LE PREMIER LIVRE DE SAMUEL

Accès direct aux chapitres de 1 Samuel : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31


Chapitre 1

1 Et il y avait un homme de Ramathaïm-Tsophim, de la montagne d’Éphraïm, et son nom était Elkana, fils de Jerokham, fils d’Élihu, fils de Thohu, fils de Tsuph, Éphratien* ;

2 et il avait deux femmes : le nom de l’une était Anne*, et le nom de la seconde, Peninna. Et Peninna avait des enfants, mais Anne n’avait pas d’enfants.

3 Et cet homme montait chaque année de sa ville pour adorer l’Éternel des armées et lui sacrifier à Silo ; et là étaient les deux fils d’Éli, Hophni et Phinées, sacrificateurs de l’Éternel.

— v. 1 : ou : Éphraïmite, les lévites étant comptés comme appartenant à la tribu au milieu de laquelle ils habitaient ; comparer Juges 17:7. — v. 2 : hébreu : Khanna, grâce.

4 Et il arriva que, le jour où Elkana sacrifia, il donna des portions à Peninna, sa femme, et à chacun de ses fils et de ses filles ;

5 mais à Anne il donna une portion double, car il aimait Anne ; mais l’Éternel avait fermé sa matrice.

6 Et son ennemie la chagrinait aigrement, afin de la pousser à l’irritation, parce que l’Éternel avait fermé sa matrice.

7 Et [Elkana] faisait ainsi d’année en année. Chaque fois qu’elle montait à la maison de l’Éternel, [Peninna] la chagrinait ainsi ; et elle pleurait, et ne mangeait pas.

8 Et Elkana, son mari, lui dit : Anne, pourquoi pleures-tu ? et pourquoi ne manges-tu pas ? et pourquoi ton cœur est-il chagrin ? Est-ce que je ne vaux pas mieux pour toi que dix fils ?


9 Et Anne se leva, après qu’on eut mangé à Silo, et après qu’on eut bu ; (et Éli, le sacrificateur, était assis sur un siège près de l’un des poteaux du temple de l’Éternel) ;

10 et elle avait l’amertume dans l’âme, et elle pria l’Éternel et pleura abondamment.

11 Et elle fit un vœu, et dit : Éternel des armées ! Si tu veux regarder à l’affliction de ta servante, et si tu te souviens de moi et n’oublies pas ta servante, et que tu donnes à ta servante un enfant mâle, je le donnerai à l’Éternel [pour] tous les jours de sa vie ; et le rasoir ne passera pas sur sa tête.


12 Et il arriva que, comme elle priait longuement devant l’Éternel, Éli observa sa bouche.

13 Et Anne parlait dans son cœur ; ses lèvres seulement remuaient, mais on n’entendait pas sa voix ; et Éli pensa qu’elle était ivre.

14 Et Éli lui dit : Jusques à quand seras-tu ivre ? Ôte ton vin d’avec toi.

15 Et Anne répondit et dit : Non, mon Seigneur ; je suis une femme qui a l’esprit accablé ; je n’ai bu ni vin ni boisson forte, mais je répandais mon âme devant l’Éternel.

16 Ne mets pas ta servante au rang d’une fille de Bélial* ; car c’est dans la grandeur de ma plainte et de mon chagrin que j’ai parlé jusqu’à présent.

17 Et Éli répondit et dit : Va en paix ; et que le Dieu d’Israël t’accorde la demande que tu lui as faite !

18 Et elle dit : Que ta servante trouve grâce à tes yeux ! Et la femme s’en alla son chemin ; et elle mangea, et elle n’eut plus le même visage.

— v. 16 : ou : d’iniquité.

19 Et ils se levèrent de bonne heure le matin, et se prosternèrent devant l’Éternel ; et ils s’en retournèrent et vinrent dans leur maison, à Rama. Et Elkana connut Anne, sa femme ; et l’Éternel se souvint d’elle.

20 Et il arriva que, quand les jours furent révolus, Anne, ayant conçu, enfanta un fils ; et elle appela son nom Samuel* : car je l’ai demandé à l’Éternel.

21 Et Elkana, son mari, monta avec toute sa maison pour sacrifier à l’Éternel le sacrifice annuel et son vœu.

22 Mais Anne ne monta pas, car elle dit à son mari : [J’attendrai] jusqu’à ce que l’enfant soit sevré ; alors je le mènerai, afin qu’il paraisse devant l’Éternel et qu’il habite là pour toujours.

23 Et Elkana, son mari, lui dit : Fais ce qui est bon à tes yeux, demeure jusqu’à ce que tu l’aies sevré ; seulement, que l’Éternel accomplisse sa parole ! Et la femme demeura, et elle allaita son fils jusqu’à ce qu’elle l’eût sevré. *

24 Et sitôt qu’elle l’eut sevré, elle l’emmena avec elle, avec trois jeunes taureaux, et un épha de farine et une outre de vin ; et elle le mena à la maison de l’Éternel à Silo ; et l’enfant* était très-jeune.

25 Et ils égorgèrent le taureau, et ils amenèrent le jeune garçon à Éli.

26 Et elle dit : Ah, mon seigneur ! ton âme est vivante, mon seigneur, je suis la femme qui se tenait ici près de toi pour prier l’Éternel.

27 J’ai prié pour cet enfant, et l’Éternel m’a accordé la demande que je lui ai faite.

28 Et aussi, moi je l’ai prêté à l’Éternel ; [pour] tous les jours de sa vie*, il est prêté à l’Éternel. Et il se prosterna là devant l’Éternel.

— v. 20 : demandé à Dieu, ou : Dieu a exaucé. — v. 23 : date : A.C. 1150, environ. — v. 24 : plus loin : jeune garçon. — v. 28 : litt. : qu’il sera.

*

Chapitre 2

1 Et Anne pria, et dit :

Mon cœur s’égaie en l’Éternel ; ma corne est élevée en* l’Éternel ; ma bouche s’ouvre sur mes ennemis, car je me réjouis en ton salut.

2 Nul n’est saint comme l’Éternel, car il n’y en a point d’autre que toi ; et il n’y a pas de rocher comme notre Dieu.

3 Ne multipliez pas vos paroles hautaines ; que l’insolence ne sorte pas de votre bouche ; car l’Éternel est un *Dieu de connaissance, et par lui les actions sont pesées.

4 L’arc des puissants est brisé, et ceux qui chancelaient se ceignent de force.

5 Ceux qui étaient rassasiés se sont loués pour du pain ; et ceux qui étaient affamés ont cessé de l’être ; même la stérile en enfante sept, et celle qui avait beaucoup de fils est devenue languissante.

6 L’Éternel fait mourir et fait vivre ; il fait descendre au shéol* et [en] fait monter.

7 L’Éternel appauvrit et enrichit ; il abaisse, et il élève aussi.

8 De la poussière il fait lever le misérable, de dessus le fumier il élève le pauvre, pour les faire asseoir avec les nobles : et il leur donne en héritage un trône de gloire ; car les piliers de la terre sont à l’Éternel, et sur eux il a posé le monde.

9 Il garde les pieds de ses saints*, et les méchants se taisent dans les ténèbres ; car l’homme ne prévaut pas** par sa force.

10 Ceux qui contestent contre l’Éternel seront brisés ; il tonnera sur eux dans les cieux. L’Éternel jugera les bouts de la terre, et il donnera la force à son roi, et élèvera la corne de son oint.

— v. 1 : ou : par. — v. 6* : voir note à Genèse 37:35. — v. 9* : proprement : pleins de grâce, pieux ; voir la note à 2 Chroniques 6:41, 42. — v. 9** : ou : n’est pas puissant.

11 Et Elkana s’en alla à Rama, dans sa maison ; et le jeune garçon servait l’Éternel en la présence d’Éli, le sacrificateur.

*

12 Et les fils d’Éli étaient des fils de Bélial, ils ne connaissaient pas l’Éternel.

13 Et la coutume des sacrificateurs à l’égard du peuple [était celle-ci] : quand quelqu’un sacrifiait un sacrifice, le serviteur* du sacrificateur venait, lorsqu’on faisait bouillir la chair, ayant en sa main une fourchette à trois dents,

14 et il piquait dans la chaudière, ou dans le chaudron, ou dans la marmite, ou dans le pot : le sacrificateur en prenait tout ce que la fourchette amenait en haut. Ils faisaient ainsi à tous ceux d’Israël qui venaient là, à Silo.

15 Même, avant qu’on eût fait fumer la graisse, le serviteur* du sacrificateur venait, et disait à l’homme qui sacrifiait : Donne de la chair à rôtir pour le sacrificateur ; et il ne prendra pas de toi de la chair bouillie, mais [de la chair] crue.

16 Si l’homme lui disait : On va d’abord faire fumer la graisse, puis tu prendras selon le désir de ton âme, alors il [lui] disait : Non, car tu en donneras maintenant ; sinon, j’en prendrai de force.

17 Et le péché de ces jeunes hommes fut très-grand devant l’Éternel ; car les hommes méprisaient l’offrande* de l’Éternel.

— v. 13, 15 : ailleurs : jeune homme, garçon. — v. 17 : ailleurs souvent : offrande de gâteau.

18 Et Samuel servait devant l’Éternel, jeune garçon, ceint d’un éphod de lin.

19 Et sa mère lui faisait une petite robe et la lui apportait d’année en année quand elle montait avec son mari pour sacrifier le sacrifice annuel.

20 Et Éli bénit Elkana et sa femme, et dit : Que l’Éternel te donne des enfants* de cette femme, à la place du prêt qui a été fait à l’Éternel ! Et ils s’en retournèrent chez lui.

21 Et l’Éternel visita Anne, et elle conçut, et enfanta trois fils et deux filles ; et le jeune garçon Samuel grandissait auprès de l’Éternel.

— v. 20 : litt. : de la semence.

22 Et Éli était fort âgé, et il apprit tout ce que ses fils faisaient à l’égard de tout Israël, et qu’ils couchaient avec les femmes qui servaient* à l’entrée de la tente d’assignation.

23 Et il leur dit : Pourquoi faites-vous des actions comme celles-là ? Car, de tout le peuple, j’apprends vos méchantes actions.

24 Non, mes fils ; car ce que j’entends dire n’est pas bon : vous entraînez à la transgression le peuple de l’Éternel.

25 Si un homme a péché contre un homme, Dieu le jugera* ; mais si un homme pèche contre l’Éternel, qui priera pour lui ? Mais ils n’écoutèrent pas la voix de leur père, car c’était le bon plaisir de l’Éternel de les faire mourir.

— v. 22 : ou : s’attroupaient, voir Exode 38:8. — v. 25 : ici : juger comme arbitre.

26 Et le jeune garçon Samuel allait grandissant, agréable à l’Éternel et aux hommes.


27 Et un homme de Dieu vint vers Éli, et lui dit : Ainsi dit l’Éternel : Je me suis clairement révélé à la maison de ton père, quand ils étaient en Égypte dans la maison du Pharaon,

28 et je l’ai choisi d’entre toutes les tribus d’Israël, pour être mon sacrificateur, pour offrir* [des sacrifices] sur mon autel, pour faire fumer l’encens, pour porter l’éphod devant moi ; et j’ai donné à la maison de ton père tous les sacrifices des fils d’Israël faits par feu.

29 Pourquoi foulez-vous aux pieds mon sacrifice et mon offrande, que j’ai commandé [de faire] dans ma demeure ? Et tu honores tes fils plus que moi, pour vous engraisser des prémices de toutes les offrandes d’Israël, mon peuple.

30 C’est pourquoi l’Éternel, le Dieu d’Israël, dit* : J’avais bien dit : Ta maison et la maison de ton père marcheront devant moi à toujours ; mais maintenant l’Éternel dit* : Que cela soit loin de moi ; car ceux qui m’honorent, je les honorerai ; et ceux qui me méprisent seront en petite estime.

31 Voici, les jours viennent que je couperai ton bras et le bras de la maison de ton père, de sorte qu’il n’y aura plus de vieillard dans ta maison.

32 Et tu verras un adversaire [établi dans ma] demeure, dans tout le* bien qui aura été fait à Israël ; et il n’y aura plus de vieillard dans ta maison à jamais.

33 Et celui des tiens que je ne retrancherai pas d’auprès de mon autel, sera pour consumer tes yeux et attrister ton âme ; et tout l’accroissement de ta maison : — ils mourront à la fleur de l’âge.

34 Et ceci t’en sera le signe : ce qui arrivera à tes deux fils, Hophni et Phinées ; ils mourront tous deux en un seul jour.

35 Et je me susciterai un sacrificateur fidèle : il fera selon ce qui est dans mon cœur et dans mon âme, et je lui bâtirai une maison stable, et il marchera toujours devant mon oint.

36 Et il arrivera que quiconque restera de ta maison viendra et se prosternera devant lui, pour avoir une pièce d’argent et un rond de pain, et dira : Place-moi, je te prie, dans* quelqu’une des charges de la sacrificature, afin que je mange une bouchée de pain !

— v. 28 : signifie ici : offrir sur l’autel même ; voir note à Lévitique 14:20. — v. 30 : dire, dans le sens de la diction oraculaire ; voir Nombres 24:3. — v. 32 : ou : tu verras la détresse de [ma] demeure dans tout le. — v. 36 : ou : Attache-moi, je te prie, à.

Chapitre 3

1 Et le jeune garçon Samuel servait l’Éternel devant Éli ; et la parole de l’Éternel était rare en ces jours-là : la vision n’était pas répandue.


2 Et il arriva en ce temps-là, qu’Éli était couché en son lieu (or ses yeux commençaient à être troubles, il ne pouvait voir) ;

3 et la lampe de Dieu n’était pas encore éteinte, et Samuel était couché dans le temple de l’Éternel, où était l’arche de Dieu,

4 et l’Éternel appela Samuel. Et il dit : Me voici.

5 Et il courut vers Éli et [lui] dit : Me voici, car tu m’as appelé. Mais il dit : Je n’ai pas appelé ; retourne, couche-toi. Et il s’en alla et se coucha.

6 Et l’Éternel appela de nouveau : Samuel ! Et Samuel se leva et alla vers Éli, et [lui] dit : Me voici, car tu m’as appelé. Et il dit : Je n’ai pas appelé, mon fils ; retourne, couche-toi.

7 Et Samuel ne connaissait pas encore l’Éternel, et la parole de l’Éternel ne lui avait pas encore été révélée.


8 Et l’Éternel appela de nouveau : Samuel ! pour la troisième fois ; et [Samuel] se leva et alla vers Éli, et [lui] dit : Me voici, car tu m’as appelé. Et Éli s’aperçut que l’Éternel avait appelé le jeune garçon.

9 Et Éli dit à Samuel : Va, couche-toi ; et s’il t’appelle, alors tu diras : Parle, Éternel, car ton serviteur écoute. Et Samuel s’en alla et se coucha en son lieu.

10 Et l’Éternel vint et se tint là, et appela comme les autres fois : Samuel ! Samuel ! Et Samuel dit : Parle, car ton serviteur écoute.

11 Et l’Éternel dit à Samuel : Voici, je vais faire en Israël une chose telle, que quiconque l’entendra, les deux oreilles lui tinteront.

12 En ce jour-là j’accomplirai sur Éli tout ce que j’ai dit touchant sa maison : je commencerai et j’achèverai ;

13 car je lui ai déclaré que je vais juger sa maison pour toujours, à cause de l’iniquité qu’il connaît, parce que ses fils se sont avilis et qu’il ne les a pas retenus.

14 C’est pourquoi j’ai juré à la maison d’Éli ; Si jamais propitiation est faite pour l’iniquité de la maison d’Éli, par sacrifice ou par offrande* !

— v. 14 : hébreu : minkha ; voir note 2:17 et Exode 29:41.

15 Et Samuel resta couché jusqu’au matin ; et il ouvrit les portes de la maison de l’Éternel. Et Samuel craignait de rapporter sa vision à Éli.

16 Et Éli appela Samuel, et [lui] dit : Samuel, mon fils !

17 Et il dit : Me voici. Et [Éli] dit : Quelle est la parole qu’il t’a dite ? Je te prie, ne me le cache pas. Ainsi Dieu te fasse, et ainsi il y ajoute, si tu me caches quoi que ce soit de toute la parole qu’il t’a dite.

18 Et Samuel lui rapporta toutes les paroles, et ne les lui cacha pas. Et [Éli] dit : C’est l’Éternel, qu’il fasse ce qui est bon à ses yeux.


19 Et Samuel grandissait ; et l’Éternel était avec lui, et il ne laissa tomber à terre aucune de ses paroles.

20 Et tout Israël, depuis Dan jusqu’à Beër-Shéba, sut que Samuel était établi prophète de l’Éternel.

21 Et l’Éternel continua d’apparaître à Silo ; car l’Éternel se révélait à Samuel, à Silo, par la parole de l’Éternel.

*

Chapitre 4

1 Et ce que Samuel avait dit arriva à tout Israël.


Et Israël sortit en bataille à la rencontre des Philistins, et ils campèrent près d’Ében-Ézer* ; et les Philistins campèrent à Aphek.

