Évangile selon MARC

Accès direct aux chapitres de Marc : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16


Chapitre 1

1 Commencement de l’évangile de Jésus Christ, Fils de Dieu :

2 comme il est écrit dans Ésaïe le prophète : « Voici, moi j’envoie mon messager devant ta face, lequel préparera ton chemin » [Malachie 3:1].

3 « Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du *Seigneur, faites droits ses sentiers » [Ésaïe 40:3].

4 Jean vint, baptisant dans le désert, et prêchant le baptême de repentance en rémission de péchés.

5 Et tout le pays de Judée et tous ceux de Jérusalem sortaient vers lui ; et ils étaient baptisés par lui dans le fleuve du Jourdain, confessant leurs péchés.

6 Or Jean était vêtu de poil de chameau et d’une ceinture de cuir autour des reins, et il mangeait des sauterelles et du miel sauvage.

7 Et il prêchait, disant : Il vient après moi, celui qui est plus puissant que moi, duquel je ne suis pas digne de délier, en me baissant, la courroie des sandales.

8 Moi, je vous ai baptisés d’eau ; lui, vous baptisera de l’Esprit Saint.


9 Et il arriva, en ces jours-là, que Jésus vint de Nazareth de Galilée, et fut baptisé par Jean au Jourdain.

10 Et [s’éloignant] aussitôt de l’eau, il monta, et vit les cieux se fendre, et l’Esprit comme une colombe descendre sur lui.

11 Et il y eut une voix qui venait des cieux : Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai trouvé mon plaisir.


12 Et aussitôt l’Esprit le pousse dans le désert.

13 Et il fut dans le désert quarante jours, tenté par Satan ; et il était avec les bêtes sauvages ; et les anges le servaient.


14 Mais après que Jean eut été livré, Jésus vint en Galilée, prêchant l’évangile du royaume de Dieu,

15 et disant : Le temps est accompli, et le royaume de Dieu s’est approché : repentez-vous et croyez à l’évangile.


16 Et comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit Simon et André le frère de Simon, qui jetaient un filet dans la mer ; car ils étaient pêcheurs.

17 Et Jésus leur dit : Venez après moi, et je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes.

18 Et aussitôt, ayant quitté leurs filets, ils le suivirent.

19 Et passant de là un peu plus avant, il vit Jacques le [fils] de Zébédée et Jean son frère ; et eux [étaient] dans la nacelle, raccommodant les filets.

20 Et aussitôt il les appela ; et laissant leur père Zébédée dans la nacelle avec les gens à gages, ils s’en allèrent après lui.


21 Et ils entrent dans Capernaüm ; et étant entré aussitôt le jour du sabbat dans la synagogue, il enseignait.

22 Et ils s’étonnaient de sa doctrine ; car il les enseignait comme ayant autorité, et non pas comme les scribes.

23 Et il y avait dans leur synagogue un homme possédé d’un* esprit immonde ; et il s’écria,

24 disant : Ha !* qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus Nazarénien** ? Es-tu venu pour nous détruire ? Je te connais, qui tu es*** : le Saint de Dieu.

25 Et Jésus le tança, disant : Tais-toi, et sors de lui.

26 Et l’esprit immonde, l’ayant déchiré et ayant crié à haute voix, sortit de lui.

27 Et ils furent tous saisis d’étonnement, de sorte qu’ils s’enquéraient entre eux, disant : Qu’est ceci ? Quelle doctrine nouvelle est celle-ci ? Car il commande avec autorité, même aux esprits immondes, et ils lui obéissent.

28 Et sa renommée se répandit aussitôt tout à l’entour dans la Galilée.

— v. 23 : possédé de, litt. : en, entièrement sous sa puissance, caractérisé par lui. — v. 24* : ici, expression de mécontentement. — v. 24** : c’est-à-dire  de Nazareth ( ?). — v. 24*** : = Je sais qui tu es.

29 Et aussitôt, sortant de la synagogue, ils allèrent avec Jacques et Jean dans la maison de Simon et d’André.

30 Or la belle-mère de Simon était là couchée, ayant la fièvre ; et aussitôt ils lui parlent d’elle.

31 Et s’approchant, il la fit lever en la prenant par la main ; et aussitôt la fièvre la quitta ; et elle les servit.

32 Et, le soir étant venu, comme le soleil se couchait, on lui apporta tous ceux qui se portaient mal, et les démoniaques ;

33 et la ville tout entière était rassemblée à la porte :

34 et il en guérit plusieurs qui souffraient de diverses maladies, et chassa plusieurs démons, et ne permit pas aux démons de parler parce qu’ils le connaissaient*.

— v. 34 : c’est-à-dire  ils savaient qui il était.

35 Et s’étant levé sur le matin, longtemps avant le jour, il sortit et s’en alla dans un lieu désert ; et il priait là.

36 Et Simon et ceux qui étaient avec lui, le suivirent.

37 Et l’ayant trouvé, ils lui dirent : Tous te cherchent.

38 Et il leur dit : Allons ailleurs dans les bourgades voisines, afin que j’y prêche aussi ; car c’est pour cela que je suis venu.

39 Et il prêchait dans leurs synagogues par toute la Galilée, et chassait les démons.

40 Et un lépreux vient à lui, le suppliant et se jetant à genoux devant lui, et lui disant : Si tu veux, tu peux me rendre net.

41 Et Jésus, ému de compassion, étendant la main, le toucha, et lui dit : Je veux, sois net.

42 Et comme il parlait, aussitôt la lèpre se retira de lui ; et il fut net.

43 Et usant de paroles sévères, il le renvoya aussitôt,

44 et lui dit : Prends garde de n’en rien dire à personne ; mais va, montre-toi au sacrificateur, et offre pour ta purification ce que Moïse a ordonné, pour que cela leur serve de témoignage*.

45 Mais lui, étant sorti, commença à beaucoup publier et à divulguer ce qui était arrivé, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans la ville ; mais il se tenait dehors dans des lieux déserts ; et on venait à lui de toutes parts.

— v. 44 : voir Lévitique 14:1-32.

Chapitre 2

1 Et il entra de nouveau dans Capernaüm, quelques jours après, et on ouït dire qu’il était à la maison.

2 Et aussitôt beaucoup de gens s’y assemblèrent, de sorte qu’il ne se trouva plus de place, même auprès de la porte ; et il leur annonçait la parole.

3 Et des gens viennent à lui, amenant un paralytique porté par quatre personnes.

4 Et ne pouvant s’approcher de lui, à cause de la foule, ils découvrirent le toit [du lieu] où il était ; et l’ayant percé, ils descendirent le petit lit sur lequel le paralytique était couché.

5 Et Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : [Mon] enfant, tes péchés sont pardonnés.

6 Et il y avait là quelques-uns des scribes, assis et raisonnant dans leurs cœurs :

7 Pourquoi celui-ci parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, sinon un [seul], Dieu ?

8 Et aussitôt Jésus, connaissant dans son esprit qu’ils raisonnaient ainsi en eux-mêmes, leur dit : Pourquoi faites-vous ces raisonnements dans vos cœurs ?

9 Lequel est le plus facile, de dire au paralytique : [Tes] péchés te sont pardonnés ; ou de dire : Lève-toi, prends ton petit lit, et marche ?

10 Or, afin que vous sachiez que le fils de l’homme a le pouvoir sur la terre de pardonner les péchés (il dit au paralytique) :

11 Je te dis, lève-toi, prends ton petit lit, et va dans ta maison.

12 Et il se leva aussitôt, et ayant pris son petit lit, il sortit en la présence de tous ; de sorte qu’ils en furent tous étonnés et qu’ils glorifiaient Dieu, disant : Nous ne vîmes jamais pareille chose.


13 Et il sortit encore et longea la mer* ; et toute la foule venait à lui, et il les enseignait.

14 Et en passant, il vit Lévi le [fils] d’Alphée assis au bureau de recette, et il lui dit : Suis-moi. Et se levant, il le suivit.

15 Et il arriva, comme il était à table dans sa maison, que beaucoup de publicains et de pécheurs aussi se trouvèrent à table avec Jésus et ses disciples ; car ils étaient nombreux, et ils le suivaient.

16 Et les scribes et les pharisiens, le voyant manger avec les publicains et les pécheurs, dirent à ses disciples : Pourquoi mange-t-il et boit-il avec les publicains et les pécheurs ?

17 Et Jésus, l’ayant entendu, leur dit : Ceux qui sont en bonne santé n’ont pas besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal ; je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.

— v. 13 : la mer de Galilée, ou lac de Tibériade.

18 Et les disciples de Jean et les pharisiens jeûnaient ; et ils viennent et lui disent : Pourquoi les disciples de Jean et ceux des pharisiens jeûnent-ils, mais tes disciples ne jeûnent pas ?

19 Et Jésus leur dit : Les fils de la chambre nuptiale* peuvent-ils jeûner pendant que l’époux est avec eux ? Aussi longtemps qu’ils ont l’époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner.

20 Mais des jours viendront, lorsque l’époux leur aura été ôté ; et alors ils jeûneront en ce jour-là.

21 Personne ne coud un morceau de drap neuf* à un vieil habit ; autrement la pièce neuve emporte [une partie] du vieil [habit], et la déchirure en devient plus mauvaise.

22 Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement le vin rompt les outres, et le vin se répand, et les outres sont perdues ; mais le vin nouveau doit être mis dans des outres neuves.

— v. 19 : les compagnons de l’époux. — v. 21 : litt. : non foulé.

23 Et il arriva qu’il passait par les blés en un jour de sabbat ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis.

24 Et les pharisiens lui dirent : Voici, pourquoi font-ils, le jour de sabbat, ce qui n’est pas permis ?

25 Et lui leur dit : N’avez-vous jamais lu ce que fit David quand il fut dans le besoin et qu’il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui,

26 comment, au [titre] « Abiathar, souverain sacrificateur », il entra dans la maison de Dieu, et mangea les pains de proposition, qu’il n’est pas permis de manger, sinon aux sacrificateurs, et en donna aussi à ceux qui étaient avec lui ? *

27 Et il leur dit : Le sabbat a été fait pour l’homme, non pas l’homme pour le sabbat ;

28 de sorte que le fils de l’homme est seigneur aussi du sabbat.

— v. 26 : voir Lévitique 24:5-9 et 1 Samuel 21:6.

Chapitre 3

1 Et il entra encore dans la synagogue ; et il y avait là un homme qui avait la main desséchée.

2 Et ils l’observaient [pour voir] s’il le guérirait le jour de sabbat, afin de l’accuser.

3 Et il dit à l’homme qui avait la main desséchée : Lève-toi là devant tous.

4 Et il leur dit : Est-il permis de faire du bien le jour de sabbat, ou de faire du mal ? de sauver la vie, ou de tuer ? Mais ils gardaient le silence.

5 Et les ayant regardés à l’entour avec colère, étant attristé de l’endurcissement de leur cœur, il dit à l’homme : Étends ta main. Et il l’étendit, et sa main fut rétablie.

6 Et les pharisiens, sortant aussitôt avec les hérodiens*, tinrent conseil contre lui pour le faire périr.

— v. 6 : voir note à 12:13.

7 Et Jésus se retira avec ses disciples vers la mer ; et une grande multitude le suivit de la Galilée, et de la Judée,

8 et de Jérusalem, et de l’Idumée, et de par delà le Jourdain. Et ceux des environs de Tyr et de Sidon, une grande multitude, ayant entendu les choses qu’il faisait, vinrent vers lui.

9 Et il dit à ses disciples qu’une petite nacelle fût là à sa disposition, à cause de la foule, afin qu’elle ne le pressât pas ;

10 car il en guérit beaucoup, de sorte que tous ceux qui étaient affligés de quelque fléau se jetaient sur lui afin de le toucher.

11 Et les esprits immondes, quand ils le voyaient, se jetaient devant lui et s’écriaient, disant : Tu es le Fils de Dieu.

