquiète le plus, c'est l'atmosphère de conservatisme que cette théorie ferait planer dans les jeunes esprits : si l'intervention de Dieu apparaît comme une hypothèse sérieuse, pourquoi pas l'illégitimité de l'homosexualité ou de l'IVG [= avortement] ? »
On est ébahi devant le niveau de raisonnement
D'abord la laïcité n'est plus une laïcité neutre comme cela a eu lieu pendant des décennies, mais une laïcité aggressive (comme on l'a vue apparaître depuis quelques années) qui ne supporte pas qu'on parle de Dieu : quelle évolution !
Ensuite on ne cherche même pas à considérer les faits, mais on décide de questions scientifiques par des choix politiques. Le créationisme est qualifié d'emblée de théorie religieuse, sans qu'on se donne la peine de le discuter, ni de considérer l'absurdité de la théorie de l'évolution selon laquelle tout s'est fait tout seul
Mais la suite est fort intéressante, et le fond des problèmes se manifeste, comme aussi le fond des coeurs : quel rapport y a-t-il entre Darwin et l'avortement, entre le fait de parler de la création et l'avortement ? On serait enclin à dire aucun. Mais voilà que l'auteur (ou contributeur au journal) se rend bien compte, et il l'admet implicitement, que si l'on parle de Dieu, la question de responsabilité morale devant Lui surgit tout de suite, et cela met en cause l'avortement, le prétendu droit de tuer librement des êtres humains parfaitement viables. Or cette mise en cause, on s'y refuse absolument. On préfère nier des faits (la création) plutôt qu'admettre une responsabilité devant Dieu… !!! — Oui on peut aujourd'hui mettre Dieu de côté au nom de la laïcité, et refuser toute responsabilité morale devant Lui, mais quand on se trouvera devant le Juge suprême, toute bouche sera fermée, car on ne pourra plus se permettre des réponses aussi vaines !
Tout cela a au moins le mérite de clarifier les enjeux des débats (ou les enjeux des refus de débats !), et l'enjeu des célébrations du bicentenaire de Darwin : il s'agit de nier que l'homme est responsable devant Dieu ! Tout est là
Autre élément frappant émanant de cet article de ce journal d'opinion : l'homosexualité est mise dans le même sac que l'avortement ! quel aveu public !
29 décembre 2008 Déchristianisation en occident, un échec du christianisme ?
Déjà au temps de la vie du Seigneur Jésus ici-bas, l'accueil qui Lui était fait L'avait conduit à prononcer la parabole du « grand souper » (Luc 14) : quand les invités négligent l'invitation qui leur a été faite, l'homme qui faisait ce grand souper se tourne vers tous les pauvres et misérables de la terre pour leur offrir ce que les premiers ont méprisé. Si le message de grâce de Dieu est méconnu, méprisé, négligé, rejeté en occident, il en va tout autrement dans d'autres pays, et on se réjouit de ce que le propos de grâce de Dieu (« remplir sa maison ») s'accomplit et s'accomplira inmanquablement. Ne concluons donc pas que la déchristianisation observée en occident soit un arrêt ou un ralentissement dans l'oeuvre de Dieu
Mais alors, dira-t-on, pourquoi la déchristianisation en occident, pourquoi Dieu la permet-Il ? Réponse :
Les fêtes chrétiennes ont depuis longtemps pris une teinte commerciale et festive qui met de côté la piété et la crainte de Dieu et l'honneur qui Lui est dû. Pareillement autrefois, dans l'évangile selon Jean, les fêtes religieuses n'étaient plus appelées fêtes à l'Éternel, mais fêtes des Juifs, et Jésus ne voulait pas y aller (Jean 7:7-8)
Le monde religieux chrétien (une fausse église, un faux christianisme) et l'économie occidentale (qui s'est développée à sa suite) portent les caractères de Babylone. Les « rois de la terre » vont bientôt se débarrasser de Babylone (Apoc. 14 et 17 et 18). Apoc. 17:16 en décrit les étapes (ils la haïssent, ils la rendent déserte et nue, ils mangent sa chair, ils la brûlent). C'est en réalité le moyen dont Dieu se sert pour châtier cette nouvelle Babylone. Peut-être que la déchristianisation à laquelle nous assistons est le début de ce processus. Pour les vrais croyants, ce processus n'aboutit pas à la tristesse, mais à la joie d'une délivrance ouvrant la voie aux noces de l'Agneau (Apoc. 19:1-5), qui sont le triomphe de la grâce divine.
21 décembre 2008 Noël 2008 : quelques réflexions sur les détails géographiques
19 novembre 2008 « Yes we can ». Depuis les élections américaines, ce slogan est à la mode. Il exprime qu’en travaillant, on peut arriver. On doit se donner à fond pour réussir et il n'y a pas de raison pour que ça ne marche pas Cela fait penser à Ésaïe 9:10 « les briques sont tombées ? - nous bâtirons en pierres de taille. Les acacias ont été coupés ? nous les remplacerons par des cèdres » — L'orgueil de l'homme prétend n'être arrêté par aucun obstacle, et trouver en lui-même les ressources non seulement pour surmonter les pires difficultés, mais pour faire mieux qu'auparavant — Combien cela est aux antipodes de la dépendance de Dieu et de la confiance en Dieu seul, dont Jésus nous a donné le modèle sur la terre, et qui est la vraie caractéristique du fidèle. Paul disait bien « je puis toutes choses », mais il ne faut pas tronquer la phrase complète, qui est « je puis toutes choses en Celui qui me fortifie » (Phil. 4:13).
15 octobre 2008 Israël a commencé à rentrer dans son pays, mais n'en finit pas des difficultés. Est-ce étrange ? La Bible parle à plusieurs reprises d'un peuple rentré en partie dans son pays, mais qui subit de nouveau des afflictions ou détresses, et cela est quand même suivi par la bénédiction finale d'un résidu croyant : voir Ésaïe 6:11-13 ; ch. 18 ; Psaume 107:33-43
14 octobre 2008 Encore un mot sur les krachs d'après la Parole. On peut dire qu'il y en a de deux genres Un premier genre, ce sont les jugements [ou : châtiments] subits, brutaux comme ceux de 1 Thes. 5:3 (« Quand ils diront : « Paix et sûreté », alors une subite destruction viendra sur eux, comme les douleurs sur celle qui est enceinte, et ils n'échapperont point. » (1 Thessaloniciens 5:3), du déluge (Genèse 6 à 8), de Sodome et Gomorrhe (Genèse 19), de Babylone (Daniel 5; Mene, Mene, Thékhel, Upharsin (voir bas de page de l'hyperlien) et finalement les « coupes » [ou : bols] d'Apocalypse où le contenu est versé d'un coup pour produire ses effets fâcheux d'un coup. Ce sont en général des jugements de Dieu finaux L'autre genre correspond plus à des jugements [ou : châtiments] progressifs, dont une image est donnée par les sceaux du livre ouverts les uns après les autres, (Apoc. 6) et par les trompettes (Apoc. 8 et 9). Leur sévérité, leur soudaineté, leur étendue ou leur portée, sont assez variables. En général Dieu le permet pour donner du temps pour que l'on se repente. Si l'effet n'est pas produit, c'est dramatique car on va vers quelque chose de plus grave Dieu est patient, mais il faut écouter. Quant au chrétien qui a compris son espérance céleste, il s'attache à la « bienheureuse espérance » (Tite 2:13).
13 octobre 2008 Encore la grande crise financière mondiale Un penseur politico-économique explique qu'« on a créé une mondialisation sans droit applicable. Il faudrait donc lancer une réforme majeure : créer une autorité internationale représentative ». Cela pourrait-il concorder avec l'annonce si souvent répétée de la résurrection de l'empire romain ? Apoc. 13:7 parlant de la bête qui est cet empire romain futur, ou de son gouvernement (l'un étant identifié à l'autre), dit « il lui fut donné pouvoir sur toute tribu et peuple et langue et nation ». On voit bien l'empire romain commandant partout, bien au-delà de ses frontières naturelles d'Europe Sera-ce un gouvernement pour le bonheur des peuples ? Daniel 7 donne les images très significatives, même si on n'est pas capable d'en donner l'interprétation concrète détaillée : …une bête effrayante et terrible et extraordinairement puissante, et elle avait de grandes dents de fer : elle dévorait et écrasait ; et ce qui restait elle le foulait avec les pieds Rappelons le schéma qu'Apocalypse 13 annonce pour la mise en place de l'ordre futur : La première bête, l'empire romain, pouvoir civil sortant de la mer = l'état des peuples en pleine désorganisation et agitation ; la seconde bête, l'antichrist, le pouvoir spirituel de faux prophète, sortant de la terre = état des peuples stabilisé et organisé
10 octobre 2008 Krach boursier voir nos observations précédentes On comprend mieux que l'enlèvement des croyants de l'église puisse passer inaperçu : les gens auront d'autres "chats à fouetter" ! On comprend mieux pourquoi la prophétie ne parait rien mentionner de l'Amérique, mais seulement de l'empire romain qui doit resurgir. L'importance et l'influence de l'Amérique peuvent parfaitement disparaitre en relativement peu de temps Mais que nous comprenions ou que nous ne comprenions pas à l'avance ce que la Bible annonce, cela ne change rien à rien : on peut être certain que cette Parole est vraie et s'accomplira, et qu'elle nous parle de ce qui est important devant Dieu, moralement et pour Sa gloire. Il reste quand même intéressant de voir les événements se préparer les uns après les autres
1er septembre 2008