2 Et les Philistins se rangèrent en bataille contre Israël ; et la bataille devint générale, et Israël fut battu devant les Philistins ; et ils frappèrent environ quatre mille hommes en bataille rangée, dans la campagne.

3 Et le peuple rentra dans le camp, et les anciens d’Israël dirent : Pourquoi l’Éternel nous a-t-il battus aujourd’hui devant les Philistins ? Prenons à nous, de Silo, l’arche de l’alliance de l’Éternel, et qu’elle vienne au milieu de nous et nous sauve de la main de nos ennemis.

4 Et le peuple envoya à Silo, et on apporta de là l’arche de l’alliance de l’Éternel des armées, qui siège entre les chérubins* ; et les deux fils d’Éli, Hophni et Phinées, étaient là avec l’arche de l’alliance de Dieu.

5 Et aussitôt que l’arche de l’alliance de l’Éternel entra dans le camp, tout Israël se mit à pousser de grands cris, de sorte que la terre en frémit.

6 Et les Philistins entendirent le bruit des cris, et dirent : Quel est ce bruit de grands cris dans le camp des Hébreux ? Et ils surent que l’arche de l’Éternel était venue dans le camp.

7 Et les Philistins craignirent, car ils dirent : Dieu est venu dans le camp. Et ils dirent : Malheur à nous ! car il n’en a jamais été ainsi auparavant.

8 Malheur à nous ! Qui nous délivrera de la main de ces dieux puissants ? Ce sont là les dieux qui ont frappé les Égyptiens de toutes sortes de plaies dans le désert.

9 Philistins, fortifiez-vous et soyez hommes, de peur que vous ne soyez asservis aux Hébreux, comme ils vous ont été asservis ! Soyez hommes, et combattez !

10 Et les Philistins combattirent, et Israël fut battu ; et ils s’enfuirent chacun à sa tente ; et la défaite fut très-grande, et il tomba d’Israël trente mille hommes de pied.

11 Et l’arche de Dieu fut prise, et les deux fils d’Éli, Hophni et Phinées, moururent.

— v. 1 : la pierre de secours. — v. 4 : ou : au-dessus des chérubins, ici et ailleurs.

12 Et un homme de Benjamin courut de la bataille, et vint à Silo ce même jour, ayant ses vêtements déchirés, et de la terre sur sa tête.

13 Et il entra, et voici, Éli était assis sur un siège, aux aguets, à côté du chemin ; car son cœur tremblait pour l’arche de Dieu. Et l’homme entra pour annoncer dans la ville [ce qui était arrivé] ; et toute la ville jeta des cris.

14 Et Éli entendit le bruit des cris, et dit : Qu’est-ce que ce bruit de tumulte ? Et l’homme vint en hâte et informa Éli.

15 Or Éli était âgé de quatre-vingt-dix-huit ans, et il avait les yeux fixes et il ne pouvait voir.

16 Et l’homme dit à Éli : Je viens de la bataille, et je me suis enfui de la bataille aujourd’hui. Et [Éli] dit : Qu’est-il arrivé, mon fils ?

17 Et celui qui portait le message répondit et dit : Israël a fui devant les Philistins, et même il y a eu une grande défaite du peuple, et aussi tes deux fils, Hophni et Phinées, sont morts, et l’arche de Dieu est prise.

18 Et il arriva que, lorsqu’il mentionna l’arche de Dieu, [Éli] tomba à la renverse de dessus son siège, à côté de la porte, et se brisa la nuque et mourut ; car c’était un homme âgé et pesant.* Et il avait jugé Israël quarante ans.

— v. 18 : date : A.C. 1120, environ.

19 Et sa belle-fille, femme de Phinées, était enceinte, près d’accoucher ; et elle entendit la nouvelle que l’arche de Dieu était prise, et que son beau-père et son mari étaient morts, et elle se courba et enfanta, car les douleurs la surprirent.

20 Et comme elle se mourait, celles qui se tenaient auprès d’elle [lui] dirent : Ne crains point, car tu as enfanté un fils. Et elle ne répondit pas et n’y fit pas attention ;

21 et elle appela l’enfant I-Cabod*, disant : La gloire s’en est allée d’Israël ; — parce que l’arche de Dieu était prise, et à cause de son beau-père et de son mari.

22 Et elle dit : La gloire s’en est allée d’Israël, car l’arche de Dieu est prise.

— v. 21 : où est la gloire ? ou : privé de gloire.

Chapitre 5

1 Et les Philistins prirent l’arche de Dieu et la transportèrent d’Ében-Ézer à Asdod.

2 Et les Philistins prirent l’arche de Dieu et l’apportèrent dans la maison de Dagon et la placèrent à côté de Dagon.

3 Et le lendemain, les Asdodiens se levèrent de bonne heure, et voici, Dagon était gisant sur sa face contre terre, devant l’arche de l’Éternel ; et ils prirent Dagon et le remirent à sa place.

4 Et ils se levèrent de bonne heure le lendemain matin, et voici, Dagon était gisant sur sa face contre terre, devant l’arche de l’Éternel ; et la tête de Dagon et les deux paumes de ses mains coupées étaient sur le seuil ; le Dagon* seul était resté.

5 C’est pourquoi les sacrificateurs de Dagon, et tous ceux qui entrent dans la maison de Dagon, ne marchent pas sur le seuil de Dagon, à Asdod, jusqu’à ce jour.

— v. 4 : c’est-à-dire le tronc, qui avait la forme d’un poisson ; hébreu : dag, signifie poisson.

6 Et la main de l’Éternel s’appesantit sur les Asdodiens, et il les désola ; et il frappa d’hémorroïdes Asdod et ses confins.

7 Et les hommes d’Asdod, voyant qu’il en était ainsi, dirent : L’arche du dieu d’Israël ne restera pas avec nous ; car sa main pèse durement sur nous et sur Dagon, notre dieu.

8 Et ils envoyèrent, et assemblèrent auprès d’eux tous les princes des Philistins, et dirent : Que ferons-nous de l’arche du dieu d’Israël ? Et ils dirent : Qu’on dirige l’arche du dieu d’Israël vers Gath. Et ils y dirigèrent l’arche du Dieu d’Israël.

9 Et, après qu’ils l’y eurent dirigée, il arriva que la main de l’Éternel fut sur la ville : il y eut un très-grand trouble, et il frappa les hommes de la ville, depuis le petit jusqu’au grand, et ils eurent des éruptions d’hémorroïdes.


10 Et ils envoyèrent l’arche de Dieu à Ékron. Et il arriva, comme l’arche de Dieu entrait à Ékron, que les Ékroniens poussèrent des cris, disant : Ils ont dirigé vers nous l’arche du dieu d’Israël, pour nous faire mourir, nous et notre peuple*.

11 Et ils envoyèrent, et assemblèrent tous les princes des Philistins, et dirent : Renvoyez l’arche du dieu d’Israël, et qu’elle retourne en son lieu, afin qu’elle ne nous fasse pas mourir, nous et notre peuple*. Car il y avait une consternation mortelle dans toute la ville : la main de Dieu s’y appesantissait fort,

12 et les hommes qui ne mouraient pas étaient frappés d’hémorroïdes ; et le cri de la ville montait aux cieux.

— v. 10, 11 : litt. : moi et mon peuple.


Chapitre 6

1 Et l’arche de l’Éternel fut sept mois dans le pays* des Philistins ;

2 et les Philistins appelèrent les sacrificateurs et les devins, disant : Que ferons-nous de l’arche de l’Éternel ? Faites-nous savoir comment nous la renverrons en son lieu.

3 Et ils dirent : Si vous renvoyez l’arche du dieu d’Israël, ne la renvoyez pas à vide ; ne manquez pas de lui rendre un sacrifice pour le délit ; alors vous serez guéris, et vous saurez pourquoi sa main ne s’est pas retirée de vous.

4 Et ils dirent : Quel est le sacrifice pour le délit que nous lui rendrons ? Et ils dirent : Selon le nombre des princes des Philistins, cinq hémorroïdes d’or, et cinq souris d’or, car une même plaie a été sur vous tous* et sur vos princes.

5 Et vous ferez des figures de vos hémorroïdes, et des figures de vos souris qui détruisent le pays, et vous donnerez gloire au dieu d’Israël. Peut-être allégera-t-il sa main de dessus vous, et de dessus vos dieux, et de dessus votre pays.

6 Et pourquoi endurciriez-vous votre cœur, comme les Égyptiens et le Pharaon ont endurci leur cœur ? Après qu’il eut opéré puissamment parmi eux, ne les laissèrent-ils pas aller ? et ils s’en allèrent.

7 Et maintenant, faites un chariot neuf, et prenez deux vaches qui allaitent, sur lesquelles le joug n’ait jamais été mis, et attelez les vaches au chariot, et faites ramener à la maison leurs petits d’auprès d’elles.

8 Et prenez l’arche de l’Éternel, et mettez-la sur le chariot, et mettez dans un coffret, à côté d’elle, les objets d’or que vous lui rendez comme offrande pour le délit ; et vous la renverrez, et elle s’en ira.

9 Et vous verrez : si elle monte par le chemin de sa frontière, vers Beth-Shémesh, c’est lui qui nous a fait ce grand mal ; sinon, nous saurons que ce n’est pas sa main qui nous a frappés, [mais] que c’est une chose accidentelle qui nous est arrivée.

— v. 1 : ailleurs : champs, campagne. — v. 4 : litt. : sur eux tous.

10 Et les hommes firent ainsi, et prirent deux vaches qui allaitaient, et les attelèrent au chariot, et enfermèrent leurs petits dans la maison ;

11 et ils mirent l’arche de l’Éternel sur le chariot, et le coffret, avec les souris d’or et les figures de leurs hémorroïdes.

12 Et les vaches allèrent tout droit par le chemin, du côté de Beth-Shémesh ; elles marchèrent par une seule route, allant et mugissant, et elles ne se détournèrent ni à droite ni à gauche ; et les princes des Philistins allèrent après elles jusqu’à la frontière de Beth-Shémesh.

13 Et ceux de Beth-Shémesh moissonnaient les froments dans la vallée ; et ils levèrent leurs yeux et virent l’arche, et se réjouirent en la voyant.


14 Et le chariot vint au champ de Josué, le Beth-Shémite, et s’arrêta là. Et il y avait là une grande pierre ; et ils fendirent le bois du chariot, et offrirent les vaches en holocauste à l’Éternel.

15 Et les Lévites descendirent l’arche de l’Éternel, et le coffret qui était auprès, dans lequel étaient les objets d’or, et ils les mirent sur la grande pierre. Et les hommes de Beth-Shémesh offrirent en ce jour des holocaustes et sacrifièrent des sacrifices à l’Éternel.

16 Et les cinq princes des Philistins virent cela, et s’en retournèrent à Ékron ce jour-là.


17 Et ce sont ici les hémorroïdes d’or que les Philistins rendirent à l’Éternel comme offrande pour le délit : pour Asdod une, pour Gaza une, pour Askalon une, pour Gath une, pour Ékron une ;

18 et les souris d’or, selon le nombre de toutes les villes des Philistins, des cinq princes, depuis les villes fortifiées jusqu’aux villages des campagnards ; et [ils les amenèrent] jusqu’à la grande [pierre d’]Abel, sur laquelle ils posèrent l’arche de l’Éternel ; elle est jusqu’à ce jour dans le champ de Josué, le Beth-Shémite.

19 Et [l’Éternel] frappa des hommes de Beth-Shémesh, car ils regardèrent dans l’arche de l’Éternel ; et il frappa du peuple soixante-dix hommes* ; et le peuple mena deuil, parce que l’Éternel avait frappé le peuple d’un grand coup.

20 Et les hommes de Beth-Shémesh dirent : Qui peut tenir devant l’Éternel, ce Dieu saint ? Et vers qui montera-t-il de chez nous ?

21 Et ils envoyèrent des messagers aux habitants de Kiriath-Jéarim, disant : Les Philistins ont ramené l’arche de l’Éternel : descendez, faites-la monter vers vous.

— v. 19 : quelques-uns ajoutent : cinquante mille hommes.

Chapitre 7

1 Et les hommes de Kiriath-Jéarim vinrent, et firent monter l’arche de l’Éternel et l’apportèrent dans la maison d’Abinadab, sur la colline* ; et ils sanctifièrent Éléazar, son fils, pour garder l’arche de l’Éternel.

— v. 1 : ou : à Guibha.

*

2 Et il arriva que, depuis le jour où l’arche demeura à Kiriath-Jéarim, il se passa un long temps, vingt années ; et toute la maison d’Israël se lamenta après l’Éternel.

3 Et Samuel parla à toute la maison d’Israël, disant : Si de tout votre cœur vous retournez à l’Éternel, ôtez du milieu de vous les dieux étrangers, et les Ashtoreths, et attachez fermement votre cœur à l’Éternel, et servez-le lui seul ; et il vous délivrera de la main des Philistins.

4 Et les fils d’Israël ôtèrent les Baals et les Ashtoreths, et servirent l’Éternel seul. *

— v. 4 : date : A.C. 1100, environ.

5 Et Samuel dit : Assemblez tout Israël à Mitspa, et je prierai l’Éternel pour vous.

6 Et ils s’assemblèrent à Mitspa, et ils puisèrent de l’eau et la répandirent devant l’Éternel ; et ils jeûnèrent ce jour-là, et dirent là : Nous avons péché contre l’Éternel. Et Samuel jugea les fils d’Israël à Mitspa.

7 Et les Philistins apprirent que les fils d’Israël s’étaient assemblés à Mitspa, et les princes des Philistins montèrent contre Israël ; et les fils d’Israël l’apprirent, et eurent peur des Philistins.

8 Et les fils d’Israël dirent à Samuel : Ne cesse pas de crier pour nous à l’Éternel, notre Dieu, afin qu’il nous sauve de la main des Philistins.

9 Et Samuel prit un agneau de lait, et l’offrit tout entier à l’Éternel en holocauste ; et Samuel cria à l’Éternel pour Israël, et l’Éternel l’exauça.


10 Comme Samuel offrait l’holocauste, les Philistins s’approchèrent pour livrer bataille à Israël ; et l’Éternel fit tonner ce jour-là un grand tonnerre sur les Philistins, et les mit en déroute, et ils furent battus devant Israël.

11 Et les hommes d’Israël sortirent de Mitspa et poursuivirent les Philistins, et les frappèrent jusqu’au dessous de Beth-Car.

12 Et Samuel prit une pierre et la plaça entre Mitspa et le rocher, et il appela son nom Ében-Ézer*, et dit : l’Éternel nous a secourus jusqu’ici.

13 Et les Philistins furent abaissés, et ils n’entrèrent plus dans les confins d’Israël ; et la main de l’Éternel fut sur les Philistins pendant tous les jours de Samuel.

14 Et les villes que les Philistins avaient prises sur Israël retournèrent à Israël, depuis Ékron jusqu’à Gath ; et Israël délivra leur territoire de la main des Philistins. Et il y eut paix entre Israël et l’Amoréen.

— v. 12 : la pierre de secours

15 Et Samuel jugea Israël tous les jours de sa vie.

16 Et il allait d’année en année, et faisait le tour, à Béthel, et à Guilgal, et à Mitspa, et jugeait Israël dans tous ces lieux-là ;

17 et il s’en retournait à Rama, car là était sa maison, et là il jugeait Israël ; et il bâtit là un autel à l’Éternel.


Chapitre 8

1 Et il arriva que, lorsque Samuel fut vieux, il établit ses fils juges sur Israël.

2 Et le nom de son fils premier-né était Joël, et le nom de son second [fils], Abija : ils jugeaient à Beër-Shéba.

3 Et ses fils ne marchaient pas dans ses voies ; mais ils se détournaient après le gain déshonnête, et prenaient des présents, et faisaient fléchir le jugement.

4 Et tous les anciens d’Israël s’assemblèrent et vinrent vers Samuel, à Rama ;

5 et ils lui dirent : Voici, tu es vieux, et tes fils ne marchent pas dans tes voies ; maintenant, établis sur nous un roi pour nous juger, comme toutes les nations.

6 Et la chose fut mauvaise aux yeux de Samuel, qu’ils eussent dit : Donne-nous un roi pour nous juger. Et Samuel pria l’Éternel.


7 Et l’Éternel dit à Samuel : Écoute la voix du peuple en tout ce qu’ils te disent ; car ce n’est pas toi qu’ils ont rejeté, mais c’est moi qu’ils ont rejeté, afin que je ne règne pas sur eux.

8 Selon toutes les actions qu’ils ont commises, depuis le jour où je les ai fait monter d’Égypte, jusqu’à ce jour, en ce qu’ils m’ont abandonné et ont servi d’autres dieux : ainsi ils font aussi à ton égard.

9 Et maintenant, écoute leur voix ; seulement tu leur rendras clairement témoignage, et tu leur annonceras le régime du roi qui régnera sur eux.