12 Et il leur défendait très-expressément de le faire connaître.


13 Et il monte sur une montagne*, et il appelle ceux qu’il voulait ; et ils vinrent à lui ;

14 et il en établit douze pour être avec lui, et pour les envoyer prêcher,

15 et pour avoir autorité [de guérir les maladies et] de chasser les démons ;

16 et il surnomma Simon, Pierre ;

17 et Jacques le [fils] de Zébédée et Jean le frère de Jacques, et il les surnomma Boanergès, ce qui est : fils de tonnerre ;

18 et André, et Philippe, et Barthélemy, et Matthieu, et Thomas, et Jacques le [fils] d’Alphée, et Thaddée, et Simon le Cananéen*,

19 et Judas Iscariote, qui aussi le livra.

— v. 13 : montagne, en contraste avec la plaine. — v. 18 : ou : Zélote.

20 Et ils viennent à la maison ; et la foule s’assemble de nouveau, en sorte qu’ils ne pouvaient pas même manger leur pain.

21 Et ses proches, ayant entendu cela, sortirent pour se saisir de lui ; car ils disaient : Il est hors de sens.

22 Et les scribes qui étaient descendus de Jérusalem, dirent : Il a Béelzébul* ; et : Par le chef des démons, il chasse les démons.

23 Et les ayant appelés, il leur dit par des paraboles : Comment Satan peut-il chasser Satan ?

24 Et si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume-là ne peut pas subsister.

25 Et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison-là ne peut pas subsister.

26 Et si Satan s’élève contre lui-même et est divisé, il ne peut pas subsister, mais il vient à sa fin.

27 Nul ne peut entrer dans la maison de l’homme fort, et piller ses biens, si premièrement il n’a lié l’homme fort ; et alors il pillera sa maison.

28 En vérité, je vous dis que tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes, et les paroles injurieuses, quelles qu’elles soient, par lesquelles ils blasphèment ;

29 mais quiconque proférera des paroles injurieuses contre l’Esprit Saint n’aura jamais de pardon ; mais il est passible du jugement éternel*.

30 C’était parce qu’ils disaient : Il a un esprit immonde.

— v. 22 : nom donné par les Juifs au chef des démons, c’est-à-dire Satan. — v. 29 : plusieurs lisent : il est sous la coulpe d’un péché éternel.

31 Ses frères et sa mère donc viennent ; et se tenant dehors, ils l’envoyèrent appeler ;

32 et la foule était assise autour de lui. Et on lui dit : Voici, ta mère et tes frères, là dehors, te cherchent.

33 Et il leur répondit, disant : Qui est ma mère, ou [qui sont] mes frères ?

34 Et regardant tout à l’entour ceux qui étaient assis autour de lui, il dit : Voici ma mère et mes frères ;

35 car quiconque fera la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère.

Chapitre 4

1 Et il se mit encore à enseigner près de la mer. Et une grande foule se rassembla auprès de lui ; de sorte que, montant dans une nacelle, il s’assit sur la mer ; et toute la foule était à terre sur le bord de la mer.

2 Et il leur enseignait beaucoup de choses par des paraboles ; et il leur disait dans son enseignement :

3 Écoutez : Voici, un semeur sortit pour semer.

4 Et il arriva qu’en semant, quelques [grains] tombèrent le long du chemin ; et les oiseaux vinrent et les dévorèrent.

5 Et d’autres tombèrent sur les endroits rocailleux où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; et aussitôt ils levèrent, parce qu’ils n’avaient pas une terre profonde ;

6 et quand le soleil se leva, ils furent brûlés, et, parce qu’ils n’avaient pas de racine, ils furent séchés.

7 Et d’autres tombèrent dans les épines ; et les épines montèrent et les étouffèrent, et ils ne donnèrent pas de fruit.

8 Et d’autres tombèrent dans la bonne terre, et donnèrent du fruit, montant et croissant, et rapportèrent, l’un trente, et l’un soixante, et l’un cent.

9 Et il dit : Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

10 Et quand il fut en particulier, ceux qui étaient autour de lui, avec les douze, l’interrogèrent touchant la parabole.

11 Et il leur dit : À vous [il] est donné [de connaître] le mystère du royaume de Dieu ; mais pour ceux qui sont dehors, toutes choses se traitent par des paraboles,

12 afin qu’en voyant ils voient et n’aperçoivent pas, et qu’en entendant ils entendent et ne comprennent pas : de peur qu’ils ne se convertissent et que leurs péchés ne leur soient pardonnés*.

13 Et il leur dit : Ne connaissez-vous pas cette parabole ? et comment connaîtrez-vous toutes les paraboles ?

14 Le semeur sème la parole.

15 Et ce sont ici ceux qui sont le long du chemin, là où la parole est semée ; et quand ils ont entendu, Satan vient aussitôt et ravit la parole semée en eux.

16 Et pareillement, ceux qui sont semés sur les endroits rocailleux, ce sont ceux qui, quand ils ont entendu la parole, la reçoivent aussitôt avec joie ;

17 et ils n’ont pas de racine en eux-mêmes, mais ne sont que pour un temps ; puis, quand la tribulation ou la persécution survient à cause de la parole, ils sont aussitôt scandalisés.

18 Et d’autres sont ceux qui sont semés dans les épines : ce sont ceux qui ont entendu la parole ;

19 et les soucis du siècle*, et la tromperie des richesses, et les convoitises à l’égard des autres choses, entrant, étouffent la parole, et elle est sans fruit.

20 Et ceux qui sont semés sur la bonne terre, ce sont ceux qui entendent la parole, et la reçoivent, et portent du fruit : l’un trente, et l’un soixante, et l’un cent.

21 Et il leur dit : La lampe vient-elle pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? N’est-ce pas pour être mise sur le pied de lampe ?

22 Car il n’y a rien de secret qui ne soit manifesté, et rien de caché n’arrive, si ce n’est afin de venir en évidence.

23 Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

24 Et il leur dit : Prenez garde à ce que vous entendez : de la mesure dont vous mesurerez il vous sera mesuré ; et à vous [qui entendez], il sera ajouté ;

25 car à quiconque a, il sera donné ; et à celui qui n’a pas, cela même qu’il a sera ôté.

— v. 12 : voir Ésaïe 6:9-10. — v. 19 : de ce monde ; voir Matthieu 13:22.

26 Il dit aussi : Ainsi est le royaume de Dieu : c’est comme si un homme jetait de la semence sur la terre,

27 et dormait et se levait de nuit et de jour, et que la semence germât et crût sans qu’il sache comment.

28 La terre produit spontanément du fruit, premièrement l’herbe, ensuite l’épi, et puis le plein froment dans l’épi ;

29 et quand le fruit est produit, on y met aussitôt la faucille, parce que la moisson est arrivée.


30 Il disait aussi : Comment comparerons-nous le royaume de Dieu, ou par quelle parabole le représenterons-nous ?

31 Il est semblable à un grain de moutarde, qui, lorsqu’il est semé sur la terre, est la plus petite de toutes les semences qui sont sur la terre ;

32 et après qu’il est semé, il monte et devient plus grand que toutes les herbes, et jette de grandes branches, de sorte que les oiseaux du ciel peuvent demeurer sous son ombre.

33 Et par plusieurs paraboles de cette sorte, il leur annonçait la parole, selon qu’ils pouvaient l’entendre ;

34 mais il ne leur parlait pas sans parabole ; et en particulier il interprétait tout à ses disciples.


35 Et en ce jour-là, le soir étant venu, il leur dit : Passons à l’autre rive.

36 Et ayant renvoyé la foule, ils le prennent dans une nacelle, comme il était ; et d’autres nacelles aussi étaient avec lui.

37 Et il se lève un grand tourbillon de vent, et les vagues se jetaient dans la nacelle, de sorte qu’elle s’emplissait déjà.

38 Et il était, lui, à la poupe, dormant sur un oreiller ; et ils le réveillent et lui disent : Maître*, ne te mets-tu pas en peine que nous périssions ?

39 Et s’étant réveillé, il reprit le vent, et dit à la mer : Fais silence, tais-toi ! Et le vent tomba, et il se fit un grand calme.

40 Et il leur dit : Pourquoi êtes-vous ainsi craintifs ? Comment n’avez-vous pas de foi ?

41 Et ils furent saisis d’une grande peur, et ils dirent entre eux : Qui donc est celui-ci, que le vent même et la mer lui obéissent ?

— v. 38 : qui enseigne.

Chapitre 5

1 Et ils arrivèrent à l’autre rive de la mer, dans le pays des Gadaréniens*.

2 Et aussitôt, comme il sortait de la nacelle, un homme possédé d’un esprit immonde,

3 [et] qui avait sa demeure dans les sépulcres, sortant des sépulcres, le rencontra ; et personne ne pouvait le lier, pas même avec des chaînes ;

4 car souvent, quand il avait été lié de fers aux pieds et de chaînes, il avait rompu les chaînes et mis les fers en pièces, et personne ne pouvait le dompter.

5 Et il était continuellement, de nuit et de jour, dans les sépulcres et dans les montagnes, criant et se meurtrissant avec des pierres.

6 Et voyant Jésus de loin, il courut et se prosterna devant lui* ;

7 et, criant avec une voix forte, il dit : Qu’y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très-haut* ? Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas.

8 Car il lui disait : Sors de cet homme, esprit immonde !

9 Et il lui demanda : Quel est ton nom ? Et il lui dit : J’ai nom Légion, car nous sommes plusieurs.

10 Et il le priait instamment pour qu’il ne les envoyât pas hors du pays.

11 Et il y avait là, vers la montagne, un grand troupeau de pourceaux qui paissait.

12 Et ils le prièrent, disant : Envoie-nous dans les pourceaux, afin que nous entrions en eux.

13 Et aussitôt Jésus le leur permit. Et les esprits immondes, sortant, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se rua du haut de la côte dans la mer ; [or ils étaient] environ deux mille ; et ils furent étouffés dans la mer.

14 Et ceux qui les paissaient s’enfuirent, et portèrent la nouvelle dans la ville et dans les campagnes. Et ils sortirent pour voir ce qui était arrivé ;

15 et ils viennent vers Jésus, et voient le démoniaque, assis, vêtu, et dans son bon sens, celui qui avait Légion ; et ils eurent peur.

16 Et ceux qui avaient vu [ce qui s’était passé], leur racontèrent ce qui était arrivé au démoniaque et ce qui concernait les pourceaux ;

17 et ils se mirent à le prier de s’en aller de leur territoire.

18 Et comme il montait dans la nacelle*, celui qui avait été démoniaque le pria [de permettre] qu’il fût avec lui.

19 Et il ne le lui permit pas, mais lui dit : Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur t’a fait, et [comment] il a usé de miséricorde envers toi.

20 Et il s’en alla, et se mit à publier en Décapolis* tout ce que Jésus lui avait fait ; et tous s’en étonnaient.

— v. 1 : à l’Est de la mer de Galilée. — v. 6 : ailleurs : lui rendit hommage. — v. 7 : Très-haut est, ici et ailleurs, un nom propre, comme Luc 1:32, etc. ; c’est l’hébreu Élion ; comparer Genèse 14:18. — v. 18 : ou : en nacelle, à bord ; comme Matthieu 4:21. — v. 20 : dans la Décapole, région à l’Est du Jourdain.

21 Et Jésus, ayant encore repassé à l’autre rive, dans la nacelle, une grande foule se rassembla auprès de lui ; et il était au bord de la mer.

22 Et un des chefs de synagogue, nommé Jaïrus, vient ; et le voyant, il se jette à ses pieds ;

23 et il le suppliait instamment, disant : Ma fille est à l’extrémité ; [je te prie] de venir et de lui imposer les mains, afin qu’elle soit sauvée*, et qu’elle vive.

24 Et il s’en alla avec lui ; et une grande foule le suivit, et elle le pressait.

— v. 23 : ou : guérie.

25 Et une femme qui avait une perte de sang depuis douze ans,

26 et qui avait beaucoup souffert d’un grand nombre de médecins, et avait dépensé tout son bien, et n’en avait retiré aucun profit, mais plutôt allait en empirant,

27 ayant ouï parler de Jésus, vint dans la foule par derrière, et toucha son vêtement ;

28 car elle disait : Si je touche, ne fût-ce que ses vêtements, je serai guérie*.