Israël Une tentative de paix avec les Palestiniens avorte sur la question du statut de Jérusalem. Combien de fois faudra-t-il rappeler Zacharie 12:3 ? « Je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour toutes les peuples : tous ceux qui s'en chargeront s'y meurtriront certainement » Une information nous dit que le nombre de Juifs ayant quitté leur pays de naissance pour habiter en Israël serait devenu inférieur au nombre de personnes ayant fait le chemin inverse Nous ne discuterons ni l'ampleur ni la durabilité du mouvement, ni les commentaires et explications sociologiques et politiques qui s'y rapportent. Nous mentionnons ce fait seulement pour souligner que le retour du peuple d'Israël dans sa terre auquel nous avons assisté depuis la dernière guerre mondiale n'est pas l'accomplissement direct des prophéties bibliques, par exemple celles de Jérémie 16:14-16 ou 23:7-8 et Ésaïe 60:4-7 et bien d'autres. C'en est l'amorce ou le signe précurseur. La plénitude d'accomplissement est encore à venir.

Russie Géorgie. Ne nous étonnons pas de la puisssance de la Russie. Voir Ézéchiel 38 et 39, le Gog du fond du Nord. Les prophéties laissent penser qu'elle appuie l'Assyrien et le roi du Nord, les grands ennemis d'Israël à la fin. C'est dans la crainte de ce conglomérat que Israël se liera à l'Antichrist. Sa puissance semble survivre à celle de l'empire romain effondré à Armaguédon.

20 Juin 2008

[Europe] Le « non » de l'Irlande au projet de Constitution européenne (ré-étiqueté en simple projet de traité). Nous n'allons pas reprendre tous les commentaires des hommes politiques donnant des explications ou projetant des remèdes. Notons simplement que l'Europe d'aujourd'hui est une Europe à 27 pays, alors que les prophéties de la Parole de Dieu ne parlent que de 10 pays (ou : rois ; Apocalypse 12, 13, 17). Il arrivera bien un temps où il faudra modifier la taille du cercle des pays d'accord entre eux (d'accord pour quoi… c'est une autre affaire… ils ne se mettront vraiment d'accord que pour suivre l'Antichrist).

[Démocratie] Alors que les pays occidentaux continuent à faire la leçon aux autres pays et à propager les soi-disant bénéfices de la démocratie par rapport à toutes les autres méthodes de gouvernement, et à clamer l'importance qu'elle a dans les droits de l'homme, voilà qu'à l'occasion de ce nouveau traité portant (sans l'avouer positivement) sur une nouvelle Constitution européenne, on commence à admettre publiquement et pour la première fois qu'il ne faut surtout pas laisser aux peuples le soin de donner leur avis, et on se félicite que 26 pays sur 27 aient réussi à échapper à l'obligation de consulter le peuple (par référendum) !! Mais il est proscrit de remettre en cause la valeur de la démocratie (honni soit qui mal y pense !), et on n'a aucun complexe à se voiler la face sur les contradictions des idées politiquement correctes. Ne serait-ce pas une bonne occasion de se rendre compte que le royaume de Dieu est meilleur que les propositions de la sagesse de l'homme ? et qu'il vaudrait la peine de reconsidérer un retour aux « racines chrétiennes », de premièrement rechercher le royaume de Dieu et sa justice, comme dit l'évangile ? mais dans tous les discours qu'on entend, cela est hors de question. La mise de côté de l'avis des peuples n'est-elle qu'un accroc temporaire ? Non, car l'orientation générale est bien d'aller vers l'Antichrist et sa doctrine. Le peuple le suivra aveuglément, ce n'est pas lui qui suivra le peuple, sinon pour le flatter.

9 Juin 2008 L'inimitié entre Israël et l'Iran va croissant. On parle d'intervention d'Israël sur les installations nucléaires d'Iran. Cela réglera-t-il tout, si cela a lieu ? Certainement pas, car Michée 5:5 annonce un jour futur (car postérieur à la naissance du Messie à Bethléhem selon Michée 5:2) où l'Assyrien envahira Israël. Cet envahissement sera-t-il alors la fin des conflits en anéantissant Israël comme l'Assyrien actuel le promet ? Pas du tout, car Michée 5:6 annonce une contreoffensive surprenante à la fois dans sa nature et dans ses résultats. Le « Résidu » d'Israël agira par une puissance étonnante. Nous vous laissons le soin de lire ces textes bibliques. Ce que nous écrivons est-il un incitation des milieux évangéliques à faire la guerre, comme on les accuse ? Non bien sûr, car les indications prophétiques ne doivent pas conduire à l'action politique pour deux raisons principales : 1) Dieu seul connait le temps où l'accomplissement effectif des choses doit avoir lieu ; 2) L'accomplissement vrai ne peut avoir lieu sans un travail de coeur et de conscience approprié dans le peuple de Dieu, ce qui est loin d'être le cas actuellement, comme lors de la première venue de notre Seigneur sur la terre.
On est frappé par le nombre de stars, chanteurs, chanteuses, acteurs, actrices, grands de la mode, etc. dont on apprend qu'ils sont sous l'emprise de l'alcool, des drogues, en dépression, puis en cure de désintoxication, puis ils recommencent ce cycle qu'on qualifie d'infernal. Le monde lui-même parle de la vanité de la gloire humaine et de l'argent. Mais est-ce pour autant qu'on se détourne de ces vanités ou de ces esclavages ? même pas !! C'est la manière d'agir de Satan : il rend esclave, et ensuite il se moque de ceux qu'il a asservi, les laissant dans leur misère, les laissant tomber « comme une vieille chaussette », - comme les sacrificateurs qui disaient à Judas Iscariote livré au remords : « que nous importe, tu y aviseras ! » (Matthieu 27:4). Enfin quand il y a enterrement, on cherche à minimiser la mort en l'égayant, en la bravant ou en la masquant, et on ment sur l'Au-delà et sur le revoir, et les responsables religieux se prêtent à ces mascarades.
Mai 2008

Mai 1968 - mai 2008. Quarantième anniversaire de gros troubles en France. Nombreux sont ceux qui en parlent, et qui en parlent beaucoup (trop ?). Comment résumer ce qui s'est passé ? On est en général d'accord pour décrire une volonté populaire d'avoir plus de liberté dans tous les domaines. Interdit d'interdire, comme on disait. Alors il nous semble que l'on peut résumer tout ça par l'expression de l'apôtre Pierre « …la liberté pour voile de la méchanceté ». Les deux versets de 1 Pierre 3:15-16 méritent d'être cités en entier : « c'est ici la volonté de Dieu qu'en faisant le bien vous fermiez la bouche à l'ignorance des hommes dépourvus de sens, comme libres, et non comme ayant la liberté pour voile de la méchanceté, mais comme esclaves de Dieu ».