10 Et Samuel dit toutes les paroles de l’Éternel au peuple qui lui demandait un roi.

11 Et il dit : Ce sera ici le régime du roi qui régnera sur vous : il prendra vos fils et les mettra pour lui sur son char et parmi ses cavaliers, et ils courront devant son char ;

12 et [il les prendra] pour s’en faire des chefs de milliers et des chefs de cinquantaines, et pour labourer ses champs, et pour récolter sa moisson, et pour faire ses instruments de guerre et l’attirail de ses chars.

13 Et il prendra vos filles pour parfumeuses et pour cuisinières et pour boulangères.

14 Et il prendra vos champs et vos vignes et vos oliviers, les meilleurs, et les donnera à ses serviteurs ;

15 et il prendra la dîme de vos semences et de vos vignes, et la donnera à ses eunuques* et à ses serviteurs ;

16 et il prendra vos serviteurs et vos servantes et vos jeunes hommes d’élite, les meilleurs, et vos ânes, et les emploiera à ses ouvrages ;

17 il dîmera votre menu bétail, et vous serez ses serviteurs.

18 Et en ce jour-là vous crierez à cause de votre roi que vous vous serez choisi ; mais l’Éternel ne vous exaucera pas, en ce jour-là.

— v. 15 : aussi : officiers de cour, chambellans.

19 Et le peuple refusa d’écouter la voix de Samuel ; et ils dirent : Non, mais il y aura un roi sur nous,

20 et nous serons, nous aussi, comme toutes les nations ; et notre roi nous jugera, et il sortira devant nous et conduira nos guerres.

21 Et Samuel écouta toutes les paroles du peuple, et les rapporta aux oreilles de l’Éternel.

22 Et l’Éternel dit à Samuel : Écoute leur voix, et établis sur eux un roi. Et Samuel dit aux hommes d’Israël : Allez chacun dans sa ville.

*

Chapitre 9

1 Et il y avait un homme de Benjamin, et son nom était Kis, homme fort et vaillant, fils d’Abiel, fils de Tseror, fils de Becorath, fils d’Aphiakh, fils d’un Benjaminite ;

2 et il avait un fils, et son nom était Saül, homme d’élite et beau ; et il n’y avait aucun des fils d’Israël qui fût plus beau que lui ; il était plus grand que tout le peuple, depuis les épaules en haut.


3 Et les ânesses de Kis, père de Saül, s’étaient perdues ; et Kis dit à Saül, son fils : Prends, je te prie, avec toi un des jeunes hommes, et lève-toi, va, cherche les ânesses.

4 Et il passa par la montagne d’Éphraïm, et passa par le pays de Shalisha ; et ils ne les trouvèrent pas ; et ils passèrent par le pays de Shaalim, mais elles n’y étaient pas, et il passa par le pays de Benjamin, mais ils ne les trouvèrent pas.

5 Quand ils furent venus dans le pays de Tsuph, Saül dit à son serviteur* qui était avec lui : Viens, et retournons-nous-en, de peur que mon père n’ait cessé de penser aux ânesses, et qu’il ne soit en peine de nous.

6 Et il lui dit : Voici, je te prie, il y a un homme de Dieu dans cette ville, et c’est un homme considéré ; tout ce qu’il dit arrive infailliblement : allons-y maintenant, peut-être nous enseignera-t-il le chemin par lequel nous devons aller.

7 Et Saül dit à son serviteur* : Mais si nous y allons, que porterons-nous à l’homme ? car le pain manque dans nos sacs**, et il n’y a pas de présent à porter à l’homme de Dieu. Qu’avons-nous avec nous ?

8 Et le serviteur* répondit de nouveau à Saül et dit : Voici, il se trouve que j’ai en main le quart d’un sicle d’argent, et je le donnerai à l’homme de Dieu, et il nous enseignera notre chemin.

9 (Autrefois, en Israël, un homme, quand il allait consulter Dieu, disait ainsi : Venez, et allons vers le voyant. Car celui qu’on appelle prophète aujourd’hui, se nommait autrefois le voyant).

10 Et Saül dit à son serviteur* : Tu dis bien ; viens, allons. Et ils allèrent à la ville où était l’homme de Dieu.

— v. 5, 7*, 8, 10 : ailleurs : jeune homme. — v. 7** : voir Genèse 42:25.

11 Comme ils montaient la montée de la ville, ils trouvèrent des jeunes filles qui sortaient pour puiser de l’eau, et ils leur dirent : Le voyant est-il ici ?

12 Et elles leur répondirent et dirent : Il y est ; le voilà devant toi : hâte-toi maintenant, car aujourd’hui il est venu à la ville, parce que le peuple a aujourd’hui un sacrifice sur le haut lieu.

13 Aussitôt que vous serez entrés dans la ville, vous le trouverez, avant qu’il monte au haut lieu pour manger ; car le peuple ne mange pas, jusqu’à ce qu’il soit venu, parce que c’est lui qui bénit le sacrifice ; après cela, les conviés mangent. Et maintenant, montez, car vous le trouverez précisément aujourd’hui.

14 Et ils montèrent à la ville. Comme ils entraient dans la ville, voilà Samuel qui sortait au-devant d’eux pour monter au haut lieu.


15 Or, un jour avant que Saül vînt, l’Éternel avait averti* Samuel, disant :

16 Demain, à cette heure, je t’enverrai un homme du pays de Benjamin, et tu l’oindras pour être prince sur mon peuple Israël ; et il sauvera mon peuple de la main des Philistins ; car j’ai regardé mon peuple, car son cri est parvenu jusqu’à moi.

17 Et comme Samuel vit Saül, l’Éternel lui répondit : Voilà l’homme dont je t’ai parlé ; c’est lui qui dominera sur mon peuple.

— v. 15 : comme Ruth 4:4.

18 Et Saül s’approcha de Samuel, au milieu de la porte, et [lui] dit : Je te prie, montre-moi où est la maison du voyant.

19 Et Samuel répondit à Saül et dit : Moi, je suis le voyant ; monte devant moi au haut lieu, et vous mangerez avec moi aujourd’hui, et le matin je te laisserai aller ; et je te déclarerai tout ce qui est dans ton cœur.

20 Et quant aux ânesses que tu as perdues, il y a aujourd’hui trois jours, n’en sois pas en peine, car elles sont trouvées. Et vers qui est [tourné] tout le désir d’Israël ? N’est-ce pas vers toi et vers toute la maison de ton père ?

21 Et Saül répondit et dit : Ne suis-je pas Benjaminite, de la plus petite des tribus d’Israël ? et ma famille n’est-elle pas la moindre de toutes les familles de la tribu de Benjamin ? Et pourquoi me dis-tu de telles choses ?

22 Et Samuel prit Saül et son jeune homme, et les fit entrer dans la salle, et leur donna place à la tête des invités ; et ils étaient environ trente hommes.

23 Et Samuel dit au cuisinier : Donne la portion que je t’ai donnée, dont je t’ai dit : Serre-la par devers toi.

24 Et le cuisinier leva l’épaule, et ce qui était dessus, et il la mit devant Saül. Et [Samuel] dit : Voici ce qui a été réservé ; mets-le devant toi [et] mange ; car cela a été gardé pour toi, pour le temps fixé, lorsque j’ai dit : J’inviterai le peuple. Et Saül mangea avec Samuel ce jour-là.

25 Et ils descendirent du haut lieu dans la ville, et [Samuel] parla avec Saül sur le toit.

26 Et ils se levèrent de bonne heure. Et comme l’aurore se levait, Samuel appela Saül sur le toit, disant : Lève-toi, et je te laisserai aller. Et Saül se leva, et ils sortirent les deux dehors, lui et Samuel.


27 Comme ils descendaient au bout de la ville, Samuel dit à Saül : Dis au jeune homme qu’il passe devant nous, (et il passa) ; et toi, arrête-toi maintenant*, et je te ferai entendre la parole de Dieu.

Chapitre 10. 1 Et Samuel prit une fiole d’huile et la versa sur la tête de Saül*, et il le baisa, et dit : L’Éternel ne t’a-t-il pas oint pour prince sur son héritage ?

2 En t’en allant aujourd’hui d’avec moi, tu trouveras deux hommes près du sépulcre de Rachel, sur la frontière de Benjamin, à Tseltsakh, et ils te diront : Les ânesses que tu étais allé chercher sont trouvées ; et voici, ton père a oublié l’affaire des ânesses, et il est en peine de vous, disant : Que ferai-je au sujet de mon fils ?

3 Et de là tu passeras plus loin, et tu viendras au chêne de Thabor ; et là te trouveront trois hommes qui montent vers Dieu à Béthel, l’un portant trois chevreaux, l’autre portant trois gâteaux de pain, et l’autre portant une outre de vin.

4 Et ils te demanderont comment tu te portes, et ils te donneront deux pains, et tu les prendras de leurs mains.

5 Après cela, tu viendras au coteau de Dieu, où sont des postes des Philistins ; et il arrivera qu’en entrant là, dans la ville, tu rencontreras une troupe de prophètes descendant du haut lieu, ayant devant eux un luth, un tambourin, une flûte, et une harpe, et eux-mêmes prophétisant.

6 Et l’Esprit de l’Éternel te saisira, et tu prophétiseras avec eux, et tu seras changé en un autre homme.

7 Et lorsque ces signes te seront arrivés, tu feras ce qui se présentera à toi ; car Dieu est avec toi.

8 Et tu descendras devant moi à Guilgal ; et voici, je descendrai vers toi pour offrir des holocaustes et sacrifier des sacrifices de prospérités ; tu attendras sept jours, jusqu’à ce que je vienne vers toi, et je te ferai savoir ce que tu devras faire.

— v. 27 : ou : un moment. — v. 1 : litt. : sa tête.

9 Et il arriva que, lorsque [Saül] tourna le dos pour s’en aller d’avec Samuel, Dieu lui changea son cœur en un autre ; et tous ces signes eurent lieu ce jour-là.

10 Et ils arrivèrent là, au coteau* ; et voici, une troupe de prophètes [venait] à sa rencontre, et l’Esprit de Dieu le saisit, et il prophétisa au milieu d’eux.

11 Et il arriva que, quand tous ceux qui l’avaient connu auparavant virent qu’il* prophétisait avec les prophètes, les gens se dirent l’un à l’autre : Qu’est-il donc arrivé au fils de Kis ? Saül aussi est-il parmi les prophètes ?

12 Et quelqu’un de là répondit et dit : Et qui est leur père ? C’est pourquoi cela passa en proverbe : Saül aussi est-il parmi les prophètes ?

13 Et quand [Saül] eut cessé de prophétiser, il vint au haut lieu.

14 Et l’oncle de Saül lui dit, à lui et à son jeune homme : Où êtes-vous allés ? Et il dit : Chercher les ânesses ; mais voyant qu’elles n’étaient nulle part, nous sommes allés vers Samuel.

15 Et l’oncle de Saül dit : Déclare-moi, je te prie, ce que vous a dit Samuel.

16 Et Saül dit à son oncle : Il nous a déclaré expressément que les ânesses étaient trouvées. Mais quant à l’affaire du royaume, dont Samuel avait parlé, il ne la lui déclara pas.

— v. 10 : ou : à Guibha. — v. 11 : litt. : que voici, il.

17 Et Samuel convoqua le peuple devant l’Éternel à Mitspa.

18 Et il dit aux fils d’Israël : Ainsi a dit l’Éternel, le Dieu d’Israël : Moi, j’ai fait monter Israël hors d’Égypte, et je vous ai délivrés de la main des Égyptiens et de la main de tous les royaumes qui vous opprimaient ;

19 et vous, aujourd’hui, vous avez rejeté votre Dieu, lui qui vous a sauvés de tous vos maux et de toutes vos détresses, et vous lui avez dit : [Non], mais établis un roi sur nous. Et maintenant, tenez-vous devant l’Éternel, selon vos tribus et selon vos milliers.


20 Et Samuel fit approcher toutes les tribus d’Israël, et la tribu de Benjamin fut prise ;

21 et il fit approcher la tribu de Benjamin selon ses familles, et la famille de Matri fut prise ; et Saül, fils de Kis, fut pris : et on le chercha, mais on ne le trouva pas.

22 Et ils interrogèrent encore l’Éternel : L’homme viendra-t-il encore ici ? Et l’Éternel dit : Voici, il s’est caché parmi les bagages.

23 Et ils coururent, et le prirent de là ; et il se tint au milieu du peuple, et il était plus grand que tout le peuple, depuis les épaules en haut.

24 Et Samuel dit à tout le peuple : Voyez-vous celui que l’Éternel a choisi ? Il n’y en a point comme lui dans tout le peuple. Et tout le peuple poussa des cris, et dit : Vive le roi !


25 Et Samuel dit au peuple le droit du royaume, et il l’écrivit dans un livre, et le posa devant l’Éternel. Et Samuel renvoya tout le peuple, chacun à sa maison.

26 Et Saül aussi s’en alla à sa maison, à Guibha ; et la troupe de ceux dont Dieu avait touché le cœur alla avec lui.

27 Et des fils de Bélial dirent : Comment celui-ci nous sauverait-il ? Et ils le méprisèrent et ne lui apportèrent point de présent ; et il fit le sourd.

*

Chapitre 11

1 Et Nakhash, l’Ammonite, monta et campa contre Jabès de Galaad. Et tous les hommes de Jabès dirent à Nakhash : Fais alliance avec nous, et nous te servirons.

2 Et Nakhash, l’Ammonite, leur dit : Je traiterai avec vous, à la condition que je vous crève à tous l’œil droit et que j’en mette l’opprobre sur tout Israël.

3 Et les anciens de Jabès lui dirent : Donne-nous un délai de sept jours, et nous enverrons des messagers dans tous les confins d’Israël ; et s’il n’y a personne qui nous sauve, alors nous sortirons vers toi.

4 Et les messagers vinrent à Guibha de Saül, et dirent ces paroles aux oreilles du peuple. Et tout le peuple éleva sa voix, et pleura.

5 Et voici, Saül venait des champs, derrière ses bœufs ; et Saül dit : Qu’a donc le peuple, pour qu’ils pleurent ? Et on lui raconta les paroles des hommes de Jabès.

6 Et l’Esprit de Dieu saisit Saül, lorsqu’il entendit ces paroles, et sa colère s’embrasa fortement.

7 Et il prit une paire de bœufs, et les coupa en morceaux, et envoya dans tous les confins d’Israël par des messagers, en disant : Celui qui ne sortira pas après Saül et après Samuel, on fera ainsi à ses bœufs. Et la frayeur de l’Éternel tomba sur le peuple, et ils sortirent comme un seul homme.

8 Et [Saül] les dénombra en Bézek ; et les fils d’Israël étaient trois cent mille, et les hommes de Juda trente mille.


9 Et ils dirent aux messagers qui étaient venus : Vous direz ainsi aux hommes de Jabès de Galaad : Demain vous serez délivrés*, quand le soleil sera dans sa chaleur. Et les messagers vinrent et rapportèrent cela aux hommes de Jabès, et ils s’en réjouirent.

10 Et les hommes de Jabès dirent [aux Ammonites] : Demain nous sortirons vers vous, et vous nous ferez selon tout ce qui sera bon à vos yeux.

— v. 9 : litt. : il y aura salut pour vous.

11 Et il arriva que, le lendemain, Saül rangea le peuple en trois corps ; et ils entrèrent au milieu du camp pendant la veille du matin, et ils frappèrent Ammon jusqu’à la chaleur du jour ; et ceux qui restèrent furent dispersés ; et il n’en resta pas deux ensemble.


12 Et le peuple dit à Samuel : Qui est-ce qui a dit : Saül régnera-t-il sur nous ? Livrez ces hommes, et nous les ferons mourir.

13 Et Saül dit : On ne fera mourir personne en ce jour, car l’Éternel a opéré aujourd’hui une délivrance en Israël.

14 Et Samuel dit au peuple : Venez, et allons à Guilgal, et nous y renouvellerons la royauté.

15 Et tout le peuple s’en alla à Guilgal ; et là ils établirent Saül pour roi, devant l’Éternel, à Guilgal ; et ils sacrifièrent là des sacrifices de prospérités devant l’Éternel ; et Saül et tous les hommes d’Israël firent là de grandes réjouissances.

*

Chapitre 12

1 Et Samuel dit à tout Israël : Voici, j’ai écouté votre voix en tout ce que vous m’avez dit, et j’ai établi un roi sur vous.

2 Et maintenant, voici, le roi marche devant vous ; et moi, je suis vieux et j’ai blanchi ; et voici, mes fils sont avec vous ; et moi, j’ai marché devant vous depuis ma jeunesse jusqu’à ce jour.

3 Me voici, témoignez contre moi, devant l’Éternel et devant son oint. De qui ai-je pris le bœuf ? ou de qui ai-je pris l’âne ? ou à qui ai-je fait tort ? à qui ai-je fait violence ? ou de la main de qui ai-je pris un présent* pour que par lui j’eusse fermé mes yeux ? et je vous le rendrai.

4 Et ils dirent : Tu ne nous as point fait tort, et tu ne nous as point fait violence, et tu n’as rien pris de la main de personne.

5 Et il leur dit : L’Éternel est témoin contre vous, et son oint est témoin aujourd’hui, que vous n’avez rien trouvé dans ma main. Et ils dirent : [Il en est] témoin.