29 Et aussitôt son flux de sang tarit ; et elle connut en son corps qu’elle était guérie du fléau*.

30 Et aussitôt Jésus, connaissant en lui-même la puissance qui était sortie de lui, se retournant dans la foule, dit : Qui a touché mes vêtements ?

31 Et ses disciples lui dirent : Tu vois la foule qui te presse, et tu dis : Qui m’a touché ?

32 Et il regardait tout à l’entour pour voir celle qui avait fait cela.

33 Et la femme, effrayée et tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint et se jeta devant lui, et lui déclara toute la vérité.

34 Et il lui dit : [Ma] fille, ta foi t’a guérie* ; va en paix, et sois guérie de ton fléau**.

— v. 28, 34* : litt. : sauvée. — v. 29, 34** : mal.

35 Comme il parlait encore, il vient des gens de chez le chef de synagogue, disant : Ta fille est morte* ; pourquoi tourmentes-tu encore le maître** ?

36 Et Jésus, ayant entendu la parole qui avait été dite, dit aussitôt au chef de synagogue : Ne crains pas, crois seulement.

37 Et il ne permit à personne de le suivre, sinon à Pierre et à Jacques et à Jean le frère de Jacques.

38 Et il vient* à la maison du chef de synagogue ; et il voit le tumulte, et ceux qui pleuraient et jetaient de grands cris.

39 Et étant entré, il leur dit : Pourquoi faites-vous ce tumulte, et pourquoi pleurez-vous ? L’enfant n’est pas morte*, mais elle dort.

40 Et ils se riaient de lui. Mais les ayant tous mis dehors, il prend le père de l’enfant et la mère, et ceux qui étaient avec lui, et entre là où l’enfant était couchée.

41 Et ayant pris la main de l’enfant, il lui dit : Talitha coumi ; ce qui, interprété, est : Jeune fille, je te dis, lève-toi.

42 Et aussitôt la jeune fille se leva et marcha, car elle avait douze ans ; et ils furent transportés d’une grande admiration.

43 Et il leur enjoignit fort que personne ne le sût ; et il dit qu’on lui donnât à manger.

— v. 35** : qui enseigne. — v. 38 : plusieurs lisent : ils viennent. — v. 35* et 39 : est morte, – le fait en soi, non pas mourut, qui serait simplement historique comme fait accompli et passé (ici, et ailleurs souvent).

Chapitre 6

1 Et il sortit de là, et vint dans son pays ; et ses disciples le suivent.

2 Et le sabbat étant venu, il se mit à enseigner dans la synagogue ; et plusieurs, l’ayant entendu, étaient dans l’étonnement, disant : D’où [viennent] ces choses à celui-ci ? Et quelle est cette sagesse qui lui est donnée, et [d’où vient] que de tels miracles s’opèrent par ses mains ?

3 Celui-ci n’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques et de Joses et de Jude et de Simon ; et ses sœurs ne sont-elles pas ici auprès de nous ? Et ils étaient scandalisés en lui.

4 Et Jésus leur dit : Un prophète n’est pas sans honneur, si ce n’est dans son pays et parmi ses parents et dans sa maison.

5 Et il ne put faire là aucun miracle, sinon qu’il imposa les mains à un petit nombre d’infirmes, et les guérit.

6 Et il s’étonnait de leur incrédulité ; et il visitait l’un après l’autre les villages à la ronde, en enseignant.


7 Et il appelle les douze ; et il se mit à les envoyer deux à deux, et leur donna autorité sur les esprits immondes.

8 Et il leur commanda de ne rien prendre pour le chemin, si ce n’est un bâton seulement, ni sac, ni pain, ni monnaie dans leur ceinture,

9 mais d’être chaussés de sandales ; et ne portez pas deux tuniques.

10 Et il leur dit : Partout où vous entrerez dans une maison, demeurez-y jusqu’à ce que vous partiez de là ;

11 et tous ceux qui ne vous recevront pas et ne vous écouteront pas, quand vous partirez de là, secouez la poussière de dessous vos pieds*, pour leur servir de témoignage.

12 Et étant partis, ils prêchèrent qu’on se repentît,

13 et chassèrent beaucoup de démons, et oignirent d’huile beaucoup d’infirmes et les guérirent.

— v. 11 : geste qui marque la rupture de relation et en rejette la responsabilité sur ceux qui ont refusé le message ; voir Luc 10:11.

14 Et le roi Hérode ouït parler [de lui], car son nom était devenu public ; et il dit : Jean le baptiseur est ressuscité d’entre les morts ; et c’est pourquoi les miracles s’opèrent par lui.

15 Et d’autres disaient : C’est Élie ; et d’autres disaient : C’est un prophète, comme un des prophètes.

16 Mais Hérode, ayant appris [ce qu’il faisait], dit : C’est Jean que j’ai fait décapiter ; il est ressuscité d’entre les morts.

17 Car Hérode lui-même avait envoyé prendre Jean, et l’avait fait lier dans une prison, à cause d’Hérodias, la femme de Philippe son frère ; car il l’avait épousée.

18 Car Jean disait à Hérode : Il ne t’est pas permis d’avoir la femme de ton frère.

19 Et Hérodias lui en voulait, et aurait désiré le faire mourir ; et elle ne pouvait pas,

20 car Hérode craignait Jean, le sachant homme juste et saint, et il le gardait* soigneusement ; et lorsqu’il l’avait entendu, il faisait beaucoup de choses, et** il l’écoutait volontiers.

21 Et un jour favorable étant venu, lorsque Hérode, le jour anniversaire de sa naissance, donnait un repas à ses grands seigneurs, et aux chiliarques*, et aux principaux de la Galilée ;

22 et la fille de cette même Hérodias, étant entrée et ayant dansé, plut à Hérode et à ceux qui étaient à table avec lui. Et le roi dit à la jeune fille : Demande-moi tout ce que tu voudras, et je te le donnerai.

23 Et il lui jura : Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, jusqu’à la moitié de mon royaume.

24 Et elle sortit et dit à sa mère : Que dois-je demander ? Et celle-ci dit : La tête de Jean le baptiseur.

25 Et aussitôt elle entra avec empressement vers le roi, et fit sa demande, disant : Je veux que sur-le-champ tu me donnes dans un plat la tête de Jean le baptiseur.

26 Et le roi en fut très-attristé, mais, à cause des serments et de ceux qui étaient à table avec lui, il ne voulut pas lui manquer de parole*.

27 Et le roi aussitôt envoya un de ses satellites*, et lui commanda d’apporter la tête de Jean. Et celui-ci, s’en étant allé, le décapita dans la prison,

28 et apporta sa tête dans un plat, et la donna à la jeune fille ; et la jeune fille la donna à sa mère.

29 Et ses disciples, l’ayant appris, vinrent et enlevèrent son corps et le mirent dans un sépulcre.

— v. 20* : ou : l’observait. — v. 20** : d’autres lisent : il était en grand embarras, mais. — v. 21 : ou : commandants. — v. 26 : ou : rejeter sa requête. — v. 27 : ou : gardes.

30 Et les apôtres se rassemblent auprès de Jésus ; et ils lui racontèrent tout : et tout ce qu’ils avaient fait, et tout ce qu’ils avaient enseigné.

31 Et il leur dit : Venez à l’écart vous-mêmes dans un lieu désert, et reposez-vous un peu ; car il y avait beaucoup de gens qui allaient et qui venaient, et ils n’avaient pas même le loisir de manger.

32 Et ils s’en allèrent dans une nacelle en un lieu désert, à l’écart.

33 Et plusieurs les virent qui s’en allaient, et les reconnurent, et accoururent là, à pied, de toutes les villes, et arrivèrent avant eux, [et se rassemblèrent auprès de lui].


34 Et Jésus, étant sorti, vit une grande foule ; et il fut ému de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger ; et il se mit à leur enseigner beaucoup de choses.

35 Et comme l’heure était déjà fort avancée, ses disciples venant à lui, disent : Le lieu est désert et l’heure est déjà fort avancée,

36 renvoie-les, afin qu’ils s’en aillent dans les campagnes et les villages d’alentour, et qu’ils s’achètent du pain ; car ils n’ont rien à manger.

37 Et lui, répondant, leur dit : Vous, donnez-leur à manger. Et ils lui disent : Irons-nous acheter pour deux cents deniers* de pain, et leur donnerons-nous à manger ?

38 Mais il leur dit : Combien de pains avez-vous ? Allez et regardez. Et quand ils le surent, ils disent : Cinq, et deux poissons.

39 Et il leur commanda de les faire tous asseoir par troupes sur l’herbe verte.

40 Et ils s’assirent en rangs, les uns de cent, et les autres de cinquante.

41 Et ayant pris les cinq pains et les deux poissons, et regardant vers le ciel, il bénit, et rompit les pains et les donna à ses disciples, afin qu’ils les missent devant eux ; et il partagea les deux poissons entre tous.

42 Et ils mangèrent tous, et furent rassasiés.

43 Et ils ramassèrent des morceaux douze paniers pleins, et des restes des poissons.

44 Et ceux qui avaient mangé les pains étaient cinq mille hommes.

— v. 37 : denier : monnaie romaine, salaire d’une journée d’ouvrier agricole, en Palestine (Matthieu 20:2).

45 Et aussitôt il contraignit ses disciples de monter dans la nacelle, et d’aller devant [lui] à l’autre rive, vers Bethsaïda, tandis qu’il renvoyait la foule.

46 Et leur ayant donné congé, il s’en alla sur une montagne pour prier.


47 Et le soir étant venu, la nacelle était au milieu de la mer, et lui, seul à terre.

48 Et les voyant se tourmenter à ramer, car le vent leur était contraire, vers la quatrième veille de la nuit, il vient vers eux, marchant sur la mer ; et il voulait passer à côté d’eux.

49 Mais eux, le voyant marcher sur la mer, crurent que c’était un fantôme, et ils poussèrent des cris ;

50 car ils le virent tous, et ils furent troublés. Et aussitôt il parla avec eux, et leur dit : Ayez bon courage ; c’est moi ; n’ayez point de peur.

51 Et il monta vers eux dans la nacelle, et le vent tomba. Et ils furent excessivement frappés et étonnés en eux-mêmes ;

52 car ils n’avaient pas été rendus intelligents par* les pains, car leur cœur était endurci.

— v. 52 : ou : [même] après.

53 Et ayant passé à l’autre rive, ils vinrent dans la contrée de Génésareth, et ils abordèrent.

54 Et comme ils sortaient de la nacelle, ils le reconnurent aussitôt ;

55 et ils coururent par tout le pays d’alentour, et se mirent à apporter de tous côtés dans de petits lits ceux qui se portaient mal, là où ils entendaient dire qu’il était.

56 Et où que ce fût qu’il entrât, dans les villages, ou dans les villes, ou dans les campagnes, ils plaçaient les infirmes dans les marchés et le priaient de les laisser toucher ne fût-ce que le bord de son vêtement ; et tous ceux qui le touchaient étaient guéris*.

— v. 56 : litt. : sauvés.

Chapitre 7

1 Et les pharisiens et quelques-uns des scribes, qui étaient venus de Jérusalem, s’assemblent auprès de lui.

2 Et voyant quelques-uns de ses disciples mangeant du pain avec des mains souillées, c’est-à-dire non lavées… ;

3 car les pharisiens et tous les Juifs ne mangent pas qu’ils ne lavent soigneusement* leurs mains, retenant la tradition des anciens ;

4 et [étant de retour] du marché, ils ne mangent pas qu’ils ne soient lavés. Et il y a beaucoup d’autres choses qu’ils ont reçues traditionnellement pour les observer, [comme] de laver les coupes, les pots, les vases d’airain, et les lits.

5 — Sur cela, les pharisiens et les scribes l’interrogent, [disant] : Pourquoi tes disciples ne marchent-ils pas selon la tradition des anciens, mais mangent-ils du pain avec des mains souillées ?

6 Mais lui, répondant, leur dit : Ésaïe a bien prophétisé de vous, hypocrites ; comme il est écrit : « Ce peuple-ci m’honore des lèvres, mais leur cœur est fort éloigné de moi ;

7 mais ils m’honorent en vain, enseignant, comme doctrines, des commandements d’hommes » [Ésaïe 29:13].