Il se passe en permanence des événements au Proche-Orient / Moyen-Orient. Y a-t-il des commentaires bibliques pour chacun de ces événements ? Oui, mais c'est toujours la même chose, aussi il n'est guère utile de répéter toujours les mêmes choses. Le prophète Zacharie est spécialement instructif : Israël est le peuple qui, si l'on touche à lui, on touche à la prunelle de l'oeil de Dieu (expression imagée, bien sûr, mais significative, Zacharie 2:8) L'inimitié des peuples environnant remplit les prophètes, soit pour la dénoncer, soit pour montrer la ruine qui atteindra ses auteurs, soit pour montrer comment Dieu s'en sert pour Ses jugements à l'égard de Son peuple Beaucoup de gens se démènent pour trouver un plan de paix (tous les présidents américains en fin de mandat, afin de laisser une trace positive dans l'histoire), et le résultat est négatif (« Jérusalem, une pierre pesante pour toutes les nations : tous ceux qui s'en chargeront s'y meurtriront », Zacharie 12:3) Une repentance du peuple d'Israël est annoncée à l'égard de « Celui qu'ils ont percé » (Zacharie 12:10). Il est clair que cela n'a pas encore eu lieu, et qu'entre temps la masse du peuple reste éloignée de Dieu Le rappel de l'oeuvre du Seigneur, le berger frappé dans la maison de ses amis (Zacharie 13:6-7), avec la dispersion du peuple comme résultat La promesse certaine d'une restauration finale quand l'Éternel combattra pour Son peuple et que le Messie se tiendra sur le mont des oliviers (Zacharie 14:3-4) — Mais cette promesse de Zacharie 14 est postérieure à la repentance de Zacharie 12; la clef est là. On est encore dans le temps où Dieu n'intervient pas ouvertement, mais comme « en coulisse » si l'on ose dire (Ésaïe 18; Esther).
Les événements du Liban ne font qu'accentuer la mise en place du « roi du nord », ennemi éminemment redoutable du peuple d'Israël selon les prophètes, étroitement lié à l'Assyrien (certains les confondent, même, ce qui s'expliquerait par l'implication étroite de l'Iran selon bien des informations).

25 Janvier 2008

Début de Krach boursier. On ne sait pas si ce sera un mini-krach ou un grand krach ou un krach localisé géographiquement. Bien que ce soit boursier d'abord, cela a des répercussions sur la vie des gens, travail, chomage, précarité, misères, etc. qui peuvent être désastreuses. Y a-t-il des krachs annoncés dans la Bible ? On pense à deux krachs spécialement, celui du sixième sceau (fin de Apocalypse 6) et celui de Babylone (Apocalypse 18). Certes il y a d'autres malheurs, notamment des guerres, soit civiles (deuxième sceau de Apoc. 6) soit militaires (Armaguédon Apoc. 16), mais nous considérons ici ce qui ressemble plutôt à des krachs. Nous évoquons ces passages de l'Apocalypse pour recevoir instruction de la Parole de Dieu, et pour comprendre les événements, mais nous restons persuadés que les événements effectifs qu'elle décrit sont postérieurs à l'enlèvement de l'Église, ce qui n'empêche pas des accomplissements partiels préalables car on sait bien qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil, comme le dit Salomon dans l'Ecclésiaste. Le krach d'Apoc. 6 comprend l'ébranlement de toute la la société, mais il sera précédé par des conflits civils (2° sceau), de la famine (3° sceau), des pestes ou violences (4° sceau) et des persécutions (5° sceau). Ce krach du 6° sceau sera très étendu et très fort, puisque, dans le langage figuré de l'Apocalypse, toutes les couches de la société se cachent, croyant que la colère de Christ est arrivée. Le krach de Babylone (Apocalypse 16, 7° coupe, et Apocalypse 18) dépeint un écroulement définitif de toute l'économie du monde, au moins occidental. Plusieurs ont pensé qu'il s'agissait de la ruine de la fausse église représentée par Babylone, certains pensant à l'église catholique et à ses richesses. Il faut remarquer plusieurs choses : a) Babylone représente spécialement la fausse église émergeant après le retour du Seigneur Jésus (même si on en a déjà les prémices) et englobant toutes les religions, au moins celles d'origine chrétienne, un oecuménisme large ; b) Apoc. 16 décrit la ruine d'une ville (sens figuré d'une vaste organisation humaine) et Apoc. 18 insiste sur la ruine économique générale. Si l'on réfléchit bien, et si l'on fait la relation avec le tableau de Caïn dans Genèse 4, on voit que ce qui était religieux au départ, s'écarte de Dieu ensuite, profite des avantages et protections que Dieu a donné malgré les fautes passées, puis bâtit un monde économique où Dieu est mis dehors, et ses droits ignorés et violés. On peut donc penser que la ruine économique d'Apoc. 18, qui frappe par son ampleur, porte sur toute l'économie du monde, au moins occidental, celle qui a profité en son temps des bienfaits du christianisme et de la mesure de protection que Dieu a permise. Les richesses des religions établies sont bien entendu englouties par cette circonstance, mais ce n'est peut-être pas le sens principal de la ruine d'Apoc. 18.

On discute beaucoup sur la question des « racines chrétiennes » de l'Europe. Les uns, dans un élan athéiste et de laïcité agressive, veulent se débarrasser de cette idée et de cette terminologie, pour en finir avec Dieu et toute religion. C'est le côté de l'Antichrist qui s'élève contre tout ce qui est appelé Dieu Les autres, voulant préserver une certaine influence religieuse chrétienne, ou espérant contrer l'islam, ou voulant promouvoir plus de spiritualité pour occuper les esprits et répondre aux aspirations humaines, - luttent pour le maintien de cette idée de « racines chrétiennes », et tentent de la faire inscrire dans les traités européens. Cela tient passablement de l'esprit de Babylone, une religion ex-chrétienne qui s'accomode de toutes les nouveautés sans tenir compte ni de Dieu, ni de Christ. Mais l'expression même de « racines » chrétiennes, montre bien un mouvement où l'on part du christianisme, et on fait pousser une plante qui ne ressemble plus du tout à la racine d'origine. C'est le côté de l'Antichrist qui, en tant que faux-messie, imite certains aspects de Christ tout en en étant un opposant farouche. L'antichrist en Apocalypse 13 est figuré par une bête ayant des cornes comme un agneau (imitation de Christ), mais il parle comme un dragon (instrument du diable malgré l'imitation chrétienne). En 2 Thessaloniciens 2, l'antichrist qui s'élève contre tout ce qui est appelé Dieu, arrive simultanément à se présenter lui-même comme étant Dieu. Arriver à combiner des comportements aussi contraires, obtenir les hommages (Apoc. 13:3) de toutes les couches de la société qui ont eu l'habitude d'être en conflit permanent, c'est plus que faire vivre la statue aux pieds de fer et d'argile de Daniel 2 : c'est le sommet de qu'on appelle aujourd'hui « pratiquer la rupture et l'ouverture ».

début 2008 Epiphanie ou « fête des rois ». Juste un rappel à propos de cette fête qui se perd : On partage un gâteau où une fève désigne le roi, qui est tout fier de l'être et que les autres acclament : chacun cherche à avoir la couronne. Or l'origine de la fête est le rappel des mages de l'orient qui ne cherchaient pas l'honneur pour eux-mêmes, mais qui venaient l'apporter au Seigneur. Plus tard, dans le ciel, les anciens jettent leurs couronnes devant le trône de Dieu (Apoc. 4:10)
Régulièrement on entend tel ou tel chef de nation du moyen orient proclamer l'anéantissement d'Israël. Cela a souvent eu lieu dans le passé, et la Parole de Dieu en dit quelque chose, et indique la « réaction » de Dieu. Parmi d'autres passages significatifs, Ézéchiel 36 parle de ceux qui veulent « engloutir » Israël, en faire « leur proie », les « dépouiller par le pillage ». Or Dieu annonce qu'Il se retournera contre ceux qui agissent ou parlent ainsi. Que nos lecteurs lisent Éz. 36 v. 1 à 12. Toutefois, cela ne se résume pas à un rééquilibrage ou un réarrangement des forces politiques en présence ; il y aura alors un changement des coeurs et une purification des coeurs ; c'est la nouvelle naissance dont parle le Seigneur en Jean 3. Lire le reste d'Éz. 36
25 décembre 2007 Réflexions sur Noel 2007 - Le royaume de Dieu : l'autorité du ROI est-elle reconnue ?
13 novembre 2007 Dieu décrit la politique du monde (tous niveaux visés) en Daniel 11:27 ! Qu'en dit-Il ? « Et ces deux rois auront à coeur de faire du mal, et diront des mensonges à une même table ; mais cela ne réussira pas, car la fin sera encore pour le temps déterminé » La Providence Divine laisse faire certaines choses, en arrête d'autres. Le croyant ne sait pas tout ce qui se passe (tant de choses sont cachées !), et quand même le saurait-il, il ne sait pas quel degré de contrôle Dieu veut exercer dessus, ni quand Il veut l'exercer. Alors devant des magouilles malsaines, il reste paisible : « Je crierai au Dieu Très-haut, à Dieu qui mène tout à bonne fin pour moi » (Ps. 57:2; cf. Marc 7:37; Rom. 8:38) Quant à ceux qui « ont à coeur de faire du mal et disent des mensonges à une même table », ils devraient se rendre compte que Dieu voit tout et que tout homme devra rendre compte de tout.
2 novembre 2007 Un lecteur nous écrit ce qui suit :
« À propos de la théorie de l’évolution darwiniste.
Pour être scientifiquement validée, une théorie doit étudier des phénomènes reproductibles qui font l’objet d’expériences réalisées dans des conditions précises.
À partir de mesures et d’observations, on construit des équations avec lesquelles on calcule ensuite des prévisions. Ces dernières sont alors confrontées aux résultats de nouvelles expériences reproduites dans des conditions identiques.
L’égalité entre le calcul et la mesure permet ainsi de valider la théorie.
Pour savoir si l’évolution est une véritable théorie, un scientifique rationnel devrait donc se poser une seule question
Si elle existe, l’évolution terrestre est-elle un phénomène reproductible ?
Si tel n'est pas le cas, alors l'évolution est une croyance religieuse athée. »

