Évangile selon LUC

Accès direct aux chapitres de Luc : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24


Chapitre 1

1 Puisque plusieurs ont entrepris de rédiger un récit des choses qui sont reçues parmi nous avec une pleine certitude,

2 comme nous les ont transmises ceux qui, dès le commencement, ont été les témoins oculaires et les ministres* de la parole**,

3 il m’a semblé bon à moi aussi, qui ai suivi exactement toutes choses depuis le commencement, très-excellent Théophile, de te [les] écrire par ordre,

4 afin que tu connaisses la certitude des choses dont tu as été instruit.

— v. 2* : ailleurs : serviteur, — serviteur qui a un service spécial. — v. 2** : ou : du Verbe ; voir Jean 1:1.

5 Aux jours d’Hérode, roi de Judée, il y avait un certain sacrificateur, nommé Zacharie, de la classe d’Abia ; et sa femme était des filles d’Aaron, et son nom était Élisabeth.

6 Et ils étaient tous deux justes devant Dieu, marchant dans tous les commandements et dans toutes les ordonnances du *Seigneur, sans reproche.

7 Et ils n’avaient pas d’enfant, parce qu’Élisabeth était stérile ; et ils étaient tous deux fort avancés en âge.

8 Or il arriva, pendant qu’il exerçait la sacrificature devant Dieu dans l’ordre de sa classe,

9 que, selon la coutume de la sacrificature, le sort lui échut d’offrir le parfum en entrant dans le temple* du *Seigneur.

10 Et toute la multitude du peuple priait dehors, à l’heure du parfum.

11 Et un ange du *Seigneur lui apparut, se tenant au côté droit de l’autel du parfum.

12 Et Zacharie, le voyant, fut troublé, et la crainte le saisit.

13 Et l’ange lui dit : Ne crains pas, Zacharie, parce que tes supplications ont été exaucées, et ta femme Élisabeth t’enfantera un fils, et tu appelleras son nom Jean*.

14 Et il sera pour toi un sujet de joie et d’allégresse, et plusieurs se réjouiront de sa naissance ;

15 car il sera grand devant le *Seigneur, et il ne boira ni vin ni cervoise* ; et il sera rempli de l’Esprit Saint déjà dès le ventre de sa mère.

16 Et il fera retourner plusieurs des fils d’Israël au *Seigneur leur Dieu.

17 Et il ira devant lui dans l’esprit et la puissance d’Élie, pour faire retourner les cœurs des pères vers les enfants, et les désobéissants à* la pensée des justes, pour préparer au *Seigneur un peuple bien disposé.

18 Et Zacharie dit à l’ange : Comment connaîtrai-je cela ? car moi, je suis un vieillard, et ma femme est fort avancée en âge.

19 Et l’ange, répondant, lui dit : Moi, je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu, et j’ai été envoyé pour te parler et pour t’annoncer ces bonnes nouvelles*.

20 Et voici, tu seras muet et tu ne pourras point parler jusqu’au jour où ces choses arriveront, parce que tu n’as pas cru mes paroles qui s’accompliront en leur temps.

21 Et le peuple attendait Zacharie ; et ils s’étonnaient de ce qu’il tardait tant dans le temple*.

22 Et quand il fut sorti, il ne pouvait pas leur parler : et ils reconnurent qu’il avait vu une vision dans le temple* ; et lui-même leur faisait des signes, et il demeura muet.

23 Et il arriva que, quand les jours de son ministère furent accomplis, il s’en alla dans sa maison.

— v. 9 et 21 et 22 : la maison même ; voir Matthieu 23:16. — v. 13 : en hébreu : l’Éternel a fait grâce. — v. 15 : plutôt : ni aucune boisson fermentée. — v. 17 : ou : selon. — v. 19 : litt. : t’évangéliser ces choses.

24 Or après ces jours, Élisabeth sa femme conçut, et elle se cacha cinq mois, disant :

25 Le *Seigneur m’a ainsi fait aux jours où il m’a regardée, pour ôter mon opprobre parmi les hommes.


26 Et au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, nommée Nazareth,

27 à une vierge, fiancée à un homme dont le nom était Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie.

28 Et l’ange étant entré auprès d’elle, dit : Je te salue, toi que [Dieu] fait jouir de sa faveur ! Le *Seigneur est avec toi ; tu es bénie entre les femmes.

29 Et elle, le voyant, fut troublée à sa parole ; et elle raisonnait en elle-même sur ce que pourrait être cette salutation.

30 Et l’ange lui dit : Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.

31 Et voici, tu concevras dans ton ventre, et tu enfanteras un fils, et tu appelleras son nom Jésus.

32 Il sera grand et sera appelé le Fils du Très-haut* ; et le *Seigneur Dieu** lui donnera le trône de David son père ;

33 et il régnera sur la maison de Jacob à toujours*, et il n’y aura pas de fin à son royaume.

34 Et Marie dit à l’ange : Comment ceci arrivera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ?

35 Et l’ange, répondant, lui dit : L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-haut te couvrira de son ombre ; c’est pourquoi aussi la sainte chose qui naîtra sera appelée Fils de Dieu.

36 Et voici, Élisabeth ta parente, elle aussi a conçu un fils dans sa vieillesse, et c’est ici le sixième mois pour celle qui était appelée stérile ;

37 car rien ne sera impossible à Dieu.

38 Et Marie dit : Voici l’esclave du *Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole. Et l’ange se retira d’auprès d’elle.

— v. 32* : Très-haut, hébreu : Élion ; comparer Genèse 14:18. — v. 32** : c’est-à-dire  : Jéhovah [l’Éternel] Dieu. — v. 33 : litt. : pour les siècles (ou âges).

39 Et Marie, se levant en ces jours-là, s’en alla en hâte au pays des montagnes, dans une ville de Juda.

40 Et elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.

41 Et il arriva, comme Élisabeth entendait la salutation de Marie, que le petit enfant tressaillit dans son ventre ; et Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint,

42 et elle s’écria à haute voix et dit : Tu es bénie entre les femmes, et béni est le fruit de ton ventre !

43 Et d’où me vient ceci, que la mère de mon Seigneur vienne vers moi ?

44 Car voici, dès que la voix de ta salutation est parvenue à mes oreilles, le petit enfant a tressailli de joie dans mon ventre.

45 Et bienheureuse est celle qui a cru ; car il y aura un accomplissement des choses qui lui ont été dites de la part du *Seigneur.


46 Et Marie dit : Mon âme magnifie le *Seigneur,

47 et mon esprit s’est réjoui en Dieu mon Sauveur,

48 car il a regardé l’humble état de son esclave ; car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse ;

49 car le Puissant m’a fait de grandes choses, et son nom est saint ;

50 et sa miséricorde est de générations en générations sur ceux qui le craignent.

51 Il a agi puissamment par son bras ; il a dispersé les orgueilleux dans la pensée de leur cœur ;

52 il a fait descendre les puissants de leurs trônes, et il a élevé les petits ;

53 il a rempli de biens ceux qui avaient faim, et il a renvoyé les riches à vide ;

54 il a pris la cause d’Israël, son serviteur, pour se souvenir de sa miséricorde

55 (selon qu’il avait parlé à nos pères) envers Abraham et envers sa semence, à jamais.

56 — Et Marie demeura avec elle environ trois mois ; et elle s’en retourna en sa maison.

57 Or le temps où elle devait accoucher fut accompli pour Élisabeth, et elle mit au monde un fils.

58 Et ses voisins et ses parents apprirent que le *Seigneur avait magnifié sa miséricorde envers elle, et ils se réjouirent avec elle.

59 Et il arriva qu’au huitième jour ils vinrent pour circoncire le petit enfant ; et ils l’appelaient Zacharie, du nom de son père.

60 Et sa mère, répondant, dit : Non, mais il sera appelé Jean*.

61 Et ils lui dirent : Il n’y a personne dans ta parenté qui soit appelé de ce nom.

62 Et ils firent signe à son père [qu’il déclarât] comment il voulait qu’il fût appelé.

63 Et ayant demandé des tablettes, il écrivit, disant : Jean est son nom. Et ils en furent tous étonnés.

64 Et à l’instant sa bouche fut ouverte et sa langue [déliée] ; et il parlait, louant Dieu.

65 Et tous leurs voisins furent saisis de crainte ; et on s’entretenait de toutes ces choses par tout le pays des montagnes de la Judée ;

66 et tous ceux qui les entendirent, les mirent dans leur cœur, disant : Que sera donc cet enfant ? Et la main du *Seigneur était avec lui.

— v. 60 : voir note verset 13.

67 Et Zacharie, son père, fut rempli de l’Esprit Saint, et prophétisa, disant :

68 Béni soit le *Seigneur, le Dieu d’Israël, car il a visité et sauvé* son peuple,

69 et nous a suscité une corne* de délivrance dans la maison de David son serviteur,

70 selon ce qu’il avait dit par la bouche de ses saints prophètes, qui ont été de tout temps,

71 une délivrance de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent ;

72 pour accomplir la miséricorde envers nos pères et pour se souvenir de sa sainte alliance,

73 du serment qu’il a juré à Abraham notre père,

74 de nous accorder, étant libérés* de la main de nos ennemis, de le servir sans crainte,

75 en sainteté et en justice devant lui, tous nos jours.

76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-haut : car tu iras devant la face du *Seigneur pour préparer ses voies,

77 pour donner la connaissance du salut* à son peuple, dans la rémission de leurs péchés,

78 par les entrailles de miséricorde de notre Dieu, selon lesquelles l’Orient* d’en haut nous a visités,

79 afin de luire à ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, pour conduire nos pieds dans le chemin de la paix.

— v. 68 : litt. : opéré la rédemption pour. — v. 69 : emblème de force. — v. 74 : ailleurs : délivrer, comme 1 Thessaloniciens 1:10. — v. 77 : délivrance, versets 69, 71. — v. 78 : proprement : lever, levant ; les Septante rendaient ainsi le Germe de Jérémie 23:5, etc.

80 Et l’enfant croissait et se fortifiait en esprit ; et il fut dans les déserts jusqu’au jour de sa manifestation* à Israël.

— v. 80 : manifestation publique.

Chapitre 2

1 Or il arriva, en ces jours-là, qu’un décret fut rendu de la part de César Auguste*, [portant] qu’il fût fait un recensement de toute la terre habitée.

2 (Le recensement lui-même se fit seulement* lorsque Cyrénius eut le gouvernement de la Syrie).

3 Et tous allaient pour être enregistrés, chacun en sa propre ville.

4 Et Joseph aussi monta de Galilée, de la ville de Nazareth, en Judée, dans la ville* de David qui est appelée Bethléhem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David,

5 pour être enregistré avec Marie, la femme qui lui était fiancée, laquelle était enceinte.

6 Et il arriva, pendant qu’ils étaient là, que les jours où elle devait accoucher s’accomplirent ;

7 et elle mit au monde son fils premier-né, et l’emmaillota, et le coucha dans la crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie.

— v. 1 : le premier empereur de Rome. — v. 2 : litt. : premièrement. — v. 4 : ou : une ville.

8 Et il y avait dans la même contrée des bergers demeurant aux champs, et gardant leur troupeau durant les veilles de la nuit.

9 Et voici, un ange du *Seigneur se trouva avec eux, et la gloire du *Seigneur resplendit autour d’eux ; et ils furent saisis d’une fort grande peur.

10 Et l’ange leur dit : N’ayez point de peur, car voici, je vous annonce un grand sujet de joie* qui sera pour tout le peuple ;

11 car aujourd’hui, dans la cité de David, vous est né un sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.

12 Et ceci en est le signe pour vous, c’est que vous trouverez un petit enfant emmailloté et couché dans une crèche.

13 Et soudain il y eut avec l’ange une multitude de l’armée céleste, louant Dieu, et disant :

14 Gloire à Dieu dans les lieux très-hauts ; et sur la terre, paix ; et bon plaisir dans les hommes !

15 Et il arriva, lorsque les anges s’en furent allés d’avec eux au ciel, que les bergers dirent entre eux : Allons donc jusqu’à Bethléhem, et voyons cette chose qui est arrivée que le *Seigneur nous a fait connaître.

16 Et ils allèrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche.

17 Et l’ayant vu, ils divulguèrent la* parole qui leur avait été dite touchant ce petit enfant.

18 Et tous ceux qui l’ouïrent s’étonnèrent des choses qui leur étaient dites par les bergers.

19 Et Marie gardait toutes ces choses par devers elle, les repassant dans son cœur.

20 Et les bergers s’en retournèrent, glorifiant et louant Dieu de toutes les choses qu’ils avaient entendues et vues, selon qu’il leur en avait été parlé.

— v. 10 : litt. : je vous évangélise une grande joie. — v. 17 : litt. : touchant la.

21 Et quand huit jours furent accomplis pour le circoncire, son nom fut appelé Jésus, nom duquel il avait été appelé par l’ange avant qu’il fût conçu dans le ventre.


22 Et quand les jours de leur purification, selon la loi de Moïse, furent accomplis, ils le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au *Seigneur

23 (selon qu’il est écrit dans la loi du *Seigneur, que tout mâle qui ouvre la matrice sera appelé saint au *Seigneur)*,

24 et pour offrir un sacrifice, selon ce qui est prescrit dans la loi du *Seigneur, une paire de tourterelles ou deux jeunes colombes*.

— v. 23, 24 : voir Exode 13:2, 12, 15 ; Lévitique 12.

25 Et voici, il y avait à Jérusalem un homme dont le nom était Siméon ; et cet homme était juste et pieux, et il attendait la consolation d’Israël ; et l’Esprit Saint était sur lui.

26 Et il avait été averti divinement par l’Esprit Saint qu’il ne verrait pas la mort, que premièrement il n’eût vu le Christ du *Seigneur.

27 Et il vint par l’Esprit dans le temple ; et comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour faire à son égard selon l’usage de la loi,

28 il* le prit entre ses bras et bénit Dieu et dit :

29 Maintenant, Seigneur*, tu laisses aller ton esclave en paix selon ta parole ;

30 car mes yeux ont vu ton salut*,

31 lequel tu as préparé devant la face de tous les peuples :

32 une lumière pour la révélation des nations, et la gloire de ton peuple Israël.

33 Et son père et sa mère s’étonnaient des choses qui étaient dites de lui.

34 Et Siméon les bénit et dit à Marie sa mère : Voici, celui-ci est mis pour la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et pour un signe que l’on contredira

35 (et même une épée transpercera ta propre âme), en sorte que les pensées de plusieurs cœurs soient révélées.

— v. 28 : ou : lui aussi. — v. 29 : maître d’un esclave ; ailleurs : souverain. — v. 30 : plutôt ce qui sauve que le salut en lui-même ; comparer 3:6 et Actes 28:28.

36 Et il y avait Anne, une prophétesse, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser (elle était fort avancée en âge, ayant vécu avec un mari sept ans depuis sa virginité,

37 et veuve d’environ* quatre-vingt-quatre ans), qui ne quittait pas le temple, servant [Dieu] en jeûnes et en prières, nuit et jour ;

38 celle-ci, survenant en ce même moment, louait le *Seigneur, et parlait de lui à tous ceux qui, à Jérusalem, attendaient la délivrance*.

— v. 37 : plusieurs lisent : jusqu’à. — v. 38 : ou : la rédemption.

39 Et quand ils eurent tout accompli selon la loi du *Seigneur, ils s’en retournèrent en Galilée, à Nazareth, leur ville.

40 Et l’enfant croissait et se fortifiait, étant rempli de sagesse ; et la faveur de Dieu était sur lui.


41 Et ses parents allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque.

42 Et quand il eut douze ans, comme ils étaient montés à Jérusalem, selon la coutume de la fête,

43 et qu’ils avaient accompli les jours [de la fête], comme ils s’en retournaient, l’enfant Jésus demeura dans Jérusalem ; et ses parents ne le savaient pas.

44 Mais croyant qu’il était dans la troupe des voyageurs, ils marchèrent le chemin d’un jour et le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances ;

45 et ne le trouvant pas, ils s’en retournèrent à Jérusalem à sa recherche.

46 Et il arriva qu’après trois jours ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant.

47 Et tous ceux qui l’entendaient s’étonnaient de son intelligence et de ses réponses.

48 Et quand ils le virent, ils furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait ainsi ? Voici, ton père et moi nous te cherchions, étant en grande peine.

49 Et il leur dit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être aux affaires de mon Père ?

50 Et ils ne comprirent pas la parole qu’il leur disait.

51 Et il descendit avec eux, et vint à Nazareth, et leur était soumis. Et sa mère conservait toutes ces paroles dans son cœur.

52 Et Jésus avançait en sagesse et en stature, et en faveur auprès de Dieu et des hommes.

Chapitre 3

1 Or, en la quinzième année du règne de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, et Hérode tétrarque de la Galilée, et Philippe son frère tétrarque de l’Iturée et de la contrée de Trachonite, et Lysanias tétrarque de l’Abilène,

2 sous la souveraine sacrificature d’Anne et de Caïphe, la parole de Dieu vint à Jean, le fils de Zacharie, au désert.

3 Et il alla dans tout le pays des environs du Jourdain, prêchant le baptême de repentance en rémission de péchés ;

4 comme il est écrit au livre des paroles d’Ésaïe le prophète : « Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du *Seigneur, faites droits ses sentiers.

5 Toute vallée sera comblée, et toute montagne et toute colline sera abaissée, et les choses tortues seront rendues droites, et les [sentiers] raboteux deviendront des sentiers unis ;

6 et toute chair verra le salut* de Dieu » [Ésaïe 40:3-5].

7 Il disait donc aux foules qui sortaient pour être baptisées par lui : Race de vipères, qui vous a avertis de fuir la colère qui vient ?

8 Produisez donc des fruits qui conviennent à la repentance ; et ne vous mettez pas à dire en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père ; car je vous dis que Dieu peut, de ces pierres, susciter des enfants à Abraham.

9 Et déjà même la cognée est mise à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit, est coupé et jeté au feu.

10 Et les foules l’interrogèrent, disant : Que faut-il donc que nous fassions ?

11 Et répondant, il leur dit : Que celui qui a deux tuniques en donne à celui qui n’en a point, et que celui qui a des vivres fasse de même.

12 Et des publicains vinrent aussi pour être baptisés ; et ils lui dirent : Maître*, que faut-il que nous fassions ?

13 Et il leur dit : Ne percevez rien au delà de ce qui vous est ordonné.

14 Et des gens de guerre l’interrogèrent aussi, disant : Et nous, que faut-il que nous fassions ? Et il leur dit : Ne commettez pas d’extorsions, ni n’accusez faussement personne, et contentez-vous de vos gages.

15 — Et comme le peuple était dans l’attente, et que tous raisonnaient dans leurs cœurs à l’égard de Jean si lui ne serait point le Christ,

16 Jean répondait à tous, disant : Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, duquel je ne suis pas digne de délier la courroie des sandales : lui vous baptisera de* l’Esprit Saint et de feu.

17 Il a son van dans sa main, et il nettoiera entièrement son aire et assemblera le froment dans son grenier, mais il brûlera la balle au feu inextinguible.

18 Et faisant aussi plusieurs autres exhortations, il évangélisait donc le peuple ;

19 mais Hérode le tétrarque, étant repris par lui au sujet d’Hérodias, la femme de son frère, et à cause de toutes les choses méchantes qu’Hérode avait faites,

20 ajouta encore à toutes les autres celle de mettre Jean en prison.

— v. 6 : voir note à 2:30. — v. 12 : celui qui enseigne, docteur (ici, et ailleurs souvent). — v. 16 : en, dans la puissance de.

21 Et il arriva que, comme tout le peuple était baptisé, Jésus aussi étant baptisé et priant, le ciel s’ouvrit ;

22 et l’Esprit Saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe ; et il y eut une voix qui venait du ciel : Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai trouvé mon plaisir.