— v. 3 : ailleurs : rachat, rançon.

6 Et Samuel dit au peuple : C’est l’Éternel qui a établi Moïse et Aaron, et qui a fait monter vos pères du pays d’Égypte.

7 Et maintenant, présentez-vous, et je vous jugerai devant l’Éternel au sujet de tous les actes justes de l’Éternel, qu’il a opérés envers vous et envers vos pères.

8 Quand Jacob fut entré en Égypte, vos pères crièrent à l’Éternel, et l’Éternel envoya Moïse et Aaron ; et ils firent sortir vos pères hors d’Égypte, et les firent habiter dans ce lieu-ci.

9 Et ils oublièrent l’Éternel, leur Dieu, et il les vendit en la main de Sisera, chef de l’armée de Hatsor, et en la main des Philistins, et en la main du roi de Moab, qui leur firent la guerre.

10 Et ils crièrent à l’Éternel, et dirent : Nous avons péché ; car nous avons abandonné l’Éternel, et nous avons servi les Baals et les Ashtoreths. Et maintenant, délivre-nous de la main de nos ennemis, et nous te servirons.

11 Et l’Éternel envoya Jerubbaal, et Bedan*, et Jephthé, et Samuel, et il vous délivra de la main de vos ennemis tout autour, et vous avez habité en sécurité.

12 Et vous avez vu que Nakhash, roi des fils d’Ammon, venait contre vous, et vous m’avez dit : Non, mais un roi régnera sur nous, — et l’Éternel, votre Dieu, était votre roi.

13 Et maintenant, voici le roi que vous avez choisi, que vous avez demandé ; et voici, l’Éternel a mis un roi sur vous.

14 Si vous craignez l’Éternel et que vous le serviez, et que vous écoutiez sa voix, et que vous ne soyez pas rebelles au commandement* de l’Éternel, alors vous, et le roi qui règne sur vous, vous irez après l’Éternel, votre Dieu.

15 Mais si vous n’écoutez pas la voix de l’Éternel, et si vous vous rebellez contre le commandement* de l’Éternel, alors la main de l’Éternel sera contre vous comme contre vos pères.

16 Aussi, tenez-vous là maintenant, et voyez cette grande chose que l’Éternel va opérer devant vos yeux.

17 N’est-ce pas aujourd’hui la moisson des froments ? Je crierai à l’Éternel, et il enverra des tonnerres et de la pluie ; et vous saurez et vous verrez que le mal que vous avez fait est grand aux yeux de l’Éternel, d’avoir demandé un roi pour vous.

— v. 11 : quelques-uns pensent qu’on devrait lire : Barak. — v. 14, 15 : litt. : la bouche.

18 Et Samuel cria à l’Éternel, et l’Éternel envoya des tonnerres et de la pluie, ce jour-là ; et tout le peuple craignit beaucoup l’Éternel et Samuel.

19 Et tout le peuple dit à Samuel : Prie l’Éternel, ton Dieu, pour tes serviteurs, afin que nous ne mourions point ; car, à tous nos péchés, nous avons ajouté ce mal d’avoir demandé un roi pour nous.

20 Et Samuel dit au peuple : Ne craignez pas. Vous avez fait tout ce mal, seulement ne vous détournez pas de* l’Éternel, et servez l’Éternel de tout votre cœur ;

21 et ne vous détournez point, car [ce serait vous en aller] après des choses de néant, qui ne profitent pas et ne délivrent pas, car ce sont des choses de néant.

22 Car l’Éternel, à cause de son grand nom, n’abandonnera point son peuple, parce que l’Éternel s’est plu à faire de vous son peuple.

23 Quant à moi aussi, loin de moi que je pèche contre l’Éternel, que je cesse de prier pour vous ; mais je vous enseignerai le bon et le droit chemin.

24 Seulement, craignez l’Éternel, et servez-le en vérité, de tout votre cœur ; car voyez quelles grandes choses il a faites pour vous.

25 Mais si vous vous adonnez au mal, vous périrez, vous et votre roi.

— v. 20 : litt. : d’après.

*

Chapitre 13

1 Saül était âgé de … ans lorsqu’il devint roi ; et il régna deux ans sur Israël.

2 — Et Saül se choisit d’Israël trois mille hommes : il y en avait deux mille avec Saül, à Micmash et sur la montagne de Béthel, et mille étaient avec Jonathan à Guibha de Benjamin. Et il renvoya le reste du peuple, chacun à sa tente.

3 Et Jonathan frappa le poste des Philistins qui était à Guéba, et les Philistins l’apprirent ; et Saül sonna de la trompette par tout le pays, disant : Que les Hébreux l’entendent !

4 Et tout Israël ouït dire : Saül a frappé le poste des Philistins, et aussi Israël est détesté par les Philistins. Et le peuple se rassembla auprès de Saül à Guilgal.

5 Et les Philistins s’assemblèrent pour faire la guerre à Israël : trente mille chars, et six mille cavaliers, et un peuple nombreux comme le sable qui est sur le bord de la mer ; et ils montèrent et campèrent à Micmash, à l’orient de Beth-Aven.


6 Et les hommes d’Israël se virent dans la détresse, car le peuple était serré de près ; et le peuple se cacha dans les cavernes, et dans les broussailles, et dans les rochers, et dans les lieux forts, et dans les fosses.

7 Et les Hébreux passèrent le Jourdain [pour aller] au pays de Gad et de Galaad. Et Saül était encore à Guilgal, et tout le peuple le suivait en tremblant.

8 Et [Saül] attendit sept jours, jusqu’au temps assigné par Samuel. Et Samuel ne venait point à Guilgal, et le peuple se dispersait d’auprès de [Saül].

9 Et Saül dit : Amenez-moi l’holocauste et les sacrifices de prospérités. Et il offrit l’holocauste.

10 Et comme il achevait d’offrir l’holocauste, voici que Samuel vint ; et Saül sortit à sa rencontre pour le saluer.

11 Et Samuel dit : Qu’as-tu fait ? Et Saül dit : Parce que je voyais que le peuple se dispersait d’auprès de moi, et que tu ne venais pas au jour assigné, et que les Philistins étaient assemblés à Micmash,

12 j’ai dit : Maintenant les Philistins descendront contre moi à Guilgal, et je n’ai pas supplié l’Éternel. Et je me suis fait violence et j’ai offert l’holocauste.

13 Et Samuel dit à Saül : Tu as agi follement, tu n’as pas gardé le commandement de l’Éternel, ton Dieu, qu’il t’avait ordonné ; car maintenant l’Éternel aurait établi pour toujours ton règne sur Israël ;

14 et maintenant ton règne ne subsistera pas : l’Éternel s’est cherché un homme selon son cœur, et l’Éternel l’a établi* prince sur son peuple, car tu n’as pas gardé ce que l’Éternel t’avait commandé.

— v. 14 : litt. : commandé.

15 Et Samuel se leva et monta de Guilgal à Guibha de Benjamin. Et Saül dénombra le peuple qui se trouvait avec lui, environ six cents hommes.

16 Et Saül et Jonathan, son fils, et le peuple qui se trouvait avec eux, demeuraient à Guéba de Benjamin, et les Philistins campaient à Micmash.

17 Et les ravageurs sortirent du camp des Philistins en trois corps : un corps prit le chemin d’Ophra, vers le pays de Shual,

18 et un corps prit le chemin de Beth-Horon, et un corps prit le chemin de la frontière qui regarde la vallée de Tseboïm, vers le désert.

19 Et il ne se trouvait pas de forgeron dans tout le pays d’Israël ; car les Philistins avaient dit : Que les Hébreux ne puissent faire ni épée ni lance.

20 Et tout Israël descendait vers les Philistins pour aiguiser chacun son soc, et sa houe, et sa hache, et sa faucille,

21 lorsque le tranchant des faucilles et des houes et des tridents et des haches était émoussé, et pour redresser un aiguillon.

22 Et il arriva que, le jour du combat, il ne se trouva ni épée ni lance dans la main de tout le peuple qui était avec Saül et avec Jonathan ; il ne s’en trouvait que chez Saül et chez Jonathan, son fils.

23 Et le poste des Philistins sortit pour [occuper] le passage de Micmash.

*

Chapitre 14

1 Et il arriva qu’un jour Jonathan, fils de Saül, dit au jeune homme qui portait ses armes : Viens, et passons jusqu’au poste des Philistins qui est là, de l’autre côté ; mais il n’en avertit pas son père.

2 Et Saül se tenait à l’extrémité de Guibha, sous un grenadier qui était à Migron ; et le peuple qui était avec lui était d’environ six cents hommes.

3 Et Akhija, fils d’Akhitub, frère d’I-Cabod, fils de Phinées, fils d’Éli, sacrificateur de l’Éternel à Silo, portait l’éphod. Et le peuple ne savait pas que Jonathan s’en fût allé.


4 Et entre les passages par lesquels Jonathan cherchait à passer vers le poste des Philistins, il y avait une dent de rocher d’un côté, et une dent de rocher de l’autre côté : et le nom de l’une était Botsets, et le nom de l’autre Séné ;

5 l’une des dents se dressait à pic du côté du nord, vis-à-vis de Micmash, et l’autre, du côté du midi, vis-à-vis de Guéba.

6 Et Jonathan dit au jeune homme qui portait ses armes : Viens, et passons jusqu’au poste de ces incirconcis ; peut-être que l’Éternel opérera pour nous, car rien n’empêche l’Éternel de sauver, avec beaucoup ou avec peu [de gens].

7 Et celui qui portait ses armes lui dit : Fais tout ce qui est dans ton cœur ; va où tu voudras*, voici, je suis avec toi selon ton cœur.

8 Et Jonathan dit : Voici, nous allons passer vers ces hommes et nous nous montrerons à eux.

9 S’ils nous disent ainsi : Tenez-vous là jusqu’à ce que nous vous joignions, alors nous nous tiendrons à notre place, et nous ne monterons pas vers eux ;

10 et s’ils disent ainsi : Montez vers nous, alors nous monterons, car l’Éternel les aura livrés en notre main ; et ce sera pour nous le signe.

— v. 7 : litt. : tourne-toi.

11 Et ils se montrèrent les deux au poste des Philistins ; et les Philistins dirent : Voici les Hébreux qui sortent des trous où ils se sont cachés.

12 Et les hommes du poste répondirent à Jonathan et à celui qui portait ses armes, et dirent : Montez vers nous, et nous vous ferons savoir quelque chose. Et Jonathan dit à celui qui portait ses armes : Monte après moi, car l’Éternel les a livrés en la main d’Israël.

13 Et Jonathan monta avec ses mains et ses pieds, et celui qui portait ses armes après lui. Et ils tombèrent devant Jonathan, et celui qui portait ses armes les tuait après lui.

14 Et ce premier coup que frappèrent Jonathan et celui qui portait ses armes, mit [par terre]* une vingtaine d’hommes, sur la moitié environ du sillon d’un arpent de terre.

15 Et l’épouvante* fut dans le camp, dans la campagne et parmi tout le peuple ; le poste et les ravageurs, eux aussi, furent saisis d’épouvante* ; et le pays trembla, et ce fut une frayeur de Dieu.

— v. 14 : litt. : fut de. — v. 15 : litt. : tremblement.

16 Et les sentinelles de Saül, qui étaient à Guibha de Benjamin, regardèrent, et voici, la multitude s’écoulait, et s’en allait, et ils s’entre-tuaient*.

17 Et Saül dit au peuple qui était avec lui : Faites donc l’appel, et voyez qui s’en est allé d’avec nous. Et ils firent l’appel ; et voici, Jonathan n’y était pas, ni celui qui portait ses armes.

18 Et Saül dit à Akhija : Fais approcher l’arche* de Dieu (car l’arche de Dieu était en ce jour-là avec les fils d’Israël).

19 Et il arriva que, pendant que Saül parlait au sacrificateur, le tumulte qui était dans le camp des Philistins allait toujours croissant ; et Saül dit au sacrificateur : Retire ta main.

— v. 16 : ou : se dispersaient. — v. 18 : quelques-uns lisent : l’éphod.

20 Et Saül et tout le peuple qui était avec lui furent assemblée à grands cris, et vinrent à la bataille ; et voici, l’épée de chacun était contre l’autre : ce fut une confusion terrible.

21 Et il y avait, comme auparavant, des Hébreux parmi les Philistins*, lesquels étaient montés avec eux dans le camp, [de tout] alentour, et eux aussi [se tournèrent] pour être avec Israël qui était avec Saül et Jonathan.

22 Et tous les hommes d’Israël qui s’étaient cachés dans la montagne d’Éphraïm, entendirent que les Philistins fuyaient, et ils s’attachèrent, eux aussi, à leur poursuite dans la bataille.

— v. 21 : ou : qui appartenaient (comme esclaves) aux Philistins.

23 Et l’Éternel sauva Israël ce jour-là. Et la bataille s’étendit au delà de Beth-Aven.

24 Et les hommes d’Israël furent accablés ce jour-là. Or Saül avait adjuré le peuple, disant : Maudit soit l’homme qui mangera du pain, jusqu’au soir, et [jusqu’à ce] que je me sois vengé de mes ennemis ; et, entre tout le peuple, nul ne goûta de pain.

25 Et tout le [peuple du] pays vint dans une forêt ; et il y avait du miel sur le dessus des champs.

26 Et le peuple entra dans la forêt ; et voici du miel qui coulait ; mais nul ne porta sa main à sa bouche, car le peuple avait peur du serment.

27 Et Jonathan n’avait pas entendu, lorsque son père avait fait jurer le peuple, et il étendit le bout du bâton qu’il avait à la main et le trempa dans un rayon de miel et ramena sa main à sa bouche, et ses yeux furent éclaircis.

28 Et quelqu’un du peuple répondit et dit : Ton père a fait expressément jurer le peuple, en disant : Maudit soit l’homme qui mangera du pain aujourd’hui ! et le peuple était fatigué.

29 Et Jonathan dit : Mon père a troublé le pays. Voyez donc comme mes yeux ont été éclaircis parce que j’ai goûté un peu de ce miel !

30 Qu’eût-ce été, si le peuple avait aujourd’hui mangé du butin de ses ennemis qu’il a trouvé ? maintenant la défaite des Philistins n’aurait-elle pas été plus grande ?

31 Et ils frappèrent ce jour-là les Philistins, depuis Micmash jusqu’à Ajalon ; et le peuple fut très-fatigué.

32 Et le peuple se jeta sur le butin, et ils prirent du menu et du gros bétail, et des veaux, et ils les égorgèrent sur le sol ; et le peuple les mangeait avec le sang.

33 Et on le rapporta à Saül, en disant : Voici, le peuple pèche contre l’Éternel en mangeant avec le sang. Et il dit : Vous avez agi infidèlement. Roulez à présent vers moi une grande pierre.

34 Et Saül dit : Dispersez-vous parmi le peuple, et dites-leur : Amenez-moi chacun son bœuf et chacun son mouton*, et égorgez-les ici et mangez ; et ne péchez pas contre l’Éternel en mangeant avec le sang. Et cette nuit-là, tout le peuple amena chacun son bœuf à la main, et ils les égorgèrent là.

— v. 34 : ou aussi : chèvre ; ainsi 15:3.

35 Et Saül bâtit un autel à l’Éternel ; ce fut le premier autel qu’il bâtit à l’Éternel.

36 Et Saül dit : Descendons de nuit après les Philistins, et pillons-les jusqu’à la lumière du matin, et n’en laissons pas un homme de reste. Et ils dirent : Fais tout ce qui est bon à tes yeux. Et le sacrificateur dit : Approchons-nous ici de Dieu.

37 Et Saül interrogea Dieu : Descendrai-je après les Philistins ? Les livreras-tu en la main d’Israël ? Et il ne lui répondit pas ce jour-là.

38 Et Saül dit : Approchez ici, vous tous les principaux* du peuple, et sachez et voyez comment ce péché est arrivé aujourd’hui ;

39 car l’Éternel qui a sauvé Israël est vivant, que si c’était par Jonathan, mon fils, il mourra certainement ! Et personne de tout le peuple ne lui répondit.

40 Et il dit à tout Israël : Vous, soyez d’un côté, et moi et Jonathan, mon fils, nous serons de l’autre côté. Et le peuple dit à Saül : Fais ce qui est bon à tes yeux.

41 Et Saül dit à l’Éternel, le Dieu d’Israël : Donne [un sort*] parfait. Et Jonathan et Saül furent pris, et le peuple échappa.

42 Et Saül dit : Jetez le sort entre moi et Jonathan, mon fils. Et Jonathan fut pris.

43 Et Saül dit à Jonathan : Déclare-moi ce que tu as fait. Et Jonathan le lui déclara, et dit : Je n’ai fait que goûter un peu de miel avec le bout du bâton que j’avais à la main, [et] voici, je meurs !

44 Et Saül dit : Que Dieu [me] fasse ainsi, et ainsi y ajoute, si tu ne meurs certainement, Jonathan !

45 Et le peuple dit à Saül : Jonathan, qui a opéré cette grande délivrance en Israël, mourra-t-il ? Qu’ainsi n’advienne ! L’Éternel est vivant, s’il tombe à terre un des cheveux de sa tête ! car il a opéré avec Dieu aujourd’hui. Et le peuple délivra Jonathan, et il ne mourut pas.