8 Car, laissant le commandement de Dieu, vous observez la tradition des hommes, de laver les pots et les coupes ; et vous faites beaucoup d’autres choses semblables.

9 Et il leur dit : Vous annulez bien le commandement de Dieu, afin de garder votre tradition.

10 Car Moïse a dit : « Honore ton père et ta mère » [Exode 20:12] ; et : « que celui qui médira* de père ou de mère, meure de mort » [Exode 21:17] ;

11 mais vous, vous dites : Si un homme dit à son père ou à sa mère : Tout ce dont tu pourrais tirer profit de ma part est corban, c’est-à-dire don*

12 Et vous ne lui permettez plus de rien faire pour son père ou pour sa mère,

13 annulant la parole de Dieu par votre tradition que vous vous êtes transmise [les uns aux autres] ; et vous faites beaucoup de choses semblables.

14 Et ayant de nouveau appelé la foule, il leur dit : Écoutez-moi, vous tous, et comprenez :

15 Il n’y a rien en dehors de l’homme, qui, entrant au dedans de lui, puisse le souiller ; mais les choses qui sortent de lui, ce sont celles qui souillent l’homme.

16 Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

— v. 3 : ou : souvent, ou : jusqu’au coude. — v. 10 : ou : injuriera, ou maudira. — v. 11 : don réservé à Dieu comme offrande.

17 Et quand il fut entré dans la maison, [s’étant retiré] d’avec la foule, ses disciples l’interrogèrent touchant cette parabole.

18 Et il leur dit : Vous aussi, êtes-vous ainsi sans intelligence ? N’entendez-vous pas que tout ce qui est de dehors, entrant dans l’homme, ne peut pas le souiller,

19 parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, et s’en va dans le lieu secret, purifiant toutes les viandes ?

20 Et il dit : Ce qui sort de l’homme, c’est là ce qui souille l’homme ;

21 car du dedans, du cœur des hommes, sortent les mauvaises pensées, les adultères, les fornications, les meurtres,

22 les vols, la cupidité*, les méchancetés, la fraude, l’impudicité, l’œil méchant, les injures, l’orgueil, la folie.

23 Toutes ces mauvaises choses sortent du dedans et souillent l’homme.

— v. 22 : litt. : les cupidités.

24 Et se levant, il s’en alla de là vers les frontières de Tyr et de Sidon ; et étant entré dans une maison, il ne voulait pas que personne le sût : et il ne put être caché ;

25 car* une femme dont la fille** avait un esprit immonde, ayant ouï parler de lui, vint et se jeta à ses pieds ;

26 (or la femme était grecque, syrophénicienne de race ;) et elle le pria qu’il chassât le démon hors de sa fille.

27 Et Jésus lui dit : Laisse premièrement rassasier les enfants ; car il ne convient pas de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens*.

28 Et elle répondit et lui dit : Oui, Seigneur ; car même les chiens, sous la table, mangent des miettes des enfants.

29 Et il lui dit : À cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille.

30 Et s’en allant en sa maison, elle trouva le démon sorti, et sa fille couchée sur le lit.

— v. 25* : quelques-uns lisent : mais aussitôt. — v. 25** : ici plutôt : jeune fille. — v. 27 : grec : petits chiens, plus méprisant que chiens.

31 Et étant de nouveau parti des confins de Tyr et de Sidon, il vint vers la mer de Galilée, à travers le pays de Décapolis.

32 Et on lui amène un sourd qui parlait avec peine, et on le prie pour qu’il lui impose la main.

33 Et l’ayant tiré à l’écart, hors de la foule, il lui mit les doigts dans les oreilles ; et ayant craché, il lui toucha la langue ;

34 et regardant vers le ciel, il soupira*, et lui dit : Ephphatha, c’est-à-dire, ouvre-toi.

35 Et aussitôt ses oreilles s’ouvrirent, et le lien de sa langue se délia, et il parlait distinctement.

36 Et Jésus leur enjoignit de ne le dire à personne ; mais plus il le leur défendait, d’autant plus ils le publiaient.

37 Et ils étaient extrêmement étonnés, disant : il fait toutes choses bien ; il fait entendre les sourds et parler les muets.

— v. 34 : ou : gémit.

Chapitre 8

1 En ces jours-là, comme il y avait là une fort* grande foule, et qu’ils n’avaient rien à manger, [Jésus], ayant appelé à lui ses disciples, leur dit :

2 Je suis ému de compassion envers la foule, car voici trois jours déjà qu’ils demeurent auprès de moi, et ils n’ont rien à manger ;

3 et si je les renvoie à jeun dans leurs maisons, ils tomberont en défaillance par le chemin ; car quelques-uns d’entre eux sont venus de loin.

4 Et ses disciples lui répondirent : D’où les pourra-t-on rassasier de pain, ici, dans le désert ?

5 Et il leur demanda : Combien avez-vous de pains ? Et ils dirent : Sept.

6 Et il commanda à la foule de s’asseoir sur la terre. Et ayant pris les sept pains, il rendit grâces et les rompit et les donna à ses disciples pour les mettre devant la foule : et ils les mirent devant elle.

7 Ils avaient aussi quelques petits poissons ; et ayant béni, il dit qu’ils les missent aussi devant [la foule].

8 Et ils mangèrent et furent rassasiés ; et ils ramassèrent, des morceaux qui étaient de reste, sept corbeilles.

9 Or ceux qui avaient mangé étaient environ quatre mille. Et il les renvoya.

— v. 1 : quelques-uns : encore une.

10 Et aussitôt, montant dans une nacelle avec ses disciples, il vint aux quartiers de Dalmanutha.

11 Et les pharisiens sortirent et se mirent à disputer avec lui, demandant de lui un signe du ciel, pour l’éprouver.

12 Et, soupirant* en son esprit, il dit : Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe ? En vérité, je vous dis : il ne sera point donné de** signe à cette génération.

13 Et les laissant, il remonta de nouveau dans la nacelle et s’en alla à l’autre rive.

14 Et ils avaient oublié de prendre des pains, et ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la nacelle.

15 Et il leur enjoignit, disant : Voyez, gardez-vous du levain des pharisiens et du levain d’Hérode.

16 Et ils raisonnaient entre eux, [disant] : C’est parce que nous n’avons pas de pains.

17 Et Jésus, le sachant, leur dit : Pourquoi raisonnez-vous sur ce que vous n’avez pas de pains ? N’entendez-vous pas encore, et ne comprenez-vous pas ? Avez-vous encore votre cœur endurci ?

18 Ayant des yeux, ne voyez-vous pas ? et ayant des oreilles, n’entendez-vous pas ? et n’avez-vous point de mémoire ?

19 Quand je rompis les cinq pains aux cinq mille, combien recueillîtes-vous de paniers pleins de morceaux ? Ils lui disent : Douze.

20 Et quand [je rompis] les sept aux quatre mille, combien recueillîtes-vous de corbeilles pleines de morceaux ? Et ils dirent : Sept.

21 Et il leur dit : Comment ne comprenez-vous pas ?

— v. 12* : ou : soupirant profondément. — v. 12** : litt. : s’il est donné un, — hébraïsme, comme Hébreux 3:11.

22 Et il vient à Bethsaïda ; et on lui amène un aveugle, et on le prie pour qu’il le touche.

23 Et ayant pris la main de l’aveugle, il le mena hors de la bourgade ; et lui ayant craché sur les yeux, il posa les mains sur lui et lui demanda s’il voyait quelque chose.

24 Et ayant regardé, [l’homme] dit : Je vois des hommes, car je vois comme des arbres qui marchent.

25 Puis Jésus lui mit encore les mains sur les yeux et le fit regarder ; et il fut rétabli, et voyait tout clairement.

26 Et il le renvoya dans sa maison, disant : N’entre pas dans la bourgade, et ne le dis à personne dans la bourgade.


27 Et Jésus s’en alla, et ses disciples, aux villages de Césarée de Philippe ; et chemin faisant, il interrogea ses disciples, leur disant : Qui disent les hommes que je suis ?

28 Et ils répondirent : Jean le baptiseur ; et d’autres : Élie ; et d’autres : L’un des prophètes.

29 Et il leur demanda : Et vous, qui dites-vous que je suis ? Et Pierre, répondant, lui dit : Tu es le Christ.

30 Et il leur défendit expressément de dire cela de lui à personne.

31 Et il commença à les enseigner : Il faut que le fils de l’homme souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté des anciens et des principaux sacrificateurs et des scribes, et qu’il soit mis à mort, et qu’il ressuscite après trois jours.

32 Et il tenait ce discours ouvertement. Et Pierre, le prenant à part, se mit à le reprendre.

33 Mais lui, se retournant et regardant ses disciples, reprit Pierre, disant : Va arrière de moi, Satan, car tes pensées ne sont pas aux choses de Dieu, mais à celles des hommes.

34 Et ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit : Quiconque veut venir après moi, qu’il se renonce soi-même, et qu’il prenne sa croix, et me suive :

35 car quiconque voudra sauver sa vie* la perdra ; et quiconque perdra sa propre vie* pour l’amour de moi et de l’évangile la sauvera.

36 Car que profitera-t-il à un homme s’il gagne le monde entier, et qu’il fasse la perte de son âme* ;

37 ou que donnera un homme en échange de son âme* ?

38 Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles parmi cette génération adultère et pécheresse, le fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges.

Chapitre 9. 1 Et il leur dit : En vérité, je vous dis, que de ceux qui sont ici présents, il y en a quelques-uns qui ne goûteront point la mort jusqu’à ce qu’ils aient vu le royaume de Dieu venu avec puissance.

— v. 35 à 37 : le terme original signifie à la fois : vie et âme.

2 Et après six jours, Jésus prend avec lui Pierre et Jacques et Jean, et les mène seuls à l’écart, sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux ;

3 et ses vêtements devinrent brillants et d’une extrême blancheur, comme de la neige, tels qu’il n’y a point de foulon* sur la terre qui puisse ainsi blanchir.

4 Et Élie leur apparut avec Moïse, et ils parlaient avec Jésus.

5 Et Pierre, répondant, dit à Jésus : Rabbi, il est bon que nous soyons ici ; et faisons trois tentes : une pour toi, et une pour Moïse, et une pour Élie.

6 Car il ne savait que dire* ; car ils étaient épouvantés.

7 Et il vint une nuée qui les couvrit*, et il vint de la nuée une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le.

8 Et aussitôt, ayant regardé de tous côtés, ils ne virent plus personne, sinon Jésus seul avec eux.

— v. 3 : ouvrier qui foulait les tissus dans un bain approprié pour les blanchir. — v. 6 : ou : ce qu’il disait. — v. 7 : comme Exode 40:35 et 34.

9 Et comme ils descendaient de la montagne, il leur enjoignit de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, sinon lorsque le fils de l’homme serait ressuscité d’entre les morts.

10 Et ils gardèrent cette parole, s’entre-demandant ce que c’était que ressusciter d’entre les morts.

11 Et ils l’interrogèrent, disant : Pourquoi les scribes disent-ils qu’il faut qu’Élie vienne premièrement ?

12 Et lui, répondant, leur dit : En effet, Élie vient premièrement et rétablit toutes choses ; — et comment il est écrit du fils de l’homme, qu’il souffrira beaucoup et qu’il sera chargé de mépris.

13 Mais je vous dis qu’aussi Élie est venu, et ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu, comme il est écrit de lui.


14 Et venant vers les disciples, il vit autour d’eux une grande foule, et des scribes qui disputaient avec eux.

15 Et aussitôt toute la foule, le voyant, fut saisie d’étonnement ; et ils accoururent et le saluèrent.

16 Et il les interrogea, [disant] : De quoi disputez-vous avec eux ?

17 Et quelqu’un de la foule lui répondit : Maître*, je t’ai amené mon fils qui a un esprit muet,

18 et, partout où il le saisit, il l’agite violemment ; et il écume, et grince des dents, et il devient sec ; et j’ai dit à tes disciples de le chasser, et ils n’ont pas pu.

19 Et lui, leur répondant, dit : Ô génération incrédule, jusques à quand serai-je avec vous ? jusques à quand vous supporterai-je ? Amenez-le-moi.