Croyance religieuse athée, c'est bien de cela qu'il s'agit, même si pour donner bonne façon à ces théories on y met une bonne couche de badigeon sur lequel on inscrit « Science ».
Est-ce un non-sens de parler de « croyance religieuse athée » ? Est-ce une exagération de polémistes ? Non, car la Bible elle-même en parle, et en des termes tellement significatifs : 2 Thessaloniciens 2 v. 3-4 annonce un jour à venir où arrivera « l'apostasie » et où sera manifesté « l'homme de péché, le fils de perdition, qui s'oppose et s'élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou qui est un objet de vénération, en sorte que lui-même s'assiéra au temple de Dieu, se présentant lui-même comme étant Dieu ». Ce comportement en apparence si contradictoire correspond bien à ce qu'évoque l'expression « croyance religieuse athée ». L'homme qui sera au sommet de ce comportement est appelé ailleurs Antichrist. En tant que croyance religieuse athée, la théorie de l'évolution (nous devrions dire plutôt la « doctrine » de l'évolution) fait partie de la doctrine de ce personnage. On remarque combien ce passage biblique souligne en premier lieu sa « phobie » contre Dieu et ceux qui tiennent por Dieu. N'en avons-nous pas les prémices quand on se met à bannir l'enseignement du créationnisme ?

25 octobre 2007 Tout le monde en parle : un couple présidentiel a divorcé. Bibliquest ne veut pas s'ingérer dans leurs affaires ni suivre leurs pas et leurs états d'âme, mais seulement remarquer les commentaires que les gens et les medias font : « femme libre… elle a pris en main son destin… elle fait ce qu'elle veut… » Libre ? vraiment ? qu'est-ce que la liberté ? c'est faire ce que je veux ? je peux vraiment contrôler mon destin ? je mérite d'être applaudi quand je fais comme je veux ? Alors on se souvient de ce que la Bible raconte à l'origine. Adam n'avait qu'un commandement à respecter, ne pas manger d'un certain arbre. Satan lui a suggéré que Dieu n'avait pas dit ça, que la mort annoncée par Dieu comme conséquence de la désobéissance n'aurait pas lieu, que Dieu privait l'homme de la connaissance du bien et du mal… tout des mensonges ! et l'homme aussi bien que la femme ont cru tous ces mensonges, et les conséquences sont arrivées Un peu plus tard Caïn a tué son frère par jalousie, et s'est déclaré libre en refusant de rendre des comptes à Dieu (suis-je le gardien de mon frère ?). Il a « fait sa vie », il est parti loin, il s'est construit un monde sans Dieu où on trouvait de tout : la ville, la polygamie, l'industrie, la musique, les arts, la vendetta à 77 meurtres pour en venger un seul Le fils prodigue a revendiqué la liberté, il a quitté son père en exigeant sa part de fortune, et il est parti dehors dans un pays éloigné… jusqu'à ce que sa déchéance l'amène à devoir manger les gousses qu'on donne aux cochons, et il fallait qu'il paie pour en avoir La liberté de faire ce qu'on veut apporte-t-elle vraiment le bonheur quand on met Dieu de côté ? Satan dit oui et fait des promesses de succès, le monde applaudit, mais c'est des mensonges ; les illusions partent bientôt en fumée, et la misère au moins morale arrive inéluctablement. Le vrai bonheur pour l'homme pécheur n'existe que quand il reconnait son péché, se repent et se tourne vers Dieu pour trouver le moyen de salut qu'il donne (la croix de Christ qui a porté mon péché). Le vrai bonheur pour le croyant n'est pas de « profiter de la vie » pour faire ce qu'il veut, mais de marcher avec Dieu, d'écouter ce qu'Il dit et de jouir des bénédictions qui viennent de Lui.
23 octobre 2007

On nous dit que le 4 octobre le parlement européen a pris une résolution en faveur de l'enseignement de la théorie de l'évolution comme théorie scientifique fondamentale, bannissant l'enseignement du créationnisme comme discipline scientifique On explique qu'on ne peut pas mettre sur le même plan la foi religieuse et la thèse scientifique, et que l'évolution est nécessaire pour lutter contre le sida ( !) et en faveur de la biodiversité et des mesures relatives au changement climatique… Triste étape de l'intolérance qui refuse qu'on enseigne hors de la pensée majoritaire, d'autant plus triste qu'il s'agit bien d'imposer une hypothèse, et non des faits certains. Restons-en aux choses simples : on veut nous obliger à croire que tout s'est fait tout seul, y compris le monde de la nature dans son extraordinaire diversité et complexité biologique. Imposer de croire l'incroyable : n'est-ce pas le sectarisme (qu'on prétend vouloir neutraliser par ailleurs) en faveur d'une foi ou croyance athée ? C'est le sectarisme de la créature contre le Créateur, une sorte de religion athée. Bien entendu, derrière tout cela, il y a toujours la prétention de la créature de ne jamais avoir des comptes à rendre à Dieu On nous explique simultanément que la biodiversité est en danger avec la disparition de nombreuses espèces vivantes, et que le moindre changement climatique, ne serait-ce que de un (1) degré de la température générale, a des conséquences dramatiques mettant le monde en péril. Alors où est cette évolution qui, dit-on, a toujours tendu, toute seule, vers quelque chose de plus perfectionné, de plus élaboré ? ne lui fait-on plus confiance ? l'évolution aurait-elle perdu subitement son sens de l'histoire ? — La providence divine permet ces contradictions pour souligner publiquement l'inanité de l'hypothèse qu'on veut nous imposer. « Qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende » dit souvent la Bible, y compris par la voix de la création (Romains 1:20). — Outre leur inanité, ces thèses qu'on veut nous imposer laissent voir leur misère par le fait que la résolution n'a été votée que par 48 députés (25 contre) sur 318, soit 15% ! Ce n'est pas d'aujourd'hui qu'on veut faire taire une minorité de croyants au nom d'une opinion prétendue majoritaire. Au 17ème siècle, le roi Louis XIV a cherché à éliminer les huguenots qui n'acceptaient pas la religion majoritaire, la religion du roi ; il les a persécutés, faisant tout pour leur rendre la vie impossible ; il leur prenait des enfants et les faisait mettre en couvents pour qu'ils n'aient pas l'enseignement des parents. Dans ce temps-là, les opprimés cherchaient à fuir dans les pays voisins où régnait la liberté. À la révolution, on avait espéré un temps que la république changerait cet état de choses. Mais aujourd'hui ces divers pays d'accueil des exilés ont aussi contribué à la résolution d'exclusion du créationnisme. On s'accorde à la nouvelle religion athée. Voilà bien une évolution, et une vraie ! C'est l'évolution dont parle la Bible, celle du développement du levain du péché de l'homme, celle de l'homme pécheur qui, comme Caïn (Genèse 4), s'éloigne toujours plus de Dieu, et se construit son monde à lui, où Dieu n'a pas place. Cette évolution continuera jusqu'à l'Antichrist, l'homme de péché qui s'oppose contre tout ce qui est appelé Dieu, et qui s'assiéra lui-même au temple de Dieu, se présentant lui-même comme étant dieu (2 Thessaloniciens 2:3-4). Cette évolution est lente pour le moment, mais semble s'accélérer, et le jour vient où les hommes seront tellement sûrs d'eux qu'ils proclameront « paix ! et sûreté ! », alors le jugement de Dieu viendra, une subite destruction (1 Thessaloniciens 5:3). Alors sera manifesté si les hypothèses des hommes sont plus sures que les déclarations de Dieu.