46 Et Saül remonta de la poursuite des Philistins, et les Philistins s’en allèrent en leur lieu.

— v. 38 : comme Juges 20:2. — v. 41 : ou : [un témoignage].

47 Et Saül prit la royauté sur Israël, et il fit la guerre tout à l’entour contre tous ses ennemis : contre Moab, et contre les fils d’Ammon, et contre Édom, et contre les rois de Tsoba, et contre les Philistins ; et partout où il se tournait, il les châtiait.

48 Et il forma une armée* et frappa Amalek, et délivra Israël de la main de ceux qui le pillaient.

— v. 48 : ou : déploya [sa] puissance.

49 Et les fils de Saül étaient Jonathan, et Jishvi, et Malki-Shua ; et les noms de ses deux filles : le nom de l’aînée était Mérab, et le nom de la plus jeune, Mical.

50 Et le nom de la femme de Saül était Akhinoam, fille d’Akhimaats ; et le nom du chef de son armée était Abner*, fils de Ner, oncle de Saül.

51 Et Kis, père de Saül, et Ner, père d’Abner, étaient fils d’Abiel.

— v. 50 : hébreu : ici : Abiner.

52 Et la guerre fut forte contre les Philistins durant tous les jours de Saül ; et quand Saül voyait quelque homme fort et quelque homme vaillant, il le prenait auprès de lui.

*

Chapitre 15

1 Et Samuel dit à Saül : L’Éternel m’a envoyé pour t’oindre comme roi sur son peuple, sur Israël ; et maintenant, écoute la voix des paroles de l’Éternel.

2 Ainsi dit l’Éternel des armées : J’ai considéré ce qu’Amalek a fait à Israël, comment il se plaça contre lui sur le chemin quand il montait d’Égypte.

3 Va maintenant, et frappe Amalek, et vous détruirez entièrement tout ce qui est à lui, et tu ne l’épargneras pas, mais tu feras mourir les hommes et les femmes, les enfants et ceux qui tètent, les bœufs et les moutons, les chameaux et les ânes.

4 Et Saül convoqua le peuple et le dénombra à Telaïm, deux cent mille hommes de pied et dix mille hommes de Juda.

5 Et Saül vint jusqu’à la ville d’Amalek, et il plaça une embuscade dans la vallée.

6 Et Saül dit aux Kéniens : Allez, retirez-vous, descendez du milieu des Amalékites, de peur que je ne te détruise avec eux ; car toi, tu usas de bonté envers tous les fils d’Israël lorsqu’ils montèrent d’Égypte. Et le Kénien se retira du milieu d’Amalek.

7 Et Saül frappa Amalek depuis Havila en allant vers Shur, qui est en face de l’Égypte.

8 Et il prit vivant Agag, roi d’Amalek, et détruisit entièrement tout le peuple par le tranchant de l’épée.

9 Et Saül et le peuple épargnèrent Agag, et le meilleur du menu et du gros bétail, et les bêtes de la seconde portée, et les agneaux*, et tout ce qui était bon, et ils ne voulurent pas les détruire entièrement ; mais tout ce qui était misérable et chétif, cela ils le détruisirent entièrement.

— v. 9 : ici : agneaux nourris au pâturage, agneaux gras.

10 Et la parole de l’Éternel vint à Samuel, disant :

11 Je me repens d’avoir établi Saül pour roi ; car il s’est détourné de* moi et n’a point exécuté mes paroles. Et Samuel fut fort attristé, et il cria à l’Éternel toute la nuit.

12 Et Samuel se leva de bonne heure pour aller le matin à la rencontre de Saül. Et on rapporta à Samuel, disant : Saül est allé à Carmel* ; et voici, il s’est érigé un trophée, et il s’est tourné ailleurs, et a passé plus loin, et est descendu à Guilgal.

13 Et Samuel vint vers Saül, et Saül lui dit : Béni sois-tu de l’Éternel ! j’ai exécuté la parole de l’Éternel.

14 Et Samuel dit : Quel est donc ce bêlement de brebis à mes oreilles, et ce beuglement de bœufs que j’entends ?

15 Et Saül dit : Ils les ont amenés des Amalékites, car le peuple a épargné le meilleur du menu et du gros bétail, pour sacrifier à l’Éternel, ton Dieu ; et le reste, nous l’avons détruit entièrement.

16 Et Samuel dit à Saül : Arrête, et je te déclarerai ce que l’Éternel m’a dit cette nuit. Et il lui dit : Parle.

— v. 11 : litt. : d’après. — v. 12 : Carmel, en Juda (Josué 15:55).

17 Et Samuel dit : N’est-ce pas, quand tu étais petit à tes propres yeux, tu es devenu chef des tribus d’Israël, et l’Éternel t’a oint pour roi sur Israël ?

18 Et l’Éternel t’avait envoyé par un chemin, et t’avait dit : Va et détruis entièrement ces pécheurs, les Amalékites, et fais-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils soient consumés.

19 Et pourquoi n’as-tu pas écouté la voix de l’Éternel, et t’es-tu jeté sur le butin, et as-tu fait ce qui est mauvais aux yeux de l’Éternel ?

20 Et Saül dit à Samuel : J’ai écouté la voix de l’Éternel, et je suis allé par le chemin par lequel l’Éternel m’a envoyé ; et j’ai amené Agag, roi d’Amalek, et j’ai entièrement détruit Amalek.

21 Et le peuple a pris, dans le butin, du menu et du gros bétail, comme prémices de ce qui était voué à l’exécration, pour sacrifier à l’Éternel, ton Dieu, à Guilgal.

22 Et Samuel dit : L’Éternel prend-il plaisir aux holocaustes et aux sacrifices, comme à ce qu’on écoute la voix de l’Éternel ? Voici, écouter* est meilleur que sacrifice, prêter l’oreille, meilleur que la graisse des béliers ;

23 car la rébellion est comme le péché de divination, et l’obstination comme une idolâtrie et des théraphim. Parce que tu as rejeté la parole de l’Éternel, il t’a aussi rejeté comme roi.

— v. 22 : ou : obéir.

24 Et Saül dit à Samuel : J’ai péché, car j’ai transgressé le commandement* de l’Éternel et tes paroles, car j’ai craint le peuple et j’ai écouté leur voix.

25 Et maintenant, pardonne, je te prie, mon péché, et retourne-t’en avec moi, et je me prosternerai devant l’Éternel.

26 Et Samuel dit à Saül : Je ne retournerai point avec toi ; car tu as rejeté la parole de l’Éternel, et l’Éternel t’a rejeté pour que tu ne sois plus roi sur Israël.

27 Et Samuel se tourna pour s’en aller, et [Saül] saisit le pan de sa robe, qui se déchira.

28 Et Samuel lui dit : L’Éternel a déchiré aujourd’hui la royauté d’Israël de dessus toi, et l’a donnée à ton prochain, qui est meilleur que toi.

29 Et aussi, la sûre Confiance d’Israël ne ment point et ne se repent point ; car il n’est pas un homme pour se repentir.

30 Et [Saül] dit : J’ai péché ; honore-moi maintenant, je te prie, en la présence des anciens de mon peuple et en la présence d’Israël, et retourne-t’en avec moi, et je me prosternerai devant l’Éternel, ton Dieu.

31 Et Samuel retourna après Saül, et Saül se prosterna devant l’Éternel.

— v. 24 : litt. : la bouche.

32 Et Samuel dit : Amenez-moi Agag, roi d’Amalek. Et Agag vint à lui gaiement ; et Agag disait : Certainement l’amertume de la mort est passée.

33 Et Samuel dit : Comme ton épée a privé d’enfants les femmes, de même, entre les femmes, ta mère sera privée* d’enfants. Et Samuel mit Agag en pièces devant l’Éternel, à Guilgal.

34 Et Samuel s’en alla à Rama ; et Saül monta à sa maison, à Guibha de Saül.

35 Et Samuel ne vit plus Saül jusqu’au jour de sa mort, car Samuel menait deuil sur Saül, parce que l’Éternel s’était repenti d’avoir établi Saül roi sur Israël.

— v. 33 : proprement : plus privée.

*

Chapitre 16

1 Et l’Éternel dit à Samuel : Jusques à quand mèneras-tu deuil sur Saül, vu que moi je l’ai rejeté pour qu’il ne soit pas roi sur Israël ? Remplis ta corne d’huile, et va : je t’enverrai vers Isaï, le Bethléhémite ; car j’ai vu parmi ses fils un roi pour moi.

2 Et Samuel dit : Comment irai-je ? Dès que Saül l’entendra, il me tuera. Et l’Éternel dit : Tu prendras avec toi une génisse*, et tu diras : Je suis venu pour sacrifier à l’Éternel.

3 Et tu appelleras Isaï au sacrifice, et moi je te ferai savoir ce que tu auras à faire, et tu oindras pour moi celui que je te dirai.

— v. 2 : litt. : une génisse du gros bétail.

4 Et Samuel fit ce que l’Éternel avait dit, et vint à Bethléhem ; et les anciens de la ville allèrent tremblants à sa rencontre, et dirent : Ta venue est-elle la paix ?

5 Et il dit : La paix. Je suis venu pour sacrifier à l’Éternel ; sanctifiez-vous, et venez avec moi au sacrifice. Et il sanctifia Isaï et ses fils, et les appela au sacrifice.

6 Et il arriva que, comme ils entraient, il vit Éliab, et il dit : Certainement l’oint de l’Éternel est devant lui.

7 Et l’Éternel dit à Samuel : Ne regarde pas son apparence, ni la hauteur de sa taille, car je l’ai rejeté ; car [l’Éternel ne regarde] pas ce à quoi l’homme regarde, car l’homme regarde à l’apparence extérieure, et l’Éternel regarde au cœur.

8 Et Isaï appela Abinadab et le fit passer devant Samuel. Et il dit : L’Éternel n’a pas non plus choisi celui-ci.

9 Et Isaï fit passer Shamma. Et il dit : L’Éternel n’a pas non plus choisi celui-ci.

10 Et Isaï fit passer ses sept fils devant Samuel. Et Samuel dit à Isaï : L’Éternel n’a pas choisi ceux-ci.


11 Et Samuel dit à Isaï : Sont-ce là tous les jeunes gens ? Et il dit : Il reste encore le plus jeune, et voici, il paît le menu bétail. Et Samuel dit à Isaï : Envoie, et fais-le amener ; car nous ne nous placerons point autour [de la table], jusqu’à ce qu’il soit venu ici.

12 Et il envoya et le fit venir. Or il avait le teint rosé, avec de beaux yeux, et était beau de visage. Et l’Éternel dit : Lève-toi, oins-le ; car c’est celui-là.

13 Et Samuel prit la corne d’huile, et l’oignit au milieu de ses frères. Et l’Esprit de l’Éternel saisit David*, depuis ce jour-là et dans la suite. Et Samuel se leva et s’en alla à Rama.

— v. 13 : bien-aimé.

14 Et l’Esprit de l’Éternel se retira d’avec Saül, et un mauvais esprit [envoyé] par l’Éternel le troublait.

15 Et les serviteurs de Saül lui dirent : Tu vois qu’un* mauvais esprit [envoyé] de Dieu te trouble.

16 Que notre seigneur veuille parler : tes serviteurs sont devant toi, ils chercheront un homme qui sache jouer de la harpe ; et il arrivera que, quand le mauvais esprit [envoyé] de Dieu sera sur toi, il jouera de sa main et tu t’en trouveras bien.

17 Et Saül dit à ses serviteurs : Je vous prie, trouvez-moi un homme qui sache bien jouer, et amenez-le-moi.

18 Et l’un des jeunes hommes répondit et dit : Voici, j’ai vu un fils d’Isaï, le Bethléhémite, qui sait jouer, un homme fort et vaillant, et un homme de guerre, et qui a l’intelligence des choses*, et un bel homme, et l’Éternel est avec lui.

19 Et Saül envoya des messagers à Isaï, et dit : Envoie-moi David ton fils, qui est avec le menu bétail.

20 Et Isaï prit un âne chargé de pain, et une outre de vin, et un chevreau, et les envoya à Saül par la main de David, son fils.

21 Et David vint vers Saül, et il se tint devant lui ; et [Saül] l’aima beaucoup, et il fut son porteur d’armes.

22 Et Saül envoya vers Isaï, disant : Que David, je te prie, se tienne devant moi ; car il a trouvé grâce à mes yeux.

23 Et il arrivait que, quand l’esprit [envoyé] de Dieu était sur Saül, David prenait la harpe et en jouait de sa main ; et Saül était soulagé et se trouvait bien, et le mauvais esprit se retirait de dessus lui.

— v. 15 : litt. : Voici, je te prie, un. — v. 18 : ou : parlant avec intelligence.

*

Chapitre 17

1 Et les Philistins rassemblèrent leurs armées* pour faire la guerre, et ils s’assemblèrent à Soco, qui appartient à Juda, et campèrent entre Soco et Azéka, à Éphès-Dammim.

2 Et Saül et les hommes d’Israël se rassemblèrent, et campèrent dans la vallée d’Éla*, et se rangèrent en bataille contre les Philistins.

3 Et les Philistins se tenaient sur* la montagne, d’un côté, et Israël se tenait sur* la montagne, de l’autre côté, et le ravin était entre eux. **

— v. 1 : ou : camps. — v. 2 : ou : du térébinthe. — v. 3* : plutôt : vers. — v. 3** : date : A.C. 1065, environ.

4 Et il sortit du camp des Philistins un champion [de l’armée] ; son nom était Goliath, il était de Gath ; sa hauteur était de six coudées et un empan.

5 Et il avait un casque d’airain sur sa tête, et était revêtu d’une cotte de mailles à écailles ; et le poids de la cotte de mailles était de cinq mille sicles d’airain ;

6 et il avait des jambières d’airain aux jambes*, et un javelot d’airain entre ses épaules ;

7 et le bois de sa lance était comme l’ensouple des tisserands, et le fer de sa lance pesait six cents sicles de fer ; et celui qui portait son bouclier marchait devant lui.

8 Et il se tenait là et criait aux troupes rangées d’Israël, et leur disait : Pourquoi sortez-vous pour vous ranger en bataille ? Ne suis-je pas le Philistin, et vous, des serviteurs de Saül ? Choisissez-vous un homme, et qu’il descende contre moi.

9 S’il est capable de combattre avec moi et qu’il me tue, nous serons vos serviteurs ; et si moi j’ai l’avantage sur lui et que je le tue, c’est vous qui serez nos serviteurs et qui nous servirez.

10 Et le Philistin dit : Moi, j’ai outragé aujourd’hui les troupes rangées d’Israël ! Donnez-moi un homme, et nous combattrons ensemble.

11 Et Saül et tout Israël entendirent ces paroles, du Philistin, et ils furent effrayés et eurent une grande peur.

— v. 6 : litt. : pieds.

12 Et David était fils de cet homme éphratien de Bethléhem de Juda, dont le nom était Isaï ; et il avait huit fils ; et cet homme, aux jours de Saül, était vieux, avancé en âge parmi les hommes.

13 Et les trois fils aînés d’Isaï étaient partis, ils avaient suivi Saül à la guerre. Et les noms de ses trois fils qui étaient partis pour la guerre, étaient : Éliab, le premier-né, et Abinadab, le* second, et Shamma, le troisième.

14 Et David était le plus jeune ; et les trois aînés avaient suivi Saül.

15 Et David allait et revenait d’auprès de Saül pour paître le menu bétail de son père à Bethléhem.

— v. 13 : litt. : son.

16 Et le Philistin s’approchait le matin et le soir, et il se présenta pendant quarante jours.


17 Et Isaï dit à David, son fils : Prends, je te prie, pour tes frères, cet épha de froment rôti et ces dix pains, et porte-les vite au camp vers tes frères.

18 Et ces dix fromages de lait, tu les porteras au chef du millier ; et tu t’informeras touchant le bien-être de tes frères, et tu prendras d’eux un gage.


19 Or Saül, et eux, et tous les hommes d’Israël, étaient dans la vallée d’Éla, faisant la guerre contre les Philistins.


20 Et David se leva de bonne heure le matin et laissa le menu bétail à un gardien, et prit sa charge et s’en alla, comme Isaï le lui avait commandé ; et il vint à l’enceinte formée par les chars. Or l’armée sortait pour se ranger en bataille, et on poussait le cri de guerre ;

21 et Israël et les Philistins se rangèrent en bataille, ligne contre ligne.

22 Et David laissa aux mains de celui qui gardait le bagage les objets qu’il portait, et courut vers la ligne de bataille ; et il vint et interrogea ses frères touchant leur bien-être.

23 Et comme il parlait avec eux, voici le champion, nommé Goliath, le Philistin de Gath, qui s’avançait hors des rangs des Philistins, et il proféra les mêmes paroles ; et David l’entendit.