20 Et ils le lui amenèrent ; et quand il l’eut vu, aussitôt l’esprit le déchira ; et [l’enfant], tombant à terre, se roulait en écumant.

21 Et Jésus demanda au père de l’enfant : Combien y a-t-il de temps que ceci lui est arrivé ? Et il dit : Dès son enfance ;

22 et souvent il l’a jeté dans le feu et dans les eaux pour le faire périr ; mais si tu peux quelque chose, assiste-nous, étant ému de compassion envers nous.

23 Et Jésus lui dit : Le « Si tu peux », c’est : Crois ! toutes choses sont possibles à celui qui croit.

24 Et aussitôt le père de l’enfant, s’écriant, dit avec larmes : Je crois, viens en aide à mon incrédulité.

25 Et Jésus, voyant que la foule accourait ensemble, tança l’esprit immonde, lui disant : Esprit muet et sourd, je te commande, moi, sors de lui et n’y rentre plus.

26 Et ayant crié et l’ayant violemment déchiré, il sortit ; et [l’enfant] devint comme mort, de sorte que la plupart* disaient : Il est mort.

27 Et Jésus, l’ayant pris par la main, le redressa* ; et il se leva.

— v. 17 : maître qui enseigne, ici et souvent ailleurs. — v. 26 : litt. : les plusieurs, c’est-à-dire  la masse générale du peuple, là présent. — v. 27 : ou : réveilla.

28 Et lorsqu’il fut entré dans la maison, ses disciples lui demandèrent en particulier : Pourquoi n’avons-nous pu le chasser ?

29 Et il leur dit : Cette sorte ne peut sortir en aucune façon, si ce n’est par la prière et par le jeûne.


30 Et étant sortis de là, ils traversèrent la Galilée ; et il ne voulut pas que personne le sût.

31 Car il enseignait ses disciples et leur disait : Le fils de l’homme est livré entre les mains des hommes, et ils le feront mourir ; et ayant été mis à mort, il ressuscitera le troisième jour.

32 Mais ils ne comprenaient pas ce discours, et ils craignaient de l’interroger.


33 Et il vint à Capernaüm ; et quand il fut dans la maison, il leur demanda : Sur quoi raisonniez-vous en chemin ?

34 Et ils gardaient le silence, car ils avaient disputé entre eux, en chemin, qui serait* le plus grand.

35 Et lorsqu’il se fut assis, il appela les douze et leur dit : Si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous.

36 Et ayant pris un petit enfant, il le plaça au milieu d’eux ; et l’ayant pris entre ses bras, il leur dit :

37 Quiconque recevra l’un de tels petits enfants en mon nom, me reçoit ; et quiconque me recevra, ce n’est pas moi qu’il reçoit, mais c’est celui qui m’a envoyé.

38 Et Jean lui répondit, disant : Maître, nous avons vu quelqu’un qui chassait des démons en ton nom, qui ne nous suit pas ; et nous le lui avons défendu*, parce qu’il ne nous suit pas.

39 Et Jésus leur dit : Ne le lui défendez pas* ; car il n’y a personne qui fasse un miracle en mon nom, et qui puisse aussitôt mal parler de moi,

40 car celui qui n’est pas contre nous est pour nous.

41 Car quiconque vous donnera à boire une coupe d’eau en [mon] nom, parce que vous êtes de Christ, en vérité, je vous dis qu’il ne perdra point sa récompense.

42 Et quiconque sera une occasion de chute pour un des petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui mît au cou une pierre de meule, et qu’il fût jeté dans la mer.

43 Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la : il vaut mieux pour toi d’entrer estropié dans la vie, que d’avoir les deux mains, et d’aller dans la géhenne*, dans le feu inextinguible,

44 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.

45 Et si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le : il vaut mieux pour toi d’entrer boiteux dans la vie, que d’avoir les deux pieds, et d’être jeté dans la géhenne*, dans le feu inextinguible,

46 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.

47 Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le : il vaut mieux pour toi d’entrer dans le royaume de Dieu, n’ayant qu’un œil, que d’avoir deux yeux et d’être jeté dans la géhenne* de feu,

48 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.

49 Car chacun sera salé de feu ; et tout sacrifice sera salé de sel.

50 Le sel est bon ; mais si le sel devient insipide, avec quoi lui donnerez-vous de la saveur ?

51 Ayez du sel en vous-mêmes, et soyez en paix entre vous.

— v. 34 : ou : était. — v. 38 : ou : l’en avons empêché. — v. 39 : ou : Ne l’en empêchez pas. — v. 43, 45, 47 : lieu des tourments infernaux ; voir note à Matthieu 11:23.

Chapitre 10

1 Et de là, se levant, il vient vers les confins de la Judée, et au delà du Jourdain ; et des foules se rassemblent encore auprès de lui ; et il les enseignait encore, comme il avait accoutumé.


2 Et des pharisiens vinrent à lui, et, pour l’éprouver, lui demandèrent : Est-il permis à un homme de répudier sa femme ?

3 Et lui, répondant, leur dit : Qu’est-ce que Moïse vous a commandé ?

4 Et ils dirent : Moïse a permis d’écrire une lettre de divorce, et de répudier [sa femme].

5 Et Jésus, répondant, leur dit : Il vous a écrit ce commandement à cause de votre dureté de cœur ;

6 mais au commencement de la création, Dieu les fit mâle et femelle :

7 c’est pourquoi l’homme laissera son père et sa mère et sera uni à sa femme,

8 et les deux seront* une seule chair ; ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair.

9 Ce donc que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas.

10 Et dans la maison encore, ses disciples l’interrogèrent sur ce sujet ;

11 et il leur dit : Quiconque répudiera sa femme et en épousera une autre, commet adultère envers la première* ;

12 et si une femme répudie son mari, et en épouse un autre, elle commet adultère.

13 Et on lui apporta de petits enfants, afin qu’il les touchât ; et les disciples reprenaient ceux qui les apportaient ;

14 et Jésus, voyant [cela], en fut indigné, et leur dit : Laissez venir à moi les petits enfants ; ne les en empêchez pas ; car à de tels* est le royaume de Dieu.

15 En vérité, je vous dis : quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant, n’y entrera point.

16 Et les ayant pris entre ses bras, il posa les mains sur eux et les bénit.

— v. 8 : litt. : seront pour, comme Matthieu 19:5 ; voir Genèse 2:24. — v. 11 : litt. : envers elle. — v. 14 : litt. : car de tels.

17 Et comme il sortait sur la route, un homme accourut, et, se jetant à genoux devant lui, il lui demanda : Bon maître, que ferai-je afin que j’hérite de la vie éternelle ?

18 Et Jésus lui dit : Pourquoi m’appelles-tu bon ? Nul n’est bon, sinon un [seul], Dieu.

19 Tu sais les commandements : Ne commets point adultère ; ne tue point ; ne dérobe point ; ne dis point de faux témoignage ; ne fais tort à personne ; honore ton père et ta mère.

20 Et répondant, il lui dit : Maître, j’ai gardé toutes ces choses dès ma jeunesse.

21 Et Jésus, l’ayant regardé, l’aima, et lui dit : Une* chose te manque : va, vends tout ce que tu as et donne aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel, et viens, suis-moi, ayant chargé la croix.

22 Et lui, affligé de cette parole, s’en alla tout triste, car il avait de grands biens.

23 Et Jésus, ayant regardé tout à l’entour, dit à ses disciples : Combien difficilement ceux qui ont des biens entreront-ils dans le royaume de Dieu !

24 Et les disciples s’étonnèrent de ses paroles ; et Jésus, répondant encore, leur dit : Enfants, combien il est difficile à ceux qui se confient aux richesses d’entrer dans le royaume de Dieu !

25 Il est plus facile qu’un chameau passe par un trou d’aiguille, qu’un riche n’entre dans le royaume de Dieu.

26 Et ils s’en étonnèrent excessivement, disant entre eux : Et qui peut être sauvé ?

27 Et Jésus, les ayant regardés, dit : Pour les hommes, cela est impossible, mais non pas pour Dieu ; car toutes choses sont possibles pour Dieu.

— v. 21 : une seule.

28 Pierre se mit à lui dire : Voici, nous avons tout quitté et nous t’avons suivi.

29 Jésus, répondant, dit : En vérité, je vous dis : il n’y a personne qui ait quitté maison, ou frères, ou sœurs, ou père, ou mère, [ou femme], ou enfants, ou champs, pour l’amour de moi et pour l’amour de l’évangile,

30 qui n’en reçoive maintenant, en ce temps-ci, cent fois autant, maisons, et frères, et sœurs, et mères, et enfants, et champs, avec des persécutions, et dans le siècle qui vient, la vie éternelle.

31 Mais plusieurs qui sont les premiers seront les derniers ; et les derniers seront les premiers.


32 Et ils étaient en chemin, montant à Jérusalem, et Jésus allait devant eux ; et ils étaient stupéfiés et craignaient en le suivant. Et prenant encore une fois les douze avec lui, il se mit à leur dire les choses qui devaient lui arriver :

33 Voici, nous montons à Jérusalem ; et le fils de l’homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux scribes ; et ils le condamneront à mort, et le livreront aux nations ;

34 et ils se moqueront de lui, et le fouetteront, et cracheront contre lui, et le feront mourir ; et il ressuscitera le troisième jour.


35 Et Jacques et Jean, fils de Zébédée, viennent à lui, disant : Maître, nous voudrions que tu fisses pour nous tout ce que* nous te demanderons.

36 Et il leur dit : Que voulez-vous que je fasse pour vous ?

37 Et ils lui dirent : Accorde-nous que nous soyons assis, l’un à ta droite et l’un à ta gauche, dans ta gloire.

38 Et Jésus leur dit : Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que moi je bois, ou être baptisés du baptême dont moi je serai* baptisé ?

39 Et ils lui dirent : Nous le pouvons. Et Jésus leur dit : Vous boirez bien la coupe que moi je bois, et vous serez baptisés du baptême dont moi je serai* baptisé ;

40 mais de s’asseoir à ma droite ou à ma gauche, n’est pas à moi pour le donner, sinon à ceux pour lesquels cela est préparé.

41 Et les dix, l’ayant entendu, en conçurent de l’indignation à l’égard de Jacques et de Jean.

42 Et Jésus, les ayant appelés auprès de lui, leur dit : Vous savez que ceux qui sont réputés gouverner les nations dominent sur elles, et que les grands d’entre eux usent d’autorité sur elles ;

43 mais il n’en est pas ainsi parmi vous, mais quiconque voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur,

44 et quiconque d’entre vous voudra devenir le premier, sera l’esclave de tous.

45 Car aussi le fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et pour donner sa vie en rançon pour plusieurs.

— v. 35 : litt. : quoi que ce soit que. — v. 38, 39 : litt. : je suis.

46 Et ils arrivent à Jéricho ; et comme il sortait de Jéricho avec ses disciples et une grande foule, Bartimée l’aveugle, le fils de Timée, était assis sur le bord du chemin et mendiait.

47 Et ayant entendu dire que c’était Jésus le Nazarénien*, il se mit à crier et à dire : Fils de David, Jésus, aie pitié de moi !

48 Et plusieurs le reprirent afin qu’il se tût ; mais il criait d’autant plus fort : Fils de David ! aie pitié de moi !

49 Et Jésus, s’arrêtant, dit qu’on l’appelât ; et ils appellent l’aveugle, lui disant : Aie bon courage, lève-toi, il t’appelle.

50 Et jetant loin son vêtement, il se leva en hâte et s’en vint à Jésus.

51 Et Jésus, répondant, lui dit : Que veux-tu que je te fasse ? Et l’aveugle lui dit : Rabboni, que je recouvre la vue.

52 Et Jésus lui dit : Va, ta foi t’a guéri* ; et aussitôt il recouvra la vue, et il le suivit dans le chemin.

— v. 47 : c’est-à-dire de Nazareth. — v. 52 : litt. : sauvé.

Chapitre 11

1 Et comme ils approchent de Jérusalem, de Bethphagé et de Béthanie, vers la montagne des Oliviers, il envoie deux de ses disciples

2 et leur dit : Allez au village qui est vis-à-vis de vous ; et aussitôt, en y entrant, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel jamais aucun homme ne s’est assis ; détachez-le, et amenez-le.