23 Et Jésus lui-même commençait d’avoir environ trente ans*, étant, comme on l’estimait, fils de Joseph : d’Héli,

24 de Matthat, de Lévi, de Melchi, de Janna, de Joseph,

25 de Mattathie, d’Amos, de Nahum, d’Esli, de Naggé,

26 de Maath, de Mattathie, de Séméi, de Joseph, de Juda,

27 de Johanna, de Rhésa, de Zorobabel, de Salathiel, de Néri,

28 de Melchi, d’Addi, de Cosam, d’Elmodam, d’Er,

29 de José, d’Éliézer, de Jorim, de Matthat, de Lévi,

30 de Siméon, de Juda, de Joseph, de Jonan, d’Éliakim,

31 de Méléa, de Maïnan, de Mattatha, de Nathan, de David,

32 de Jessé, d’Obed, de Booz, de Salmon, de Naasson,

33 d’Aminadab, d’Aram, d’Esrom, de Pharès, de Juda,

34 de Jacob, d’Isaac, d’Abraham, de Thara, de Nachor,

35 de Seruch, de Ragaü, de Phalek, d’Éber, de Sala,

36 de Caïnan, d’Arphaxad, de Sem, de Noé, de Lamech,

37 de Mathusala, d’Énoch, de Jared, de Maléléel, de Caïnan,

38 d’Énos, de Seth, d’Adam, de Dieu.

— v. 23 : ou : lui-même avait environ trente ans, au début de son ministère.

Chapitre 4

1 Or Jésus, plein de l’Esprit Saint, s’en retourna du Jourdain et fut mené par* l’Esprit dans le désert,

2 étant tenté par le diable quarante jours. Et il ne mangea rien pendant ces jours-là ; et lorsqu’ils furent accomplis, il eut faim.

3 Et le diable lui dit : Si tu es Fils de Dieu, dis à cette pierre qu’elle devienne du pain.

4 Et Jésus lui répondit, disant : Il est écrit que « l’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole de Dieu » [Deutéronome 8:3].

— v. 1 : en, dans la puissance de.

5 Et le diable, le menant sur une haute montagne, lui montra, en un instant, tous les royaumes de la terre habitée.

6 Et le diable lui dit : Je te donnerai toute cette autorité et la gloire de ces royaumes* ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux.

7 Si donc tu te prosternes* devant moi, elle sera toute à toi.

8 Et Jésus, lui répondant, dit : Il est écrit : « Tu rendras hommage au *Seigneur ton Dieu, et tu le serviras lui seul » [Deutéronome 6:13].

— v. 6 : litt. : leur gloire. — v. 7 : prosterner, ailleurs : rendre hommage.

9 Et il l’amena à Jérusalem, et le plaça sur le faîte du temple et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d’ici en bas ;

10 car il est écrit : « Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, pour te garder ;

11 et ils te porteront sur leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre une pierre » [Psaume 91:11-12].

12 Et Jésus, répondant, lui dit : Il est dit : « Tu ne tenteras pas le *Seigneur ton Dieu » [Deutéronome 6:16].

13 Et ayant accompli toute tentation, le diable se retira d’avec lui pour un temps*.

— v. 13 : jusqu’à un [autre] temps.

14 Et Jésus s’en retourna en Galilée, dans la puissance de l’Esprit ; et sa renommée se répandit par tout le pays d’alentour.

15 Et lui-même enseignait dans leurs synagogues, étant glorifié par tous.

16 Et il vint à Nazareth où il avait été élevé* ; et il entra dans la synagogue au jour du sabbat, selon sa coutume, et se leva pour lire.

17 Et on lui donna le livre du prophète Ésaïe ; et ayant déployé le livre, il trouva le passage où il était écrit :

18 « L’Esprit du *Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer de bonnes nouvelles* aux pauvres ;

19 il m’a envoyé pour publier aux captifs la délivrance*, et aux aveugles le recouvrement de la vue ; pour renvoyer libres ceux qui sont foulés, et pour publier l’an agréable du *Seigneur » [Ésaïe 61:1-2].

20 Et ayant ployé le livre, et l’ayant rendu à celui qui était de service*, il s’assit ; et les yeux de tous ceux qui étaient dans la synagogue étaient arrêtés sur lui.

21 Et il se mit à leur dire : Aujourd’hui cette écriture est accomplie, vous l’entendant*.

22 Et tous lui rendaient témoignage, et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient : Celui-ci n’est-il pas le fils de Joseph ?

23 Et il leur dit : Assurément vous me direz cette parabole : Médecin, guéris-toi toi-même ; fais ici aussi dans ton pays toutes les choses que nous avons ouï dire qui ont été faites à Capernaüm.

24 Et il dit : En vérité, je vous dis qu’aucun prophète n’est reçu dans son pays.

25 Et, en vérité, je vous dis qu’il y avait plusieurs veuves en Israël, aux jours d’Élie, lorsque le ciel fut fermé trois ans et six mois, de sorte qu’il y eut une grande famine par tout le pays ;

26 et Élie ne fut envoyé vers aucune d’elles, sinon à Sarepta de la Sidonie vers une femme veuve*.

27 Et il y avait plusieurs lépreux en Israël au temps d’Élisée le prophète ; et aucun d’eux ne fut rendu net, sinon Naaman, le Syrien*.

28 Et ils furent tous remplis de colère dans la synagogue en entendant ces choses ;

29 et s’étant levés, ils le chassèrent hors de la ville, et le menèrent jusqu’au bord escarpé de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, de manière à l’en précipiter.

30 Mais lui, passant au milieu d’eux, s’en alla.

— v. 16 : litt. : nourri. — v. 18 : ailleurs : évangéliser. — v. 19 : plutôt : libération. — v. 20 : voir note à 1:2. — v. 21 : litt. : dans vos oreilles. — v. 26 : voir 1 Rois 17. — v. 27 : voir 2 Rois 5.

31 Et il descendit à Capernaüm, ville de Galilée, et il les enseignait au jour de sabbat.

32 Et ils s’étonnaient de sa doctrine, parce que sa parole était avec autorité.

33 Et il y avait dans la synagogue un homme qui avait un esprit de démon immonde ; et il s’écria à haute voix,

34 disant : Ha* ! qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus Nazarénien ? Es-tu venu pour nous détruire ? Je te connais, qui tu es** : le Saint de Dieu.

35 Et Jésus le tança, disant : Tais-toi, et sors de lui. Et le démon, l’ayant jeté au milieu [de tous], sortit de lui sans lui avoir fait aucun mal.

36 Et ils furent tous saisis d’étonnement, et ils parlaient entre eux, disant : Quelle parole est celle-ci ? car il commande avec autorité et puissance aux esprits immondes, et ils sortent.

37 Et sa renommée se répandait dans tous les lieux d’alentour.

— v. 34* : ici, expression de mécontentement, comme Marc 1:24. — v. 34** : c’est-à-dire : Je sais qui tu es.

38 Et s’étant levé, [il sortit] de la synagogue et entra dans la maison de Simon. Et la belle-mère de Simon était prise d’une grosse fièvre, et on le pria pour elle.

39 Et s’étant penché sur elle, il tança la fièvre, et [la fièvre] la quitta ; et à l’instant s’étant levée, elle les servit.


40 Et comme le soleil se couchait, tous ceux qui avaient des infirmes atteints de diverses maladies, les lui amenèrent ; et ayant imposé les mains à chacun d’eux, il les guérit.

41 Et les démons aussi sortaient de plusieurs, criant et disant : Tu es le Fils de Dieu. Et, les tançant, il ne leur permettait pas de parler, parce qu’ils savaient qu’il était le Christ.


42 Et quand il fut jour, il sortit et s’en alla en un lieu désert ; et les foules le recherchaient et vinrent jusqu’à lui ; et elles le retenaient, afin qu’il ne s’en allât point d’auprès d’elles.

43 Mais il leur dit : Il faut que j’annonce* le royaume de Dieu aux autres villes aussi ; car j’ai été envoyé pour cela.

44 Et il prêchait dans les synagogues de la Galilée.

— v. 43 : litt. : évangélise, c’est-à-dire que j’annonce la bonne nouvelle du royaume.

Chapitre 5

1 Or il arriva, comme la foule se jetait sur lui pour entendre la parole de Dieu, qu’il se tenait sur le bord du lac de Génésareth.

2 Et il vit deux nacelles qui étaient au bord du lac. Or les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets.

3 Et montant dans l’une des nacelles qui était à Simon, il le pria de s’éloigner un peu de terre ; et, s’étant assis, il enseignait les foules de dessus la nacelle.

4 Et quand il eut cessé de parler, il dit à Simon : Mène en pleine eau, et lâchez vos filets pour la pêche.

5 Et Simon, répondant, lui dit : Maître*, nous avons travaillé toute la nuit, et nous n’avons rien pris ; mais sur ta parole je lâcherai le filet.

6 Et ayant fait cela, ils enfermèrent une grande quantité de poissons, et leur filet se rompait.

7 Et ils firent signe à leurs compagnons qui étaient dans l’autre nacelle de venir les aider ; et ils vinrent et remplirent les deux nacelles, de sorte qu’elles enfonçaient.

8 Et Simon Pierre, ayant vu cela, se jeta aux genoux de Jésus, disant : Seigneur, retire-toi de moi, car je suis un homme pécheur.

9 Car la frayeur l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, à cause de la prise de poissons qu’ils venaient de faire ;

10 de même que Jacques et Jean aussi, fils de Zébédée, qui étaient associés de Simon. Et Jésus dit à Simon : Ne crains pas ; dorénavant tu prendras des hommes.

11 Et ayant mené les nacelles à terre, ils quittèrent tout et le suivirent.

— v. 5 : celui qui est au-dessus des autres.

12 Et il arriva, comme il était dans une des villes, que voici un homme plein de lèpre ; et voyant Jésus, il se jeta sur sa face et le supplia, disant : Seigneur, si tu veux, tu peux me rendre net.

13 Et étendant la main, il le toucha, disant : Je veux, sois net. Et aussitôt la lèpre se retira de lui.

14 Et il lui commanda de ne le dire à personne : mais va et montre-toi au sacrificateur, et offre pour ta purification selon ce que Moïse a ordonné*, pour que cela leur serve de témoignage.

15 Et sa renommée se répandait de plus en plus ; et de grandes foules s’assemblèrent pour l’entendre et pour être guéries de leurs infirmités ;

16 mais lui, se tenait retiré dans les déserts et priait.

— v. 14 : voir Lévitique 14.

17 Et il arriva, l’un de ces jours*, qu’il enseignait. Et des pharisiens et des docteurs de la loi, qui étaient venus de chaque bourgade de Galilée, et de Judée, et de Jérusalem, étaient assis [là], et la puissance du *Seigneur était [là] pour les guérir.

18 Et voici des hommes portant sur un lit un homme qui était paralysé ; et ils cherchaient à l’introduire et à le mettre devant lui.

19 Et ne trouvant pas par quel moyen ils pourraient l’introduire, à cause de la foule, ils montèrent sur le toit et le descendirent par les tuiles, avec son petit lit, au milieu, devant Jésus.

20 Et voyant leur foi, il dit : Homme, tes péchés te sont pardonnés.

21 Et les scribes et les pharisiens se mirent à raisonner, disant : Qui est celui-ci qui profère des blasphèmes ? Qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul ?

22 Et Jésus, connaissant leurs pensées, répondant, leur dit : Pourquoi raisonnez-vous dans vos cœurs ?

23 Lequel est le plus facile, de dire : Tes péchés te sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi et marche ?

24 Or, afin que vous sachiez que le fils de l’homme a le pouvoir sur la terre de pardonner les péchés (il dit au paralytique) : Je te dis, lève-toi, et, prenant ton petit lit, va dans ta maison.

25 Et à l’instant, s’étant levé devant eux, il prit [le lit] sur lequel il était couché, et s’en alla dans sa maison, glorifiant Dieu.

26 Et ils furent tous saisis d’étonnement, et glorifiaient Dieu ; et ils furent remplis de crainte, disant : Nous avons vu aujourd’hui des choses étranges.

— v. 17 : litt. : un des jours.

27 Et après cela il sortit ; et il vit un publicain* nommé Lévi, assis au bureau de recette, et il lui dit : Suis-moi.

28 Et quittant tout, il se leva et le suivit.

29 Et Lévi lui fit un grand festin dans sa maison ; et il y avait une grande foule de publicains et d’autres gens qui étaient avec eux à table.

30 Et leurs scribes et les pharisiens murmuraient contre ses disciples, disant : Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains* et les pécheurs ?

31 Et Jésus, répondant, leur dit : Ceux qui sont en santé n’ont pas besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal.

32 Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs à la repentance.

33 Et ils lui dirent : Pourquoi les disciples de Jean jeûnent-ils souvent et font-ils des prières, pareillement aussi ceux des pharisiens, mais les tiens mangent et boivent ?

34 Et il leur dit : Pouvez-vous faire jeûner les fils de la chambre nuptiale* pendant que l’époux est avec eux ?

35 Mais des jours viendront, où aussi l’époux leur aura été ôté ; alors ils jeûneront en ces jours-là.

36 Et il leur dit aussi une parabole : Personne ne met un morceau d’un habit neuf à un vieil habit ; autrement il déchirera le neuf, et aussi la pièce [prise] du neuf ne s’accordera pas avec le vieux.

37 Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement le vin nouveau rompra les outres, et il se répandra, et les outres seront perdues ;

38 mais le vin nouveau doit être mis dans des outres neuves, et tous les deux se conservent.

39 Et il n’y a personne qui ait bu du vieux, qui veuille aussitôt du nouveau ; car il dit : Le vieux est meilleur.

— v. 27, 30 : voir note à Matthieu 9:10. — v. 34 : les compagnons de l’époux.

Chapitre 6

1 Or il arriva, au sabbat second-premier, qu’il passait par des blés ; et ses disciples arrachaient des épis et les mangeaient, les froissant entre leurs mains.

2 Et quelques-uns des pharisiens leur dirent : Pourquoi faites-vous ce qu’il n’est pas permis de faire au jour de sabbat ?

3 Et Jésus, répondant, leur dit : N’avez-vous pas même lu ce que fit David quand il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui ;

4 comment il entra dans la maison de Dieu, et prit les pains de proposition, et en mangea, et en donna aussi à ceux qui étaient avec lui, quoiqu’il ne soit pas permis d’en manger, sinon aux sacrificateurs seuls ? *

5 Et il leur dit : Le fils de l’homme est seigneur aussi du sabbat.

— v. 4 : voir Lévitique 24:5, 9 ; 1 Samuel 21:6.

6 Et il arriva aussi, un autre sabbat, qu’il entra dans la synagogue et qu’il enseignait. Et il y avait là un homme, et sa main droite était sèche.

7 Et les scribes et les pharisiens observaient s’il guérirait en un jour de sabbat, afin qu’ils trouvassent de quoi l’accuser.

8 Et lui connut leurs pensées et dit à l’homme qui avait la main sèche : Lève-toi, et tiens-toi là devant tous. Et s’étant levé, il se tint là.

9 Jésus donc leur dit : Je vous demanderai s’il est permis, le jour de sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver la vie ou de la perdre ?

10 Et les ayant tous regardés à l’entour, il lui dit : Étends ta main. Et il fit ainsi ; et sa main fut rendue [saine] comme l’autre.

11 Et ils en furent hors d’eux-mêmes, et s’entretenaient ensemble de ce qu’ils pourraient faire à Jésus.


12 Or il arriva, en ces jours-là, qu’il s’en alla sur une montagne pour prier. Et il passa toute la nuit à prier Dieu.

13 Et quand le jour fut venu, il appela ses disciples. Et en ayant choisi douze d’entre eux, lesquels il nomma aussi apôtres :

14 Simon, qu’il nomma aussi Pierre, et André son frère ; Jacques et Jean ; Philippe et Barthélemy ;

15 Matthieu et Thomas ; Jacques le [fils] d’Alphée, et Simon qui était appelé Zélote* ;

16 Jude [frère] de Jacques, et Judas Iscariote, qui aussi devint traître ;

17 — et étant descendu avec eux, il s’arrêta dans un lieu uni, ainsi que la foule de ses disciples et une grande multitude de peuple de toute la Judée et de Jérusalem, et de la contrée maritime de Tyr et de Sidon, qui étaient venus pour l’entendre et pour être guéris de leurs maladies ;

18 ceux aussi qui étaient tourmentés par des esprits immondes furent guéris ;

19 et toute la foule cherchait à le toucher, car il sortait de lui de la puissance, et elle les guérissait tous.

— v. 15 : ou : le zélateur.

20 Et lui, élevant les yeux vers ses disciples, dit : Bienheureux, vous pauvres, car à vous est le royaume de Dieu ;

21 bienheureux, vous qui maintenant avez faim, car vous serez rassasiés ; bienheureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez.

22 Vous êtes bienheureux quand les hommes vous haïront, et quand ils vous retrancheront [de leur société], et qu’ils vous insulteront et rejetteront votre nom comme mauvais, à cause du fils de l’homme.

23 Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez de joie, car voici, votre récompense est grande dans le ciel, car leurs pères en ont fait de même aux prophètes.

24 Mais malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation ;

25 malheur à vous qui êtes rassasiés, car vous aurez faim ; malheur à vous qui riez maintenant, car vous mènerez deuil et vous pleurerez.

26 Malheur [à vous] quand tous les hommes diront du bien de vous, car leurs pères en ont fait de même aux faux prophètes.

27 Mais à vous qui écoutez, je vous dis : Aimez vos ennemis ; faites du bien à ceux qui vous haïssent ;

28 bénissez ceux qui vous maudissent ; priez pour ceux qui vous font du tort.

29 À celui qui te frappe sur une joue, présente aussi l’autre ; et si quelqu’un t’ôte ton manteau, ne l’empêche pas [de prendre] aussi ta tunique.

30 Donne à tout homme qui te demande, et à celui qui t’ôte ce qui t’appartient, ne le redemande pas.

31 Et comme vous voulez que les hommes vous fassent, vous aussi faites-leur de même.

32 Et si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on ? car les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment.

33 Et si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré vous en saura-t-on ? car les pécheurs aussi en font autant.

34 Et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on ? car les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs, afin qu’ils reçoivent la pareille.

35 Mais aimez vos ennemis, et faites du bien, et prêtez sans en rien espérer ; et votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-haut ; car il est bon envers les ingrats et les méchants.

36 Soyez donc miséricordieux, comme aussi votre Père est miséricordieux ;

37 et ne jugez pas, et vous ne serez point jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez point condamnés ; acquittez, et vous serez acquittés* ;

38 donnez, et il vous sera donné : on vous donnera dans le sein bonne mesure, pressée et secouée, et qui débordera ; car de la même mesure dont vous mesurerez, on vous mesurera en retour.

— v. 37 : ou : renvoyez libres, et vous serez renvoyés libres.

39 Et il leur disait aussi une parabole : Un aveugle peut-il conduire un aveugle ? ne tomberont-ils pas tous deux dans la fosse ?

40 Le disciple n’est pas au-dessus de son maître, mais tout homme accompli sera comme son maître.

41 Et pourquoi regardes-tu le fétu* qui est dans l’œil de ton frère, et tu ne t’aperçois pas de la poutre qui est dans ton propre œil ?

42 Ou comment peux-tu dire à ton frère : Frère, permets, j’ôterai le fétu* qui est dans ton œil, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans ton œil ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras clair pour ôter le fétu qui est dans l’œil de ton frère.

43 Car il n’y a pas de bon arbre qui produise de mauvais fruit, ni d’arbre mauvais qui produise de bon fruit ;

44 car chaque arbre se connaît à son propre fruit, car on ne récolte pas des figues sur des épines, ni ne cueille du raisin sur un buisson.

45 L’homme bon, du bon trésor de son cœur produit ce qui est bon, et l’homme mauvais, du mauvais produit ce qui est mauvais : car de l’abondance du cœur sa bouche parle.