24 Et tous les hommes d’Israël, voyant l’homme, s’enfuirent de devant lui et eurent très-peur.

25 Et les hommes d’Israël dirent : Avez-vous vu cet homme-là qui monte ? car c’est pour outrager Israël qu’il est monté. Et il arrivera que l’homme qui le frappera, le roi l’enrichira de grandes richesses, et il lui donnera sa fille, et affranchira la maison de son père en Israël.

26 Et David parla aux hommes qui se tenaient là avec lui, disant : Que sera-t-il fait à l’homme qui aura frappé ce Philistin-là, et qui aura ôté l’opprobre de dessus Israël ? Car qui est ce Philistin, cet incirconcis, pour outrager les troupes rangées du Dieu vivant ?

27 Et le peuple lui parla selon cette parole, et dit : C’est ainsi qu’on fera à l’homme qui l’aura frappé.

28 Et Éliab son frère aîné, entendit pendant qu’il parlait à ces hommes ; et la colère d’Éliab s’embrasa contre David, et il [lui] dit : Pourquoi donc es-tu descendu ? et à qui as-tu laissé ce peu de brebis dans le désert ? Je connais, moi, ton orgueil et la méchanceté de ton cœur ; car c’est pour voir la bataille que tu es descendu.

29 Et David dit : Qu’ai-je fait maintenant ? N’y a-t-il pas de quoi ?

30 Et il se détourna d’auprès de lui vers un autre, et dit les mêmes paroles ; et le peuple lui répondit comme la première fois.


31 Et les paroles que David avait dites furent entendues, et on les rapporta en la présence de Saül ; et il le fit venir.

32 Et David dit à Saül : Que le cœur ne défaille à personne à cause de lui ! Ton serviteur ira et combattra avec ce Philistin.

33 Et Saül dit à David : Tu n’es pas capable d’aller contre ce Philistin pour combattre avec lui ; car tu es un jeune homme, et lui, il est homme de guerre dès sa jeunesse.

34 Et David dit à Saül : Ton serviteur paissait le menu bétail de son père, et un lion vint, et un ours : et il enleva un mouton du troupeau.

35 Et je sortis après lui et le frappai, et je délivrai [le mouton] de sa gueule ; et il se leva contre moi, et je le saisis par sa barbe, et le frappai, et le tuai.

36 Ton serviteur a frappé et le lion et l’ours ; et ce Philistin, cet incirconcis, sera comme l’un d’eux, car il a outragé les troupes rangées du Dieu vivant.

37 Et David dit : L’Éternel qui m’a délivré de la patte du lion et de la patte de l’ours, lui me délivrera de la main de ce Philistin. Et Saül dit à David : Va, et que l’Éternel soit avec toi.


38 Et Saül revêtit David de ses vêtements, et lui mit un casque d’airain sur la tête, et le revêtit d’une cotte de mailles.

39 Et David ceignit son épée par-dessus ses vêtements, et voulut marcher, car il ne l’avait pas essayé. Et David dit à Saül. Je ne puis marcher avec ces choses, car je ne l’ai [jamais] essayé. Et David les ôta de dessus lui ;

40 et il prit son bâton en sa main, et se choisit du torrent cinq pierres lisses, et les mit dans le sac de berger qu’il avait, dans la poche ; et il avait sa fronde à la main. Et il s’approcha du Philistin.


41 Et le Philistin s’avança, allant et s’approchant de David, et, devant lui, l’homme qui portait son bouclier.

42 Et le Philistin regarda et vit David, et le méprisa ; car c’était un jeune homme au teint rosé, et beau de visage.

43 Et le Philistin dit à David : Suis-je un chien, moi, que tu viennes à moi avec des bâtons ? Et le Philistin maudit David par ses dieux.

44 Et le Philistin dit à David : Viens vers moi, et je donnerai ta chair aux oiseaux des cieux et aux bêtes des champs.

45 Et David dit au Philistin : Toi, tu viens à moi avec une épée, et avec une lance, et avec un javelot ; et moi, je viens à toi au nom de l’Éternel des armées, du Dieu des troupes rangées d’Israël, que tu as outragé.

46 En ce jour, l’Éternel te livrera en ma main ; et je te frapperai, et j’ôterai ta tête de dessus toi, et je donnerai en ce jour les cadavres du camp des Philistins aux oiseaux des cieux et aux animaux de la terre ; et toute la terre saura qu’il y a un Dieu pour Israël :

47 et toute cette congrégation saura que ce n’est ni par l’épée, ni par la lance, que l’Éternel sauve ; car la bataille est à l’Éternel, et il vous livrera entre nos mains.

48 Et il arriva que, comme le Philistin se levait et s’avançait, et s’approchait à la rencontre de David, David se hâta et courut vers la ligne de bataille, à la rencontre du Philistin.

49 Et David mit sa main à son sac, et y prit une pierre, et la lança avec sa fronde ; et il frappa le Philistin au front, et la pierre s’enfonça dans son front ; et il tomba sur sa face contre terre.

50 Et David, avec une fronde et une pierre, fut plus fort que le Philistin, et frappa le Philistin et le tua ; et David n’avait pas d’épée en sa main.

51 Et David courut, et se tint sur le Philistin, et prit son épée, et la tira de son fourreau, et le tua, et lui coupa la tête. Et les Philistins, voyant que leur homme fort était mort, s’enfuirent.

52 Et les hommes d’Israël et de Juda se levèrent et poussèrent des cris, et poursuivirent les Philistins jusqu’à l’entrée du* ravin et jusqu’aux portes d’Ékron ; et les Philistins tombèrent tués, sur le chemin de Shaaraïm, et jusqu’à Gath, et jusqu’à Ékron.

53 Et les fils d’Israël s’en revinrent de la poursuite des Philistins et pillèrent leur camp.

54 Et David prit la tête du Philistin et l’apporta à Jérusalem ; et ses armes, il les mit dans sa tente.

— v. 52 : litt. : jusqu’à ce que tu viennes au.

55 Et quand Saül avait vu David sortant à la rencontre du Philistin, il avait dit à Abner, chef de l’armée : Abner, de qui ce jeune homme est-il fils ? Et Abner avait dit : Ton âme est vivante, ô roi ! je n’en sais rien.

56 Et le roi dit : Enquiers-toi de qui ce jeune homme est fils.

57 Et comme David revenait d’avoir frappé le Philistin, Abner le prit et l’amena devant Saül, ayant la tête du Philistin à la main.

58 Et Saül lui dit : Jeune homme, de qui es-tu fils ? Et David dit : Je suis fils de ton serviteur Isaï, le Bethléhémite.

Chapitre 18

1 Et il arriva, comme il achevait de parler à Saül, que l’âme de Jonathan se lia à l’âme de David ; et Jonathan l’aima comme son âme.

2 Et Saül le prit ce jour-là, et ne lui permit pas de retourner à la maison de son père.

3 Et Jonathan fit alliance avec David, parce qu’il l’aimait comme son âme.

4 Et Jonathan se dépouilla de la robe qui était sur lui, et la donna à David, ainsi que ses vêtements, jusqu’à son épée, et à son arc, et à sa ceinture.

5 Et David allait* partout où Saül l’envoyait, [et] il prospérait ; et Saül l’établit sur les hommes de guerre, et il était agréable aux yeux de tout le peuple, et même aux yeux des serviteurs de Saül.

— v. 5 : ailleurs : entrait en campagne ; litt. : sortait.

6 Et il arriva que, comme ils revenaient, lors du retour de David après qu’il eut frappé le Philistin, les femmes sortirent de toutes les villes d’Israël à la rencontre du roi Saül, avec joie, en chantant et en dansant, avec des tambourins et des triangles.

7 Et les femmes qui jouaient s’entre-répondaient et disaient : Saül a frappé ses mille, et David ses dix mille.

8 Et Saül fut très-irrité, et cette parole fut mauvaise à ses yeux, et il dit : On en a donné à David dix mille, et à moi, on m’a donné les mille : il n’y a plus pour lui que la royauté.

9 Et depuis ce jour-là et dans la suite, Saül eut l’œil sur David.


10 Et il arriva, dès le lendemain, qu’un mauvais esprit [envoyé] de Dieu saisit Saül ; et il prophétisa dans l’intérieur de la maison, et David jouait* comme les autres jours, et il y avait une lance dans la main de Saül.

11 Et Saül jeta la lance, et dit : Je frapperai David et la paroi*. Et David se détourna de devant lui par deux fois.

— v. 10 : litt. : jouait de sa main. — v. 11 : c’est-à-dire  : Je le clouerai avec ma lance à la paroi.

12 Et Saül eut peur de David ; car l’Éternel était avec lui, et il s’était retiré de Saül.

13 Et Saül l’éloigna de lui, et l’établit chef de millier ; et [David] sortait et entrait devant le peuple.

14 Et David était sage* dans toutes ses voies ; et** l’Éternel était avec lui.

15 Et Saül vit qu’il était très-sage, et il le craignit.

16 Et tout Israël et Juda aimaient David, car il sortait et entrait devant eux.

17 Et Saül dit à David : Voici ma fille aînée, Mérab ; je te la donnerai pour femme ; seulement, sois-moi un homme vaillant, et combats les combats de l’Éternel. Or Saül disait : Que ma main ne soit pas sur lui, mais que la main des Philistins soit sur lui.

18 Et David dit à Saül : Qui suis-je, et quelle est ma vie, quelle est en Israël la famille de mon père, pour que je sois gendre du roi ?

19 Et il arriva qu’au moment où l’on devait donner Mérab, fille de Saül, à David, elle fut donnée pour femme à Adriel, le Meholathite.

— v. 14* : ailleurs aussi : prospérait. — v. 14** : ou : car.

20 Et Mical, fille de Saül, aima David ; et on le rapporta à Saül, et la chose fut bonne* à ses yeux.

21 Et Saül dit : Je la lui donnerai, et elle lui sera en piège, et la main des Philistins sera sur lui. Et Saül dit à David : Par l’une ou l’autre*, tu seras aujourd’hui mon gendre.

22 Et Saül commanda à ses serviteurs : Parlez secrètement à David, en disant : Voici, le roi prend plaisir en toi, et tous ses serviteurs t’aiment ; maintenant donc sois gendre du roi.

23 Et les serviteurs de Saül dirent ces paroles aux oreilles de David. Et David dit : Est-ce peu de chose à vos yeux que de devenir gendre du roi ? et moi, je suis un homme pauvre et peu considérable.

24 Et les serviteurs de Saül lui rapportèrent cela, disant : David a parlé de cette manière.

25 Et Saül dit : Vous direz ainsi à David : Le roi ne désire point de dot, mais cent prépuces de Philistins, pour que le roi soit vengé de ses ennemis. Et Saül pensait faire tomber David par la main des Philistins.

26 Et ses serviteurs rapportèrent ces paroles à David, et la chose fut bonne* aux yeux de David de devenir gendre du roi. Et les jours n’étaient pas accomplis,

27 que David se leva, et s’en alla, lui et ses hommes, et frappa deux cents hommes des Philistins ; et David apporta leurs prépuces, et on en livra au roi le nombre complet, pour qu’il fût gendre du roi. Et Saül lui donna Mical, sa fille, pour femme.

— v. 20, 26 : ici, litt. : droite. — v. 21 : ou : pour la seconde fois.

28 Et Saül vit et connut que l’Éternel était avec David ; et Mical, fille de Saül, l’aimait.

29 Et Saül eut encore plus peur de David, et Saül fut ennemi de David tous ses jours.

30 Or les chefs des Philistins entrèrent en campagne* ; et chaque fois qu’ils entraient en campagne, David prospérait plus que tous les serviteurs de Saül ; et son nom fut en grande estime.

— v. 30 : litt. : sortirent, ici, et ailleurs.

Chapitre 19

1 Et Saül parla à Jonathan, son fils, et à tous ses serviteurs, de faire mourir David (Or Jonathan, fils de Saül, était très-affectionné à David),

2 et Jonathan en informa David, disant : Saül, mon père, cherche à te faire mourir ; et maintenant, je te prie, sois sur tes gardes, au matin, et demeure dans quelque lieu secret, et cache-toi.

3 Et moi, je sortirai, et je me tiendrai à côté de mon père, dans la campagne où tu seras ; et je parlerai de toi à mon père, et je verrai ce qu’il en est, et te le ferai savoir.

4 Et Jonathan parla en bien de David à Saül, son père, et lui dit : Que le roi ne pèche point contre son serviteur, contre David, car il n’a point péché contre toi ; et même ce qu’il a fait est très-avantageux pour toi.

5 Car il a mis sa vie en sa main, et a frappé le Philistin, et l’Éternel a opéré une grande délivrance pour tout Israël ; tu l’as vu et tu t’en es réjoui ; pourquoi donc pécherais-tu contre le sang innocent, en faisant mourir David sans cause ?

6 Et Saül écouta la voix de Jonathan, et Saül jura : L’Éternel est vivant, si on le fait mourir !


7 Et Jonathan appela David, et Jonathan lui rapporta toutes ces choses. Et Jonathan amena David à Saül, et il fut devant lui comme auparavant.


8 Et il y eut de nouveau la guerre ; et David entra en campagne et combattit contre les Philistins et les frappa d’un grand coup et ils s’enfuirent devant lui.

9 Et le mauvais esprit [envoyé] de l’Éternel vint sur Saül : et il était assis dans sa maison, sa lance à la main, et David jouait* [de la harpe].

10 Et Saül chercha à frapper de sa lance David et la paroi* ; et il se détourna de devant Saül, qui, de sa lance, frappa la paroi. Et David s’enfuit, et échappa cette nuit-là.

11 Et Saül envoya des messagers à la maison de David, pour le surveiller et le faire mourir au matin. Et Mical, sa femme, en informa David, disant : Si tu ne sauves pas ta vie cette nuit, demain tu seras mis à mort.

12 Et Mical fit descendre David par la fenêtre ; et il s’en alla et s’enfuit, et échappa.

13 Et Mical prit le théraphim et le mit dans le lit, et mit à son chevet un tissu de poils de chèvre, et le couvrit d’un tapis.

14 Et Saül envoya des messagers pour prendre David, et elle dit : Il est malade.

15 Et Saül envoya les messagers pour voir David, disant : Apportez-le-moi dans le lit, pour le mettre à mort.

16 Et les messagers vinrent, et voici, le théraphim était sur le lit, et un tissu de poils de chèvre à son chevet.

17 Et Saül dit à Mical : Pourquoi m’as-tu ainsi trompé et as-tu laissé aller mon ennemi, de sorte qu’il s’est échappé ? Et Mical dit à Saül : Il m’a dit : Laisse-moi aller, pourquoi te tuerais-je ?

18 Et David s’enfuit, et il échappa ; et il vint vers Samuel à Rama, et lui rapporta tout ce que Saül lui avait fait. Et ils s’en allèrent, lui et Samuel, et ils habitèrent à Naïoth.

— v. 9 : litt. : jouait de sa main. — v. 10 : voir note à 18:11.

19 Et on le rapporta à Saül, disant : Voici, David est à Naïoth, en Rama.

20 Et Saül envoya des messagers pour prendre David ; et ils virent une assemblée de prophètes qui prophétisaient, et Samuel se tenait là, les présidant. Et l’Esprit de Dieu vint sur les messagers de Saül, et eux aussi ils prophétisèrent.

21 Et on le rapporta à Saül, et il envoya d’autres messagers ; et eux aussi ils prophétisèrent. Et Saül envoya encore des messagers, pour la troisième fois, et eux aussi ils prophétisèrent.

22 Et il alla, lui aussi, à Rama, et vint jusqu’au grand puits qui est à Sécu ; et il s’informa, disant : Où sont Samuel et David ? Et on lui dit : Voici, ils sont à Naïoth, en Rama.

23 Et il se rendit là, à Naïoth, en Rama. Et l’Esprit de Dieu vint sur lui aussi, et, continuant son chemin, il prophétisa, jusqu’à ce qu’il fut venu à Naïoth, en Rama.

24 Et lui aussi, il se dépouilla de ses vêtements, et prophétisa, lui aussi, devant Samuel, et tomba nu par terre, tout ce jour-là et toute la nuit. C’est pourquoi on dit : Saül aussi est-il parmi les prophètes ?

Chapitre 20

1 Et David s’enfuit de Naïoth, en Rama, et vint, et dit devant Jonathan : Qu’ai-je fait ? Quelle est mon iniquité, et quel est mon péché devant ton père, qu’il cherche ma vie ?

2 Et [Jonathan] lui dit : Qu’ainsi n’advienne ! tu ne mourras point. Voici, mon père ne fait aucune chose, ni grande, ni petite, qu’il ne me la découvre ; et pourquoi mon père me cacherait-il cette chose-là ? Il n’en est rien.

3 Et David jura encore et dit : Ton père sait très-bien que j’ai trouvé grâce à tes yeux, et il aura dit : Que Jonathan ne sache point cela, de peur qu’il n’en soit attristé. Mais l’Éternel est vivant, et ton âme est vivante, qu’il n’y a qu’un pas entre moi et la mort !