3 Et si quelqu’un vous dit : Pourquoi faites-vous cela ? dites : Le Seigneur en a besoin ; et aussitôt il l’enverra ici.

4 Et ils s’en allèrent et trouvèrent un ânon qui était attaché dehors, à la porte, au carrefour* ; et ils le détachent.

5 Et quelques-uns de ceux qui étaient là, leur dirent : Que faites-vous là à détacher l’ânon ?

6 Et ils leur dirent comme Jésus avait commandé ; et on les laissa faire.

7 Et ils amenèrent l’ânon à Jésus et mirent leurs vêtements sur l’ânon, et il s’assit dessus.

8 Et plusieurs étendaient leurs vêtements sur le chemin, et d’autres coupaient des rameaux des arbres, et les répandaient sur le chemin ;

9 et ceux qui allaient devant et ceux qui suivaient, criaient : Hosanna, béni soit celui qui vient au nom du *Seigneur !*

10 Béni soit le royaume de notre père David, qui vient*. Hosanna dans les lieux très-hauts !

11 Et il entra dans Jérusalem, [et] dans le temple ; et après avoir promené ses regards de tous côtés sur tout, comme le soir était déjà venu, il sortit [et s’en alla] à Béthanie avec les douze.

— v. 4 : ou : chemin qui tourne autour de la maison, non pas la rue principale. — v. 9* : voir Psaume 118:25-26 ; Hosanna signifie : Sauve je te prie ; d’où : Gloire ! — v. 10 : c’est le royaume qui vient.

12 Et le lendemain, comme ils sortaient de Béthanie, il eut faim.

13 Et, voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il s’en approcha pour voir si peut-être il y trouverait quelque chose ; mais, y étant venu, il n’y trouva rien que des feuilles, car ce n’était pas la saison des figues.

14 Et répondant, il lui dit : Que désormais personne ne mange jamais de fruit de toi. Et ses disciples l’entendirent.


15 Et ils s’en viennent à Jérusalem. Et, entrant au temple, il se mit à chasser dehors ceux qui vendaient et ceux qui achetaient dans le temple, et il renversa les tables des changeurs et les sièges de ceux qui vendaient les colombes ;

16 et il ne permettait pas que personne portât aucun vase* par le temple.

17 Et il les enseignait en disant : N’est-il pas écrit : « Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations » ? [Ésaïe 56:7], mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs*.

18 Et les principaux sacrificateurs et les scribes l’entendirent, et ils cherchèrent comment ils le feraient mourir, car ils le craignaient, parce que toute la foule était dans l’étonnement à l’égard de sa doctrine.

19 Et quand le soir fut venu, il sortit de la ville.

— v. 16 : ou : objet, ustensile. — v. 17 : voir Jérémie 7:11.

20 Et le matin, comme ils passaient, ils virent le figuier séché depuis les racines.

21 Et Pierre, se ressouvenant [de ce qui s’était passé], lui dit : Rabbi, voici, le figuier que tu as maudit est sec.

22 Et Jésus, répondant, leur dit : Ayez foi en Dieu.

23 En vérité, je vous dis que quiconque dira à cette montagne : Ôte-toi, et jette-toi dans la mer, et qui ne doutera pas dans son cœur, mais croira que ce qu’il dit se fait, tout ce qu’il aura dit lui sera fait.

24 C’est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous le recevez, et il vous sera fait.

25 Et quand vous ferez votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez-lui, afin que votre Père aussi, qui est dans les cieux, vous pardonne vos fautes.

26 Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne pardonnera pas non plus vos fautes.

27 Et ils viennent encore à Jérusalem. Et comme il se promenait dans le temple, les principaux sacrificateurs, et les scribes et les anciens viennent à lui

28 et lui disent : Par quelle autorité fais-tu ces choses, et qui t’a donné cette autorité pour faire ces choses ?

29 Et Jésus, répondant, leur dit : Je vous demanderai, moi aussi, une* chose, et répondez-moi ; et je vous dirai par quelle autorité je fais ces choses.

30 Le baptême de Jean, était-il du ciel ou des hommes ? répondez-moi.

31 Et ils raisonnaient entre eux, disant : Si nous disons : Du ciel, il dira : Pourquoi donc ne l’avez-vous pas cru ?

32 Mais dirions-nous : Des hommes ?… ils craignaient le peuple ; car tous estimaient que Jean était réellement un prophète.

33 Et répondant, ils disent à Jésus : Nous ne savons. Et Jésus leur dit : Moi non plus, je ne vous dis pas par quelle autorité je fais ces choses.

— v. 29 : une, une seule.

Chapitre 12

1 Et il se mit à leur dire en paraboles : Un homme planta une vigne, et l’environna d’une clôture, et y creusa une fosse pour un pressoir, et y bâtit une tour ; et il la loua à des cultivateurs et s’en alla hors du pays.

2 Et en la saison, il envoya un esclave aux cultivateurs pour recevoir des cultivateurs du fruit de la vigne ;

3 mais eux, le prenant, le battirent et le renvoyèrent à vide.

4 Et il leur envoya encore un autre esclave ; et à celui-là ils lui meurtrirent la tête, et le couvrirent d’outrages.

5 Et il en envoya un autre, et celui-là ils le tuèrent ; et plusieurs autres, battant les uns, et tuant les autres.

6 Ayant donc encore un unique fils bien-aimé, il le leur envoya, lui aussi, le dernier, disant : Ils auront du respect pour mon fils.

7 Mais ces cultivateurs-là dirent entre eux : Celui-ci est l’héritier ; venez, tuons-le, et l’héritage sera à nous.

8 Et l’ayant pris, ils le tuèrent et le jetèrent hors de la vigne.

9 Que fera donc le maître de la vigne ? Il viendra et fera périr les cultivateurs et donnera la vigne à d’autres.

10 Et n’avez-vous pas même lu cette écriture : « La pierre que ceux qui bâtissaient ont rejetée, celle-là est devenue la maîtresse pierre du coin ;

11 celle-ci* est de par le *Seigneur, et est merveilleuse devant nos yeux » ? [Psaume 118:22, 23].

12 Et ils cherchaient à se saisir de lui ; et ils craignirent la foule, car ils connurent qu’il avait dit cette parabole contre eux ; et le laissant, ils s’en allèrent.

— v. 11 : ou : ceci.

13 Et ils lui envoient quelques-uns des pharisiens et des hérodiens* pour le surprendre dans [ses] paroles.

14 Et étant venus, ils lui disent : Maître, nous savons que tu es vrai, et que tu ne t’embarrasses de personne ; car tu ne regardes pas à l’apparence des hommes, mais tu enseignes la voie de Dieu avec vérité. Est-il permis de payer le tribut à César*, ou non ? Payerons-nous, ou ne payerons-nous pas ?

15 Et lui, connaissant leur hypocrisie, leur dit : Pourquoi me tentez-vous ? Apportez-moi un denier, que je le voie.

16 Et ils le lui apportèrent. Et il leur dit : De qui est cette image et cette inscription ? Et ils lui dirent : De César.

17 Et Jésus, répondant, leur dit : Rendez les choses de César à César, et les choses de Dieu à Dieu ! Et ils étaient dans l’étonnement à son sujet.

— v. 13 : Pharisiens, nationalistes opposés à l’occupant romain, et hérodiens, opportunistes, partisans d’Hérode et de Rome, unis pour tendre un piège à Jésus comme en 3:6. — v. 14 : l’empereur de Rome.

18 Et les sadducéens, qui disent qu’il n’y a pas de résurrection, viennent à lui ; et ils l’interrogèrent, disant :

19 Maître ! Moïse nous a écrit que si le frère de quelqu’un meurt et laisse une femme, et ne laisse pas d’enfants, son frère prenne sa femme et suscite de la postérité* à son frère**.

20 Il y avait sept frères ; et le premier prit une femme, et en mourant ne laissa pas de postérité ;

21 et le second la prit et mourut ; et lui non plus ne laissa pas de postérité ; et le troisième de même ;

22 et les sept la prirent et ne laissèrent pas de postérité. La dernière de tous, la femme aussi mourut.

23 Dans la résurrection, quand ils ressusciteront, duquel d’entre eux sera-t-elle la femme, car les sept l’ont eue pour femme ?

24 Et Jésus, répondant, leur dit : N’est-ce pas à cause de ceci que vous errez, c’est que vous ne connaissez pas les écritures, ni la puissance de Dieu ?

25 Car, quand on ressuscite d’entre les morts, on ne se marie, ni on n’est donné en mariage, mais on est comme des anges dans les cieux.

26 Et quant aux morts [et] à ce qu’ils ressuscitent, n’avez-vous pas lu dans le livre de Moïse, au [titre] : « Du buisson », comment Dieu lui parla, disant : « Moi, je suis le Dieu d’Abraham, et le Dieu d’Isaac, et le Dieu de Jacob » ? [Exode 3:6].

27 Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants*. Vous êtes donc dans une grande erreur.

— v. 19* : litt. : semence ; comme Matthieu 22:24, ici et ailleurs. — v. 19** : voir Deutéronome 25:5. — v. 27 : ou : Dieu n’est pas [Dieu] des morts, mais Dieu des vivants.

28 Et l’un des scribes, qui les avait ouïs disputer, voyant qu’il leur avait bien répondu, s’approcha et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ?

29 Et Jésus lui répondit : Le premier de tous les commandements est : « Écoute, Israël, le *Seigneur notre Dieu est un seul *Seigneur ;

30 et tu aimeras le *Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée, et de toute ta force » [Deutéronome 6:4-5].

31 C’est là le premier commandement. Et le second lui est semblable : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » [Lévitique 19:18]. Il n’y a point d’autre commandement plus grand que ceux-ci.

32 Et le scribe lui dit : Bien, maître, tu as dit selon la vérité, car il y en a un*, et il n’y en a point d’autre que lui ;

33 et que de l’aimer de tout son cœur, et de toute son intelligence, et de toute son âme, et de toute sa force, et d’aimer son prochain comme soi-même, c’est plus que tous les holocaustes et les sacrifices.

34 Et Jésus, voyant qu’il avait répondu avec intelligence, lui dit : Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n’osait plus l’interroger.

— v. 32 : ou : qu’il n’y en a qu’un.

35 Et comme il enseignait dans le temple, Jésus répondit et dit : Comment disent les scribes que le Christ est fils de David ?

36 Car David lui-même a dit par l’Esprit Saint : « Le *Seigneur a dit à mon seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je mette tes ennemis pour marchepied de tes pieds » [Psaume 110:1].

37 David lui-même donc l’appelle seigneur ; et comment est-il son fils ? Et la grande foule prenait plaisir à l’entendre.


38 Et il leur disait dans son enseignement : Gardez-vous des scribes, qui se plaisent à se promener en longues robes et [qui aiment] les salutations dans les places publiques,

39 et les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les repas ;

40 qui dévorent les maisons des veuves, et pour prétexte font de longues prières ; — ceux-ci recevront une sentence plus sévère.


41 Et Jésus, étant assis vis-à-vis du trésor [du temple], regardait comment la foule jetait de la monnaie au trésor ; et plusieurs riches y jetaient beaucoup.

42 Et une pauvre veuve vint, et y jeta deux pites*, qui font un quadrant.

43 Et ayant appelé ses disciples, il leur dit : En vérité, je vous dis que cette pauvre veuve a plus jeté au trésor que tous ceux qui y ont mis ;

44 car tous y ont mis de leur superflu, mais celle-ci y a mis de son indigence*, tout ce qu’elle avait, toute sa subsistance.

— v. 42 : pite : la plus petite monnaie de cuivre = 1/8 de l’as (ou sou) romain. — v. 44 : extrême pauvreté, dénuement.

Chapitre 13

1 Et comme il sortait du temple, un de ses disciples lui dit : Maître, regarde, quelles pierres et quels bâtiments !

2 Et Jésus, répondant, lui dit : Tu vois ces grands bâtiments ? il ne sera point laissé pierre sur pierre qui ne soit jetée à bas !