46 Et pourquoi m’appelez-vous : Seigneur, Seigneur, et ne faites-vous pas ce que je dis ?

47 Je vous montrerai à qui est semblable tout homme qui vient à moi, et qui entend mes paroles et les met en pratique :

48 il est semblable à un homme qui bâtit une maison, qui a foui et creusé profondément, et a mis un fondement sur le roc : mais une inondation étant survenue, le fleuve s’est jeté avec violence contre cette maison, et il n’a pu l’ébranler, car elle avait été fondée sur le roc.

49 Mais celui qui a entendu et n’a pas mis en pratique, est semblable à un homme qui a bâti une maison sur la terre, sans fondement ; et le fleuve s’est jeté avec violence contre elle, et aussitôt elle est tombée ; et la ruine* de cette maison a été grande.

— v. 41, 42 : ou : la paille. — v. 49 : litt. : la brèche.

Chapitre 7

1 Or, quand il eut achevé tous ses discours, le peuple l’entendant, il entra dans Capernaüm.

2 Et l’esclave d’un certain centurion, à qui il était fort cher, était malade et s’en allait mourir.

3 Et ayant ouï parler de Jésus, il envoya vers lui des anciens des Juifs, le priant de venir sauver* son esclave.

4 Et étant venus à Jésus, ils le priaient instamment, disant : Il est digne que tu lui accordes cela,

5 car il aime notre nation et nous a lui-même bâti la synagogue.

6 Et Jésus alla avec eux. Et déjà comme il n’était plus guère loin de la maison, le centurion envoya des amis vers lui, lui disant : Seigneur, ne te donne pas de fatigue, car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit ;

7 c’est pourquoi je ne me suis pas cru digne moi-même non plus d’aller vers toi ; mais dis une parole* et mon serviteur sera guéri.

8 Car moi aussi, je suis un homme placé sous l’autorité [d’autrui], ayant sous moi des soldats ; et je dis à l’un : Va, et il va ; et à un autre : Viens, et il vient ; et à mon esclave : Fais cela, et il le fait.

9 Et Jésus, ayant entendu ces choses, l’admira ; et se tournant vers la foule qui le suivait, il dit : Je vous dis que je n’ai pas trouvé, même en Israël, une si grande foi.

10 Et ceux qui avaient été envoyés, s’en étant retournés à la maison, trouvèrent bien portant l’esclave malade.

— v. 3 : ou : guérir. — v. 7 : litt. : par parole.

11 Et le jour suivant*, il arriva que [Jésus] allait à une ville appelée Naïn, et plusieurs de ses disciples et une grande foule allaient avec lui.

12 Et comme il approchait de la porte de la ville, voici, on portait dehors un mort, fils unique de sa mère, et elle était veuve ; et une foule considérable de la ville était avec elle.

13 Et le Seigneur, la voyant, fut ému de compassion envers elle et lui dit : Ne pleure pas.

14 Et s’approchant, il toucha la bière ; et ceux qui la portaient s’arrêtèrent ; et il dit : Jeune homme, je te dis, lève-toi.

15 Et le mort se leva sur son séant, et commença à parler ; et il le donna à sa mère.

16 Et ils furent tous saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu, disant : Un grand prophète a été suscité parmi nous, et Dieu a visité son peuple.

17 Et le bruit de ce fait* se répandit à son sujet dans toute la Judée et dans tout le pays d’alentour.

— v. 11 : ou : Et après cela. — v. 17 : litt. : Et cette parole.

18 Et les disciples de Jean lui rapportèrent toutes ces choses.

19 Et ayant appelé deux de ses disciples, Jean les envoya vers Jésus, disant : Es-tu celui qui vient, ou devons-nous en attendre un autre ?

20 Et les hommes, étant venus à lui, dirent : Jean le baptiseur nous a envoyés auprès de toi, disant : Es-tu celui qui vient, ou devons-nous en attendre un autre ?

21 (En cette heure-là, il guérit plusieurs personnes de maladies et de fléaux et de mauvais esprits, et il donna la vue à plusieurs aveugles).

22 Et Jésus, répondant, leur dit : Allez, et rapportez à Jean les choses que vous avez vues et entendues : que les aveugles recouvrent la vue, que les boiteux marchent, que les lépreux sont rendus nets, que les sourds entendent, que les morts ressuscitent, et que l’évangile* est annoncé aux pauvres.

23 Et bienheureux est quiconque n’aura pas été scandalisé en moi.

— v. 22 : ou : la bonne nouvelle.

24 Et lorsque les messagers de Jean s’en furent allés, il se mit à dire de Jean aux foules : Qu’êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ?

25 Mais qu’êtes-vous allés voir ? Un homme vêtu de vêtements précieux ? Voici, ceux qui sont vêtus magnifiquement et qui vivent dans les délices, sont dans les palais des rois.

26 Mais qu’êtes-vous allés voir ? Un prophète ? Oui, vous dis-je, et plus qu’un prophète.

27 C’est ici celui dont il est écrit : « Voici, j’envoie mon messager devant ta face, lequel préparera ton chemin devant toi » [Malachie 3:1] ;

28 car je vous dis : Parmi ceux qui sont nés de femme, il n’y a aucun prophète plus grand que Jean le baptiseur ; mais le moindre dans le royaume de Dieu est plus grand que lui.

29 (Et tout le peuple qui entendait cela, et les publicains, justifiaient Dieu, ayant été baptisés du baptême de Jean ;

30 mais les pharisiens et les docteurs de la loi rejetaient contre* eux-mêmes le conseil de Dieu, n’ayant pas été baptisés par lui).

31 À qui donc comparerai-je les hommes de cette génération, et à qui ressemblent-ils ?

32 Ils sont semblables à des petits enfants qui sont assis au marché et qui crient les uns aux autres et disent : Nous vous avons joué de la flûte et vous n’avez pas dansé ; nous vous avons chanté des complaintes et vous n’avez pas pleuré.

33 Car Jean le baptiseur est venu, ne mangeant pas de pain et ne buvant pas de vin, et vous dites : Il a un démon.

34 Le fils de l’homme est venu, mangeant et buvant, et vous dites : Voici un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des pécheurs.

35 Et la sagesse a été justifiée par tous ses enfants.

— v. 30 : ou : quant à.

36 Et un des pharisiens le pria de manger avec lui. Et entrant dans la maison du pharisien, il se mit à table.

37 Et voici, une femme dans la ville, qui était une pécheresse, et qui savait qu’il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d’albâtre [plein] de parfum ;

38 et se tenant derrière à ses pieds, et pleurant, elle se mit à les* arroser de ses larmes, et elle les essuyait avec les cheveux de sa tête, et couvrait ses pieds de baisers, et les oignait avec le parfum.

39 Et le pharisien qui l’avait convié, voyant cela, dit en lui-même* : Celui-ci, s’il était prophète, saurait qui et quelle est cette femme qui le touche, car c’est une pécheresse.

40 Et Jésus, répondant, lui dit : Simon, j’ai quelque chose à te dire. Et il dit : Maître*, dis-le.

41 Un créancier avait deux débiteurs : l’un lui devait cinq cents deniers, et l’autre cinquante ;

42 et comme ils n’avaient pas de quoi payer, il quitta la dette à l’un et à l’autre. Dis donc lequel des deux l’aimera le plus.

43 Et Simon, répondant, dit : J’estime que c’est celui à qui il a été quitté davantage. Et il lui dit : Tu as jugé justement.

44 Et se tournant vers la femme, il dit à Simon : Vois-tu cette femme ? Je suis entré dans ta maison ; tu ne m’as pas donné d’eau pour mes pieds, mais elle a arrosé mes pieds de ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux.

45 Tu ne m’as pas donné de baiser ; mais elle, depuis que je suis entré, n’a pas cessé de couvrir mes pieds de baisers.

46 Tu n’as pas oint ma tête d’huile, mais elle a oint mes pieds avec un parfum.

47 C’est pourquoi je te dis : Ses nombreux péchés sont pardonnés, car elle a beaucoup aimé ; mais celui à qui il est peu pardonné, aime peu.

48 Et il dit à la femme : Tes péchés sont pardonnés.

49 Et ceux qui étaient à table avec lui, se mirent à dire en eux-mêmes : Qui est celui-ci qui même pardonne les péchés ?

50 Et il dit à la femme : Ta foi t’a sauvée, va-t’en en paix.

— v. 38 : litt. : ses pieds. — v. 39 : litt. : parla en lui-même, disant. — v. 40 : qui enseigne.

Chapitre 8

1 Et il arriva après cela*, qu’il passait par les villes et par les villages, prêchant et annonçant** le royaume de Dieu ; et les douze [étaient] avec lui,

2 et des femmes aussi qui avaient été guéries d’esprits malins et d’infirmités, Marie, qu’on appelait Magdeleine*, de laquelle étaient sortis sept démons,

3 et Jeanne, femme de Chuzas intendant d’Hérode, et Susanne, et plusieurs autres, qui l’assistaient* de leurs biens.

— v. 1* : ou : dans la suite. — v. 1** : litt. : évangélisant. — v. 2 : ou : de Magdala. — v. 3 : litt. : le servaient.

4 Et comme une grande foule s’assemblait, et qu’on venait à lui de toutes les villes, il dit en parabole :

5 Le semeur sortit pour semer sa semence. Et comme il semait, quelques [grains] tombèrent le long du chemin, et furent foulés aux pieds, et les oiseaux du ciel les dévorèrent.

6 Et d’autres tombèrent sur le roc ; et ayant levé, ils séchèrent, parce qu’ils n’avaient pas d’humidité.

7 Et d’autres tombèrent au milieu des épines ; et les épines levèrent avec eux et les étouffèrent.

8 Et d’autres tombèrent dans la bonne terre, et ils levèrent, et produisirent du fruit au centuple. En disant ces choses, il criait : Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

9 Et ses disciples l’interrogèrent, disant : Qu’est-ce que cette parabole ?

10 Et il dit : À vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu ; mais [il en est parlé] aux autres en paraboles, afin que voyant, ils ne voient pas, et qu’entendant, ils ne comprennent pas.

11 Or voici ce qu’est la parabole : La semence est la parole de Dieu ;

12 et ceux qui sont le long du chemin, sont ceux qui entendent [la parole] ; ensuite vient le diable, et il ôte de leur cœur la parole, de peur qu’en croyant, ils ne soient sauvés.

13 Et ceux qui sont sur le roc, sont ceux qui, lorsqu’ils entendent la parole, la reçoivent avec joie ; et ceux-ci n’ont pas de racine : ils ne croient que pour un temps, et au temps de la tentation ils se retirent.

14 Et ce qui est tombé dans les épines, ce sont ceux qui, ayant entendu [la parole] et s’en étant allés, sont étouffés par les soucis et par les richesses et par les voluptés de la vie*, et ils ne portent pas de fruit à maturité.

15 Mais ce qui est dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole, la retiennent dans un cœur honnête et bon, et portent du fruit avec patience.

16 Or personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase, ni ne la met sous un lit ; mais il la place sur un pied de lampe, afin que ceux qui entrent voient la lumière.

17 Car il n’y a rien de secret qui ne deviendra manifeste, ni rien de caché qui ne se connaîtra et ne vienne en évidence.

18 Prenez donc garde comment vous entendez ; car à quiconque a, il sera donné, et à quiconque n’a pas, cela même qu’il paraît* avoir sera ôté.

— v. 14 : la vie comme telle dans ce monde. — v. 18 : ou : croit.

19 Or sa mère et ses frères vinrent auprès de lui ; et ils ne pouvaient l’aborder, à cause de la foule.

20 Et cela lui fut rapporté par [quelques-uns] qui disaient : Ta mère et tes frères se tiennent dehors, désirant te voir.

21 Mais lui, répondant, leur dit : Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique.


22 Et il arriva, l’un de ces jours, qu’il monta dans une nacelle, et ses disciples [avec lui]. Et il leur dit : Passons à l’autre rive du lac. Et ils prirent le large.

23 Et comme ils voguaient, il s’endormit ; et un vent impétueux fondit sur le lac, et [la nacelle] s’emplissait*, et ils étaient en péril.

24 Et ils vinrent et le réveillèrent, disant : Maître, maître*, nous périssons ! Et lui, s’étant levé, reprit le vent et les flots ; et ils s’apaisèrent, et il se fit un calme.

25 Et il leur dit : Où est votre foi ? Mais eux, saisis de crainte, étaient dans l’étonnement, disant entre eux : Qui donc est celui-ci, qui commande même aux vents et à l’eau, et ils lui obéissent ?

— v. 23 : litt. : ils s’emplissaient. — v. 24 : celui qui est au-dessus des autres ; comme 5:5.

26 Et ils abordèrent dans le pays des Gadaréniens, qui est vis-à-vis de la Galilée.

27 Et quand il fut descendu à terre, un homme de la ville vint à sa rencontre, qui depuis longtemps avait des démons, et ne portait pas de vêtements, et ne demeurait pas dans une maison, mais dans les sépulcres.

28 Et ayant aperçu Jésus, et s’étant écrié, il se jeta devant lui, et dit à haute voix : Qu’y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très-haut ? Je te supplie, ne me tourmente pas.

29 Car [Jésus] avait commandé à l’esprit immonde de sortir de l’homme ; car depuis longtemps il s’était saisi de lui, et [l’homme] avait été lié et gardé dans les chaînes et avec les fers aux pieds ; et brisant ses liens, il était emporté par le démon dans les déserts.

30 Et Jésus lui demanda, disant : Quel est ton nom ? Et il dit : Légion ; car beaucoup de démons étaient entrés en lui.

31 Et ils le priaient* pour qu’il ne leur commandât pas de s’en aller dans l’abîme**.

32 Et il y avait là un grand troupeau de pourceaux paissant sur la montagne, et ils le priaient de leur permettre d’entrer en eux ; et il le leur permit.

33 Et les démons, sortant de l’homme, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se rua du haut de la côte dans le lac, et fut étouffé.

34 Et ceux qui le paissaient, voyant ce qui était arrivé, s’enfuirent, et le racontèrent dans la ville et dans les campagnes.

35 Et ils sortirent pour voir ce qui était arrivé, et vinrent vers Jésus, et trouvèrent assis, vêtu et dans son bon sens, aux pieds de Jésus, l’homme duquel les démons étaient sortis ; et ils eurent peur.

36 Et ceux qui avaient vu [ce qui s’était passé], leur racontèrent aussi comment le démoniaque avait été délivré.

37 Et toute la multitude du pays environnant des Gadaréniens, pria Jésus de s’en aller de chez eux, car ils étaient saisis d’une grande frayeur : et lui, étant monté dans la nacelle, s’en retourna.

38 Et l’homme duquel les démons étaient sortis, le supplia [de lui permettre] d’être avec lui ;

39 mais il le renvoya, disant : Retourne dans ta maison et raconte tout ce que Dieu t’a fait. Et il s’en alla, publiant par toute la ville tout ce que Jésus lui avait fait.

— v. 31* : ou : il le priait. — v. 31** : comparer Apocalypse 20:1, 3.

40 Et quand Jésus fut de retour, il arriva que la foule l’accueillit, car tous l’attendaient.

41 Et voici, un homme dont le nom était Jaïrus, — et il était chef de la synagogue, — vint, et se jetant aux pieds de Jésus, le supplia de venir dans sa maison,

42 car il avait une fille unique, d’environ douze ans, et elle se mourait. Et comme il s’en allait, les foules le serraient.

43 — Et une femme qui avait une perte de sang depuis douze ans, et qui, ayant dépensé tout son bien en médecins, n’avait pu être guérie par aucun,

44 s’approcha par derrière et toucha le bord de son vêtement ; et à l’instant sa perte de sang s’arrêta.

45 Et Jésus dit : Qui est-ce qui m’a touché ? Et comme tous niaient, Pierre dit, et ceux qui étaient avec lui : Maître*, les foules te serrent et te pressent, et tu dis : Qui est-ce qui m’a touché ?

46 Et Jésus dit : Quelqu’un m’a touché, car je sais qu’il est sorti de moi de la puissance.

47 Et la femme, voyant qu’elle n’était pas cachée, vint en tremblant, et, se jetant devant lui, déclara devant tout le peuple pour quelle raison elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie instantanément.

48 Et il lui dit : Aie bon courage*, [ma] fille ; ta foi t’a guérie** ; va-t’en en paix.

49 — Comme il parlait encore, il vient quelqu’un de chez le chef de synagogue, lui disant : Ta fille est morte, ne tourmente pas le maître*.

50 Et Jésus, l’ayant entendu, lui répondit, disant : Ne crains pas, crois seulement, et elle sera sauvée.

51 Et quand il fut arrivé à la maison, il ne permit à personne d’entrer, sinon à Pierre et à Jean et à Jacques, et au père de la jeune fille et à la mère.

52 Et tous pleuraient et se lamentaient sur elle ; et il leur dit : Ne pleurez pas, car elle n’est pas morte, mais elle dort.

53 Et ils se riaient de lui, sachant qu’elle était morte.

54 Mais lui, les ayant tous mis dehors, et l’ayant prise par la main, cria, disant : Jeune fille, lève-toi.

55 Et son esprit retourna [en elle], et elle se leva immédiatement ; et il commanda qu’on lui donnât à manger.

56 Et ses parents étaient hors d’eux ; et il leur enjoignit de ne dire à personne ce qui était arrivé.

— v. 45 : celui qui est au-dessus des autres ; comme 5:5. — v. 48* : quelques-uns omettent : Aie bon courage. — v. 48** : litt. : sauvée. — v. 49 : celui qui enseigne.

Chapitre 9

1 Et ayant assemblé les douze, il leur donna puissance et autorité sur tous les démons, et [le pouvoir] de guérir les maladies.

2 Et il les envoya prêcher le royaume de Dieu et guérir les infirmes ;

3 et il leur dit : Ne prenez rien pour le chemin, ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent ; et n’ayez pas chacun deux tuniques.

4 Et dans quelque maison que vous entriez, là demeurez, et de là partez.

5 Et tous ceux qui ne vous recevront pas,… en sortant de cette ville-là, secouez même la poussière de vos pieds, en témoignage contre eux*.

6 Et, partant, ils parcouraient tous les villages, évangélisant et guérissant partout.

— v. 5 : voir note à Marc 6:11.

7 Et Hérode le tétrarque ouït parler de toutes les choses qui étaient faites par lui ; et il était en perplexité, parce que quelques-uns disaient que Jean était ressuscité d’entre les morts ;

8 et quelques-uns, qu’Élie était apparu ; et d’autres, que l’un des anciens prophètes était ressuscité.

9 Et Hérode dit : Moi, j’ai fait décapiter Jean ; mais qui est celui-ci, de qui j’entends dire de telles choses ? et il cherchait à le voir.


10 Et les apôtres, étant de retour, lui racontèrent tout ce qu’ils avaient fait. Et les prenant avec lui, il se retira à l’écart dans un lieu désert d’une ville* appelée Bethsaïda.

11 Et les foules, l’ayant su, le suivirent. Et les ayant reçus, il leur parla du royaume de Dieu, et guérit ceux qui avaient besoin de guérison.

12 Et le jour commença à baisser ; et les douze, s’approchant, lui dirent : Renvoie la foule, afin qu’ils aillent dans les villages et dans les campagnes d’alentour, et s’y logent et trouvent des vivres, car nous sommes ici dans un lieu désert.

13 Mais il leur dit : Vous, donnez-leur à manger. Et ils dirent : Nous n’avons pas plus de cinq pains et de deux poissons, à moins que nous n’allions et que nous n’achetions de quoi manger pour tout ce peuple ;

14 car ils étaient environ cinq mille hommes. Et il dit à ses disciples : Faites-les asseoir par rangs de cinquante chacun.

15 Et ils firent ainsi, et les firent tous asseoir.

16 Et ayant pris les cinq pains et les deux poissons, et regardant vers le ciel, il les bénit, et les rompit ; et il les donna à ses disciples pour les mettre devant la foule.