4 Et Jonathan dit à David : Ce que ton âme dit, je le ferai pour toi.

5 Et David dit à Jonathan : Voici, c’est demain la nouvelle lune, et je devrai m’asseoir auprès du roi pour manger ; laisse-moi donc aller, et je me cacherai dans les champs jusqu’au troisième soir.

6 Si ton père s’aperçoit de mon absence, tu diras : David m’a demandé instamment de courir à Bethléhem, sa ville, car il y a là un sacrifice annuel pour toute la famille.

7 S’il dit ainsi : C’est bon ! il y a paix pour ton serviteur. Mais s’il se met dans une grande colère, sache que le mal est décidé de sa part.

8 Use donc de bonté envers ton serviteur, car tu as fait entrer ton serviteur dans une alliance de l’Éternel avec toi ; et s’il y a de l’iniquité en moi, fais-moi mourir toi-même ; et pourquoi me mènerais-tu vers ton père ?

9 Et Jonathan dit : Loin de toi [une telle pensée] ; car si je savais certainement que mon père fût décidé à faire venir le mal sur toi, ne t’en informerais-je pas ?

10 Et David dit à Jonathan : Qui m’en informera ? Et si ton père te fait une réponse dure… ?

11 Et Jonathan dit à David : Viens, et sortons aux champs. Et ils sortirent les deux aux champs.


12 Et Jonathan dit à David : Éternel, Dieu d’Israël ! quand j’aurai sondé mon père demain à cette heure, ou après-demain, s’il y a quelque chose de bon pour David, et qu’alors je n’envoie pas vers toi et ne te le découvre pas,

13 que l’Éternel fasse ainsi à Jonathan, et ainsi y ajoute ! S’il semble bon à mon père de te faire du mal, je te le ferai savoir, et je te laisserai aller, et tu t’en iras en paix. Et que l’Éternel soit avec toi, comme il a été avec mon père.

14 Et n’est-ce pas ? si je suis encore vivant, — n’est-ce pas, tu useras envers moi de la bonté de l’Éternel, et je ne mourrai point ;

15 et tu ne retireras point ta bonté de ma maison, à jamais, non pas même lorsque l’Éternel retranchera chacun des ennemis de David de dessus la face de la terre ?

16 Et Jonathan fit alliance avec la maison de David : Que l’Éternel le redemande de la main des ennemis de David !

17 Et Jonathan fit encore jurer David par l’amour qu’il lui portait ; car il l’aimait comme il aimait son âme.


18 Et Jonathan lui dit : C’est demain la nouvelle lune, et on s’apercevra que tu manques, car ton siège sera vide.

19 Et le troisième jour*, tu descendras en hâte, et tu viendras au lieu où tu t’étais caché le jour de l’affaire, et tu demeureras près de la pierre d’Ézel.

20 Et moi, je tirerai trois flèches du côté de cette pierre*, comme si je tirais vers un but :

21 et voici, j’enverrai le jeune garçon [en disant] : Va, trouve les flèches. Si je dis expressément au jeune garçon : Voici, les flèches sont en deçà de toi, prends-les ; alors viens, car il y a paix pour toi, et il n’y a rien, l’Éternel est vivant !

22 Et si je dis ainsi au jeune homme : Voici, les flèches sont au delà de toi ; va, car l’Éternel te renvoie.

23 Et quant à la parole que nous avons dite, moi et toi, voici, l’Éternel est entre moi et toi, à toujours.

— v. 19 : litt. : Et tu laisseras trois [jours]. — v. 20 : litt. : à son côté.

24 Et David se cacha dans les champs ; et c’était la nouvelle lune, et le roi s’assit au repas pour manger.

25 Et le roi s’assit sur son siège comme les autres fois, sur le siège contre la paroi ; et Jonathan se leva, et Abner s’assit à côté de Saül, et la place de David était vide.

26 Et Saül ne dit rien ce jour-là, car il disait : Il lui est arrivé quelque chose ; il n’est pas pur, certainement il n’est pas pur.

27 Et le lendemain de la nouvelle lune, le second jour, comme la place de David était vide, Saül dit à Jonathan, son fils : Pourquoi le fils d’Isaï n’est-il venu au repas ni hier ni aujourd’hui ?

28 Et Jonathan répondit à Saül : David m’a instamment demandé [d’aller] jusqu’à Bethléhem ;

29 et il m’a dit : Laisse-moi aller, je te prie, car nous avons un sacrifice de famille dans la ville, et mon frère même m’a commandé [de m’y trouver] ; et maintenant, je te prie, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, je me sauverai, et je verrai mes frères. C’est pourquoi il n’est pas venu à la table du roi.

30 Et la colère de Saül s’embrasa contre Jonathan, et il lui dit : Fils de la [femme] perverse et rebelle, ne sais-je pas que tu as choisi le fils d’Isaï à ta honte et à la honte de la nudité de ta mère ?

31 Car tous les jours que le fils d’Isaï sera vivant sur la terre, tu ne seras pas établi, ni toi ni ton règne ; et maintenant, envoie, et amène-le-moi ; car il mourra certainement*.

32 Et Jonathan répondit à Saül, son père, et lui dit : Pourquoi serait-il mis à mort ? Qu’a-t-il fait ?

33 Et Saül jeta sa lance contre lui pour le frapper. Et Jonathan connut que c’était chose décidée de la part de son père, de faire mourir David.

34 Et Jonathan se leva de table dans une ardente colère, et ne mangea pas le pain le second jour de la nouvelle lune ; car il était affligé à cause de David, parce que son père l’avait outragé.

— v. 31 : litt. : il est un fils de la mort.

35 Et il arriva, le matin, que Jonathan sortit aux champs, au lieu* convenu avec David, et un petit garçon avec lui.

36 Et il dit à son garçon : Cours, trouve, je te prie, les flèches que je tire. Le garçon courut, et [Jonathan] tira la flèche au delà de lui.

37 Et le garçon vint au lieu où était la flèche que Jonathan avait tirée, et Jonathan cria après le garçon, et dit : La flèche n’est-elle pas au delà de toi ?

38 Et Jonathan criait après le garçon : Vite ! hâte-toi, ne t’arrête pas ! Et le garçon de Jonathan ramassa les flèches et revint auprès de son maître.

39 Or le garçon ne savait rien, Jonathan et David seuls savaient l’affaire.

40 Et Jonathan donna ses armes au garçon qu’il avait, et lui dit : Va, porte-les à la ville.

41 [Et] le garçon s’en alla ; et David se leva du côté du midi, et tomba, sa face contre terre, et se prosterna par trois fois ; et ils se baisèrent l’un l’autre et pleurèrent l’un avec l’autre, jusqu’à ce que les pleurs de David devinrent excessifs.

42 Et Jonathan dit à David : Va en paix, selon que nous avons juré, nous deux, au nom de l’Éternel, disant : L’Éternel sera entre moi et toi, et entre ma semence et ta semence, à toujours !

43 Et [David] se leva et s’en alla ; et Jonathan entra dans la ville.

— v. 35 : ou : au temps.

*

Chapitre 21

1 Et David vint à Nob, auprès d’Akhimélec, le sacrificateur ; et Akhimélec trembla en rencontrant David, et lui dit : Pourquoi es-tu seul et n’y a-t-il personne avec toi ?

2 Et David dit à Akhimélec, le sacrificateur : Le roi m’a commandé quelque chose, et m’a dit : Que personne ne sache rien de l’affaire pour laquelle je t’envoie, ni de ce que je t’ai commandé. Et j’ai indiqué à mes jeunes hommes un certain lieu.

3 Et maintenant, qu’as-tu sous la main ? Donne-moi dans la main cinq pains, ou ce qui se trouvera.

4 Et le sacrificateur répondit à David, et dit : Je n’ai point sous la main de pain commun, il n’y a que du pain sacré ; si seulement les jeunes hommes se sont gardés des femmes !

5 Et David répondit au sacrificateur, et lui dit : Oui, nous avons été privés des femmes depuis deux ou trois jours que je suis sorti, et les vases de mes jeunes hommes sont saints ; et le [pain] est en quelque sorte commun, vu qu’on en consacre [de nouveau] dans les vases aujourd’hui.

6 Et le sacrificateur lui donna du [pain] sacré*, car il n’y avait point là d’autre pain que le pain de proposition qui avait été ôté de devant l’Éternel pour remettre du pain chaud le jour où on levait l’autre.

— v. 6 : ou : saint.

7 Et il y avait là un homme d’entre les serviteurs de Saül, retenu ce jour-là devant l’Éternel, et son nom était Doëg, l’Édomite, il était le chef* des bergers de Saül.

8 Et David dit à Akhimélec : N’as-tu pas ici sous la main une lance ou une épée ? car je n’ai pris dans ma main ni mon épée ni mes armes, parce que l’affaire du roi était pressante.

9 Et le sacrificateur dit : L’épée de Goliath, le Philistin, que tu as frappé dans la vallée d’Éla, la voilà, enveloppée dans un manteau derrière l’éphod : si tu veux la prendre, prends-la ; car il n’y en a point d’autre ici que celle-là. Et David dit : Il n’y en a point de pareille ; donne-la-moi.

10 Et David se leva et s’enfuit ce jour-là de devant Saül, et vint vers Akish, roi de Gath.

— v. 7 : ou : principal ; litt. : fort.

11 Et les serviteurs d’Akish lui dirent : N’est-ce pas là David, le roi du pays ? N’est-ce pas au sujet de celui-ci qu’on s’entre-répondait dans les danses, en disant : Saül a frappé ses mille, et David ses dix mille ?

12 Et David prit à cœur ces paroles, et il eut très-peur d’Akish, roi de Gath.

13 Et il se contrefit devant eux, et fit l’insensé entre leurs mains ; il marquait les battants de la porte, et laissait couler sa salive sur sa barbe.

14 Et Akish dit à ses serviteurs : Voici, vous voyez que cet homme est fou. Pourquoi me l’avez-vous amené ?

15 Manqué-je de fous, moi, que vous m’ayez amené celui-ci pour faire le fou devant moi ? Celui-ci entrerait-il dans ma maison ?


*

Chapitre 22

1 Et David partit de là, et se sauva dans la caverne d’Adullam ; et ses frères et toute la maison de son père l’apprirent et descendirent là vers lui.

2 Et tout homme qui était dans la détresse, et tout homme qui était dans les dettes, et tout homme qui avait de l’amertume dans l’âme, s’assembla vers lui, et il fut leur chef ; et il y eut avec lui environ quatre cents hommes.

3 Et David s’en alla de là à Mitspé de Moab, et il dit au roi de Moab : Je te prie, que mon père et ma mère se retirent* chez vous jusqu’à ce que je sache ce que Dieu fera de moi.

4 Et il les amena devant le roi de Moab, et ils demeurèrent avec lui tous les jours que David fut dans le lieu fort*.

— v. 3 : litt. : sortent. — v. 4 : c’est-à-dire  : la caverne.

5 Et Gad, le prophète, dit à David : Ne demeure pas dans ce lieu fort ; va, et entre dans le pays de Juda. Et David s’en alla et entra dans la forêt de Héreth.

6 Et Saül entendit que David et les hommes qui étaient avec lui s’étaient montrés. Et Saül était assis à Guibha sous un tamarisc*, sur la hauteur, sa lance à la main, et tous ses serviteurs se tenaient auprès de lui.

7 Et Saül dit à ses serviteurs qui se tenaient auprès de lui : Écoutez, Benjaminites : Le fils d’Isaï vous donnera-t-il, à vous tous aussi, des champs et des vignes ? Vous établira-t-il tous chefs de milliers et chefs de centaines,

8 que vous ayez tous conspiré contre moi, et que personne ne m’avertisse quand mon fils fait alliance avec le fils d’Isaï, et que personne d’entre vous ne soit peiné pour moi et ne m’avertisse que mon fils a soulevé contre moi mon serviteur pour me dresser des embûches, comme [il le fait] aujourd’hui ?

9 Et Doëg, l’Édomite, qui était établi sur les serviteurs de Saül, répondit et dit : J’ai vu le fils d’Isaï venir à Nob vers Akhimélec, fils d’Akhitub ;

10 et il a interrogé l’Éternel pour lui, et il lui a donné des provisions, et il lui a donné l’épée de Goliath, le Philistin.

— v. 6 : ou : bosquet.

11 Et le roi envoya appeler Akhimélec, le sacrificateur, fils d’Akhitub, et toute la maison de son père, les sacrificateurs qui étaient à Nob ; et ils vinrent tous vers le roi.

12 Et Saül dit : Écoute, je te prie, fils d’Akhitub. Et il dit : Me voici, mon seigneur.

13 Et Saül lui dit : Pourquoi avez-vous conspiré contre moi, toi et le fils d’Isaï, que tu lui aies donné du pain et une épée, et que tu aies interrogé Dieu pour lui, afin qu’il s’élevât contre moi pour me dresser des embûches, comme [il le fait] aujourd’hui ?

14 Et Akhimélec répondit au roi, et dit : Et qui, parmi tous tes serviteurs, est comme David, fidèle, et gendre du roi, et ayant accès à tes audiences privées, et honoré dans ta maison ?

15 Ai-je commencé aujourd’hui à interroger Dieu pour lui ? Loin de moi ! Que le roi ne mette aucune chose à la charge de son serviteur [ni de personne] de toute la maison de mon père, car de tout ceci ton serviteur ne sait aucune chose, ni petite, ni grande.

16 Et le roi [lui] dit : Certainement tu mourras Akhimélec, toi et toute la maison de ton père.

17 Et le roi dit aux coureurs qui se tenaient près de lui : Tournez-vous, et mettez à mort les sacrificateurs de l’Éternel, parce que leur main aussi est avec David, et parce qu’ils ont bien su qu’il s’enfuyait, et qu’ils ne m’en ont point averti. Et les serviteurs du roi ne voulurent pas étendre leurs mains pour se jeter sur les sacrificateurs de l’Éternel.

18 Et le roi dit à Doëg : Tourne-toi, et jette-toi sur les sacrificateurs. Et Doëg, l’Édomite, se tourna, et se jeta sur les sacrificateurs ; et il mit à mort, ce jour-là, quatre-vingt-cinq hommes portant l’éphod de lin.

19 Et [Saül] frappa Nob, ville des sacrificateurs, par le tranchant de l’épée, homme et femme, enfant et celui qui tète, bœuf et âne, et mouton, par le tranchant de l’épée.


20 Et un des fils d’Akhimélec, fils d’Akhitub, dont le nom était Abiathar, se sauva, et s’enfuit après David.

21 Et Abiathar rapporta à David que Saül avait tué les sacrificateurs de l’Éternel.

22 Et David dit à Abiathar : Je le savais, ce jour-là, lorsque Doëg, l’Édomite, était là, qu’il ne manquerait pas de le rapporter à Saül ; moi je suis cause [de la mort] de tous ceux de la maison de ton père.

23 Demeure avec moi, ne crains point ; car celui qui cherche ma vie, cherche ta vie, et près de moi tu seras bien gardé.

*

Chapitre 23

1 Et on rapporta à David, en disant : Voici, les Philistins font la guerre à Kehila et pillent les aires.

2 Et David interrogea l’Éternel, disant : Irai-je, et frapperai-je ces Philistins ? Et l’Éternel dit à David : Va, et tu frapperas les Philistins, et tu sauveras Kehila.

3 Et les hommes de David lui dirent : Voici, [même] ici en Juda, nous avons peur, et comment irions-nous à Kehila, contre les troupes rangées des Philistins ?

4 Et David interrogea encore l’Éternel, et l’Éternel lui répondit et dit : Lève-toi, descends à Kehila ; car je livrerai les Philistins en ta main.

5 Et David alla avec ses hommes à Kehila, et combattit contre les Philistins et emmena leurs troupeaux, et leur infligea une grande défaite. Et David sauva les habitants de Kehila.


6 Et il était arrivé que, lorsque Abiathar, fils d’Akhimélec, s’était enfui auprès de David à Kehila, il était descendu avec un éphod en sa main.

7 Et on rapporta à Saül que David était entré à Kehila. Et Saül dit : Dieu l’a rejeté [et livré] en ma main ; car il s’est enfermé en entrant dans une ville qui a des portes et des barres.

8 Et Saül convoqua tout le peuple pour la guerre, pour descendre à Kehila, afin d’assiéger David et ses hommes.

9 Et David sut que Saül méditait du mal contre lui, et il dit à Abiathar, le sacrificateur : Apporte l’éphod.

10 Et David dit : Éternel, Dieu d’Israël ! ton serviteur a appris comme une chose certaine que Saül cherche à entrer dans Kehila, pour détruire la ville à cause de moi :

11 les hommes* de Kehila me livreront-ils en sa main ? Saül descendra-t-il, comme ton serviteur l’a entendu dire ? Éternel, Dieu d’Israël ! déclare-le, je te prie, à ton serviteur. Et l’Éternel dit : Il descendra.

12 Et David dit : Les hommes* de Kehila me livreront-ils, moi et mes hommes, en la main de Saül ? Et l’Éternel dit : Ils [te] livreront.

13 Et David se leva, et ses hommes, environ six cents hommes, et ils sortirent de Kehila et s’en allèrent où ils purent. Et on rapporta à Saül que David s’était échappé de Kehila, et il s’abstint d’entrer en campagne.