3 Et comme il était assis sur la montagne des Oliviers, vis-à-vis du temple, Pierre, et Jacques, et Jean, et André, l’interrogèrent en particulier :

4 Dis-nous quand ces choses auront lieu, et quel sera le signe quand toutes ces choses devront s’accomplir ?

5 Et Jésus, leur répondant, se mit à dire : Prenez garde que personne ne vous séduise ;

6 car plusieurs viendront en mon nom, disant : C’est moi ! et ils en séduiront plusieurs.

7 Et quand vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres, ne soyez pas troublés, car il faut que [ces choses] arrivent ; mais la fin n’est pas encore.

8 Car nation s’élèvera contre nation, et royaume contre royaume ; et il y aura des tremblements de terre en divers lieux ; et il y aura des famines et des troubles. Ces choses sont des commencements de douleurs.

9 Mais vous, prenez garde à vous-mêmes ; car ils vous livreront aux sanhédrins* et aux synagogues ; vous serez battus, et vous serez traduits devant les gouverneurs et les rois à cause de moi, pour leur servir de témoignage.

10 Et il faut que l’évangile soit auparavant prêché dans* toutes les nations.

11 Et quand ils vous mèneront pour vous livrer, ne soyez pas à l’avance en souci de ce que vous direz, et ne méditez pas [votre discours] ; mais tout ce qui vous sera donné en cette heure-là, dites-le ; car ce n’est pas vous qui parlez, mais l’Esprit Saint.

12 Et le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant ; et les enfants s’élèveront contre leurs parents et les feront mourir ;

13 et vous serez haïs de tous à cause de mon nom ; et celui qui persévérera* jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé.

— v. 9 : tribunaux religieux juifs. — v. 10 : ou : à. — v. 13 : litt. : endurera.

14 Et quand vous verrez l’abomination de la désolation* établie où elle ne doit pas être (que celui qui lit comprenne), alors que ceux qui sont en Judée s’enfuient dans les montagnes ;

15 et que celui qui est sur le toit* ne descende pas dans la maison, et n’y entre pas pour emporter quoi que ce soit hors de sa maison ;

16 et que celui qui est aux champs ne retourne pas en arrière pour emporter son vêtement.

17 Mais malheur à celles qui sont enceintes et à celles qui allaitent en ces jours-là !

18 Et priez que [cela] n’ait pas lieu en hiver ;

19 car ces jours-là seront une tribulation telle qu’il n’y en a point eu de semblable depuis le commencement de la création que Dieu a créée, jusqu’à maintenant, et qu’il n’y en aura jamais.

20 Et si le *Seigneur n’eût abrégé ces jours, nulle chair n’eût été sauvée ; mais à cause des élus qu’il a élus, il a abrégé les jours.

21 Et alors, si quelqu’un vous dit : Voici, le Christ est ici, ou : Voici, il est là, ne le croyez pas.

22 Car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes ; et ils montreront des signes et des prodiges, pour séduire, si possible, même les élus.

23 Mais vous, soyez sur vos gardes ! voici, je vous ai tout dit à l’avance.

24 Mais en ces jours-là, après cette tribulation, le soleil sera obscurci, et la lune ne donnera pas sa lumière,

25 et les étoiles du ciel tomberont, et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées.

26 Et alors ils verront le fils de l’homme venant sur les nuées avec une grande puissance et avec gloire :

27 et alors il enverra ses anges, et il rassemblera ses élus des quatre vents, depuis le bout de la terre jusqu’au bout du ciel.

— v. 14 : voir la note, Matthieu 24:15. — v. 15 : toit en terrasse accessible de l’intérieur.

28 Mais apprenez du figuier la parabole [qu’il vous offre] : Quand déjà son rameau est tendre et qu’il pousse des feuilles, vous connaissez que l’été est proche.

29 De même aussi vous, quand vous verrez arriver ces choses, sachez que cela est proche, à la porte.

30 En vérité, je vous dis que cette génération ne passera point que toutes ces choses ne soient arrivées.

31 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.

32 Mais quant à ce jour-là, ou à l’heure, personne n’en a connaissance, pas même les anges qui sont dans le ciel, ni même le Fils, mais le Père.

33 Prenez garde, veillez et priez, car vous ne savez pas quand ce temps sera.

34 — C’est comme un homme allant hors du pays, laissant sa maison, et donnant de l’autorité à ses esclaves, et à chacun son ouvrage… ; et il commanda au portier de veiller.

35 Veillez donc ; car vous ne savez pas quand le maître* de la maison viendra, le soir, ou à minuit, ou au chant du coq, ou au matin ;

36 de peur qu’arrivant tout à coup, il ne vous trouve dormant.

37 Or ce que je vous dis, à vous, je le dis à tous : Veillez.

— v. 35 : ordinairement : seigneur.

Chapitre 14

1 Or, deux jours après, c’était la Pâque et les Pains sans levain. Et les principaux sacrificateurs et les scribes cherchaient comment ils pourraient se saisir de lui par ruse, et le faire mourir ;

2 car ils disaient : Non pas pendant la fête, de peur qu’il n’y ait du tumulte parmi le peuple.


3 Et comme il était à Béthanie dans la maison de Simon le lépreux, et qu’il était à table, une femme vint, ayant un vase d’albâtre [plein] d’un parfum de nard pur et de grand prix ; et, ayant brisé le vase, elle le répandit sur sa tête.

4 Et quelques-uns étaient [là], qui s’indignaient en eux-mêmes et disaient : À quoi bon la perte de ce parfum ?

5 Car ce parfum aurait pu être vendu plus de trois cents deniers*, et être donné aux pauvres ; et ils la reprenaient vivement.

6 Mais Jésus dit : Laissez-la ; pourquoi lui donnez-vous du déplaisir ? Elle a fait une bonne œuvre envers moi ;

7 car vous avez toujours les pauvres avec vous, et quand vous voudrez, vous pourrez leur faire du bien ; mais moi, vous ne m’avez pas toujours.

8 Ce qui était en son pouvoir, elle l’a fait ; elle a anticipé [le moment] d’oindre mon corps pour ma sépulture*.

9 Et en vérité, je vous dis : en quelque lieu que cet évangile soit prêché dans le monde entier, on parlera aussi de ce que cette femme a fait, en mémoire d’elle.

— v. 5 : denier : voir note à 6:37. — v. 8 : voir note à Matthieu 26:12 ; ou : mon embaumement (Genèse 50:2-3).

10 Et Judas Iscariote, l’un des douze, s’en alla vers les principaux sacrificateurs pour le leur livrer ;

11 et ceux-ci, l’ayant entendu, s’en réjouirent et promirent de lui donner de l’argent ; et il cherchait comment il le livrerait commodément.


12 Et le premier jour des pains sans levain, lorsqu’on sacrifiait la pâque, ses disciples lui disent : Où veux-tu que nous allions préparer [ce qu’il faut], afin que tu manges la pâque ?

13 Et il envoie deux de ses disciples et leur dit : Allez à la ville ; et un homme portant une cruche d’eau viendra à votre rencontre ; suivez-le.

14 Et où qu’il entre, dites au maître de la maison : Le maître* dit : Où est mon logis où je mangerai la pâque avec mes disciples ?

15 Et lui vous montrera une grande chambre* garnie, toute prête ; apprêtez-nous là [ce qu’il faut].

16 Et ses disciples s’en allèrent et entrèrent dans la ville, et trouvèrent [tout] comme il leur avait dit ; et ils apprêtèrent la pâque.

— v. 14 : celui qui enseigne. — v. 15 : pièce meublée à l’étage supérieur, servant de salle à manger.

17 Et le soir étant venu, il vient avec les douze.

18 Et comme ils étaient à table et qu’ils mangeaient, Jésus dit : En vérité, je vous dis que l’un d’entre vous qui* mange avec moi, me livrera.

19 Et ils commencèrent à s’attrister et à lui dire l’un après l’autre : Est-ce moi ? Et un autre : Est-ce moi ?

20 Mais répondant, il leur dit : C’est l’un d’entre les douze qui* trempe avec moi au plat.

21 Le fils de l’homme s’en va, selon qu’il est écrit de lui ; mais malheur à cet homme par qui le fils de l’homme est livré ! Il eût été bon pour cet homme-là qu’il ne fût pas né.

— v. 18 et 20 : ou : celui qui.

22 Et comme ils mangeaient, Jésus, ayant pris un pain [et] ayant béni, le rompit et le leur donna, et dit : Prenez ; ceci est mon corps.

23 Et ayant pris la coupe [et] ayant rendu grâces, il la leur donna ; et ils en burent tous.

24 Et il leur dit : Ceci est mon sang, le [sang] de la nouvelle alliance, qui est versé pour plusieurs.

25 En vérité, je vous dis que je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’à ce jour où je le boirai nouveau* dans le royaume de Dieu.

26 Et ayant chanté une hymne, ils sortirent [et s’en allèrent] à la montagne des Oliviers.

— v. 25 : non pas : de nouveau, mais d’une manière différente.

27 Et Jésus leur dit : Vous serez tous scandalisés ; car il est écrit : « Je frapperai le berger, et les brebis seront dispersées » [Zacharie 13:7] ;

28 mais après que je serai ressuscité, j’irai devant vous en Galilée.

29 Et Pierre lui dit : Si même tous étaient scandalisés, je ne le serai pourtant pas, moi.

30 Et Jésus lui dit : En vérité, je te dis qu’aujourd’hui, cette nuit-ci, avant que le coq ait chanté deux fois, toi, tu me renieras trois fois.

31 Mais [Pierre] disait encore plus fortement : Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai point. Et ils dirent tous aussi la même chose.


32 Et ils viennent en un lieu dont le nom était Gethsémané. Et il dit à ses disciples : Asseyez-vous ici, jusqu’à ce que j’aie prié.

33 Et il prend avec lui Pierre et Jacques et Jean ; et il commença à être saisi d’effroi et fort angoissé.

34 Et il leur dit : Mon âme est saisie de tristesse* jusqu’à la mort ; demeurez ici et veillez.

35 Et s’en allant un peu plus avant, il se jeta contre terre, et il priait que, s’il était possible, l’heure passât loin de lui.

36 Et il disait : Abba, Père, toutes choses te sont possibles ; fais passer cette coupe loin de moi ; toutefois non pas ce que je veux, moi, mais ce que tu veux, toi !

37 Et il vient, et les trouve dormant ; et il dit à Pierre : Simon, tu dors ? Tu n’as pu veiller une heure ?

38 Veillez et priez, afin que vous n’entriez pas en tentation ; l’esprit est prompt, mais la chair est faible.

39 Et il s’en alla de nouveau, et il pria, disant les mêmes paroles*.

40 Et s’en étant retourné, il les trouva de nouveau dormant (car leurs yeux étaient appesantis) ; et ils ne savaient que lui répondre.

41 Et il vient pour la troisième fois et leur dit : Dormez dorénavant et reposez-vous ; il suffit, l’heure est venue ; voici, le fils de l’homme est livré entre les mains des pécheurs.

42 Levez-vous, allons ; voici, celui qui me livre s’est approché.

— v. 34 : ou : profondément triste. — v. 39 : litt. : la même parole.

43 Et aussitôt, comme il parlait encore, Judas*, l’un des douze, se trouve là, et avec lui une grande foule avec des épées et des bâtons, de la part des principaux sacrificateurs et des scribes et des anciens.

44 Et celui qui le livrait leur avait donné un signe*, disant : Celui que je baiserai, c’est lui ; saisissez-le, et emmenez-le sûrement.

45 Et quand il fut venu, aussitôt s’approchant de lui, il dit : Rabbi, Rabbi ! et il le baisa avec empressement.

46 Et ils mirent les mains sur lui et se saisirent de lui.

47 Et l’un de ceux qui étaient là présents, ayant tiré l’épée, frappa l’esclave du souverain sacrificateur, et lui emporta l’oreille.

48 Et Jésus, répondant, leur dit : Êtes-vous sortis comme après un brigand, avec des épées et des bâtons, pour me prendre ?

49 J’étais tous les jours avec vous, enseignant dans le temple, et vous ne vous êtes pas saisis de moi ; mais c’est afin que les écritures soient accomplies.

