Vérités du royaume, fils du royaume

Vérités du royaume — Luc 6:29-30

Fils du royaume — Matt. 8:12

Christian Briem

Traduit de l’allemand « Antworten auf Fragen zu biblischen Themen » = Réponses à des questions sur des thèmes bibliques, Ed. CSV, 2005 — p. 249

Table des matières :

1 - Vérités du royaume

2 - Fils du royaume


1 - Vérités du royaume

1.1 - Question

En Luc 6, le Seigneur dit ceci : « À celui qui te frappe sur une joue, présente aussi l’autre ; et si quelqu’un t’ôte ton manteau, ne l’empêche pas [de prendre] aussi ta tunique. Donne à tout homme qui te demande, et à celui qui t’ôte ce qui t’appartient, ne le redemande pas » (Luc 6:29-30). Certains enseignent que ces versets et d’autres passages semblables seraient des vérités pour le royaume, et ne seraient donc pas appropriés pour les croyants du temps présent. Est-ce juste ?


1.2 - Réponse

Non, pas du tout ! Les « vérités du royaume », comme on les appelle, sont pour tous ceux qui sont nés de Dieu, car personne ne peut faire partie du royaume de Dieu s’il n’est né de nouveau (Jean 3:3,5). Du fait que le royaume a un côté futur, qui ne s’accomplira que lorsque le roi reviendra du ciel en puissance, certains oublient qu’il y a aussi un côté présent, aussi vrai que le côté futur, et que le vrai chrétien est autant un sujet du royaume qu’un enfant de la famille de Dieu et qu’un membre du corps de Christ.

L’établissement ou la fondation de l’assemblée de Dieu ne met aucunement de côté le royaume dans sa forme présente. L’une de ces relations ne rend pas une autre sans effet, et ne met pas de côté la responsabilité qui s’y rattache. Paul ne prêchait pas seulement l’évangile pour le salut des hommes, mais aussi le royaume de Dieu (Actes 20:25 ; 28:31). Cela veut dire qu’il prêchait ce qui convient pour Dieu parmi les hommes, ce qui Lui est conforme. Si Dieu nous a délivré du pouvoir des ténèbres et nous a transporté dans le royaume du Fils de Son amour (Col. 1:13), il convient que notre conduite corresponde au caractère et aux principes de ce royaume. Ces principes sont consignés entre autres dans ce qu’on appelle le sermon sur la montagne (Matt. 5 à 7).


2 - Fils du royaume

Traduit de l’allemand « Antworten auf Fragen zu biblischen Themen » = Réponses à des questions sur des thèmes bibliques, Ed. CSV, 2005 — p. 272

2.1 - Question

Qui sont les « fils du royaume » dont parle Matthieu 8:12 ? (« mais les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres de dehors : là seront les pleurs et les grincements de dents »).


2.2 - Réponse

Dans ce passage, le Seigneur Jésus parle des jours à venir de Son royaume sur la terre. Il montre la différence qui existera entre le sort des Juifs incrédules auxquels Il parlait et la bénédiction des croyants issus des nations. Les promesses avaient été données à Israël. Comme tels, comme ceux qui auraient reçu leur Roi et devraient entrer dans le royaume, ils sont appelés « fils du royaume ». Le Seigneur fait les éloges de la foi du centurion païen qui reconnaissait manifestement Sa grâce et Sa puissance royales : « en vérité, je vous dis que je n’ai pas trouvé même en Israël une si grande foi » (Matt. 8:10). Mais alors Il se tourne vers les Juifs aveugles et orgueilleux, et Il leur dit que non seulement cet étranger, mais aussi beaucoup d’autres de son genre viendraient d’orient et d’occident et s’assiéraient à table dans le royaume des cieux avec leurs pères, avec Abraham, Isaac et Jacob. Mais eux seraient jetés dans les ténèbres de dehors parce qu’ils Le rejetaient, Lui, comme Roi.

On comprend aisément que cela parle aussi à nous de nos jours et dans nos pays. Combien de gens « chrétiens » y a-t-il qui ne sont pas nés « d’en haut » (Jean 3:3). Ils professent être à Christ selon la forme extérieure, sans Le posséder Lui en réalité ou sans même vouloir le posséder. Une profession chrétienne extérieure leur suffit. Par leur profession d’appartenir à la chrétienté, ils se trouvent effectivement dans le royaume des cieux pour ce qui relève de son aspect extérieur. Les bénédictions de ce royaume sont là dans toute leur étendue, mais ils ne s’en saisissent pas par incrédulité. C’est pourquoi, s’ils restent sur ce chemin, ils se trouveront un jour en enfer. « Là », ajoute le Seigneur Jésus, « sont les pleurs et les grincements de dents ».