17 Et ils mangèrent tous et furent rassasiés ; et de ce qui leur était resté de morceaux, on ramassa douze paniers.

— v. 10 : plusieurs lisent : à proximité d’une ville.

18 Et il arriva, comme il priait à l’écart, que ses disciples étaient avec lui. Et il les interrogea, disant : Qui disent les foules que je suis ?

19 Et répondant, ils dirent : Jean le baptiseur ; et d’autres : Élie ; et d’autres, que l’un des anciens prophètes est ressuscité.

20 Et il leur dit : Et vous, qui dites-vous que je suis ? Et Pierre, répondant, dit : Le Christ de Dieu !

21 Et s’adressant à eux avec force, il leur commanda de ne dire ceci à personne,

22 disant : Il faut que le fils de l’homme souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté des anciens et des principaux sacrificateurs et des scribes, et qu’il soit mis à mort, et qu’il soit ressuscité le troisième jour.

23 Et il disait à tous : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il se renonce soi-même, et qu’il prenne sa croix chaque jour, et me suive :

24 car quiconque voudra sauver sa vie la perdra* ; et quiconque perdra* sa vie pour l’amour de moi, celui-là la sauvera.

25 Car que profitera-t-il à un homme de gagner le monde entier, s’il se détruit* lui-même ou se perd lui-même ?

26 Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles, le fils de l’homme aura honte de lui quand il viendra dans sa gloire et dans celle du Père et des saints anges.

27 Et je vous dis, en vérité, que de ceux qui sont ici présents, il y en a quelques-uns qui ne goûteront point la mort jusqu’à ce qu’ils aient vu le royaume de Dieu.

— v. 24 : plus bas : détruire. — v. 25 : plus haut : perdre.

28 Et il arriva, environ huit jours après ces paroles, qu’il prit avec lui Pierre et Jean et Jacques, et qu’il monta sur une* montagne pour prier.

29 Et comme il priait, l’apparence de son visage devint tout autre, et son vêtement devint blanc [et] resplendissant comme un éclair ;

30 et voici, deux hommes, qui étaient Moïse et Élie, parlaient avec lui,

31 lesquels, apparaissant en gloire, parlaient de sa mort* qu’il allait accomplir à Jérusalem.

32 Et Pierre et ceux qui étaient avec lui étaient accablés de sommeil ; et quand ils furent réveillés, ils virent sa gloire et les deux hommes qui étaient avec lui.

33 Et il arriva, comme ils se séparaient de lui, que Pierre dit à Jésus : Maître*, il est bon que nous soyons ici ; et faisons trois tentes : une pour toi, et une pour Moïse, et une pour Élie, ne sachant ce qu’il disait.

34 Et comme il disait ces choses, une nuée vint et les couvrit* ; et ils eurent peur comme ils entraient dans la nuée.

35 Et il y eut une voix venant de la nuée, disant : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le.

36 Et la voix s’étant fait entendre, Jésus se trouva seul. Et ils se turent, et ne rapportèrent en ces jours-là à personne rien de ce qu’ils avaient vu.

— v. 28 : ou : la ; comparer Matthieu 5:1. — v. 31 : litt. : sortie, départ. — v. 33 : celui qui est au-dessus des autres. — v. 34 : voir note à Matthieu 17:5.

37 Et il arriva, le jour suivant, quand ils furent descendus de la montagne, qu’une grande foule vint à sa rencontre.

38 Et voici, un homme de la foule s’écria, disant : Maître*, je te supplie, jette les yeux sur mon fils, car il est mon unique ;

39 et voici, un esprit le saisit ; et soudain il crie ; et il le déchire, en le faisant écumer ; et c’est à peine s’il se retire de lui après l’avoir broyé ;

40 et j’ai supplié tes disciples de le chasser, et ils n’ont pas pu.

41 Et Jésus, répondant, dit : Ô génération incrédule et perverse, jusques à quand serai-je avec vous et vous supporterai-je ? Amène ici ton fils.

42 Et encore, comme il approchait, le démon le renversa et le tourmenta violemment ; mais Jésus tança l’esprit immonde, et guérit l’enfant, et le rendit à son père.

43 Et tous furent étonnés de la grandeur de Dieu.

— v. 38 : celui qui enseigne.

Et comme tous s’étonnaient de tout ce que Jésus faisait, il dit à ses disciples :

44 Vous, gardez bien ces paroles que vous avez entendues, car le fils de l’homme va être livré entre les mains des hommes.

45 Mais ils ne comprirent pas cette parole, et elle leur était cachée, en sorte qu’ils ne la saisissaient pas ; et ils craignaient de l’interroger touchant cette parole.

46 Et il s’éleva au milieu d’eux une question, [à savoir] lequel d’entre eux serait* le plus grand.

47 Mais Jésus, voyant la pensée de leur cœur, prit un petit enfant, et le plaça auprès de lui ;

48 et il leur dit : Quiconque recevra ce petit enfant en mon nom, me reçoit ; et quiconque me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé. Car celui qui est le plus petit parmi vous tous, c’est celui-là qui est grand.

49 Et Jean, répondant, dit : Maître*, nous avons vu quelqu’un qui chassait des démons en ton nom, et nous le lui avons défendu**, parce qu’il ne [te] suit pas avec nous.

50 Et Jésus lui dit : Ne le lui défendez pas*, car celui qui n’est pas contre vous est pour vous.

— v. 46 : ou : était. — v. 49* : celui qui est au-dessus des autres. — v. 49** : ou : l’en avons empêché. — v. 50 : ou : Ne l’en empêchez pas.

51 Or il arriva, comme les jours de son assomption s’accomplissaient, qu’il dressa sa face résolument pour aller à Jérusalem ;

52 et il envoya devant sa face des messagers. Et s’en étant allés, ils entrèrent dans un village de Samaritains pour lui préparer [un logis] ;

53 et ils ne le reçurent point, parce que sa face était tournée vers Jérusalem.

54 Et ses disciples, Jacques et Jean, voyant cela, dirent : Seigneur, veux-tu que nous disions que le feu descende du ciel et les consume, comme aussi fit Élie ?*

55 Et, se tournant, il les censura fortement [et dit : Vous ne savez de quel esprit vous êtes animés] !

56 Et ils s’en allèrent à un autre village.

— v. 54 : voir 2 Rois 1:10-12.

57 Et il arriva, comme ils allaient par le chemin, qu’un certain homme lui dit : Seigneur, je te suivrai où que tu ailles.

58 Et Jésus lui dit : Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des demeures ; mais le fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête.

59 Et il dit à un autre : Suis-moi ; — et il dit : Seigneur, permets-moi d’aller premièrement ensevelir mon père.

60 Et Jésus lui dit : Laisse les morts ensevelir leurs morts ; mais toi, va et annonce le royaume de Dieu.

61 Et un autre aussi dit : Je te suivrai, Seigneur ; mais permets-moi de prendre premièrement congé de ceux qui sont dans ma maison.

62 Et Jésus lui dit : Nul qui a mis la main à la charrue et qui regarde en arrière, n’est propre pour le royaume de Dieu.

Chapitre 10

1 Or après ces choses, le Seigneur en désigna aussi soixante-dix autres, et les envoya deux à deux devant sa face dans toutes les villes et dans tous les lieux où il devait lui-même aller.

2 Il leur disait donc : La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers : suppliez donc le Seigneur de la moisson, en sorte qu’il pousse des ouvriers dans sa moisson.

3 Allez ; voici, moi je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.

4 Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales ; et ne saluez personne en chemin.

5 Mais, dans quelque maison que vous entriez, dites premièrement : Paix sur cette maison !

6 Et si un fils de paix est là, votre paix reposera sur elle*, sinon elle retournera sur vous.

7 Et demeurez dans la même maison, mangeant et buvant de ce qui [vous sera offert] de leur part ; car l’ouvrier est digne de son salaire. Ne passez pas de maison en maison.

8 Et dans quelque ville que vous entriez et qu’on vous reçoive, mangez de ce qui sera mis devant vous,

9 et guérissez les infirmes qui y seront, et dites-leur : Le royaume de Dieu s’est approché de vous.

10 Mais dans quelque ville que vous soyez entrés et qu’on ne vous reçoive pas, sortez dans ses rues et dites :

11 La poussière même de votre ville, qui s’est attachée à nos pieds*, nous la secouons contre vous** ; mais sachez ceci, que le royaume de Dieu s’est approché.

12 Je vous dis que le sort de Sodome sera plus supportable en ce jour-là que celui de cette ville-là.

13 Malheur à toi, Chorazin ! malheur à toi, Bethsaïda ! car si les miracles qui ont été faits au milieu de vous eussent été faits dans Tyr et dans Sidon, il y a longtemps qu’elles se seraient repenties, s’étant assises dans le sac et la cendre ;

14 mais le sort de Tyr et de Sidon, au jugement, sera plus supportable que le vôtre.

15 Et toi, Capernaüm, qui as été élevée jusqu’au ciel, tu seras abaissée jusque dans le hadès*.

16 Celui qui vous écoute, m’écoute ; et celui qui vous rejette, me rejette ; et celui qui me rejette, rejette celui qui m’a envoyé.

— v. 6 : ou : sur lui. — v. 11* : litt. : à nous à nos pieds. — v. 11** : voir note Marc 6:11. — v. 15 : voir note à Matthieu 11:23.

17 Et les soixante-dix s’en revinrent avec joie, disant : Seigneur, les démons mêmes nous sont assujettis en ton nom.

18 Et il leur dit : Je voyais Satan tombant du ciel comme un éclair.

19 Voici, je vous donne l’autorité de marcher sur les serpents et sur les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne vous nuira ;

20 toutefois ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont assujettis, mais réjouissez-vous parce que vos noms sont écrits dans les cieux.

21 — En cette même heure, Jésus se réjouit en esprit et dit : Je te loue, ô Père, Seigneur du ciel et de la terre, parce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et que tu les as révélées aux petits enfants. Oui, Père, car c’est ce que tu as trouvé bon devant toi.

22 Toutes choses m’ont été livrées par mon Père ; et personne ne connaît qui est le Fils, si ce n’est le Père ; ni qui est le Père, si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils voudra le révéler.

23 Et se tournant vers les disciples, il leur dit en particulier : Bienheureux sont les yeux qui voient ce que vous voyez !

24 Car je vous dis que plusieurs prophètes et [plusieurs] rois ont désiré de voir les choses que vous voyez, et ils ne les ont pas vues, et d’entendre les choses que vous entendez, et ils ne les ont pas entendues.

25 Et voici, un docteur de la loi se leva pour l’éprouver, et dit : Maître, que faut-il que j’aie fait pour hériter de la vie éternelle ?

26 Et il lui dit : Qu’est-il écrit dans la loi ? Comment lis-tu ?

27 Et répondant, il dit : « Tu aimeras le *Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta force, et de toute ta pensée » [Deutéronome 6:5] ; « et ton prochain comme toi-même » [Lévitique 19:18].

28 Et il lui dit : Tu as bien répondu ; fais cela, et tu vivras.

29 Mais lui, voulant se justifier lui-même, dit à Jésus : Et qui est mon prochain ?

30 Et Jésus, répondant, dit : Un homme descendit de Jérusalem à Jéricho, et tomba entre [les mains des] voleurs, qui aussi, l’ayant dépouillé et l’ayant couvert de blessures, s’en allèrent, le laissant à demi mort.

31 Or, par aventure, un sacrificateur descendait par ce chemin-là, et, le voyant, passa outre de l’autre côté ;

32 et pareillement aussi un lévite, étant arrivé en cet endroit-là, s’en vint, et, le voyant, passa outre de l’autre côté ;

33 mais un Samaritain, allant son chemin, vint à lui, et, le voyant, fut ému de compassion,

34 et s’approcha et banda ses plaies, y versant de l’huile et du vin ; et l’ayant mis sur sa propre bête, il le mena dans l’hôtellerie et eut soin de lui.

35 Et le lendemain, s’en allant, il tira deux deniers* et les donna à l’hôtelier, et lui dit : Prends soin de lui ; et ce que tu dépenseras de plus, moi, à mon retour, je te le rendrai.

36 Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé entre les [mains des] voleurs ?

37 Et il dit : C’est celui qui a usé de miséricorde envers lui. Et Jésus lui dit : Va, et toi fais de même.

— v. 35 : voir note Marc 6:37.

38 Et il arriva, comme ils étaient en chemin, qu’il entra dans un village. Et une femme nommée Marthe le reçut dans sa maison.

39 Et elle avait une sœur appelée Marie, qui aussi, s’étant assise aux pieds de Jésus*, écoutait sa parole ;

40 mais Marthe était distraite par beaucoup de service. Et étant venue à Jésus, elle dit : Seigneur, ne te soucies-tu pas de ce que ma sœur me laisse toute seule à servir ? Dis-lui donc qu’elle m’aide.

41 Et Jésus, lui répondant, dit : Marthe, Marthe, tu es en souci et tu te tourmentes de beaucoup de choses,

42 mais il n’est besoin que d’une seule ; et Marie a choisi la bonne part qui ne lui sera pas ôtée.

— v. 39 : plusieurs lisent : du Seigneur.

Chapitre 11

1 Et comme il était en prière dans un certain lieu, il arriva, après qu’il eut cessé, que quelqu’un de ses disciples lui dit : Seigneur, enseigne-nous à prier, comme aussi Jean l’a enseigné à ses disciples.

2 Et il leur dit : Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ;

3 donne-nous chaque jour le pain qu’il nous faut ;

4 et remets-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous remettons à tous ceux qui nous doivent ; et ne nous induis pas en tentation*.

5 Et il leur dit : Qui sera celui d’entre vous qui, ayant un ami, aille à lui sur le minuit, et lui dise : Ami, prête-moi trois pains,

6 car mon ami est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui présenter ?…

7 et celui qui est dedans, répondant, dira : Ne m’importune pas ; la porte est déjà fermée, et mes enfants sont au lit avec moi ; je ne puis me lever et t’en donner.

8 — Je vous dis que, bien qu’il ne se lève pas et ne lui en donne pas parce qu’il est son ami, pourtant, à cause de son importunité*, il se lèvera et lui en donnera autant qu’il en a besoin.

9 Et moi, je vous dis : Demandez, et il vous sera donné ; cherchez, et vous trouverez ; heurtez, et il vous sera ouvert ;

10 car quiconque demande, reçoit ; et celui qui cherche, trouve ; et à celui qui heurte, il sera ouvert.

11 Or quel est le père d’entre vous à qui son fils demandera un pain et qui lui donnera une pierre ? ou aussi, [s’il demande] un poisson, lui donnera, au lieu d’un poisson, un serpent ?

12 ou aussi, s’il demande un œuf, lui donnera un scorpion ?

13 Si donc vous qui êtes méchants, vous savez donner à vos enfants des choses bonnes*, combien plus le Père qui est du ciel donnera-t-il** l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent.

— v. 4 : c’est-à-dire  : ne nous fais pas entrer en tentation — v. 8 : ou : impudence. — v. 13* : litt. : dons bons. — v. 13** : ou : le Père qui, du ciel, donnera.

14 Et il chassa un démon qui était muet. Et il arriva que, quand le démon fut sorti, le muet parla ; et les foules s’en étonnèrent.

15 Mais quelques-uns d’entre eux disaient : Il chasse les démons par Béelzébul, le chef des démons.

16 Et d’autres, pour l’éprouver, lui demandaient un signe du ciel.

17 Mais lui, connaissant leurs pensées, leur dit : Tout royaume divisé contre lui-même sera réduit en désert ; et une maison [divisée] contre elle-même* tombe ;

18 et si Satan aussi est divisé contre lui-même, comment son royaume subsistera-t-il ? parce que vous dites que je chasse les démons par Béelzébul.

19 Or si c’est par Béelzébul que moi je chasse les démons, vos fils, par qui les chassent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges.

20 Mais si je chasse les démons par le doigt de Dieu, alors le royaume de Dieu est parvenu jusqu’à vous.

21 Quand l’homme fort, revêtu de ses armes, garde son palais*, ses biens sont en paix ;

22 mais s’il en survient un plus fort que lui qui le vainque, il lui ôte son armure à laquelle il se confiait, et fait le partage de ses dépouilles.

23 Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; et celui qui n’assemble pas avec moi, disperse.

24 Quand l’esprit immonde est sorti d’un homme, il va par des lieux secs, cherchant du repos ; et n’en trouvant point, il dit : Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti.

25 Et y étant venu, il la trouve balayée et ornée.

26 Alors il va, et prend sept autres esprits plus méchants que lui-même ; et étant entrés, ils habitent là ; et la dernière condition de cet homme-là est pire que la première.

27 Et il arriva, comme il disait ces choses, qu’une femme éleva sa voix du milieu de la foule et lui dit : Bienheureux est le ventre qui t’a porté, et les mamelles que tu as tetées.

28 Et il dit : Mais plutôt, bienheureux sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent.

— v. 17 : litt. : contre une maison. — v. 21 : voir notes à Matthieu 26:58, 69.

29 Et comme les foules s’amassaient, il se mit à dire : Cette génération est une méchante génération ; elle demande un signe ; et il ne lui sera pas donné de signe, si ce n’est le signe de Jonas*.

30 Car comme Jonas fut un signe aux Ninivites, ainsi aussi sera le fils de l’homme à cette génération.

31 Une reine du midi se lèvera au jugement avec les hommes de cette génération et les condamnera ; car elle vint des bouts de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon*.

32 Des hommes de Ninive se lèveront au jugement avec cette génération et la condamneront ; car ils se sont repentis à la prédication de Jonas, et voici, il y a ici plus que Jonas.

33 Or personne, après avoir allumé une lampe, ne la met dans un lieu caché, ni sous le boisseau, mais sur le pied de lampe, afin que ceux qui entrent voient la lumière.

34 La lampe du corps, c’est ton œil ; lorsque ton œil est simple, ton corps tout entier aussi est plein de lumière ; mais lorsqu’il est méchant, ton corps aussi est ténébreux.

35 Prends donc garde que la lumière qui est en toi ne soit ténèbres.

36 Si donc ton corps tout entier est plein de lumière, n’ayant aucune partie ténébreuse, il sera tout plein de lumière, comme quand la lampe t’éclaire de son éclat.

— v. 29 : voir Jonas 3. — v. 31 : voir 1 Rois 10:1-13.

37 Et comme il parlait, un pharisien le pria de dîner chez lui ; et entrant, il se mit à table.

38 Mais le pharisien, voyant [cela], s’étonna parce qu’il ne s’était pas premièrement lavé avant le dîner.

39 Et le Seigneur lui dit : Pour vous, pharisiens, vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, mais au dedans vous êtes pleins de rapine et de méchanceté.

40 Insensés ! celui qui a fait le dehors, n’a-t-il pas fait le dedans aussi ?

41 Mais donnez l’aumône de ce que vous avez ; et voici, toutes choses vous seront nettes.

42 Mais malheur à vous, pharisiens ! car vous payez la dîme de la menthe et de la rue* et de toute sorte d’herbe, et vous négligez le jugement et l’amour de Dieu : il fallait faire ces choses-ci, et ne pas laisser celles-là.

43 Malheur à vous, pharisiens ! car vous aimez les premiers sièges dans les synagogues, et les salutations dans les places publiques.

44 Malheur à vous ! car vous êtes comme les sépulcres qui ne paraissent pas ; et les hommes, marchant dessus, n’en savent rien.

45 Et l’un des docteurs de la loi, répondant, lui dit : Maître*, en disant ces choses tu nous dis aussi des injures.

46 Et il dit : À vous aussi, malheur, docteurs de la loi ! car vous chargez les hommes de fardeaux difficiles à porter, et vous-mêmes vous ne touchez pas ces fardeaux d’un seul de vos doigts.

47 Malheur à vous ! car vous bâtissez les tombeaux des prophètes, et vos pères les ont tués.

48 Vous rendez donc témoignage aux œuvres de vos pères et vous y prenez plaisir ; car eux, ils les ont tués, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux.