50 Et tous le laissèrent et s’enfuirent.

51 Et un certain jeune homme le suivit, enveloppé d’une toile de fin lin sur le corps nu ; et ils le saisissent ;

52 et, abandonnant la toile de fin lin, il leur échappa tout nu.

— v. 43 : plusieurs ajoutent : l’Iscariote. — v. 44 : proprement : un signe entre eux (convenu).

53 Et ils amenèrent Jésus au souverain sacrificateur ; et tous les principaux sacrificateurs et les anciens et les scribes s’assemblent auprès de lui.

54 Et Pierre le suivit de loin, jusque dans l’intérieur du palais* du souverain sacrificateur, et il s’assit avec les huissiers, et se chauffait près du feu**.

— v. 54* : ou : de la cour ; comparer verset 66 et Matthieu 26:69. — v. 54** : litt. : de la lumière.

55 Or les principaux sacrificateurs et tout le sanhédrin cherchaient [quelque] témoignage contre Jésus, pour le faire mourir ; et ils n’en trouvaient point.

56 Car plusieurs portaient de faux témoignages contre lui ; et les témoignages ne s’accordaient pas.

57 Et quelques-uns s’élevèrent et portèrent un faux témoignage contre lui, disant :

58 Nous l’avons entendu disant : Moi, je détruirai ce temple* qui est fait de main, et en trois jours j’en bâtirai un autre qui ne sera pas fait de main.

59 Et ainsi non plus leur témoignage ne s’accordait pas.

60 Et le souverain sacrificateur, se levant devant tous, interrogea Jésus, disant : Ne réponds-tu rien ? De quoi ceux-ci témoignent-ils contre toi ?

61 Et il garda le silence, et ne répondit rien. Le souverain sacrificateur l’interrogea encore, et lui dit : Toi, tu es le Christ, le Fils du Béni* ?

62 Et Jésus dit : Je le suis ; et vous verrez le fils de l’homme assis à la droite de la puissance, et venant avec les nuées du ciel.

63 Et le souverain sacrificateur, ayant déchiré ses vêtements, dit : Qu’avons-nous encore besoin de témoins ?

64 Vous avez ouï le blasphème : que vous en semble ? Et tous le condamnèrent comme méritant la mort.

65 Et quelques-uns se mirent à cracher contre lui, et à lui couvrir le visage, et à lui donner des soufflets, et à lui dire : Prophétise. Et les huissiers le frappaient de leurs mains*.

— v. 58 : la maison même. — v. 61 : mot usité chez les Juifs pour désigner Dieu. — v. 65 : ou : avec leurs verges.

66 Et comme Pierre était en bas, dans la cour, une des servantes du souverain sacrificateur vient,

67 et, apercevant Pierre qui se chauffait, elle le regarda et dit : Et toi, tu étais avec le Nazarénien Jésus.

68 Et il le nia, disant : Je ne sais ni n’entends ce que tu dis. Et il sortit dehors dans le vestibule ; et le coq chanta.

69 Et la servante, l’apercevant encore, se mit à dire à ceux qui étaient là : Celui-ci est de ces gens-là.

70 Et il le nia de nouveau. Et encore un peu après, ceux qui étaient là présents dirent à Pierre : Certainement tu es de ces gens-là ; car aussi tu es Galiléen.

71 Et il se mit à faire des imprécations et à jurer : Je ne connais pas cet homme dont vous parlez.

72 Et le coq chanta pour la seconde fois. Et Pierre se ressouvint de la parole que Jésus lui avait dite : Avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois. Et en y pensant, il pleura.

Chapitre 15

1 Et aussitôt, au matin, les principaux sacrificateurs avec les anciens et les scribes et tout le sanhédrin, ayant tenu conseil, lièrent Jésus et l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate*.

2 Et Pilate l’interrogea : Toi, tu es le roi des Juifs ? Et répondant, il lui dit : Tu le dis.

3 Et les principaux sacrificateurs l’accusaient de beaucoup de choses.

4 Et Pilate l’interrogea encore, disant : Ne réponds-tu rien ? Vois de combien de choses ils portent témoignage contre toi.

5 Mais encore Jésus ne répondit rien, de sorte que Pilate s’en étonnait.

6 Or il leur relâchait à la fête un prisonnier, lequel que ce fût qu’ils demandassent.

7 Et il y avait le nommé Barabbas qui était détenu avec ses compagnons de sédition, lesquels, dans la sédition, avaient commis un meurtre.

8 Et la foule, poussant des cris, se mit à lui demander [de faire] comme il leur avait toujours fait.

9 Et Pilate leur répondit, disant : Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ?

10 Car il savait que les principaux sacrificateurs l’avaient livré par envie.

11 Mais les principaux sacrificateurs excitèrent le peuple [à demander] que plutôt il leur relâchât Barabbas.

12 Et Pilate, répondant, leur dit encore : Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez roi des Juifs ?

13 Et ils s’écrièrent encore : Crucifie-le !

14 Et Pilate leur dit : Mais quel mal a-t-il fait ? Et ils s’écrièrent encore plus fort : Crucifie-le !

15 Et Pilate, voulant contenter la foule, leur relâcha Barabbas ; et, ayant fait fouetter Jésus, il le livra pour être crucifié.

— v. 1 : le gouverneur romain.

16 Et les soldats l’emmenèrent dans la cour, qui est le prétoire. Et ils assemblent toute la cohorte ;

17 et ils le revêtent de pourpre, et ayant tressé une couronne d’épines, ils la lui mettent autour [de la tête].

18 Et ils se mirent à le saluer, [disant] : Salut, roi des Juifs !

19 Et ils lui frappaient la tête avec un roseau et crachaient contre lui, et, se mettant à genoux, ils lui rendaient hommage.

20 Et après qu’ils se furent moqués de lui, ils le dépouillèrent de la pourpre et le revêtirent de ses propres vêtements ; et ils l’emmènent dehors pour le crucifier.

21 Et ils contraignent un certain homme, Simon, Cyrénéen, père d’Alexandre et de Rufus, qui passait par là, venant des champs, de porter sa croix.


22 Et ils le mènent au lieu [appelé] Golgotha, ce qui, interprété, est : lieu du crâne.

23 Et ils lui donnèrent à boire du vin mixtionné de myrrhe ; mais il ne le prit pas.

24 Et l’ayant crucifié, ils partagent ses vêtements, en tirant au sort* [pour savoir] ce que chacun en prendrait.

25 Et c’était la troisième heure, et ils le crucifièrent.

26 Et l’écriteau concernant le sujet de son accusation portait écrit : Le roi des Juifs.

27 Et, avec lui, ils crucifient deux brigands, un à sa droite, et un à sa gauche.

28 [Et l’écriture fut accomplie, qui dit : « Et il a été compté parmi les iniques ». [Ésaïe 53:12]]

— v. 24 : voir Psaume 22:18.

29 Et ceux qui passaient par là, l’injuriaient, hochant la tête et disant : Hé ! toi qui détruis le temple* et qui le bâtis en trois jours,

30 sauve-toi toi-même, et descends de la croix !

31 Pareillement aussi les principaux sacrificateurs, se moquant entre eux avec les scribes, disaient : Il a sauvé les autres, il ne peut se sauver lui-même.

32 Que le Christ, le roi d’Israël, descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions ! Ceux aussi qui étaient crucifiés avec lui l’insultaient.

— v. 29 : la maison même.

33 Et quand la sixième heure fut venue, il y eut des ténèbres sur tout le pays* jusqu’à la neuvième heure.

34 Et à la neuvième heure, Jésus s’écria d’une forte voix, disant : Éloï, Éloï, lama sabachthani ? ce qui, interprété, est : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?*

35 Et quelques-uns de ceux qui étaient là présents, ayant entendu cela, disaient : Voici, il appelle Élie.

36 Et l’un d’eux courut, et ayant rempli une éponge de vinaigre et l’ayant mise au bout d’un roseau, il lui donna à boire*, disant : Laissez, voyons si Élie vient pour le faire descendre.

— v. 33 : ou : sur toute la terre. — v. 34 : Psaume 22:1. — v. 36 : Psaume 69:21.

37 Et Jésus, ayant jeté un grand cri, expira.

38 Et le voile du temple* se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas.

39 Et le centurion qui était là vis-à-vis de lui, voyant qu’il avait expiré en criant ainsi, dit : Certainement, cet homme était Fils de Dieu.

40 Et il y avait aussi des femmes qui regardaient de loin, entre lesquelles étaient aussi Marie de Magdala, et Marie, la mère de Jacques le mineur* et de Joses, et Salomé,

41 qui, lorsqu’il était en Galilée, l’avaient suivi et l’avaient servi, et plusieurs autres qui étaient montées avec lui à Jérusalem.

— v. 38 : la maison même. — v. 40 : ou : le petit.

42 Et le soir étant déjà venu, puisque c’était la Préparation, ce qui est le jour qui précède un sabbat,

43 Joseph qui était d’Arimathée, conseiller honorable, qui aussi lui-même attendait le royaume de Dieu, vint et prit sur lui d’entrer auprès de Pilate, et lui demanda le corps de Jésus.

44 Et Pilate s’étonna, [ayant peine à croire] qu’il fût déjà mort ; et ayant appelé le centurion, il lui demanda s’il y avait longtemps qu’il était mort.

45 Et l’ayant appris du centurion, il donna le corps à Joseph.

46 Et Joseph, ayant acheté un linceul, le descendit, et l’enveloppa du linceul, et le mit dans un sépulcre qui était taillé dans le roc, et roula une pierre contre la porte du sépulcre.

47 Et Marie de Magdala, et Marie, la [mère] de Joses, regardaient où on le mettait.

Chapitre 16

1 Et le sabbat étant passé, Marie de Magdala, et Marie, la [mère] de Jacques, et Salomé, achetèrent des aromates pour venir l’embaumer.

2 Et de fort grand matin, le premier jour de la semaine, elles viennent au sépulcre, comme le soleil se levait.

3 Et elles disaient entre elles : Qui nous roulera la pierre de devant la porte du sépulcre ?

4 Et ayant regardé, elles voient que la pierre était roulée ; car elle était fort grande.

5 Et étant entrées dans le sépulcre, elles virent un jeune homme assis du côté droit, vêtu d’une robe blanche, et elles s’épouvantèrent.

6 Et lui leur dit : Ne vous épouvantez point ; vous cherchez Jésus le Nazarénien, le crucifié : il est ressuscité, il n’est pas ici ; voici le lieu où on l’avait mis.

7 Mais allez, dites à ses disciples et à Pierre : Il s’en va devant vous en Galilée ; là vous le verrez, comme il vous l’a dit.

8 Et sortant, elles s’enfuirent du sépulcre. Et le tremblement et le trouble les avaient saisies ; et elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.


9 Et étant ressuscité le matin, le premier jour de la semaine, il apparut premièrement à Marie de Magdala, de laquelle il avait chassé sept démons.

10 Elle, s’en allant, l’annonça à ceux qui avaient été avec lui, qui étaient dans le deuil et pleuraient.

11 Et ceux-ci, apprenant qu’il était vivant et qu’il avait été vu d’elle, ne le crurent point.

12 Et après ces choses, il apparut sous une autre forme à deux d’entre eux qui étaient en chemin, allant aux champs.

13 Et ceux-ci s’en allèrent et l’annoncèrent aux autres ; mais ils ne crurent pas ceux-là non plus.

14 Plus tard, il apparut aux onze, comme ils étaient à table, et leur reprocha leur incrédulité et leur dureté de cœur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscité.

15 Et il leur dit : Allez dans tout le monde, et prêchez l’évangile à toute la création.

16 Celui qui aura cru et qui aura été baptisé sera sauvé ; et celui qui n’aura pas cru sera condamné.

17 Et ce sont ici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ;

18 ils prendront des serpents ; et quand ils auront bu quelque chose de mortel, cela ne leur nuira point ; ils imposeront les mains aux infirmes, et ceux-ci se porteront bien.


19 Le Seigneur donc, après leur avoir parlé, fut élevé en haut dans le ciel, et s’assit à la droite de Dieu.

20 — Et eux, étant partis, prêchèrent partout, le Seigneur coopérant avec eux, et confirmant la parole par les signes qui l’accompagnaient.