Job 33:14-30 — Délivré de la fosse
et illuminé de la lumière

Gérard N.


Il y a deux façons dont nous voyons ici que Dieu parle. Au v. 14 « Car Dieu parle une fois et deux fois ». La première façon de parler, c’est une période de repos, dans un songe, une vision de nuit (33:15). Dieu parle pour détourner l’homme de ce qu’il fait (33:17), pour préserver son âme de la fosse (33:18).

La deuxième façon de parler que nous voyons ici : « Il est châtié » (33:19) ; on va un petit peu plus en dedans (33:19b-21) ; si Dieu va plus loin, on voit que le but est le même : « son âme s’approche de la fosse » (33:22).

Lorsque l’homme se met à écouter Dieu, comme on le voit aux v. 24-26, il trouve propitiation, avec la joie du salut, avec ce témoignage du v. 28, cette constatation que Dieu permet pour la gloire de Dieu — mais c’est l’homme lui-même qui le déclare : « Il a délivré mon âme pour qu’elle n’allât pas dans la fosse » (33:28a).

Or il y a cette beauté que Dieu, non seulement empêche l’âme d’aller à la fosse, mais cette âme a cette clairvoyance où Dieu arrive à lui faire comprendre qu’Il l’a fait passer dans ce chemin, certes pour que cette âme n’allât pas dans la fosse, mais mieux encore, cette âme comprend une chose supplémentaire : « et ma vie verra la lumière ».

Ce n’est pas seulement pour empêcher une âme d’aller trop loin ou trop bas, c’est pour faire découvrir une chose d’excellence : « ma vie verra la lumière ». On a tout cela dans les v. 29 et 30 : « Voilà Dieu opère toutes ces choses… pour détourner son âme de la fosse », premier point — et « pour qu’il soit illuminé de la lumière des vivants », deuxième point.