49 C’est pourquoi aussi la sagesse de Dieu a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres, et ils en tueront et en chasseront par des persécutions :

50 afin que le sang de tous les prophètes qui a été versé depuis la fondation du monde soit redemandé à cette génération,

51 depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, qui périt entre l’autel et la maison : oui, vous dis-je, il sera redemandé à cette génération.

52 Malheur à vous, les docteurs de la loi ! car vous avez enlevé la clef de la connaissance : vous n’êtes pas entrés vous-mêmes, et vous avez empêché ceux qui entraient.

53 Et comme il leur disait ces choses, les scribes et les pharisiens se mirent à le presser fortement ; et ils le provoquaient à parler de plusieurs choses,

54 lui dressant des pièges, et cherchant à surprendre quelque chose de sa bouche, afin de l’accuser.

— v. 42 : plantes médicinales de faible valeur. — v. 45 : qui enseigne.

Chapitre 12

1 Cependant les foules s’étant rassemblées par milliers, de sorte qu’ils se foulaient les uns les autres, il se mit, avant tout, à dire à ses disciples : Tenez-vous en garde contre le levain des pharisiens, qui est l’hypocrisie.

2 Mais il n’y a rien de couvert qui ne sera révélé, ni rien de secret qui ne sera connu.

3 C’est pourquoi toutes les choses que vous avez dites dans les ténèbres seront entendues dans la lumière, et ce dont vous avez parlé à l’oreille dans les chambres sera publié sur les toits.

4 Mais je vous dis à vous, mes amis : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui après cela ne peuvent rien faire de plus ;

5 mais je vous montrerai qui vous devez craindre : craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne* : oui, vous dis-je, craignez celui-là.

6 Ne vend-on pas cinq passereaux pour deux sous* ? et pas un seul d’entre eux n’est oublié devant Dieu.

7 Mais les cheveux même de votre tête sont tous comptés. Ne craignez donc pas : vous valez mieux que beaucoup de passereaux.

8 Et je vous dis : Quiconque m’aura confessé devant les hommes, le fils de l’homme le confessera aussi devant les anges de Dieu ;

9 mais celui qui m’aura renié devant les hommes sera renié devant les anges de Dieu.

10 Et quiconque parlera* contre le fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais à celui qui aura proféré des paroles injurieuses contre le Saint Esprit, il ne sera pas pardonné.

11 Et quand ils vous mèneront devant les synagogues et les magistrats et les autorités, ne soyez pas en souci comment, ou quelle chose vous répondrez, ou de ce que vous direz ;

12 car le Saint Esprit vous enseignera à l’heure même ce qu’il faudra dire.

— v. 5 : lieu des tourments infernaux, voir note Matthieu 11:23. — v. 6 : as : monnaie de cuivre, romaine. — v. 10 : litt. : dira une parole.

13 Et quelqu’un lui dit du milieu de la foule : Maître*, dis à mon frère de partager avec moi l’héritage.

14 Mais il lui dit : Homme, qui est-ce qui m’a établi sur vous [pour être votre] juge et pour faire vos partages ?

15 Et il leur dit : Voyez, et gardez-vous de toute avarice ; car encore que quelqu’un soit riche, sa vie n’est pas dans* ses biens.

16 Et il leur dit une parabole, disant : Les champs d’un homme riche avaient beaucoup rapporté ;

17 et il raisonnait en lui-même, disant : Que ferai-je, car je n’ai pas où je puisse assembler mes fruits ?

18 Et il dit : Voici ce que je ferai : j’abattrai mes greniers et j’en bâtirai de plus grands, et j’y assemblerai tous mes produits et mes biens ;

19 et je dirai à mon âme : [Mon] âme, tu as beaucoup de biens assemblés pour beaucoup d’années ; repose-toi, mange, bois, fais grande chère.

20 Mais Dieu lui dit : Insensé ! cette nuit même ton âme te sera redemandée ; et ces choses que tu as préparées, à qui seront-elles ?

21 Il en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n’est pas riche quant à Dieu.

— v. 13 : celui qui enseigne. — v. 15 : litt. : ne vient pas de.

22 Et il dit à ses disciples : À cause de cela, je vous dis : Ne soyez pas en souci pour la vie, de ce que vous mangerez ; ni pour le corps, de quoi vous serez vêtus :

23 la vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement.

24 Considérez les corbeaux : ils* ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’ont pas de cellier ni de grenier ; et Dieu les nourrit : combien valez-vous mieux que les oiseaux !

25 Et qui d’entre vous, par le souci qu’il se donne, peut ajouter une* coudée à sa taille ?

26 Si donc vous ne pouvez pas même ce qui est très-petit, pourquoi êtes-vous en souci du reste ?

27 Considérez les lis, comment ils croissent : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que même Salomon, dans toute sa gloire, n’était pas vêtu comme l’un d’eux.

28 Et si Dieu revêt ainsi l’herbe qui est aujourd’hui au champ et qui demain est jetée dans le four, combien plus vous [vêtira-t-il], gens de petite foi !

29 Et vous, ne recherchez pas ce que vous mangerez ou ce que vous boirez, et n’en soyez pas en peine ;

30 car les nations du monde recherchent toutes ces choses, et votre Père sait que vous avez besoin de ces choses ;

31 mais recherchez son royaume, et ces choses vous seront données par-dessus.

32 — Ne crains pas, petit troupeau*, car il a plu à votre Père de vous donner le royaume.

33 Vendez ce que vous avez, et donnez l’aumône ; faites-vous des bourses qui ne vieillissent pas, un trésor qui ne défaille pas, dans les cieux, d’où le voleur n’approche pas, et où la teigne ne détruit pas ;

34 car là où est votre trésor, là sera aussi votre cœur.

35 Que vos reins soient ceints* et vos lampes allumées ;

36 et soyez vous-mêmes semblables à des hommes qui attendent leur maître*, à quelque moment qu’il revienne des noces, afin que, quand il viendra et qu’il heurtera, ils lui ouvrent aussitôt.

37 Bienheureux sont ces esclaves, que le maître*, quand il viendra, trouvera veillant. En vérité, je vous dis qu’il se ceindra** et les fera mettre à table, et, s’avançant, il les servira.

38 Et s’il vient à la seconde veille*, et s’il vient à la troisième, et qu’il les trouve ainsi, bienheureux sont ces [esclaves]-là.

39 Mais sachez ceci, que si le maître de la maison eût su à quelle heure le voleur devait venir, il eût veillé et n’eût pas laissé percer sa maison.

40 Vous donc aussi soyez prêts ; car, à l’heure que vous ne pensez pas, le fils de l’homme vient.

41 Et Pierre lui dit : Seigneur, dis-tu cette parabole pour nous, ou aussi pour tous ?

42 Et le Seigneur dit : Qui donc est l’économe fidèle et prudent que le maître* établira sur les domestiques de sa maison, pour leur donner au temps convenable leur ration de blé ?

43 Bienheureux est cet esclave-là, que son maître lorsqu’il viendra, trouvera faisant ainsi.

44 En vérité, je vous dis qu’il l’établira sur tous ses biens.

45 Mais si cet esclave-là dit en son cœur : Mon maître tarde à venir, et qu’il se mette à battre les serviteurs et les servantes, et à manger et à boire et à s’enivrer,

46 le maître de cet esclave-là viendra en un jour qu’il n’attend pas, et à une heure qu’il ne sait pas, et il le coupera en deux, et lui donnera sa part avec les infidèles.

47 Or cet esclave qui a connu la volonté de son maître, et qui ne s’est pas préparé et n’a point fait selon sa volonté, sera battu de plusieurs coups ;

48 et celui qui ne l’a point connue, et qui a fait des choses qui méritent des coups, sera battu de peu de coups : car à quiconque il aura été beaucoup donné, il sera beaucoup redemandé ; et à celui à qui il aura été beaucoup confié, il sera* plus redemandé.

49 Je suis venu jeter le feu sur la terre ; et que veux-je*, si déjà il est allumé ?

50 Mais j’ai à être baptisé d’un baptême ; et combien suis-je à l’étroit jusqu’à ce qu’il soit accompli !

51 Pensez-vous que je sois venu donner la paix sur la terre ? Non, vous dis-je ; mais plutôt la division.

52 Car désormais ils seront cinq dans une* maison, divisés : trois seront divisés contre deux, et deux contre trois ;

53 le père contre le fils, et le fils contre le père ; la mère contre la fille, et la fille contre la mère ; la belle-mère contre sa belle-fille, et la belle-fille contre sa belle-mère.

— v. 24 : ou : car ils. — v. 25 et 52 : une seule. — v. 32 : proprement : [toi] le petit troupeau. — v. 35, 37** : les vêtements orientaux, très-larges, devaient être retenus par une ceinture pour marcher ou agir. — v. 36, 37*, 42 et suivants : ordinairement : seigneur. — v. 38 : la nuit était divisée en 4 périodes, ou veilles ; voir Marc 13:35. — v. 48 : litt. : de lui il sera. — v. 49 : ou : que puis-je désirer.

54 Et il dit aussi aux foules : Quand vous voyez une nuée se lever de l’occident, aussitôt vous dites : Une ondée vient ; et cela arrive ainsi.

55 Et quand [vous voyez] souffler le vent du midi, vous dites : Il fera chaud ; et cela arrive.

56 Hypocrites ! vous savez discerner les apparences de la terre et du ciel, et comment ne discernez-vous pas ce temps-ci ?

57 Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes de ce qui est juste ?

58 Car quand tu vas avec ta partie adverse devant le magistrat, efforce-toi en chemin d’en être délivré, de peur qu’elle ne te tire devant le juge ; et le juge te livrera au sergent, et le sergent te jettera en prison.

59 Je te dis que tu ne sortiras point de là, que tu n’aies payé jusqu’à la dernière pite*.

— v. 59 : toute petite pièce de cuivre (voir 21:2 et Marc 12:42) ; nous dirions : jusqu’au dernier centime.

Chapitre 13

1 Or en ce même temps, quelques-uns se trouvaient là présents, qui lui racontèrent [ce qui s’était passé] touchant les Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec leurs sacrifices.

2 Et [Jésus], répondant, leur dit : Croyez-vous que ces Galiléens fussent plus pécheurs que tous les Galiléens, parce qu’ils ont souffert de telles choses ?

3 Non, vous dis-je ; mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous de la même manière.

4 Ou, ces dix-huit sur qui tomba la tour dans Siloé, et qu’elle tua, croyez-vous qu’ils fussent plus coupables* que tous les hommes qui habitent Jérusalem ?

5 Non, vous dis-je ; mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous pareillement.

— v. 4 : litt. : débiteurs.

6 Et il disait cette parabole : Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne ; et il vint y chercher du fruit, et il n’en trouva point.

7 Et il dit au vigneron : Voici trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve point : coupe-le ; pourquoi aussi occupe-t-il inutilement la terre ?

8 Et répondant, il lui dit : Maître, laisse-le cette année aussi, jusqu’à ce que je l’aie déchaussé et que j’y aie mis du fumier ;

9 et peut-être portera-t-il du fruit : sinon, après, tu le couperas.


10 Or il enseignait dans l’une des synagogues en un jour de sabbat.

11 Et voici, il y avait là une femme ayant un esprit d’infirmité depuis dix-huit ans, et elle était courbée et ne pouvait nullement se redresser.

12 Et Jésus, la voyant, l’appela et lui dit : Femme, tu es délivrée* de ton infirmité.

13 Et il posa les mains sur elle : et à l’instant elle fut redressée, et glorifiait Dieu.

14 Et le chef de synagogue, indigné de ce que Jésus avait guéri, un jour de sabbat, répondant, dit à la foule : Il y a six jours où il faut travailler ; venez donc ces jours-là, et soyez guéris, et non pas le jour du sabbat.

15 Le Seigneur donc lui répondit, et dit : Hypocrites ! chacun de vous ne détache-t-il pas de la crèche son bœuf ou son âne un jour de sabbat, et ne les mène-t-il pas boire ?

16 Et celle-ci qui est fille d’Abraham, laquelle Satan avait liée, voici, il y a dix-huit ans, ne fallait-il pas la délier de ce lien le jour du sabbat ?

17 Et comme il disait ces choses, tous ses adversaires furent couverts de honte ; et toute la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qui étaient faites par lui.

— v. 12 : litt. : déliée.

18 Et il disait : À quoi est semblable le royaume de Dieu, et à quoi le comparerai-je ?

19 Il est semblable à un grain de moutarde qu’un homme prit et jeta dans son jardin ; et il crût et devint un grand arbre, et les oiseaux du ciel demeuraient dans ses branches.


20 Et il dit encore : À quoi comparerai-je le royaume de Dieu ?

21 Il est semblable à du levain qu’une femme prit, et qu’elle cacha parmi trois mesures de farine, jusqu’à ce que tout fût levé.


22 Et il allait par les villes et par les villages, enseignant, et poursuivant son chemin vers Jérusalem.

23 Et quelqu’un lui dit : Seigneur, ceux qui doivent être sauvés* sont-ils en petit nombre ? Et il leur dit :

24 Luttez pour entrer par la porte étroite ; car beaucoup, je vous le dis, chercheront à entrer et ne pourront pas.

25 Dès que le maître de la maison se sera levé, et aura fermé la porte, et que vous vous serez mis à vous tenir dehors et à heurter à la porte, en disant : Seigneur, ouvre-nous ! et que, répondant, il vous dira : Je ne vous connais pas [ni ne sais] d’où vous êtes ;

26 alors vous vous mettrez à dire : Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné dans nos rues.

27 Et il dira : Je vous dis, je ne vous connais pas, [ni ne sais] d’où vous êtes ; retirez-vous de moi, vous tous, ouvriers d’iniquité*.

28 Là seront les pleurs et les grincements de dents, quand vous verrez Abraham et Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, mais vous, jetés dehors.

29 Et il en viendra d’orient et d’occident, et du nord et du midi ; et ils s’assiéront dans le royaume de Dieu.

30 Et voici, il y a des derniers qui seront les premiers, et il y a des premiers qui seront les derniers.

— v. 23 : ou : les épargnés, dans le jugement de la nation par le Messie, en sorte qu’ils entrent dans le royaume, — c’est-à-dire le résidu d’Israël ; voir Ésaïe 10:21-22. — v. 27 : ailleurs : injustice.

31 En ce même jour*, des pharisiens vinrent, lui disant : Retire-toi et va-t’en d’ici ; car Hérode veut te tuer.

32 Et il leur dit : Allez, dites à ce renard : Voici, je chasse des démons et j’accomplis des guérisons aujourd’hui et demain, et le troisième jour je suis consommé*.

33 Mais il faut que je marche aujourd’hui et demain et le jour suivant, car il ne se peut qu’un prophète périsse hors de Jérusalem.

34 Jérusalem, Jérusalem, [la ville] qui tue les prophètes et qui lapide ceux qui lui sont envoyés, que de fois j’ai voulu rassembler tes enfants, comme une poule sa couvée sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu !

35 Voici, votre maison vous est abandonnée ; et je vous dis, que vous ne me verrez point jusqu’à ce qu’il arrive que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du *Seigneur* !

— v. 31 : plusieurs lisent : cette même heure. — v. 32 : litt. : je suis accompli (c’est pour moi l’accomplissement ; voir Hébreux 2:10 ; 5:9 ; 7:28). — v. 35 : voir Psaume 118:26.

Chapitre 14

1 Et il arriva que, comme il entrait, un sabbat, dans la maison d’un des principaux des pharisiens pour manger du pain, ils l’observaient.

2 Et voici, il y avait un homme hydropique devant lui.

3 Et Jésus, répondant, parla aux docteurs de la loi et aux pharisiens, disant : Est-il permis de guérir, un jour de sabbat ?

4 Et ils se turent. Et l’ayant pris, il le guérit, et le renvoya.

5 Et répondant, il leur dit : Qui sera celui de vous, qui, ayant un âne* ou un bœuf, lequel vienne à tomber dans un puits, ne l’en retire aussitôt le jour du sabbat ?

6 Et ils ne pouvaient répliquer à ces choses.

— v. 5 : plusieurs lisent : fils.

7 Or il dit une parabole aux conviés, observant comment ils choisissaient les premières places ; et il leur disait :

8 Quand tu seras convié par quelqu’un à des noces, ne te mets pas à table à la première place, de peur qu’un plus honorable que toi ne soit convié par lui,

9 et que celui qui vous a conviés, toi et lui, ne vienne et ne te dise : Fais place à celui-ci ; et qu’alors tu ne te mettes avec honte à occuper la dernière place.

10 Mais, quand tu seras convié, va et assieds-toi à la dernière place, afin que, quand celui qui t’a convié viendra, il te dise : Ami, monte plus haut. Alors tu auras de la gloire devant tous ceux qui seront à table avec toi.

11 Car quiconque s’élève, sera abaissé ; et celui qui s’abaisse sera élevé.


12 Et il dit aussi à celui qui l’avait convié : Quand tu fais un dîner ou un souper, n’appelle pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; de peur qu’eux aussi ne te convient à leur tour, et que la pareille ne te soit rendue.

13 Mais quand tu fais un festin*, convie les pauvres, les estropiés, les boiteux, les aveugles ;

14 et tu seras bienheureux, car ils n’ont pas de quoi te rendre la pareille : car la pareille te sera rendue en la résurrection des justes.

— v. 13 : ou : une réception.

15 Et un de ceux qui étaient à table, ayant entendu ces choses, lui dit : Bienheureux celui qui mangera du pain dans le royaume de Dieu.

16 Et il lui dit : Un homme fit un grand souper et y convia beaucoup de gens.

17 Et à l’heure du souper, il envoya son esclave dire aux conviés : Venez, car déjà tout est prêt.

18 Et ils commencèrent tous unanimement à s’excuser. Le premier lui dit : J’ai acheté un champ, et il faut nécessairement que je m’en aille et que je le voie ; je te prie, tiens-moi pour excusé.

19 Et un autre dit : J’ai acheté cinq couples de bœufs, et je vais les essayer ; je te prie, tiens-moi pour excusé.

20 Et un autre dit : J’ai épousé une femme, et à cause de cela je ne puis aller.

21 Et l’esclave, s’en étant retourné, rapporta ces choses à son maître. Alors le maître de la maison, en colère, dit à son esclave : Va-t’en promptement dans les rues et dans les ruelles de la ville, et amène ici les pauvres, et les estropiés, et les aveugles, et les boiteux.

22 Et l’esclave dit : Maître, il a été fait ainsi que tu as commandé, et il y a encore de la place.

23 Et le maître dit à l’esclave : Va-t’en dans les chemins et [le long des] haies, et contrains [les gens] d’entrer, afin que ma maison soit remplie ;

24 car je vous dis, qu’aucun de ces hommes qui ont été conviés ne goûtera de mon souper.


25 Et de grandes foules allaient avec lui. Et se tournant, il leur dit :

26 Si quelqu’un vient à moi, et ne hait pas son père, et sa mère, et sa femme, et ses enfants, et ses frères, et ses sœurs, et même aussi sa propre vie, il ne peut être mon disciple.

27 Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne vient pas après moi, ne peut être mon disciple.

28 Car quel est celui d’entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne s’asseye premièrement et ne calcule la dépense, [pour voir] s’il a de quoi l’achever ?

29 de peur que, en ayant jeté le fondement et n’ayant pu l’achever, tous ceux qui le voient ne se mettent à se moquer de lui,

30 disant : Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pu achever.

31 Ou, quel est le roi qui, partant pour faire la guerre à un autre roi, ne s’asseye premièrement et ne délibère s’il peut, avec dix mille [hommes], résister à celui qui vient contre lui avec vingt mille ?

32 Autrement, pendant qu’il est encore loin, il lui envoie une ambassade et s’informe des [conditions] de paix.

33 Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il a, ne peut être mon disciple.

