Théologie du Remplacement

Bibliquest d'après : «Israël et l'Église» de Marc Ruel, Ed. 2018 p.263-264

Ce qu'est la théologie du Remplacement : Elle enseigne que l'Église a remplacé Israël dans le programme divin. Du fait qu'Israël a rejeté Jésus comme son Messie, Dieu aurait remplacé Israël par l'Église. Dès lors Israël n'aurait plus d'avenir dans le programme divin; les promesses que Dieu a faites à Israël seraient accomplies dans l'Église, à quoi on parvient en général en les «spiritualisant». Augustin (dit "saint"; 354-430) a suivi cette voie et à sa suite Jérôme (dit "saint") et Jean Chrysostome (dit "saint").

Origine : Dans la mesure où l'Église a oublié (après la période apostolique) son espérance céleste et a cherché à s'installer comme une puissance dominatrice sur la terre, elle est forcément entrée en concurrence et en conflit avec les Juifs et Israël, qu'elle a tenu pour des ennemis. Si l'apôtre Paul qualifie les Juifs d'ennemis, c'est quant à l'évangile (que les Juifs rejettent), mais lui-même les qualifie en même temps de bien-aimés à cause des patriarches (Rom. 11:28). L'introduction de cette théologie du Remplacement s'explique de plusieurs manières :

  • par ce conflit d'intérêt entre puissances terrestres dominatrices
  • par le rejet de l'inspiration verbale (littérale) de la Parole de Dieu (la Bible) et des prophéties qu'elle contient, lesquelles annoncent le rétablissement futur d'Israël
  • par l'infidélité de l'Église devenue une organisation humaine et délaissant son caractère d'épouse sainte de Christ
  • par l'adoption de la théologie des alliances où l'Église est vue comme étant dans une simple relation d'alliance avec Dieu comme Israël autrefois et prenant sa succession — au lieu de voir l'Église dans une relation de «corps de Christ» ou d'«épouse de Christ»
  • par une mauvaise compréhension du plan de Dieu (et des «dispensations»). Il y a un plan de Dieu en rapport avec la terre et Israël, et un plan de Dieu en rapport avec le ciel pour lequel Dieu tire du monde un peuple pour Son Nom (Actes 15:14 & 1 Pierre 2:10; c'est le salut, fruit de l'oeuvre du Sauveur, Jésus Christ). Les promesses concernant Israël dans l'AT n'ont pas à être spiritualisées; elles sont pour la terre et ne concernent pas l'église; elles s'accompliront, car pas un iota des paroles de Dieu ne passera sans être accompli (Matt. 5:18). L'église n'a pas à chercher une quelconque autorité ou puissance sur la terre : ce n'est pas son rôle; voir 1 Pierre 1:2 & 2:5,9. Son espérance est céleste comme notre Seigneur l'a dit aux disciples juste avant sa mort (Jean 14:2-3) et comme les épitre insistent sur ce sujet (1 Thes. 4:14-18; 1:9-10 et autres)
  • par l'oubli de la promesse du retour du Seigneur, qui amène à cette mauvaise compréhension du plan de Dieu.
  • Conséquences de cette idée du Remplacement : Il a découlé inévitablement de cette théorie (plutôt que théologie !) du Remplacement une concurrence entre l'église et Israël. L'antisémitisme s'est développé à partir de ces idées, et au Moyen-âge il a abouti à des atrocités commises pendant les croisades et l'Inquisition. Certains propos de Luther sont défavorables aux Juifs pour ce genre de raisons. Le nazisme (qui n'était pas chrétien) s'en est aussi servi.

    Faux remèdes : Croyant réduire l'inimitié contre les Juifs, le concile de Vatican II de l'église catholique s'est cru autorisé à déclarer que les Juifs n'étaient pas coupables de la mort du Messie, mais cela méconnait la Parole de Dieu (1 Thes. 2:15 et autres) et ignore les plans et promesses de Dieu. L'épitre aux Romains dans ses chapitres 9 à 11, spécialement 11, montre que le rejet des Juifs est temporaire et dû à leur incrédulité. Non seulement la restauration future d'Israël sur la terre est certaine (il faut cependant qu'un changement moral et spirituel intervienne), mais l'église qui professe être chrétienne, tombant dans l'incrédulité (ce qui est largement amorcé aujourd'hui), sera à son tour «coupée» et «arrachée» (Rom. 11:22).

    On comprend que le seul vrai remède à ces erreurs est de s'en tenir de très près à ce que dit la Bible.