26 septembre 2007 Une personnalité mondialement connue pour son action humanitaire en tant que religieuse est supposée être bientôt canonisée (on prétend qu'elle est sortie du purgatoire parce qu'elle aurait accompli des miracles sur terre !!! un pour être béatifiée, deux pour être canonisée), et voilà qu'on découvre par ses lettres qu'elle a douté de sa foi et de l'existence de Dieu pendant 50 ans !!! — Mais cela s'explique par le fait que la branche de la chrétienté à laquelle elle appartenait donne autant d'importance à la tradition qu'à l'Écriture, et que notre Seigneur a dit que la tradition annule l'Écriture (Matt. 15:6; dans ce cas c'est la doctrine du salut par les oeuvres qui annule la vérité selon Dieu du salut par la foi en l'oeuvre de Jésus à la croix). Comme l'assurance du salut vient seulement de la Parole de Dieu (écrite), si on ne s'appuie pas sur elle, on n'est sûr de rien… Triste état de la chrétienté
Mais il y a mieux. On nous dit que la haute hiérarchie religieuse a expliqué que ce qui lui était arrivé était normal… — Ni les uns ni les autres n'ont dû lire les paroles de l'apôtre Jean « je vous écris ces choses afin que vous SACHIEZ que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu » (1 Jean 5:13)
Mais il y a mieux encore ! On nous dit que cette haute hiérarchie a déclaré que ses doutes venaient du silence de Dieu, et que ce silence est une source de trouble pour beaucoup. — Silence de Dieu ? vraiment ? N'est-il pourtant pas écrit : « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l'étendue annonce l'ouvrage de ses mains. Un jour en proclame la Parole à l'autre jour, et une nuit la fait connaitre à l'autre nuit. Il n'y a point de langage, il n'y a point de paroles, TOUTEFOIS LEUR VOIX EST ENTENDUE » (Ps. 19:1-3), et « Dieu ayant autrefois, à plusieurs reprises et en plusieurs manières, parlé aux pères par les prophètes, à la fin de ces jours-là, nous A PARLÉ dans le Fils » (Héb. 1:1-2), et l'apôtre Jean (encore Lui) déclare « celui qui connait Dieu NOUS ÉCOUTE » (1 Jean 4:6 — on n'écoute pas des muets !).
>> Conclusion : Ce n'est pas Dieu qui se tait. Dieu parle, et même abondamment, par la création, par la Parole écrite ; c'est l'homme qui ferme ou bouche ses oreilles. « Si quelqu'un a des oreilles, qu'il écoute ! » (Apoc. 13:9). C'est plutôt urgent, car « Dieu ordonne aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent » (Actes 17:30).
4 septembre 2007 Lors d'un rassemblement de jeunes pour la protection de l'environnement à Lorette, on nous dit que le pape a exhorté à prendre des initiatives pour sauver la planète avant qu'il ne soit trop tard… L'apôtre Pierre dont il se dit être le successeur a annoncé que la terre de maintenant est réservée pour le feu, et qu'elle sera brûlée entièrement (2 Pierre 3:7, 10, 12). La conséquence qu'en tire Pierre (2 Pier. 3:11) est une exhortation à vivre en sainte conduite et en piété… et pas à se lancer dans des actions écologiques ! C'est que Pierre suivait l'enseignement de notre Seigneur, de s'amasser des trésors dans le ciel, et non pas sur la terre.
14 août 2007

Ces dernières années, les lois votées dans divers pays occidentaux ont reculé ou supprimé de nombreuses barrières morales. Les pressions économiques et financières ont passé avant tout, mais surtout le déclin moral général fait que les populations ne s'intéressent plus au maintien de barrières morales. Ceux qui seraient susceptibles de s'y intéresser craignent d'être traités d'archaïques, ce qui est un qualificatif de honte pour ceux qui ne s'appuient pas sur le Dieu qui ne change pas. Cette évolution des lois et des moeurs ouvre la voie toute grande à la venue de l'Antichrist. En effet cette évolution est aussi une caractéristique de la méthode de l’Antichrist. Il viendra en son propre nom (= guidé par personne d'autre que lui-même, et surtout pas par Dieu). Il flattera le désir de grandeur, de puissance et de gloire des hommes. Il ne soulèvera aucune question quant à leur état de pécheurs. Il n’exigera aucun changement moral en eux, mais leur demandera seulement de lui donner la puissance et la gloire. Les hommes le recevront, tellement cela répondra complètement à leurs propres cœurs. Le Seigneur Jésus reste rejeté parce qu'Il dit que les pécheurs sont des pécheurs, et qu'il propose un changement moral. Or c'est cela aimer vraiment les pécheurs. Soutenir qu'il ne faut pas faire de peine aux pécheurs de peur de créer des phobies, ce n'est pas aimer les pécheurs, même si beaucoup s'acharnent à dire le contraire. L'évangile est une bonne nouvelle seulement pour ceux qui reconnaissent que la vie qu'ils mènent n'est pas bonne.

13 Juillet 2007 Au fait, pourquoi les églises orthodoxes sont-elles considérées par le pape comme de vraies églises ? Réponse qu'il donne lui-même : « Parce qu'elles ont de vrais sacrements, surtout en vertu de la succession apostolique : le Sacerdoce et l'Eucharistie ». Or aucun de ces trois éléments n'est bibliquement fondé !
Mégaéglises et églises émergentes. Voir les mises en garde ailleurs. On est frappé de voir que les déraillements pratiques ou doctrinaux par rapport à la vérité biblique suscitent de moins en moins de protestations. Les épîtres de la fin (Jude, 2 Pierre, 1 Jean) sont toujours plus d'actualité.
12 Juillet 2007

Le pape vient de rappeler que les églises orthodoxes sont de vraies églises, mais n'ont pas la plénitude de la catholicité parce qu'elles ne reconnaissent pas le pape. Les églises protestantes, dit-il, ne sont pas de vraies églises, mais simplement des communautés ecclésiales, parce que « selon la doctrine catholique, elles n'ont pas la succession apostolique dans le sacrement de l'ordre » (ordination des prêtres) Voilà au moins qui a le mérite d'être franc et sincère : l'église catholique n'a jamais caché qu'elle est le seul centre ou bercail vers lequel l'œcuménisme peut seulement aider à faire revenir les autres chrétiens. Malheureusement la franchise et la sincérité ne suffisent pas pour transformer ces affirmations en vérités bibliques ou selon Dieu. Il est bien vrai que, selon la doctrine catholique, les assemblées protestantes n'ont pas la succession apostolique et le sacrement de l'ordre. Mais loin d'être une tare, ces manques sont des privilèges. Ce qui compte, c'est a) de vivre la vie de l'assemblée (ou : église chrétienne) dans l'obéissance à la Parole de Dieu (pratique biblique) (Apoc. 3:7-8; ne pas ajouter la tradition à la Parole de Dieu, car la tradition annule toujours la Parole selon Marc 7:9), et b) d'être dirigé par le Saint Esprit (lequel ne contredit jamais la Parole de Dieu). Au contraire, la prétention à la succession apostolique et au sacrement de l'ordre ôtent le caractère biblique à l'assemblée ou église. Apoc. 3:9 montre que ceux qui gardent cette Parole de Dieu fidèlement sont méprisés (par ceux qui ont une fausse prétention d'être en relation avec Dieu), alors qu'ils sont justement ceux que le Seigneur aime : avoir cette approbation, n'est-ce pas suffisant par dessus tout ? Une caractéristique de l'église, ou assemblée de Dieu, est d'avoir la présence du Seigneur au milieu de ceux réunis à Son Nom (Matt. 18: 20). Cette présence ne dépend pas de la succession apostolique, et elle n'a rien à voir avec l'eucharistie.
Certains protestants se plaignent que cette déclaration papale va ralentir et rabaisser le dialogue oecuménique, et rendre les relations oecuméniques plus difficiles : ils ont raison, à ceci près que cela ne devrait pas être un sujet de plainte ! Il ne faut pas refuser de voir ce qui était visible dès l'origine, à savoir que le moment arrivera où l'oecuménisme ne fera qu'intégrer l'église unique et puissante qui sera, si elle ne l'est déjà, la Babylone de l'Apocalypse.
Nous avons indiqué précédemment la différence entre la bande de Gaza et la Samarie. Nous ajoutons qu'en Gen. 10:14-19 on voit une différence dès l'origine de ces populations. Certes 2 Rois 17 nous indique que les Samaritains ont encore une autre provenance, puisqu'il s'agissait de déportés de l'Assyrie, mais la différence d'avec Gaza subsiste.