34 Le sel donc est bon ; mais si le sel aussi a perdu sa saveur, avec quoi l’assaisonnera-t-on ?

35 Il n’est propre, ni pour la terre, ni pour le fumier ; on le jette dehors. Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

Chapitre 15

1 Et tous les publicains et les pécheurs s’approchaient de lui pour l’entendre.

2 Et les pharisiens et les scribes murmuraient, disant : Celui-ci reçoit des pécheurs, et mange avec eux.

3 Et il leur dit cette parabole, disant :

4 Quel est l’homme d’entre vous, qui, ayant cent brebis et en ayant perdu une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf au désert, et ne s’en aille après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il l’ait trouvée ?

5 et l’ayant trouvée, il la met sur ses propres épaules, bien joyeux ;

6 et, étant de retour à la maison, il appelle les amis et les voisins, leur disant : Réjouissez-vous avec moi, car j’ai trouvé ma brebis perdue.

7 Je vous dis, qu’ainsi il y aura de la joie au ciel pour un seul pécheur qui se repent, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance.


8 Ou quelle est la femme, qui, ayant dix drachmes*, si elle perd une drachme, n’allume la lampe et ne balaye la maison, et ne cherche diligemment jusqu’à ce qu’elle l’ait trouvée ?

9 et l’ayant trouvée, elle assemble les amies et les voisines, disant : Réjouissez-vous avec moi, car j’ai trouvé la drachme que j’avais perdue.

10 Ainsi, je vous dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent.

— v. 8 : drachme : monnaie d’argent grecque équivalent à peu près au denier romain.

11 Et il dit : Un homme avait deux fils ;

12 et le plus jeune d’entre eux dit à son père : Père, donne-moi la part du bien qui me revient. Et il leur partagea son bien.

13 Et peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, s’en alla dehors en un pays éloigné ; et là il dissipa son bien en vivant dans la débauche.

14 Et après qu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays-là ; et il commença d’être dans le besoin.

15 Et il s’en alla et se joignit à l’un des citoyens de ce pays-là, et celui-ci l’envoya dans ses champs pour paître des pourceaux.

16 Et il désirait de remplir son ventre des gousses que les pourceaux mangeaient ; et personne ne lui donnait [rien].

17 Et étant revenu à lui-même, il dit : Combien de mercenaires* de mon père ont du pain en abondance, et moi je péris ici de faim !

18 Je me lèverai et je m’en irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et devant toi ;

19 je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme l’un de tes mercenaires*.

20 Et se levant, il vint vers son père. Et comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, et, courant [à lui], se jeta à son cou et le couvrit de baisers.

21 Et le fils lui dit : Père, j’ai péché contre le ciel et devant toi ; je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.

22 Mais le père dit à ses esclaves : Apportez dehors la plus belle* robe, et l’en revêtez ; et mettez un anneau à sa main et des sandales à ses pieds ;

23 et amenez le veau gras et tuez-le ; et mangeons et faisons bonne chère ;

24 car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils se mirent à faire bonne chère.

25 Or son fils aîné était aux champs ; et comme il revenait et qu’il approchait de la maison, il entendit la mélodie et les danses ;

26 et, ayant appelé l’un des serviteurs, il demanda ce que c’était.

27 Et il lui dit : Ton frère est venu, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il l’a recouvré sain et sauf.

28 Et il se mit en colère et ne voulait pas entrer. Et son père étant sorti, le pria.

29 Mais lui, répondant, dit à son père : Voici tant d’années que je te sers*, et jamais je n’ai transgressé ton commandement ; et tu ne m’as jamais donné un chevreau pour faire bonne chère avec mes amis ;

30 mais quand celui-ci, ton fils, qui a mangé ton bien avec des prostituées, est venu, tu as tué pour lui le veau gras.

31 Et il lui dit : [Mon] enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi ;

32 mais il fallait faire bonne chère et se réjouir ; car celui-ci, ton frère, était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.

— v. 17, 19 : serviteurs, salariés. — v. 22 : litt. : la première. — v. 29 : servir, être esclave, comme Matthieu 6:24.

Chapitre 16

1 Et il dit aussi à ses disciples : Il y avait un homme riche qui avait un économe* ; et celui-ci fut accusé devant lui comme dissipant ses biens.

2 Et l’ayant appelé, il lui dit : Qu’est-ce que ceci que j’entends dire de toi ? Rends compte de ton administration ; car tu ne pourras plus administrer.

3 Et l’économe dit en lui-même : Que ferai-je, car mon maître m’ôte l’administration ? Je ne puis pas bêcher la terre ; j’ai honte de mendier :

4 je sais ce que je ferai, afin que, quand je serai renvoyé de mon administration, je sois reçu dans leurs maisons.

5 Et ayant appelé chacun des débiteurs de son maître, il dit au premier : Combien dois-tu à mon maître ?

6 Et il dit : Cent baths* d’huile. Et il lui dit : Prends ton écrit, et assieds-toi promptement et écris cinquante.

7 Puis il dit à un autre : Et toi, combien dois-tu ? Et il dit : Cent cors de froment. Et il lui dit : Prends ton écrit, et écris quatre-vingts.

8 Et le maître loua l’économe injuste parce qu’il avait agi prudemment. Car les fils de ce siècle* sont plus prudents, par rapport à leur propre génération, que les fils de la lumière.

9 Et moi, je vous dis : Faites-vous des amis avec les richesses injustes*, afin que, quand vous viendrez** à manquer, vous soyez reçus dans les tabernacles éternels.

10 Celui qui est fidèle dans ce qui est très-petit, est fidèle aussi dans ce qui est grand ; et celui qui est injuste dans ce qui est très-petit, est injuste aussi dans ce qui est grand.

11 Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes*, qui vous confiera les vraies ?

12 Et si, dans ce qui est à autrui, vous n’avez pas été fidèles, qui vous donnera ce qui est vôtre ?

13 Nul serviteur ne peut servir* deux maîtres ; car ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre : vous ne pouvez servir Dieu et les richesses**.

— v. 1 : ou : administrateur, gérant. — v. 6 : voir Ézéchiel 45:14. — v. 8 : les hommes du monde actuel. — v. 9* : litt. : le mammon de l’injustice. — v. 9** : selon quelques-uns : elles viendront. — v. 11 : ou : le mammon injuste. — v. 13* : servir, être esclave, comme Matthieu 6:24. — v. 13** : ou : mammon.

14 Et les pharisiens aussi, qui étaient avares, entendirent toutes ces choses, et ils se moquèrent de lui.

15 Et il leur dit : Vous êtes ceux qui se justifient eux-mêmes devant les hommes ; mais Dieu connaît vos cœurs : car ce qui est haut estimé parmi les hommes est une abomination devant Dieu.

16 La loi et les prophètes [ont été] jusqu’à Jean ; dès lors le royaume de Dieu est annoncé* et chacun use de violence pour y entrer.

17 Or il est plus facile que le ciel et la terre passent, qu’il ne l’est qu’un seul trait de lettre de la loi tombe.

18 Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre, commet adultère ; et quiconque épouse une femme répudiée par son mari, commet adultère.

— v. 16 : litt. : évangélisé.

19 Or il y avait un homme riche qui se vêtait de pourpre et de fin lin, et qui faisait joyeuse chère, chaque jour, splendidement.

20 Et il y avait un pauvre, nommé Lazare, couché à sa porte, tout couvert d’ulcères,

21 et qui désirait de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche ; mais les chiens aussi venaient lécher ses ulcères.

22 Et il arriva que le pauvre mourut, et qu’il fut porté par les anges dans le sein d’Abraham*. Et le riche aussi mourut, et fut enseveli.

23 Et, en hadès*, levant ses yeux, comme il était dans les tourments, il voit de loin Abraham, et Lazare dans son sein.

24 Et s’écriant, il dit : Père Abraham, aie pitié de moi et envoie Lazare, afin qu’il trempe dans l’eau le bout de son doigt, et qu’il rafraîchisse ma langue, car je suis tourmenté dans cette flamme.

25 Mais Abraham dit : [Mon] enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et Lazare pareillement les maux ; et maintenant lui est consolé ici, et toi tu es tourmenté.

26 Et outre tout cela, un grand gouffre est fermement établi entre nous et vous ; en sorte que ceux qui veulent passer d’ici vers vous ne le peuvent, et que ceux qui [veulent passer] de là ne traversent pas non plus vers nous.

27 Et il dit : Je te prie donc, père, de l’envoyer dans la maison de mon père,

28 car j’ai cinq frères, en sorte qu’il les adjure ; de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de tourment.

29 Mais Abraham lui dit : Ils ont Moïse et les prophètes ; qu’ils les écoutent.

30 Mais il dit : Non, père Abraham ; mais si quelqu’un va des morts vers eux, ils se repentiront.

31 Et il lui dit : S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne seront pas persuadés non plus si quelqu’un ressuscitait d’entre les morts.

— v. 22 : lieu de félicité pour les Juifs. — v. 23 : voir note à Matthieu 11:23.

Chapitre 17

1 Or il dit à ses disciples : Il est impossible qu’il n’arrive pas des scandales* ; mais malheur à celui par qui ils arrivent !

2 Mieux lui vaudrait qu’on lui mît au cou une meule d’âne*, et qu’il fût jeté dans la mer, que de scandaliser un de ces petits.

3 Prenez garde à vous-mêmes. Si ton frère pèche, reprends-le, et s’il se repent, pardonne-lui ;

4 et si sept fois le jour il pèche contre toi, et que sept fois il retourne à toi, disant : Je me repens, tu lui pardonneras.

— v. 1 : voir note à Matthieu 13:41. — v. 2 : meule que fait tourner un âne dans un moulin.

5 Et les apôtres dirent au Seigneur : Augmente-nous la foi.

6 Et le Seigneur dit : Si vous avez de la foi comme un grain de moutarde, vous diriez à ce mûrier : Déracine-toi, et plante-toi dans la mer ; et il vous obéirait.

7 Mais qui est celui d’entre vous, qui, ayant un esclave labourant ou paissant [le bétail], quand il revient des champs, dise : Avance-toi de suite et* mets-toi à table ?

8 Ne lui dira-t-il pas au contraire : Apprête-moi à souper et ceins-toi, et me sers jusqu’à ce que j’aie mangé et bu ; et après cela, tu mangeras et tu boiras, toi ?

9 Est-il obligé à l’esclave de ce qu’il a fait ce qui avait été commandé ? Je ne le pense pas.

10 Ainsi, vous aussi, quand vous aurez fait toutes les choses qui vous ont été commandées, dites : Nous sommes des esclaves inutiles ; ce que nous étions obligés de faire, nous l’avons fait.

— v. 7 : ou : dise aussitôt : Avance-toi, et.

11 Et il arriva qu’en allant à Jérusalem, il traversait la Samarie et la Galilée.

12 Et comme il entrait dans un village, dix hommes lépreux le rencontrèrent ; et ils s’arrêtèrent de loin ;

13 et ils élevèrent la voix, disant : Jésus, maître*, aie pitié de nous !

14 Et les voyant, il leur dit : Allez, montrez-vous aux sacrificateurs*. Et il arriva qu’en s’en allant ils furent rendus nets.

15 Or l’un d’entre eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix ;

16 et il se jeta sur sa face aux pieds de Jésus*, lui rendant grâces. Et c’était un Samaritain.

17 Et Jésus, répondant, dit : Les dix n’ont-ils pas été rendus nets ? Et les neuf, où sont-ils ?

18 Il ne s’en est point trouvé qui soient revenus pour donner gloire à Dieu, si ce n’est cet étranger.

19 Et il lui dit : Lève-toi, et t’en va ; ta foi t’a guéri*.

— v. 13 : celui qui est au-dessus des autres. — v. 14 : voir Lévitique 14. — v. 16 : litt. : à ses pieds. — v. 19 : litt. : sauvé

20 Or, étant interrogé par les pharisiens quand viendrait le royaume de Dieu, il leur répondit et dit : Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à attirer l’attention ;

21 et on ne dira pas : Voici, il est ici ; ou, voilà, il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.

22 Et il dit aux disciples : Les jours viendront où vous désirerez de voir l’un des jours du fils de l’homme, et vous ne le verrez pas.

23 Et on vous dira : Voici, il est ici ; ou, voilà, il est là. N’y allez pas, et ne les suivez pas.

24 Car comme l’éclair qui brille, luit de l’un des côtés de dessous le ciel jusqu’à l’autre côté de dessous le ciel, ainsi sera le fils de l’homme en son jour.

25 Mais auparavant il faut qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté par cette génération.

26 Et comme il arriva aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il aux jours du fils de l’homme aussi :

27 on mangeait, on buvait, on se mariait, on donnait en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et le déluge vint, et les fit tous périr*.

28 De même aussi, comme il arriva aux jours de Lot : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ;

29 mais, au jour où Lot sortit de Sodome, il plut du feu et du soufre du ciel, qui les fit tous périr* ;

30 il en sera de même au jour où le fils de l’homme sera manifesté.

31 En ce jour-là, que celui qui sera sur le toit* et qui aura ses effets dans la maison, ne descende pas pour les emporter ; et pareillement que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière.

32 Souvenez-vous de la femme de Lot*.

33 Quiconque cherchera à sauver sa vie, la perdra ; et quiconque la perdra, la gagnera*.

34 Je vous dis qu’en cette nuit-là deux seront sur un même lit, l’un sera pris et l’autre laissé ;

35 deux femmes moudront ensemble, l’une sera prise et l’autre laissée ;

36 [deux seront aux champs, l’un sera pris et l’autre laissé].

37 Et répondant, ils lui disent : Où, Seigneur ? Et il leur dit : Là où est le corps, là aussi s’assembleront les aigles*.

— v. 27 : voir Genèse 7. — v. 29, 32 : voir Genèse 19. — v. 31 : toit en terrasse accessible de l’intérieur. — v. 33 : ou : conservera ; litt. : vivifiera. — v. 37 : évoque avec quelle rapidité les oiseaux de proie fondent sur les cadavres ; voir Matthieu 24:27-28.

Chapitre 18

1 Et il leur dit aussi une parabole, pour [montrer] qu’ils devaient toujours prier et ne pas se lasser,

2 disant : Il y avait dans une ville un certain juge qui ne craignait pas Dieu et qui ne respectait pas les hommes ;

3 et dans cette ville-là il y avait une veuve, et elle alla vers lui, disant : Venge-moi de mon adversaire.

4 Et il ne le voulut pas pour un temps. Mais après cela, il dit en lui-même : Quoique je ne craigne pas Dieu et que je ne respecte pas les hommes,

5 néanmoins, parce que cette veuve m’ennuie, je lui ferai justice, de peur que, revenant sans cesse, elle ne me rompe* la tête.

6 Et le Seigneur dit : Écoutez ce que dit le juge inique*.

7 Et Dieu ne ferait-il point justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et il use de patience [avant d’intervenir] pour eux ?

8 Je vous dis que bientôt il leur fera justice. Mais le fils de l’homme quand il viendra, trouvera-t-il de la foi sur la terre ?

— v. 5 : ou : qu’elle ne vienne perpétuellement me rompre. — v. 6 : ailleurs : injuste.

9 Et il dit aussi cette parabole à quelques-uns qui se confiaient en eux-mêmes comme s’ils étaient justes, et qui tenaient le reste des hommes pour rien :

10 Deux hommes montèrent au temple pour prier, l’un pharisien, et l’autre publicain.

11 Le pharisien, se tenant à l’écart, priait en lui-même en ces termes : Ô Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes qui sont ravisseurs, injustes, adultères ; ou même comme ce publicain.

12 Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède.

13 Et le publicain, se tenant loin, ne voulait même pas lever les yeux vers le ciel, mais se frappait la poitrine, disant : Ô Dieu, sois apaisé envers moi, pécheur* !

14 Je vous dis que celui-ci descendit en sa maison justifié plutôt que l’autre ; car quiconque s’élève, sera abaissé ; et celui qui s’abaisse sera élevé.

— v. 13 : litt. : le pécheur.

15 Et on lui apporta aussi les petits enfants, afin qu’il les touchât ; et les disciples, le voyant, reprirent ceux [qui les apportaient].

16 Mais Jésus, les ayant appelés, dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car à de tels* est le royaume de Dieu.

17 En vérité, je vous dis : Quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant, n’y entrera point.

— v. 16 : litt. : car de tels.

18 Et un des chefs [du peuple] l’interrogea, disant : Bon maître, que faut-il que j’aie fait pour hériter de la vie éternelle ?

19 Et Jésus lui dit : Pourquoi m’appelles-tu bon ? Nul n’est bon, sinon un [seul], Dieu.

20 Tu sais les commandements : Ne commets point adultère ; ne tue point ; ne dérobe point ; ne dis point de faux témoignage ; honore ton père et ta mère.

21 Et il dit : J’ai gardé toutes ces choses dès ma jeunesse.

22 Et quand Jésus eut entendu cela, il lui dit : Une* chose te manque encore : vends tout ce que tu as, et distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux ; et viens, suis-moi.

23 Et lui, ayant entendu ces choses, devint fort triste ; car il était extrêmement riche.

24 Et Jésus, voyant qu’il était devenu fort triste, dit : Combien difficilement ceux qui ont des biens entreront-ils dans le royaume de Dieu !

25 Car il est plus facile qu’un chameau entre par un trou d’aiguille, qu’un riche n’entre dans le royaume de Dieu.

26 Et ceux qui entendirent cela, dirent : Et qui peut être sauvé ?

27 Et il dit : Les choses qui sont impossibles aux hommes, sont possibles à Dieu.

28 Et Pierre dit : Voici, nous avons tout quitté et nous t’avons suivi.

29 Et il leur dit : En vérité, je vous dis, qu’il n’y a personne qui ait quitté maison, ou parents, ou frères, ou femme, ou enfants, pour l’amour du royaume de Dieu,

30 qui ne reçoive beaucoup plus en ce temps-ci, et, dans le siècle qui vient, la vie éternelle.

— v. 22 : Une seule.

31 Et prenant à lui les douze, il leur dit : Voici, nous montons à Jérusalem, et toutes les choses qui sont écrites par les prophètes touchant le fils de l’homme seront accomplies :

32 car il sera livré aux nations ; on se moquera de lui, et on l’injuriera, et on crachera contre lui ;

33 et après qu’ils l’auront fouetté, ils le mettront à mort ; et le troisième jour il ressuscitera.

34 Et ils ne comprirent rien de ces choses ; et cette parole leur était cachée, et ils ne comprirent* pas les choses qui étaient dites.

— v. 34 : litt. : connurent.

35 Et il arriva, lorsqu’il fut venu dans le voisinage de Jéricho, qu’un aveugle était assis sur le bord du chemin et mendiait.

36 Et entendant la foule qui passait, il demanda ce que c’était.

37 Et on lui rapporta que Jésus le Nazaréen passait.

38 Et il cria, disant : Jésus, Fils de David, aie pitié de moi !

39 Et ceux qui allaient devant le reprirent afin qu’il se tût ; mais il criait d’autant plus fort : Fils de David ! aie pitié de moi.

40 Et Jésus, s’étant arrêté, ordonna qu’on le lui amenât ; et comme il s’approchait, il l’interrogea, [disant] :

41 Que veux-tu que je te fasse ? Et il dit : Seigneur, que je recouvre la vue.

42 Et Jésus lui dit : Recouvre la vue, ta foi t’a guéri*.

43 Et à l’instant il recouvra la vue et le suivit, glorifiant Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, donna louange à Dieu.

— v. 42 : litt. : sauvé.

Chapitre 19

1 Et il entra dans Jéricho, et traversa [la ville].

2 Et voici, un homme, appelé du nom de Zachée : et il était chef de publicains, et il était riche ;

3 et il cherchait à voir Jésus, quel il était ; et il ne pouvait, à cause de la foule, car il était petit de taille.

4 Et, courant en avant, il monta sur un sycomore pour le voir ; car il allait passer là.

5 Et quand il fut venu à cet endroit, Jésus, regardant, le vit, et lui dit : Zachée, descends vite ; car il faut que je demeure aujourd’hui dans ta maison.