21 Juin 2007 Israël : la bande de Gaza est maintenant contrôlée par un parti différent de ceux qui contrôlent la Cisjordanie. Il n'y a rien d'étonnant à cela, car la bande de Gaza correspond au pays des Philistins, et la Samarie (Cisjordanie) était peuplée par un peuple tout autre (sujet déjà abordé fin décembre 2006) Évangéliques en France : On nous informe que le nombre d'églises de communautés d'origine étrangère (chinois, africains ou autres) se multiplie en France et sont très actives. Le phénomène se retrouve dans d'autres pays européens. Peut-être que se recommence avec l'Europe ce qui avait eu lieu avec Israël selon Esaie 28:10-12 et 1 Cor. 14:21-22, à savoir que quand un peuple s'égare et n'écoute plus la Parole de Dieu, Dieu lui parle encore, mais par des « langues étrangères ».
2 Mars 2007

Fausses nouvelles contre la résurrection
Un auteur de films, livres, DVD et de site internet vient de prétendre avoir retrouvé la tombe et les os de Jésus. Nous laissons de coté les affirmations blasphématoires sur la vie de Jésus. Seul argument à l'appui, les noms de Marie, Joseph et Jésus sur une même tombe à Jérusalem, et une parenté entre les personnes trouvée par ADN Devant une preuve aussi creuse, il n'y a guère à argumenter. On rappelle simplement que ces noms étaient extrêmement courants à l'époque en Israël, que la résurrection de Jésus Christ a été constatée par les témoignages de plus de 500 personnes (1 Cor. 15), qu'il n'y a aucune raison que Joseph et Marie aient été enterrés à Jérusalem, alors qu'ils étaient de Galilée, etc. Pourquoi tant de désinformation aussi peu scrupuleuse ? C'est que l'ennemi s'acharne contre Christ et contre la résurrection (ce n'est pas nouveau puisque le ch. 15 de 1 Corinthiens a été rédigé justement à cause de ce genre de contestation). L'objectif est de balayer le christianisme et tout témoignage rendu à Christ ici-bas (2 Thes. 2:3-4 l'annonce). Au temps de l'antichrist, on y arrivera presque (pas complètement car il restera deux témoins à Jérusalem, impossibles à faire taire, Apoc. 11). Pour y arriver, 2 Thessaloniciens 2:12 nous dit que le moyen sera le mensonge, et que les hommes y croiront parce qu'une énergie d'erreur sera là Aujourd'hui les ténèbres morales ne sont pas encore complètes, car la Parole de Dieu est encore annoncée. Alors puissions-nous tous profiter de ce qu'elle dit, et retenir l'avertissement de Hébreux 3 : « Aujourd'hui, si vous entendez ma voix, n'endurcissez pas vos coeurs ».

fin Décembre 2006 Les palestiniens se divisent en deux entités opposées, s'installant dans deux régions distinctes (Gaza, et Palestine ou ancienne Samarie) : Est-ce le commencement de la résurgence des nationalités mentionnées dans la Bible, telles que la Philistie, Edom, Moab ? (cf Ps. 60:8; 108:9)
28 Décembre 2006

On annonce à Lourdes une veillée pour la nuit à cheval sur 2006 et 2007. Elle comprendra une « rêve-party » et de l'adoration, dont on explique qu'il s'agit d'« action pour les autres » Dieu n'offre pas du rêve. Quand la foi se nourrit des choses invisibles (2 Cor. 4:18 ; Héb. 11:27 ; 1 Pierre 1:8), il s'agit de certitudes, et non pas de rêves. Quand la foi voit Christ assis à la droite de Dieu dans le ciel (Héb.1:3; 10:12; 12:2), c'est une réalité et non un rêve L'adoration est une des choses les plus méconnues, même par les chrétiens. Il ne s'agit pas du tout d'« action pour les autres » ; il ne s'agit pas non plus de concerts de musique ou de show de chorales : ce ne sont là que des masques tendant à cacher ou faire oublier ce qu'est la vraie adoration. En effet, celle-ci consiste à offrir à Dieu (et à Lui seul) l'hommage de nos coeurs, à Lui « rendre gloire », individuellement ou collectivement.

26 Décembre 2006 On commence à reprocher aux chrétiens d'élever leurs enfants conformément à ce qu'enseigne la Bible. Ce reproche n'est pas une nouveauté :
1) Le pharaon d'Égypte acceptait déjà (Exode 10:10) de laisser aller le peuple hors du pays pourvu qu'ils laissent les enfants au pouvoir du pharaon. Ce fut la ruine du pharaon de se dresser contre le peuple de Dieu, il fut englouti par la mer Rouge. Toutefois les leçons ne sont pas apprises, et le monde actuel recommence.
2) Plus récemment le régime communiste soviétique interdisait d'enseigner chrétiennement la jeunesse de moins de 18 ans. Le régime est tombé, les chrétiens ont retrouvé la liberté, mais les leçons n'ont pas été retenues par le monde.
3) Le monde a de plus en plus de peine contrôler la jeunesse ; les rébellions se succèdent les unes aux autres, les échecs scolaires et d'insertion croissent ; mais la prétention de groupes de pressions, voire de l'état, à savoir éduquer les enfants ne diminue pas. Les leçons d'humilité ne sont pas apprises, et l'orgueil continue à s'opposer à Dieu et aux Siens. Dieu laisse faire pour un temps, pour manifester l'aboutissement des voies de l'homme.
25 Décembre 2006 À l'approche des « fêtes de fin d'année », notamment de Noël (mais aussi Pâques), il y a toujours un journal ou un magazine, français ou étranger, titrant avec fracas « À la recherche du vrai Jésus », ou des titres équivalents. Sous prétexte de tel ou tel livre apocryphe, de telle ou telle recherche dite scientifique ayant abouti à des conclusions prétendues certaines et indiscutables, on nie la Bible, la vie de Jésus, la parole de Dieu, les paroles de Jésus, etc. etc. Il s'agit en général d'arguments de bas niveau, basés sur des hypothèses fragiles quand ce n'est pas sur du mensonge pur et simple, et de toute façon attribuant plus de crédit et de valeur à ce que dit n'importe quel individu plutôt qu'à ce que Dieu dit. Blasphématoire le plus souvent. — Ce genre d'article a du succès à cause des relents de scandale qu'il contient. Le message de Dieu qui appelle tous les hommes à la repentance est bafoué, Satan est content, les consciences incrédules sont contentes d'être encouragées à ne plus écouter le message divin. Que les chrétiens puissent ne pas se laisser décourager par ce genre de littérature.
Décembre 2006 Les divisions internes de la Belgique s'accentuent : va-t-on vers le temps ou le siège de l'empire romain quittera Bruxelles pour aller à Rome ? Mi-novembre, la France, l'Espagne et l'Italie se sont associées pour des prises de positions politiques communes : va-t-on vers le temps (Dan. 7:8, 24) où trois pays d'Europe semblent devoir disparaitre au profit d'un nouveau, tandis que l'antichrist et son acolyte chef de l'empire romain montent en puissance ? Mi-novembre également, la Syrie et l'Iraq ont repris des relations diplomatiques : va-t-on vers le temps où le « roi du nord » marchera de concert avec « l'assyrien » au point d'être difficiles à différencier ?
28 Octobre 2006 À l'occasion des violences islamiques, on reparle des croisades de la chrétienté. Pourquoi remettre sur le tapis des affaires vieilles de 800 à 1000 ans ? Dieu le permet car c'est la réalisation de Apoc. 18:24, et ensuite Dieu va permettre le jugement de la chrétienté corrompue. Mais ceux qui mettent ce sujet sur le tapis ne le font pas pour faire plaisir à Dieu. Beaucoup haïssent Dieu, et en faisant l'amalgame entre les anciennes violences d'une chrétienté corrompue et les violences islamiques, ils cherchent à détruire, autant que faire se peut, tout ce qui se rattache à Dieu. On se garde bien de parler des persécutions contre les huguenots, car ce serait dire du bien des fidèles de Dieu… !!!.
Septembre 2006

L'athéisme, et la laïcité sont-ils une religion ou n'en sont-ils pas ? Question provocatrice dira-t-on. Pourtant la Bible nous avertit à propos de cette attitude singulière de l'antichrist futur (2 Thes. 2:3-4) : il s'élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou est un objet de vénération, et en même temps il s'assied au temple de Dieu et se présente lui-même comme étant Dieu Pour s'opposer à Dieu, on sait que Satan, l'adversaire, copie ce que Dieu fait. Ceci explique qu'en même temps il nie Dieu et se fait Dieu (dieu, plutôt !) La lecture des arguments et prises de position de l'athéisme et de la laïcité montrent la volonté, coûte que coûte, de croire ce qu'ils disent : c'est une véritable « foi », une religion qui ne veut pas dire son nom.