6 Et il descendit à la hâte, et le reçut avec joie.

7 Et voyant cela, tous murmuraient, disant qu’il était entré chez un pécheur pour y loger.

8 Et Zachée, se tenant là, dit au Seigneur : Voici, Seigneur, je donne la moitié de mes biens aux pauvres ; et si j’ai fait tort à quelqu’un par une fausse accusation, je lui rends le quadruple.

9 Et Jésus lui dit : Aujourd’hui [le] salut est venu* à cette maison, vu que lui aussi est fils d’Abraham ;

10 car le fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.

— v. 9 : litt. : devenu.

11 Et comme ils entendaient ces choses, il ajouta et [leur] dit une parabole, parce qu’il était près de Jérusalem, et qu’ils pensaient que le royaume de Dieu allait immédiatement paraître.

12 Il dit donc : Un homme noble* s’en alla dans un pays éloigné, pour recevoir un royaume** et revenir.

13 Et ayant appelé dix de ses propres esclaves, il leur donna dix mines, et leur dit : Trafiquez jusqu’à ce que je vienne.

14 Or ses concitoyens* le haïssaient ; et ils envoyèrent après lui une ambassade, disant : Nous ne voulons pas que celui-ci règne sur nous.

15 Et il arriva, à son retour, après qu’il eut reçu le royaume*, qu’il commanda d’appeler auprès de lui ces esclaves auxquels il avait donné l’argent, afin qu’il sût combien chacun aurait gagné par son trafic.

16 Et le premier se présenta, disant : Maître*, ta mine a produit dix mines.

17 Et il lui dit : Bien, bon esclave, parce que tu as été fidèle en ce qui est très-peu de chose, aie autorité sur dix villes.

18 Et le second vint, disant : Maître, ta mine a produit cinq mines.

19 Et il dit aussi à celui-ci : Et toi, sois [établi] sur cinq villes.

20 Et un autre vint, disant : Maître, voici ta mine, que j’ai gardée déposée dans un linge ;

21 car je t’ai craint, parce que tu es un homme sévère : tu prends ce que tu n’as pas mis, et tu moissonnes ce que tu n’as pas semé.

22 Il lui dit : Je te jugerai par ta propre parole*, méchant esclave : tu savais que moi je suis un homme sévère, prenant ce que je n’ai pas mis et moissonnant ce que je n’ai pas semé ;

23 et pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque, et quand je serais venu je l’eusse retiré avec l’intérêt ?

24 Et il dit à ceux qui étaient présents : Ôtez-lui la mine et donnez-la à celui qui a les dix mines.

25 — Et ils lui dirent : Seigneur, il a dix mines.

26 — Car je vous dis qu’à quiconque a, il sera donné ; et à celui qui n’a pas, cela même qu’il a lui sera ôté.

27 Mais ceux-là, mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, amenez-les ici et tuez-les devant moi.

— v. 12* : de noble origine. — v. 12**, 15 : ou : la royauté. — v. 14 : litt. : ses citoyens. — v. 16 : ou : Seigneur (ici, et dans le reste du chapitre). — v. 22 : litt. : par ta bouche.

28 Et ayant dit ces choses, il allait devant eux, montant à Jérusalem.


29 Et il arriva, comme il approchait de Bethphagé et de Béthanie, vers la montagne appelée des Oliviers, qu’il envoya deux de ses disciples,

30 disant : Allez au village qui est vis-à-vis ; et y étant entrés, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel jamais aucun homme* ne s’assit ; détachez-le, et amenez-le.

31 Et si quelqu’un vous demande pourquoi vous le détachez, vous lui direz ainsi : Le Seigneur en a besoin.

32 Et ceux qui étaient envoyés, s’en allant, trouvèrent [tout] comme il le leur avait dit.

33 Et comme ils détachaient l’ânon, les maîtres de celui-ci leur dirent : Pourquoi détachez-vous l’ânon ?

34 Et ils dirent : Parce que le Seigneur en a besoin.

35 Et ils l’amenèrent à Jésus ; et ayant jeté leurs vêtements sur l’ânon, ils mirent Jésus dessus.

36 Et comme il allait son chemin, ils étendaient leurs vêtements sur le chemin.

37 Et comme il approchait déjà, à la descente de la montagne des Oliviers, toute la multitude des disciples, se réjouissant, se mit à louer Dieu à haute voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus,

38 disant : Béni soit le roi qui vient au nom du *Seigneur* ! Paix au ciel, et gloire dans les lieux très-hauts !

39 Et quelques-uns des pharisiens lui dirent du milieu de la foule : Maître, reprends tes disciples.

40 Et répondant, il leur dit : Je vous dis que si ceux-ci se taisent, les pierres crieront.

41 Et quand il fut proche, voyant la ville, il pleura sur elle, disant :

42 Si tu eusses connu, toi aussi, au moins en cette tienne journée, les choses qui appartiennent à ta paix ! mais maintenant elles sont cachées devant tes yeux.

43 Car des jours viendront sur toi, où tes ennemis t’entoureront de tranchées, et t’environneront, et te serreront de tous côtés,

44 et te renverseront par terre, toi et tes enfants au dedans de toi ; et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as point connu le temps de ta visitation*.

— v. 30 : litt. : aucun des hommes. — v. 38 : voir Psaume 118:26. — v. 44 : c’est-à-dire  le temps où tu as été visitée en grâce par le Messie.

45 Et il entra au temple, et se mit à chasser dehors ceux qui y vendaient et qui y achetaient,

46 leur disant : Il est écrit : « Ma maison est une maison de prière » [Ésaïe 56:7] ; mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs*.

47 Et il enseignait tous les jours dans le temple ; et les principaux sacrificateurs et les scribes, et les principaux du peuple, tâchaient de le faire mourir.

48 Et ils ne trouvaient rien qu’ils pussent faire ; car tout le peuple se tenait suspendu à ses lèvres pour l’entendre.

— v. 46 : voir Jérémie 7:11.

Chapitre 20

1 Et il arriva, l’un de ces jours*, comme il enseignait le peuple dans le temple et évangélisait, que les principaux sacrificateurs et les scribes survinrent avec les anciens.

2 Et ils lui parlèrent, disant : Dis-nous par quelle autorité tu fais ces choses, ou qui est celui qui t’a donné cette autorité ?

3 Et répondant, il leur dit : Je vous demanderai, moi aussi, une chose, et dites-moi :

4 Le baptême de Jean était-il du ciel, ou des hommes ?

5 Et ils raisonnèrent entre eux, disant : Si nous disons : Du ciel, il dira : Pourquoi ne l’avez-vous pas cru ?

6 Et si nous disons : Des hommes, tout le peuple nous lapidera, car il est persuadé que Jean était un prophète.

7 Et ils répondirent qu’ils ne savaient pas d’où [il était].

8 Et Jésus leur dit : Moi non plus, je ne vous dis pas par quelle autorité je fais ces choses.

— v. 1 : litt. : un des jours ; comme 5:17 ; 8:22.

9 Et il se mit à dire au peuple cette parabole : Un homme planta une vigne, et la loua à des cultivateurs, et s’en alla hors du pays pour longtemps.

10 Et en la saison, il envoya un esclave aux cultivateurs, afin qu’ils lui donnassent du fruit de la vigne ; mais les cultivateurs, l’ayant battu, le renvoyèrent à vide.

11 Et il envoya encore un autre esclave ; mais l’ayant battu lui aussi, et l’ayant traité ignominieusement, ils le renvoyèrent à vide.

12 Et il en envoya encore un troisième ; mais ils blessèrent aussi celui-ci, et le jetèrent dehors.

13 Et le maître de la vigne dit : Que ferai-je ? J’enverrai mon fils bien-aimé ; peut-être que, quand ils verront celui-ci, ils le respecteront.

14 Mais quand les cultivateurs le virent, ils raisonnèrent entre eux, disant : Celui-ci est l’héritier, tuons-le, afin que l’héritage soit à nous.

15 Et l’ayant jeté hors de la vigne, ils le tuèrent. Que leur fera donc le maître de la vigne ?

16 Il viendra et fera périr ces cultivateurs, et donnera la vigne à d’autres. Et l’ayant entendu, ils dirent : Qu’ainsi n’advienne !

17 Et lui, les regardant, dit : Qu’est-ce donc que ceci qui est écrit : « La pierre que ceux qui bâtissaient ont rejetée, celle-là est devenue la maîtresse pierre du coin » ? [Psaume 118:22].

18 Quiconque tombera sur cette pierre, sera brisé ; mais celui sur qui elle tombera, elle le broiera.


19 Et les principaux sacrificateurs et les scribes cherchèrent, en cette heure même, à mettre les mains sur lui ; et ils craignaient le peuple, car ils connurent qu’il avait dit cette parabole contre eux.

20 Et l’observant, ils envoyèrent des agents secrets, qui feignaient d’être justes, pour le surprendre en [quelque] parole, de manière à le livrer au magistrat et au pouvoir du gouverneur.

21 Et ils l’interrogèrent, disant : Maître, nous savons que tu dis et que tu enseignes justement, et que tu n’as point égard à l’apparence des personnes, mais que tu enseignes la voie de Dieu avec vérité.

22 Nous est-il permis de payer le tribut à César*, ou non ?

23 Et s’apercevant de leur perfidie, il leur dit : Pourquoi me tentez-vous ?

24 Montrez-moi un denier ; de qui a-t-il l’image et l’inscription ? Et répondant, ils dirent : De César.

25 Et il leur dit : Rendez donc les choses de César à César, et les choses de Dieu à Dieu.

26 Et ils ne pouvaient le surprendre dans ses paroles devant le peuple ; et étonnés de sa réponse, ils se turent.

— v. 22 : l’empereur romain.

27 Et quelques-uns des sadducéens, qui nient qu’il y ait une résurrection, s’approchèrent, et l’interrogèrent,

28 disant : Maître, Moïse nous a écrit, que si le frère de quelqu’un meurt, ayant une femme, et qu’il meure sans enfants, son frère prenne la femme et suscite de la postérité* à son frère**.

29 Il y avait donc sept frères ; et le premier, ayant pris une femme, mourut sans enfants ;

30 et le second [prit la femme, et celui-ci aussi mourut sans enfants] ;

31 et le troisième la prit, et de même aussi les sept : ils ne laissèrent pas d’enfants et moururent ;

32 et après eux tous la femme aussi mourut.

33 Dans la résurrection donc, duquel d’entre eux sera-t-elle la femme, car les sept l’ont eue pour femme ?

34 Et Jésus leur dit : Les fils de ce siècle* se marient et sont donnés en mariage ;

35 mais ceux qui seront estimés dignes d’avoir part à ce siècle-là et à la résurrection d’entre les morts, ne se marient ni ne sont donnés en mariage,

36 car aussi ils ne peuvent plus mourir ; car ils sont semblables aux anges, et ils sont fils de Dieu, étant fils de la résurrection.

37 Or que les morts ressuscitent, Moïse même l’a montré, au [titre] : « Du buisson », quand il appelle le *Seigneur : le Dieu d’Abraham, et le Dieu d’Isaac, et le Dieu de Jacob*.

38 Or il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; car pour lui tous vivent.

39 Et quelques-uns des scribes, répondant, dirent : Maître, tu as bien dit.

40 Et ils n’osèrent plus l’interroger sur rien.

— v. 28* : litt. : semence. — v. 28** : voir Deutéronome 25:5. — v. 34 : les hommes du monde actuel. — v. 37 : voir Exode 3:6.

41 Et il leur dit : Comment dit-on que le Christ est fils de David ?

42 Et David lui-même dit, dans le livre des Psaumes : « Le *Seigneur a dit à mon seigneur : Assieds-toi à ma droite,

43 jusqu’à ce que je mette tes ennemis pour marchepied de tes pieds » [Psaume 110:1].

44 David donc l’appelle seigneur ; et comment est-il son fils ?


45 Et comme tout le peuple écoutait, il dit à ses disciples :

46 Soyez en garde contre les scribes, qui se plaisent à se promener en longues robes, et qui aiment les salutations dans les places publiques, et les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les repas ;

47 qui dévorent les maisons des veuves, et pour prétexte font de longues prières ; — ceux-ci recevront une sentence plus sévère.

Chapitre 21

1 Et comme il regardait, il vit des riches qui jetaient leurs dons au trésor.

2 Et il vit aussi une pauvre veuve qui y jetait deux pites*.

3 Et il dit : En vérité, je vous dis que cette pauvre veuve a jeté plus que tous [les autres] ;

4 car tous ceux-ci ont jeté aux offrandes [de Dieu] de leur superflu, mais celle-ci y a jeté de sa pénurie, tout ce qu’elle avait pour vivre.

— v. 2 : voir note à Marc 12:42.

5 Et comme quelques-uns parlaient du temple [et disaient] qu’il était orné de belles pierres et de dons*, il dit :

6 Quant à ces choses que vous regardez, les jours viendront où il ne sera laissé pierre sur pierre qui ne soit jetée à bas.

7 Et ils l’interrogèrent, disant : Maître, quand donc ces choses auront-elles lieu, et quel sera le signe quand ces choses devront arriver ?

8 Et il dit : Prenez garde que vous ne soyez séduits ; car plusieurs viendront en mon nom, disant : C’est moi, et le temps est proche ; n’allez point après eux.

9 Et quand vous entendrez parler de guerres et de séditions, ne vous épouvantez pas ; car il faut que ces choses arrivent premièrement ; mais la fin ne sera pas tout aussitôt.

10 Alors il leur dit : Nation s’élèvera contre nation, et royaume contre royaume ;

11 et il y aura de grands tremblements de terre en divers lieux, et des famines, et des pestes ; et il y aura des sujets d’épouvantement et de grands signes du ciel.

12 Mais, avant toutes ces choses, ils mettront les mains sur vous, et vous persécuteront, vous livrant aux synagogues et [vous mettant] en prison ; et vous serez menés devant les rois et les gouverneurs à cause de mon nom.

13 Et cela se tournera pour vous en témoignage.

14 Mettez donc dans vos cœurs de ne pas vous préoccuper à l’avance de votre défense,

15 car moi je vous donnerai une bouche et une sagesse, à laquelle tous vos adversaires ne pourront répondre ou résister.

16 Et vous serez aussi livrés par des parents et par des frères, et par des proches et par des amis, et on fera mourir [quelques-uns] d’entre vous ;

17 et vous serez haïs de tous, à cause de mon nom.

18 Et pas un cheveu de votre tête ne périra.

19 Possédez* vos âmes par votre patience.

20 Et quand vous verrez Jérusalem environnée d’armées, sachez alors que sa désolation est proche.

21 Alors, que ceux qui sont en Judée s’enfuient dans les montagnes ; et que ceux qui sont au milieu de Jérusalem s’en retirent ; et que ceux qui sont dans les campagnes* n’entrent pas en elle.

22 Car ce sont là des jours de vengeance* ; afin que toutes les choses qui sont écrites soient accomplies.

23 Mais malheur à celles qui sont enceintes et à celles qui allaitent en ces jours-là ! car il y aura une grande détresse sur le pays, et de la colère contre ce peuple.

24 Et ils tomberont sous le tranchant de l’épée, et seront menés captifs parmi toutes les nations ; et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis.

25 Et il y aura des signes dans le soleil et la lune et les étoiles*, et sur la terre une angoisse des nations en perplexité devant le grand bruit de la mer et des flots,

26 les hommes rendant l’âme de peur et à cause de l’attente des choses qui viennent sur la terre habitée, car les puissances des cieux seront ébranlées.

27 Et alors on verra le fils de l’homme venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire.

28 Et quand ces choses commenceront à arriver, regardez en haut, et levez vos têtes, parce que votre rédemption* approche.

— v. 5 : proprement : choses dédiées. — v. 19 : proprement : posséder en acquérant, — ici, en acquérant la délivrance qu’apporterait le Messie, tout en laissant une meilleure part à ceux qui seraient tués. — v. 21 : ailleurs : contrées. — v. 22 : ou : les jours de la vengeance. — v. 25 : ou, plus généralement, les astres. — v. 28 : ou : la délivrance.

29 Et il leur dit une parabole : Voyez le figuier et tous les arbres :

30 quand ils ont déjà commencé à pousser, vous connaissez par vous-mêmes, en les voyant, que l’été est déjà proche.

31 De même aussi vous, quand vous verrez arriver ces choses, sachez que le royaume de Dieu est proche.

32 En vérité, je vous dis que cette génération ne passera point que tout ne soit arrivé.

33 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.

34 Et prenez garde à vous-mêmes, de peur que vos cœurs ne soient appesantis par la gourmandise et l’ivrognerie, et par les soucis de la vie, et que ce jour-là ne vous surprenne inopinément ;

35 car il viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent sur la face de toute la terre.

36 Veillez donc, priant en tout temps, afin que vous soyez estimés dignes d’échapper à toutes ces choses qui doivent arriver, et de vous tenir devant le fils de l’homme.


37 Et il passait les jours dans le temple à enseigner ; et les nuits il sortait et demeurait dans la montagne qui est appelée des Oliviers.

38 Et tout le peuple, dès le point du jour, venait à lui dans le temple, pour l’entendre.

Chapitre 22

1 Or la fête des pains sans levain, qui est appelée la Pâque, approchait.

2 Et les principaux sacrificateurs et les scribes cherchaient comment ils pourraient le faire mourir ; car ils craignaient le peuple.


3 Et Satan entra dans Judas, surnommé Iscariote, qui était du nombre des douze ;

4 et il s’en alla et parla avec les principaux sacrificateurs et [les] capitaines sur la manière dont il le leur livrerait.

5 Et ils se réjouirent, et convinrent de lui donner de l’argent.

6 Et il s’engagea ; et il cherchait une bonne occasion pour le leur livrer sans que la foule y fût.


7 Et le jour des pains sans levain, dans lequel il fallait sacrifier la pâque, arriva.

8 Et il envoya Pierre et Jean, disant : Allez, et apprêtez-nous la pâque, afin que nous la mangions.

9 Et ils lui dirent : Où veux-tu que nous l’apprêtions ?

10 Et il leur dit : Voici, quand vous entrerez dans la ville, un homme portant une cruche d’eau viendra à votre rencontre ; suivez-le dans la maison où il entrera.

11 Et vous direz au maître* de la maison : Le maître** te dit : Où est le logis où je mangerai la pâque avec mes disciples ?

12 Et lui vous montrera une grande chambre* garnie ; apprêtez là [la pâque].

13 Et s’en étant allés, ils trouvèrent [tout] comme il leur avait dit ; et ils apprêtèrent la pâque.

— v. 11* : litt. : au maître de maison. — v. 11** : celui qui enseigne. — v. 12 : chambre à l’étage supérieur, servant de salle à manger.

14 Et quand l’heure fut venue, il se mit à table, et les [douze] apôtres avec lui.

15 Et il leur dit : J’ai fort désiré* de manger cette pâque avec vous, avant que je souffre ;

16 car je vous dis que je n’en mangerai plus jusqu’à ce qu’elle soit accomplie dans le royaume de Dieu.

17 Et ayant reçu une coupe, il rendit grâces et dit : Prenez ceci et le distribuez entre vous,

18 car je vous dis que je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’à ce que le royaume de Dieu soit venu.

19 Et ayant pris un pain, [et] ayant rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi ;

20 — de même la coupe aussi, après le souper, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est versé pour vous ;

21 mais voici, la main de celui qui me livre est avec moi à table.

22 Et le fils de l’homme s’en va bien, selon ce qui est déterminé ; mais malheur à cet homme par qui il est livré !

23 Et ils se mirent à s’entre-demander l’un à l’autre, qui donc serait celui d’entre eux qui allait faire cela.

— v. 15 : litt. : J’ai désiré avec désir.

24 Et il arriva aussi une contestation entre eux [pour savoir] lequel d’entre eux serait estimé le plus grand.

25 Et il leur dit : Les rois des nations les dominent, et ceux qui exercent l’autorité sur elles sont appelés bienfaiteurs ;

26 mais il n’en sera pas ainsi de vous ; mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus jeune, et celui qui conduit comme celui qui sert.