2 Août 2006

Guerre au Liban
Cana bombardée. Plusieurs ont souligné le contraste entre la scène biblique des noces de Cana de Galilée (Jean 3) et le bombardement récent de ce Cana Mais le sens du récit biblique des noces de Cana est généralement méconnu. Il rapporte la circonstance de cette noce où le vin est venu à manquer. Une noce sans joie ni gaîté ! L'évangile s'est servi de cette situation pour montrer que l'on fait des fêtes, même parmi le peuple de Dieu, mais que la vraie joie manque si Jésus n'est pas là ou n'intervient pas. Qui redonne alors la joie ? C'est Jésus. À partir d'eau, il fait du vin, et cette noce a même terminé mieux qu'elle avait commencé parce que le vin fait par le Seigneur était de qualité tout à fait supérieure [enseignement à prendre au sens symbolique, non pas comme incitation à boire du vin]. Première leçon : pas de vraie joie sans Christ Pour faire le vin, notre Seigneur a utilisé l'eau servant normalement à la purification. Deuxième leçon : la vraie joie a lieu en dehors de la souillure morale Beaucoup se sont indignés des dégâts humains du bombardement de Cana. Mais au fond, ne rappelle-t-il pas encore une fois l'enseignement du récit biblique de l'évangile : comment avoir la paix et la joie quand le Messie, Jésus, le Christ, n'est reconnu par les hommes ? comment avoir la paix et la joie quand chacun reste avec sa souillure morale naturelle ?

Nous avons parlé à plusieurs reprises de l'Assyrien et de qui le représente aujourd'hui. Nous ajoutons deux aspects remarquables de l'Assyrien :
En Ésaïe 10:5, Dieu nomme l'Assyrie la « verge de ma colère ». Autrement dit, Dieu s'en sert comme d'un instrument pour châtier son peuple. — Mais ce même chapitre dit un peu plus loin [c'est Dieu qui parle] : « je visiterai le fruit de l'arrogance du cœur du roi d'Assyrie », et encore un peu plus loin il décrit la chute de l'Assyrie, comme autrefois quand 185000 hommes sont morts en une nuit (Ésaïe 37). Si l'arrogance et l'orgueil de l'Assyrien se distinguent déjà, le temps de sa chute ne parait toutefois pas proche, car l'état moral d'Israël ne parait pas mûr (cf. Zacharie 12)
Le Psaume 83 décrit les multiples ennemis d'Israël. Les divers peuples d'autrefois se retrouvent au temps de la fin comme le montrent par exemple la comparaison de Genèse 10 et certains passages des prophètes, même s'il est difficile d'établir une correspondance précise entre ces peuples d'autrefois et les diverses populations actuelles du Proche Orient. — Le verset 8 du Psaume 83 est frappant : « Assur s'est joint à eux ; ils servent de bras aux fils de Lot [Moab et les fils d'Ammon] ». Ainsi l'Assyrien se joint à une alliance anti-Israël pré-existante, et agit en sous-main avec ces alliés. Ne retrouve-t-on pas aujourd'hui cette même manière d'agir de certains grands pays à l'arrière-plan du conflit ?

La guerre du Liban parait, sinon s'enliser, du moins traîner en longueur
Zacharie 12 montre bien que les conflits subsisteront, sinon à l'état de guerre ouverte, du moins à l'état de feu qui couve, jusqu'à la fin (quand Israël reconnaitra son Messie)

31 Mai 2006

À l'approche de Pentecôte :

La Pentecôte était l’une des trois fêtes juives (Exode 23 :16 ; 34 :22 ; Deut 16 :9) où le fidèle devait monter à Jérusalem pour adorer au temple de Dieu ; elle est ainsi appelée fête des semaines ou fête des premiers fruits de la moisson. Elle avait lieu 50 jours après Pâque. La Pâque étant l’image du sacrifice de notre Seigneur, qui s’est livré pour nous racheter de nos péchés par la mort sur la croix, ce nom de « fête des premiers fruits de la moisson » est particulièrement précieux en ce qu’il montre un des premiers fruits de la mort de Christ à la croix. Actes 2 montre que la première Pentecôte après la croix a justement été marquée par le don du Saint Esprit. Notre Seigneur avait parlé longuement aux disciples de cette venue du Saint Esprit en Jean 14 à 16. Elle était tellement importante, que le Seigneur dit qu’il leur était avantageux que Lui s’en aille pour que le Consolateur (ou Paraclet ou Saint Esprit) vienne (Jean 16:7). Ce Saint Esprit leur enseignerait toutes choses (Jean 14:26), leur rappellerait toutes les choses que notre Seigneur avait dites (Jean 14:26) ; Il prendrait de ce qui est à Christ et le leur communiquerait (Jean 16:14 ; c’est là l’essentiel pour le chrétien, et non pas des visions ou langues où on ne retrouve pas les caractères de Christ). — C’est grâce à ce Saint Esprit que les disciples craintifs et découragés (Jean 20 et 21) sont devenus des ardents propagateurs de la foi en Jésus Christ (début des Actes). C’était la réalisation pratique du jaillissement de fleuves d’eau vive dont notre Seigneur parlait déjà en Jean 4:14 et 7:38-39 — Bien plus, selon 1 Cor. 12:13, ce Saint Esprit les constitue ensemble en un seul corps, le corps de Christ. Les croyants (ceux qui ont la vraie foi selon Rom. 10:9 ; ils sont toujours appelés « saints » dans l’Écriture, sans qu’ils n'aient attendu aucune béatification après leur mort) sont constitués une habitation de Dieu par l’Esprit, un temple de Dieu où l’Esprit habite (Il habite dans le croyant individuellement 1 Cor. 6:19 et dans les croyants ensemble comme assemblée, ou église, 1 Cor. 3:16). — Les privilèges liés à l’habitation et à l’action du Saint Esprit ont lieu toute l’année, et non pas seulement lors de cette « fête de Pentecôte ». 1 Cor. 12 et 14 nous montre que tout le fonctionnement de l’église (ou assemblée), corps de Christ, dépend de ce Saint Esprit qui distribue les dons et opère comme il Lui plait (1 Cor. 12:11) — Que ce temps de Pentecôte soit néanmoins l’occasion de se souvenir de ce privilège unique et précieux du christianisme (méconnu par tous ceux qui ont transformés l’église en une organisation humaine), et que nous puissions vivre pratiquement et comme tout à nouveau ce dont nous parlent tous ces précieux passages de l’Écriture.

17 Mai 2006

La publication d'un commentaire sur Apocalypse 12 et 13 (par W. Kelly) aide à comprendre les événements qui vont bientôt atteindront la terre, et notamment l'Europe. Quelques applications plus directes aux événements actuels méritent d'être faites. Les livres, ou films, blasphématoires et mensongers se multiplient (Da Vinci code, apocryphe de Judas), n'hésitant pas à salir et mentir ouvertement et sans frein, attaquant soit la Parole de Dieu (la Bible), soit le Christ, soit Dieu Lui-même. Certes il y a toujours eu des blasphémateurs, mais ce qui est particulier aux derniers temps, c'est que les blasphèmes et les mensonges sont de plus en plus nombreux et grossiers. L'église réagit un peu, mais ne peut rien. Plus on proteste, plus les auteurs sont contents, car cela dope leurs ventes. Certains minimisent ces ouvrages du fait qu'ils sont fictifs, mais vu l'ignorance des gens, il y en a toujours une bonne proportion qui y croit, au moins en partie, ou qui cesse de croire la Bible. « Calomniez, calomniez, il en reste toujours quelque chose ». Le mensonge fait son œuvre. — C'est ce qu'on voit dans l'Apocalypse : L'antichrist et le chef de l'empire romain ont pour but principal d'ôter la gloire à Christ, et le blasphème est l'une de leurs activités importantes, associé au mensonge (Satan est le père du mensonge). Il ne faut donc pas minimiser la gravité et la nuisance de ces livres ou films blasphématoires. Toutefois ils hâtent le jugement de ce monde, et nous comprenons par là que le temps où paraitra l'antichrist approche (mais aucune date n'est déterminable)
La haine de l'antichrist et du chef de l'empire romain vise particulièrement l'église chrétienne (« ceux qui habitent dans le ciel » Apoc. 13:6). Malheureusement ils s'appuieront sur les fautes des chrétiens pour justifier leur position. Les fautes morales des prêtres, les actions guerrières de chefs d'état qui se disent chrétiens contribuent particulièrement à discréditer le témoignage chrétien
Il y a aussi une haine spéciale de Satan contre les Juifs, le peuple qui a engendré Christ. Apoc. 12:4-6 et 12:13-17 le montre prêt à dévorer le fils mâle (Christ), et devant son échec, de rage, il persécute Israël (la femme qui a enfanté le fils mâle). Ne nous étonnons pas de ce que l'antisémitisme ne cesse jamais, et qu'il a un regain d'activité de notre temps
La lettre du président de l'Iran au Président des USA n'a guère été publiée par la presse. Rien d'étonnant car elle présente Christ et Moïse comme des modèles ! Pour ceux qui en ont pu voir le texte, on est frappé par les remontrances faites par l'Iran reprochant aux USA de ne pas se conformer à l'enseignement de Jésus Christ — voilà que les antichrétiens font la leçon aux chrétiens sur leur comportement ! Le monde sait très bien comment les chrétiens devraient se comporter !
L'antichrist fera descendre le feu du ciel, miracle qui est par excellence celui qui prouvait l'intervention de Dieu (voir commentaire sur Apoc. 13:13 en rapport avec 2 Thes. 2:9). Certaines branches de la chrétienté se vantent trop de leurs prétendus miracles. Les faussetés dans ce domaine amènent les gens à ne plus croire aux vrais miracles de Christ, et à devenir prêts à accepter les miracles de mensonge de l'antichrist. Les devins opposants à Moïse du temps du pharaon étaient capables de faire des miracles extraordinaires, par une puissance démoniaque (Exode 1 à 10). Les miracles faux ou mensongers détournent de la foi (voir aussi Actes 13:8-12)

Définition d'un « code de bonne conduite » des conversions. On nous dit que ceci fait l'objet de négociations entre l'église catholique et le conseil œcuménique des églises. Quoi qu'il en sorte, on a tout lieu de craindre que cela soit fait selon une sagesse humaine de gens qui n'ont pas la vie de Dieu, et qui ne supportent pas de voir les âmes venir à Christ, et de trouver des rassemblements de chrétiens vivants. Luc 18:15-16 Même les disciples croyaient bon de fermer l'accès à Jésus, mais d'autres ont des intentions bien plus haineuses (Actes 13:8-10). On prend officiellement une position humanitaire de défense et de protection des âmes faibles, mais ce n'est souvent que du mensonge enrobant la haine contre Christ et contre la vérité.

11 Mars 2006

DA VINCI CODE, ou les progrès de l'esprit de mensonge
Cet ouvrage sur des thèmes religieux a un grand succès de librairie ; il parait donc utile d'en dire quelques mots. Les commentaires écrits, articles ou sites internet sur la question abondent, en sorte qu'il n'est pas nécessaire de traiter l'affaire en détail
Il s'agit d'un livre que nous ne pouvons pas recommander à nos lecteurs du fait qu'il est blasphématoire en ce qu'il attribue à Jésus une desendance secrète dont l'Église aurait tout fait pour étouffer l'existence. Cette descendance aurait donné naissance à la dynastie des Mérovingiens, et ce secret se serait transmis de générations en générations par la société cachée du Prieuré de Sion dont aurait fait partie Léonard de Vinci. Cet artiste aurait disséminé dans ses toiles un code démontrant l'existence de cette société secrète. L'auteur du livre prétend avoir vérifié ses sources sans en affirmer la vérité totale
Bien des personnes ont déjà démontré les multiples erreurs, mensonges ou allégations fantaisistes du livre. Exemple typique : l’auteur prétend que les parchemins découverts sur les bords de la Mer Morte inquiètent l’Église chrétienne, alors que ces documents ne mentionnent même pas la personne de Jésus-Christ

Le livre véhicule nombre d'idées antichrétiennes :
Syncrétisme : toutes les religions sont fondées sur des thèses fabriquées, et utilisent des symboles pour parler de ce qui est inexprimable. Toutes les religions sont équivalentes, l'important étant de ne pas se laisser enfermer par des dogmes, aliéner par des morales
Opposition à la foi : les récits religieux sont des mythes, l'évangile et la croix ne sont que des symboles. Prétendre à une révélation objective engendre le fanatisme et l'intolérance

Le problème que pose cet ouvrage est le suivant : Comment expliquer un succès extraordinaire du livre en face de tant de blasphèmes et de fausseté ? Nous donnerons seulement quelques idées donnant matière à réflexion

Ce livre correspond à notre époque marquée par le relativisme, et l'antichristianisme ambiant. On affirme : à chacun sa vérité, la vérité absolue n'existe pas, prétendre posséder la vérité est de l'arrogance — Mais ce sont là des idées d'esprits de mensonge
Les écrits de l'apôtre Jean sont particulièrement utiles pour comprendre ce qui se passe
Jean 8:44 Le diable est menteur et père du mensonge. 1 Jean 2:22 : Celui-là est l'antichrist qui nie le Père et le Fils. 2 Jean 7 : Plusieurs séducteurs sont sortis dans le monde, ceux qui ne confessent pas Jésus Christ venu en chair : celui-là est le séducteur et l'antichrist
Les ténèbres sur l'occident chrétien s'épaississent parce que la vérité chrétienne a été méprisée : Jean 3:19 Les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière parce que leurs œuvres étaient mauvaises
La voie se prépare pour le grand Antichrist futur : Salir Christ Lui-même + discréditer le christianisme par tous les moyens + nier la foi et la révélation divine + désinformer à outrance y compris par le mensonge. La Bible l'annonce

Le succès du livre montre le progrès des manœuvres des esprits de mensonge. Le jour va venir où le monde acceptera l'Antichrist tout naturellement. Le christianisme, comme doctrine, aura été éliminé par le mensonge, l'Islam sera rejeté à cause de la violence qui se manifeste, et l'Antichrist se présentera comme la seule voie possible et innovante ; la spiritualité qu'il offrira sera de l'adorer lui et l'image de la bête (Apoc. 13) — Préalablement, les vrais croyants auront été enlevés au ciel. La joie de l'apôtre Jean était que ceux-ci marchent dans la vérité (2 Jean 4 et 3 Jean 4) sans se laisser séduire.

6-9 Janvier 2006

MARQUE DE LA BÊTE — On reçoit l'information selon laquelle l'implantation (indolore) d'une puce électronique (de la taille d'un grain de riz) sous la peau permet désormais de s'identifier sans clef, sans mot de passe, soit pour entrer chez soi, soit pour faire marcher son ordinateur
Toute la technologie est ainsi déjà disponible pour mettre en place facilement et rapidement « la marque de la bête », le signe que l'antichrist et ses associés politiques (le chef de l'empire romain reconstitué) exigeront pour pouvoir continuer à acheter et vendre (Apocalypse 13 :16-17 et 14:9-11), c'est-à-dire pour pouvoir survivre. Ceux qui auront cette marque (sur la main droite ou sur le front), seront ceux qui « rendront hommage à la bête et à son image » (Apoc. 14:9). Ceux qui refuseront de le faire seront mis à mort (Apoc. 13:15). On comprend que les vrais croyants, les fidèles de Dieu, seront humainement dans une impasse. Ce sera « la grande tribulation », la grande détresse
Satan imite ce que fait Dieu. Or Dieu met son sceau, le Saint Esprit, sur les enfants de Dieu (Éph. 1:13 ; 2 Cor. 1:22). Dans la cérémonie de purification du lépreux (Lévitique 14:17), l'huile était mise sur l'oreille droite, le pouce de la main droite et le gros orteil du pied droit. C'est une image justement de ce que l'enfant de Dieu écoute ce que Dieu dit et est conduit dans son activité et dans sa marche par le Saint Esprit
Mais la fidélité à Dieu est la bénédiction et la vie éternelle. Satan, lui, ne fait que tromper et il ne conduit qu'au malheur et à la perdition éternelle, à la ruine et à la mort. Néanmoins, il lui sera permis d'illusionner les hommes pendant un certain temps
Nous constatons une fois de plus combien tout se prépare selon ce qu'anonce la Bible pour les événements de la fin. Que nous soyons de ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui marchent avec Lui, ne nous laissant pas ballottés et entraînés ça et là par tout vent de doctrine. Que nous soyons de ceux qui attendent le retour de leur Seigneur et Maître et le servent fidèlement en L'attendant (Marc 13:37 ; Matthieu 24:45-46)