27 Car lequel est le plus grand, celui qui est à table ou celui qui sert ? N’est-ce pas celui qui est à table ? Or moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert.

28 Mais vous, vous êtes ceux qui avez persévéré avec moi dans mes tentations*.

29 Et moi, je vous confère un royaume comme mon Père m’en a conféré un,

30 afin que vous mangiez et que vous buviez à ma table dans mon royaume ; et que vous soyez assis sur des trônes, jugeant les douze tribus d’Israël.

— v. 28 : ou : épreuves.

31 Et le Seigneur dit : Simon, Simon, voici, Satan a demandé à vous avoir pour vous cribler comme le blé ;

32 mais moi, j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas ; et toi, quand une fois tu seras revenu, fortifie tes frères.

33 — Et il lui dit : Seigneur, avec toi, je suis prêt à aller et en prison et à la mort.

34 — Et il dit : Pierre, je te dis : le coq ne chantera point aujourd’hui, que premièrement tu n’aies nié trois fois de me connaître.


35 Et il leur dit : Quand je vous ai envoyés sans bourse, sans sac et sans sandales, avez-vous manqué de quelque chose ? Et ils dirent : De rien.

36 Il leur dit donc : Mais maintenant, que celui qui a une bourse la prenne, et de même [celui qui a] un sac, et que celui qui n’a pas [d’épée] vende son vêtement et achète une épée.

37 Car je vous dis, qu’il faut encore que ceci qui est écrit, soit accompli en moi : « Et il a été compté parmi les iniques » [Ésaïe 53:12]. Car aussi les choses qui me concernent vont avoir leur fin.

38 Et ils dirent : Seigneur, voici ici deux épées. Et il leur dit : C’est assez.


39 Et sortant, il s’en alla, selon sa coutume, à la montagne des Oliviers, et les disciples aussi le suivirent.

40 Et quand il fut en ce lieu-là, il leur dit : Priez que vous n’entriez pas en tentation.

41 Et il s’éloigna d’eux lui-même environ d’un jet de pierre, et s’étant mis à genoux, il priait,

42 disant : Père, si tu voulais faire passer cette coupe loin de moi ! Toutefois, que ce ne soit pas ma volonté mais la tienne qui soit faite.

43 Et un ange du ciel lui apparut, le fortifiant.

44 Et étant dans [l’angoisse du] combat, il priait plus instamment ; et sa sueur devint comme des grumeaux de sang découlant sur la terre.

45 Et s’étant levé de sa* prière, il vint vers les disciples, qu’il trouva endormis de tristesse ;

46 et il leur dit : Pourquoi dormez-vous ? Levez-vous, et priez afin que vous n’entriez pas en tentation.

— v. 45 : litt. : la.

47 Comme il parlait encore, voici une foule, et celui qui avait nom Judas, l’un des douze, les précédait ; et il s’approcha de Jésus, pour le baiser.

48 Et Jésus lui dit : Judas, tu livres le fils de l’homme par un baiser ?

49 Et ceux qui étaient autour de lui, voyant ce qui allait arriver, lui dirent : Seigneur, frapperons-nous de l’épée ?

50 Et l’un d’entre eux frappa l’esclave du souverain sacrificateur et lui emporta l’oreille droite.

51 Mais Jésus, répondant, dit : Laissez [faire] jusqu’ici ; et lui ayant touché l’oreille, il le guérit.

52 Et Jésus dit aux principaux sacrificateurs et aux capitaines du temple et aux anciens qui étaient venus contre lui : Êtes-vous sortis comme contre un brigand avec des épées et des bâtons ?

53 Lorsque j’étais tous les jours avec vous, dans le temple, vous n’avez pas étendu vos mains contre moi ; mais c’est ici votre heure, et le pouvoir des ténèbres.


54 Et se saisissant de lui, ils l’emmenèrent, et le conduisirent dans la maison du souverain sacrificateur. Or Pierre suivait de loin.

55 Et lorsqu’ils eurent allumé un feu au milieu de la cour* et qu’ils se furent assis ensemble, Pierre s’assit au milieu d’eux.

56 Et une servante, le voyant assis auprès de la lumière, et l’ayant regardé fixement, dit : Celui-ci aussi était avec lui.

57 Mais il le renia, disant : Femme, je ne le connais pas.

58 Et peu après, un autre le voyant, dit : Et toi, tu es de ces gens-là. Mais Pierre dit : Ô homme, je n’en suis point.

59 Et environ une heure après, un autre affirma, disant : En vérité, celui-ci aussi était avec lui ; car aussi il est Galiléen.

60 Et Pierre dit : Ô homme, je ne sais ce que tu dis. Et à l’instant, comme il parlait encore, le coq chanta.

61 Et le Seigneur, se tournant, regarda Pierre ; et Pierre se ressouvint de la parole du Seigneur, comme il lui avait dit : Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois.

62 Et Pierre*, étant sorti dehors, pleura amèrement.

— v. 55 : cour entourée des bâtiments du palais, demeure du souverain sacrificateur ; ailleurs, palais ; comparer Matthieu 26:69. — v. 62 : plusieurs omettent : Pierre.

63 Et les hommes qui tenaient Jésus se moquaient de lui et le frappaient ;

64 et lui couvrant [les yeux], ils l’interrogeaient, disant : Prophétise ; qui est celui qui t’a frappé ?

65 Et ils disaient plusieurs autres choses contre lui, en l’outrageant.


66 Et quand le jour fut venu, le corps des anciens du peuple, principaux sacrificateurs et scribes, s’assembla ; et ils l’amenèrent dans leur sanhédrin,

67 disant : Si toi, tu es le Christ, dis-le-nous. Et il leur dit : Si je vous le disais, vous ne le croiriez point ;

68 et si je vous interroge, vous ne me répondrez point [ou ne me laisserez point aller].

69 Mais désormais le fils de l’homme sera assis à la droite de la puissance de Dieu.

70 Et ils dirent tous : Toi, tu es donc le Fils de Dieu ? Et il leur dit : Vous dites vous-mêmes que je le suis.

71 Et ils dirent : Qu’avons-nous encore besoin de témoignage ? Car nous-mêmes nous l’avons entendu de sa bouche.

Chapitre 23

1 Et se levant tous ensemble*, ils le menèrent à Pilate.

2 Et ils se mirent à l’accuser, disant : Nous avons trouvé cet homme pervertissant notre nation et défendant de donner le tribut à César*, se disant lui-même être le Christ, un roi.

3 Et Pilate l’interrogea, disant : Toi, tu es le roi des Juifs ? Et répondant, il lui dit : Tu le dis.

4 Et Pilate dit aux principaux sacrificateurs et aux foules : Je ne trouve aucun crime en cet homme.

5 Mais ils insistaient, disant : Il soulève le peuple, enseignant par toute la Judée, ayant commencé depuis la Galilée jusqu’ici.

6 Et Pilate, ayant entendu parler de la Galilée, demanda si l’homme était Galiléen.

7 Et ayant appris qu’il était de la juridiction d’Hérode, il le renvoya à Hérode qui, en ces jours-là, était lui-même aussi à Jérusalem.

— v. 1 : litt. : Et toute leur multitude se levant. — v. 2 : voir 20:22-26.

8 Et Hérode, voyant Jésus, se réjouit fort ; car il y avait longtemps qu’il désirait de le voir, parce qu’il avait entendu dire plusieurs choses de lui ; et il espérait voir quelque miracle* opéré par lui.

9 Et il l’interrogea longuement ; mais il ne lui répondit rien.

10 Et les principaux sacrificateurs et les scribes se tinrent là, l’accusant avec véhémence.

11 Et Hérode, avec ses troupes, l’ayant traité avec mépris et s’étant moqué de lui, le revêtit d’un vêtement éclatant et le renvoya à Pilate.

12 Et Pilate et Hérode devinrent amis entre eux ce même jour ; car auparavant ils étaient en inimitié l’un avec l’autre.

— v. 8 : litt. : signe.

13 Et Pilate, ayant assemblé les principaux sacrificateurs, et les chefs, et le peuple,

14 leur dit : Vous m’avez amené cet homme comme détournant le peuple, et voici, l’ayant examiné devant vous, moi je n’ai trouvé aucun crime dans cet homme quant aux choses dont vous l’accusez,

15 ni Hérode non plus, car je vous ai renvoyés à lui ; et voici, rien n’a été fait par* lui qui soit digne de mort.

16 L’ayant donc châtié, je le relâcherai.

17 Or il était obligé de leur relâcher quelqu’un à la fête.

18 Et toute la multitude s’écria ensemble, disant : Ôte* celui-ci, et relâche-nous Barabbas

19 (qui avait été jeté en prison pour une sédition qui avait eu lieu dans la ville, et pour meurtre).

20 Pilate donc s’adressa de nouveau à eux, désirant relâcher Jésus.

21 Mais ils s’écriaient, disant : Crucifie, crucifie-le !

22 Et il leur dit pour la troisième fois : Mais quel mal celui-ci a-t-il fait ? Je n’ai rien trouvé en lui qui soit digne de mort ; l’ayant donc châtié, je le relâcherai.

23 Mais ils insistaient à grands cris, demandant qu’il fût crucifié. Et leurs cris et ceux des principaux sacrificateurs eurent le dessus.

24 Et Pilate prononça que ce qu’ils demandaient fût fait.

25 Et il relâcha celui qui, pour sédition et pour meurtre, avait été jeté en prison, lequel ils demandaient ; et il livra Jésus à leur volonté.

— v. 15 : ou : établi contre lui. — v. 18 : au sens de : supprime, tue.

26 Et comme ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon, Cyrénéen, qui venait des champs, et le chargèrent de la croix, pour la porter après Jésus.

27 Et une grande multitude du peuple et de femmes qui se frappaient la poitrine et le pleuraient, le suivait.

28 Mais Jésus, se tournant vers elles, dit : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants ;

29 car voici, des jours viennent, dans lesquels on dira : Bienheureuses les stériles, et les ventres qui n’ont pas enfanté, et les mamelles qui n’ont pas nourri.

30 Alors ils se mettront à dire aux montagnes : Tombez sur nous ; et aux coteaux : Couvrez-nous ;

31 car s’ils font ces choses au bois vert, que sera-t-il fait au bois sec ?

32 Et deux autres aussi, qui étaient des malfaiteurs, furent menés avec lui, pour être mis à mort.


33 Et quand ils furent venus au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là, et les malfaiteurs, l’un à la droite, l’autre à la gauche.

34 Et Jésus dit : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Et ayant fait le partage de ses vêtements, ils tirèrent au sort.

35 Et le peuple se tenait là, regardant ; et les gouverneurs aussi se raillaient de lui [avec eux], disant : Il a sauvé les autres ; qu’il se sauve lui-même, si lui est le Christ, l’élu de Dieu.

36 Et les soldats aussi se moquaient de lui, s’approchant, et lui présentant du vinaigre,

37 et disant : Si toi, tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même.

38 Et il y avait aussi au-dessus de lui un écriteau en lettres grecques, romaines, et hébraïques : Celui-ci est le roi des Juifs.


39 Et l’un des malfaiteurs qui étaient pendus* l’injuriait, disant : N’es-tu pas le Christ, toi ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi.

40 Mais l’autre, répondant, le reprit, disant : Et tu ne crains pas Dieu, toi, car tu es sous le même jugement ?

41 Et pour nous, nous y sommes justement ; car nous recevons ce que méritent les choses que nous avons commises : mais celui-ci n’a rien fait qui ne se dût faire.

42 Et il disait à Jésus : Souviens-toi de moi, Seigneur, quand tu viendras dans ton royaume.

43 Et Jésus lui dit : En vérité, je te dis : Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis.

— v. 39 : ou : suspendus (à une croix).

44 Or il était environ la sixième heure ; et il y eut des ténèbres sur tout le pays* jusqu’à la neuvième heure ;

45 et le soleil fut obscurci, et le voile du temple* se déchira par le milieu.

46 Et Jésus, criant à haute voix, dit : Père ! entre tes mains je remets mon esprit. Et ayant dit cela, il expira.

— v. 44 : ou : sur toute la terre. — v. 45 : la maison même.

47 Et le centurion, voyant ce qui était arrivé, glorifia Dieu, disant : En vérité, cet homme était juste.

48 Et toutes les foules qui s’étaient assemblées à ce spectacle, ayant vu les choses qui étaient arrivées, s’en retournaient, frappant leurs poitrines.

49 Et tous ceux de sa connaissance, et des femmes qui l’avaient accompagné depuis la Galilée, se tenaient loin, regardant ces choses.


50 Et voici, un homme nommé Joseph, qui était conseiller, homme de bien et juste

51 (celui-ci ne s’était pas joint à leur conseil et à leur action), qui était d’Arimathée, ville des Juifs, et qui attendait, lui aussi, le royaume de Dieu… ;

52 celui-ci, étant venu à Pilate, lui demanda le corps de Jésus.

53 Et l’ayant descendu, il l’enveloppa d’un linceul, et le* mit dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n’avait jamais été déposé.

54 Et c’était le jour de la Préparation* et le crépuscule du sabbat.

55 Et des femmes qui l’avaient accompagné depuis la Galilée, ayant suivi, regardèrent le sépulcre et comment son corps y avait été déposé.

56 Et s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums ; et, le sabbat, elles se tinrent en repos, selon le commandement*.

— v. 53 : le, se rapporte à la personne. — v. 54 : jour qui précède le sabbat. — v. 56 : voir Exode 20:10.

Chapitre 24

1 Or le premier jour de la semaine, de très-grand matin, elles vinrent au sépulcre, apportant les aromates qu’elles avaient préparés.

2 Et elles trouvèrent la pierre roulée de devant le sépulcre.

3 Et étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du seigneur Jésus.

4 Et il arriva, comme elles étaient en grande perplexité à ce sujet, que voici, deux hommes se trouvèrent avec elles, en vêtements éclatants de lumière.

5 Et comme elles étaient épouvantées et baissaient le visage contre terre, ils leur dirent : Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ?

6 Il n’est point ici, mais il est ressuscité. Souvenez-vous comment il vous parla quand il était encore en Galilée,

7 disant : Il faut que le fils de l’homme soit livré entre les mains des pécheurs, et qu’il soit crucifié, et qu’il ressuscite le troisième jour.

8 Et elles se souvinrent de ses paroles.

9 Et, laissant le sépulcre, elles s’en retournèrent et rapportèrent toutes ces choses aux onze et à tous les autres.

10 Or ce furent Marie de Magdala, et Jeanne, et Marie, la [mère] de Jacques, et les autres femmes avec elles, qui dirent ces choses aux apôtres.

11 Et leurs paroles semblèrent à leurs yeux comme des contes, et ils ne les crurent pas.

12 Mais Pierre, s’étant levé, courut au sépulcre ; et, se baissant, il voit les linges là tout seuls ; et il s’en alla chez lui, s’étonnant de ce qui était arrivé.


13 Et voici, deux d’entre eux étaient ce même jour en chemin, pour aller à un village dont le nom était Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades*.

14 Et ils s’entretenaient ensemble de toutes ces choses qui étaient arrivées.

15 Et il arriva, comme ils s’entretenaient et raisonnaient ensemble, que Jésus lui-même, s’étant approché, se mit à marcher avec eux.

16 Mais leurs yeux étaient retenus, de manière qu’ils ne le reconnurent pas.

17 Et il leur dit : Quels sont ces discours que vous tenez entre vous en marchant, et vous êtes tristes ?

18 Et l’un d’eux, dont le nom était Cléopas, répondant, lui dit : Est-ce que tu séjournes tout seul dans Jérusalem*, que tu ne saches pas les choses qui y sont arrivées ces jours-ci ?

19 Et il leur dit : Lesquelles ? Et ils lui dirent : Celles touchant Jésus le Nazaréen, qui était un prophète puissant en œuvre et en parole devant Dieu et devant tout le peuple ;

20 et comment les principaux sacrificateurs et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort, et l’ont crucifié.

21 Or nous, nous espérions qu’il était celui qui doit délivrer Israël ; mais encore, avec tout cela, c’est aujourd’hui le troisième jour depuis que ces choses sont arrivées.

22 Mais aussi quelques femmes d’entre nous nous ont fort étonnés ; ayant été de grand matin au sépulcre,

23 et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues, disant qu’elles avaient vu aussi une vision d’anges qui disent qu’il est vivant.

24 Et quelques-uns de ceux qui sont avec nous, sont allés au sépulcre, et ont trouvé [les choses] ainsi que les femmes aussi avaient dit ; mais pour lui, ils ne l’ont point vu.

25 Et lui leur dit : Ô gens sans intelligence et lents de cœur à croire toutes les choses que les prophètes ont dites !

26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire ?

27 Et commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliquait, dans toutes les écritures, les choses qui le regardent.

28 Et ils approchèrent du village où ils allaient ; et lui, il fit comme s’il allait plus loin.

29 Et ils le forcèrent, disant : Demeure avec nous, car le soir approche et le jour a baissé. Et il entra pour rester avec eux.

30 Et il arriva que, comme il était à table avec eux, il prit le pain et il bénit ; et l’ayant rompu, il le leur distribua.

31 Et leurs yeux furent ouverts, et ils le reconnurent ; mais lui devint invisible [et disparut] de devant eux.

32 Et ils dirent entre eux : Notre cœur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu’il nous parlait par le chemin, et lorsqu’il nous ouvrait les écritures ?

33 Et se levant à l’heure même, ils s’en retournèrent à Jérusalem, et trouvèrent assemblés les onze et ceux qui étaient avec eux,

34 disant : Le Seigneur est réellement ressuscité, et il est apparu à Simon.

35 Et ils racontèrent les choses qui étaient arrivées en chemin, et comment il s’était fait connaître à eux dans la fraction du pain.

— v. 13 : 11 kilomètres. — v. 18 : ou : Ne fais-tu que séjourner à Jérusalem ?

36 Et comme ils disaient ces choses, il se trouva lui-même là au milieu d’eux, et leur dit : Paix vous soit !

37 Et eux, tout effrayés et remplis de crainte, croyaient voir un esprit.

38 Et il leur dit : Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi monte-t-il des pensées dans vos cœurs ?

39 Voyez mes mains et mes pieds ; — que c’est moi-même : touchez-moi, et voyez ; car un esprit n’a pas de la chair et des os, comme vous voyez que j’ai.

40 Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds.

41 Et comme, de joie, ils ne croyaient pas encore et s’étonnaient, il leur dit : Avez-vous ici quelque chose à manger ?

42 Et ils lui donnèrent un morceau de poisson cuit et [quelque peu] d’un rayon de miel ;

43 et l’ayant pris, il en mangea devant eux.

44 Et il leur dit : Ce sont ici les paroles que je vous disais quand j’étais encore avec vous, qu’il fallait que toutes les choses qui sont écrites de moi dans la loi de Moïse, et dans les prophètes, et dans les psaumes, fussent accomplies.

45 Alors il leur ouvrit l’intelligence pour entendre les écritures.

46 Et il leur dit : Il est ainsi écrit ; et ainsi il fallait que le Christ souffrît, et qu’il ressuscitât d’entre les morts le troisième jour,

47 et que la repentance et la rémission des péchés fussent prêchées en son nom à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.

48 Et vous, vous êtes témoins de ces choses ;

49 et voici, moi, j’envoie sur vous la promesse de mon Père. Mais vous, demeurez dans la ville, jusqu’à ce que vous soyez revêtus de puissance d’en haut.


50 Et il les mena dehors jusqu’à Béthanie, et, levant ses mains en haut, il les bénit.

51 Et il arriva qu’en les bénissant, il fut séparé* d’eux, et fut élevé dans le ciel.

52 Et eux, lui ayant rendu hommage, s’en retournèrent à Jérusalem avec une grande joie.

53 Et ils étaient continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu.

— v. 51 : ou : se sépara.