— v. 11, 12 : litt. : maîtres, possesseurs.

14 Et David habita au désert, dans des lieux forts, et il habita dans la montagne, au désert de Ziph. Et Saül le cherchait tous les jours ; mais Dieu ne le livra pas en sa main.

15 Et David vit que Saül était sorti pour chercher sa vie ; et David [se tenait] au désert de Ziph, dans un bois*.

16 Et Jonathan fils de Saül, se leva et alla vers David dans le bois*, et fortifia sa main en Dieu ;

17 et il lui dit : Ne crains pas, car la main de Saül, mon père, ne te trouvera pas ; et tu régneras sur Israël, et moi, je serai le second après toi ; et Saül, mon père, le sait aussi.

18 Et ils firent, les deux, alliance devant l’Éternel ; et David demeura dans le bois*, et Jonathan s’en alla à sa maison.

— v. 15, 16, 18 : ou : en Horsha.

19 Et les Ziphiens montèrent vers Saül, à Guibha, disant : David ne se tient-il pas caché auprès de nous, dans les lieux forts, dans le bois*, sur la colline de Hakila, qui est au midi de Jeshimon** ?

20 Et maintenant, ô roi, puisque tout le désir de ton âme est de descendre, descends ; et ce sera à nous de le livrer en la main du roi.

21 Et Saül dit : Bénis soyez-vous de par l’Éternel, de ce que vous avez eu pitié de moi !

22 Allez, je vous prie, assurez-vous encore davantage, et sachez et voyez le lieu où est son pied, [et] qui l’y a vu, car on m’a dit qu’il est très-rusé.

23 Et voyez et sachez toutes les cachettes ou il se cache, et revenez vers moi avec quelque chose de certain, et j’irai avec vous ; et il arrivera que, s’il est dans le pays, je le chercherai soigneusement parmi tous les milliers de Juda.

— v. 19* : ou : en Horsha. — v. 19** : ou : à droite du désert.

24 Et ils se levèrent et s’en allèrent à Ziph, devant Saül ; mais David et ses hommes étaient au désert de Maon, dans la plaine*, au midi de Jeshimon**.

25 Et Saül et ses hommes allèrent pour le chercher ; et on le rapporta à David, et il descendit le rocher, et habita au désert de Maon. Et Saül l’apprit, et il poursuivit David au désert de Maon.

26 Et Saül allait de ce côté-ci de la montagne, et David et ses hommes de l’autre côté de la montagne ; et David fuyait en hâte pour échapper à Saül, et Saül et ses hommes cherchaient à environner David et ses hommes, pour les prendre.

27 Et un messager vint à Saül, disant : hâte-toi, et viens, car les Philistins se sont jetés sur le pays.

28 Et Saül cessa de poursuivre David, et il marcha à la rencontre des Philistins. C’est pourquoi on a appelé ce lieu-là Séla-Hammakhlekoth*.

— v. 24* : l’Araba. — v. 24** : ou : à droite du désert. — v. 28 : rocher de la séparation.

*

Chapitre 24

1 Et David monta de là, et habita dans les lieux forts d’En-Guédi.

2 Et il arriva que, quand Saül fut revenu de la poursuite des Philistins, on lui rapporta, en disant : Voici, David est au désert d’En-Guédi.

3 Et Saül prit trois mille hommes d’élite de tout Israël, et il s’en alla pour chercher David et ses hommes sur les rochers des bouquetins.

4 Et il vint aux parcs du menu bétail, sur le chemin ; et là il y avait une caverne, et Saül y entra pour se couvrir les pieds ; et David et ses hommes étaient assis au fond de la caverne.

5 Et les hommes de David lui dirent : Voici le jour dont l’Éternel t’a dit : Voici, je livre ton ennemi en ta main, et tu lui feras comme il sera bon à tes yeux. Et David se leva et coupa secrètement le pan de la robe de Saül.

6 Et il arriva, après cela, que le cœur de David le reprit de ce qu’il avait coupé le pan [de la robe] de Saül.

7 Et il dit à ses hommes : Loin de moi, de par l’Éternel, que je fasse une telle chose à mon seigneur, à l’oint de l’Éternel que d’étendre ma main sur lui ; car il est l’oint de l’Éternel.

8 Et David retint* ses hommes par ses paroles, et ne leur permit pas de s’élever contre Saül. Et Saül se leva de la caverne, et alla son chemin.

— v. 8 : ou : reprit.

9 Et après cela, David se leva, et sortit de la caverne, et cria après Saül, disant : Ô roi, mon seigneur ! Et Saül regarda derrière lui, et David s’inclina le visage contre terre et se prosterna.

10 Et David dit à Saül : Pourquoi écouterais-tu les paroles des hommes qui disent : Voici, David cherche à te faire du mal ?

11 Voici, tes yeux ont vu en ce jour que l’Éternel t’a livré aujourd’hui en ma main, dans la caverne. Et on m’a dit de te tuer ; et [mon œil] t’a épargné, et j’ai dit : je n’étendrai point ma main sur mon seigneur, car il est l’oint de l’Éternel.

12 Et regarde, mon père, regarde le pan de ta robe dans ma main ; car en ce que j’ai coupé le pan de ta robe et ne t’ai point tué sache et vois qu’il n’y a pas de mal en ma main, ni de transgression, et que je n’ai pas péché contre toi ; et toi, tu fais la chasse à mon âme pour la prendre.

13 L’Éternel jugera entre moi et toi, et l’Éternel me vengera de toi ; mais ma main ne sera pas sur toi.

14 Comme dit le proverbe des anciens : Des méchants vient la méchanceté ; mais ma main ne sera pas sur toi.

15 Après qui est sorti le roi d’Israël ? Qui poursuis-tu ? Un chien mort, une puce !

16 Et l’Éternel sera juge, et il jugera entre moi et toi ; et il verra et plaidera ma cause, et me fera droit [en me délivrant] de ta main.


17 Et lorsque David eut achevé de dire ces paroles à Saül, Saül dit : Est-ce là ta voix, mon fils David ? Et Saül éleva sa voix et pleura.

18 Et il dit à David : Tu es plus juste que moi, car toi tu m’as rendu le bien, et moi je t’ai rendu le mal ;

19 et tu as fait connaître aujourd’hui que tu agissais en bien envers moi, en ce que l’Éternel m’avait livré en ta main, et que tu ne m’as pas tué.

20 Et si un homme a trouvé son ennemi, le laissera-t-il aller sain et sauf ? Que l’Éternel te fasse* du bien, en récompense de ce que tu as fait aujourd’hui à mon égard !

21 Et maintenant, voici, je sais que certainement tu régneras, et que le royaume d’Israël sera établi en ta main.

22 Et maintenant, jure-moi par l’Éternel que tu ne retrancheras point ma semence après moi, et que tu n’ôteras* point mon nom de la maison de mon père.

23 Et David le jura à Saül ; et Saül s’en alla dans sa maison ; et David et ses hommes montèrent au lieu fort.

— v. 20 : ou : L’Éternel te fera. — v. 22 : litt. : ne détruiras.

*

Chapitre 25

1 Et Samuel mourut ; et tout Israël s’assembla, et se lamenta sur lui ; et on l’enterra dans sa maison, à Rama.


2 Et David se leva, et descendit au désert de Paran. Et il y avait à Maon un homme qui avait ses affaires à Carmel* ; et cet homme était très-riche ; il avait trois mille moutons et mille chèvres. Et il était à Carmel pendant qu’on tondait ses moutons.

3 Et le nom de l’homme était Nabal, et le nom de sa femme, Abigaïl ; et la femme avait du bon sens et était belle de visage ; et l’homme était dur et méchant dans ses actes ; et il était de la race de Caleb.

4 Et David apprit dans le désert que Nabal tondait ses moutons.

5 Et David envoya dix jeunes hommes ; et David dit aux jeunes hommes : Montez à Carmel, et entrez chez Nabal, et saluez-le en mon nom ;

6 et vous [lui] direz ainsi : Vis longtemps ! et paix te soit, et paix à ta maison, et paix à tout ce qui t’appartient !

7 Et maintenant j’ai entendu dire que tu as les tondeurs ; or tes bergers ont été avec nous, et nous ne les avons pas molestés, et rien n’a manqué du leur, tous les jours qu’ils ont été à Carmel.

8 Demande-le à tes jeunes gens et ils t’en informeront. Que les jeunes hommes trouvent donc grâce à tes yeux, car nous sommes venus dans un bon jour. Donne, je te prie, à tes serviteurs et à ton fils David ce que ta main trouvera.

9 Et les jeunes hommes de David vinrent et parlèrent à Nabal selon toutes ces paroles, au nom de David ; et ils se tinrent tranquilles.

10 Et Nabal répondit aux serviteurs de David, et dit : Qui est David ? Et qui est le fils d’Isaï ? Aujourd’hui ils sont nombreux les serviteurs qui se sauvent chacun de son maître.

11 Et je prendrais mon pain et mon eau, et ma viande que j’ai tuée pour mes tondeurs, et je les donnerais à des hommes dont je ne sais d’où ils sont ?

— v. 2 : Carmel en Juda ; voir Josué 15:55.

12 Et les jeunes hommes de David rebroussèrent chemin et s’en retournèrent ; et ils vinrent et lui racontèrent selon toutes ces paroles.

13 Et David dit à ses hommes : Ceignez chacun votre épée. Et ils ceignirent chacun leur épée, et David aussi ceignit son épée. Et environ quatre cents hommes montèrent après David, et deux cents restèrent près du bagage.

14 Et un jeune homme des gens [de Nabal] informa Abigaïl, femme de Nabal, disant : Voici, David a envoyé du désert des messagers pour bénir notre maître, et il s’est emporté contre eux.

15 Et les hommes ont été très-bons pour nous, et nous n’avons pas été molestés, et il n’a rien manqué de ce qui était à nous, tout le temps que nous avons marché avec eux pendant que nous étions aux champs.

16 Ils ont été une muraille pour nous, de nuit et de jour, tout le temps que nous avons été avec eux, faisant paître le menu bétail.

17 Et maintenant, sache et vois ce que tu as à faire ; car le mal est décidé contre notre maître et contre toute sa maison ; et il est trop fils de Bélial pour qu’on parle avec lui.


18 Et Abigaïl se hâta, et prit deux cents pains, et deux outres de vin, et cinq moutons tout apprêtés, et cinq mesures* de grain rôti, et cent gâteaux de raisins secs, et deux cents gâteaux de figues sèches, et les mit sur des ânes ;

19 et elle dit à ses jeunes hommes : Passez devant moi ; voici, je viens après vous. Et elle ne dit rien à Nabal, son mari.

20 Et comme elle descendait, montée sur son âne, à couvert de la montagne, voici, David et ses hommes descendaient au-devant d’elle ; et elle les rencontra.

21 Et David avait dit : Certainement c’est en vain que j’ai gardé tout ce que cet [homme] avait au désert, et que rien n’a manqué de tout ce qui était à lui : il m’a rendu le mal pour le bien.

22 Que Dieu fasse ainsi aux ennemis de David, et ainsi y ajoute, si, de tout ce qui est à lui, je laisse jusqu’à la lumière du matin un seul homme de reste.

— v. 18 : hébreu : séas.

23 Et Abigaïl vit David, et elle se hâta et descendit de dessus son âne ; et elle tomba sur sa face devant David et se prosterna contre terre.

24 Et elle tomba à ses pieds, et dit : À moi l’iniquité, mon seigneur ! Mais je te prie, que ta servante parle à tes oreilles ; et écoute les paroles de ta servante.

25 Que mon seigneur, je te prie, ne fasse pas attention à cet homme de Bélial, à Nabal ; car il est tel que son nom : son nom est Nabal*, et la folie** est avec lui. Et moi, ta servante, je n’ai pas vu les jeunes hommes de mon seigneur que tu as envoyés.

26 Et maintenant, mon seigneur, l’Éternel est vivant et ton âme est vivante, que l’Éternel t’a empêché d’en venir au sang et de te faire justice* par ta main. Et maintenant, que tes ennemis et ceux qui cherchent à faire du tort à mon seigneur soient comme Nabal !

27 Et maintenant, [voici] ce présent que ton esclave a apporté à mon seigneur pour qu’on le donne aux jeunes hommes qui marchent à la suite de mon seigneur.

28 Pardonne, je te prie, la transgression de ta servante, car l’Éternel fera certainement une maison stable à mon seigneur ; car mon seigneur combat les combats de l’Éternel, et la méchanceté n’a jamais été trouvée en toi.

29 Et un homme s’est levé pour te poursuivre et pour chercher ta vie, mais la vie de mon seigneur est liée dans le faisceau des vivants par devers l’Éternel, ton Dieu ; et l’âme de tes ennemis, il la lancera du creux de la fronde.

30 Et il arrivera que, lorsque l’Éternel aura fait à mon seigneur selon tout le bien dont il a parlé à ton sujet, et qu’il t’aura établi* prince sur Israël,

31 ceci ne sera point pour toi une occasion de chute, ni un achoppement pour le cœur de mon seigneur, d’avoir sans cause versé le sang, et que mon seigneur se soit fait justice* à lui-même. Et quand l’Éternel aura fait du bien à mon seigneur, souviens-toi de ta servante.

— v. 25* : fou, impie. — v. 25** : ou : l’impiété. — v. 26, 31 : litt. : sauver, délivrer. — v. 30 : litt. : commandé.

32 Et David dit à Abigaïl : Béni soit l’Éternel, le Dieu d’Israël, qui en ce jour, t’a envoyée à ma rencontre !

33 Et bénie soit ta sagesse, et bénie sois-tu, toi qui en ce jour m’as empêché d’en venir au sang et de me faire justice* par ma main !

34 Mais l’Éternel, le Dieu d’Israël, qui m’a empêché de te faire du tort, est vivant, que si tu ne te fusses hâtée et ne fusses venue à ma rencontre, il ne fût pas resté à Nabal un seul homme jusqu’à la lumière du matin.

35 Et David prit de sa main ce qu’elle lui avait apporté, et il lui dit : Monte en paix dans ta maison ; regarde, j’ai écouté ta voix, et je t’ai accueillie avec faveur.

— v. 33 : litt. : sauver, délivrer.

36 Et Abigaïl vint vers Nabal ; et voici, il faisait dans sa maison un festin comme un festin de roi ; et le cœur de Nabal était gai, et il était ivre à l’excès ; aussi elle ne lui raconta aucune chose, ni petite, ni grande, jusqu’à la lumière du matin.

37 Et il arriva le matin, quand le vin de Nabal eut passé, que sa femme lui rapporta ces choses ; et son cœur mourut au dedans de lui, et il devint comme une pierre.

38 Et il arriva, environ dix jours après, que l’Éternel frappa Nabal, et il mourut.


39 Et David apprit que Nabal était mort, et il dit : Béni soit l’Éternel qui a pris en main ma cause touchant l’outrage que m’avait fait Nabal, et qui a retenu son serviteur de faire le mal ! Et l’Éternel a fait retomber le mal de Nabal sur sa tête. Et David envoya parler à Abigaïl, afin de la prendre pour femme.

40 Et les serviteurs de David vinrent vers Abigaïl, à Carmel, et lui parlèrent, disant : David nous a envoyés vers toi afin de te prendre pour sa femme.

41 Et elle se leva et se prosterna le visage contre terre, et dit : Voici, ta servante sera une esclave pour laver les pieds des serviteurs de mon seigneur.

42 Et Abigaïl se leva en hâte, et monta sur un âne, et ses cinq jeunes filles qui la suivaient ; et elle s’en alla après les messagers de David, et fut sa femme.

43 David avait pris aussi Akhinoam de Jizreël, et elles furent toutes les deux ses femmes.

44 Et Saül avait donné Mical, sa fille, femme de David, à Palti, fils de Laïsh, qui était de Gallim.

Chapitre 26

1 Et les Ziphiens vinrent vers Saül, à Guibha, disant : David ne se tient-il pas caché à la colline de Hakila qui est en face de Jeshimon* ?

2 Et Saül se leva et descendit au désert de Ziph, et avec lui trois mille hommes d’élite d’Israël, pour chercher David dans le désert de Ziph.

3 Et Saül campa sur la colline de Hakila, qui est en face de Jeshimon*, sur le chemin. Or David habitait dans le désert ; et il vit que Saül était venu après lui au désert.

4 Et David envoya des espions, et il sut très-certainement que Saül était venu.

5 Et David se leva, et vint au lieu où Saül était campé ; et David vit le lieu où étaient couchés Saül et Abner, fils de Ner, chef de son armée : et Saül était couché dans l’enceinte des chars, et le peuple était campé tout autour de lui.

— v. 1, 3 : ou : du désert.

6 Et David prit la parole, et dit à Akhimélec, le Héthien, et à Abishaï, fils de Tseruïa, frère de Joab, disant : Qui descendra avec moi vers Saül, au camp ? Et Abishaï dit : Moi, je descendrai avec toi.

7 Et David et Abishaï vinrent de nuit vers le peuple ; et voici, Saül dormait, couché dans l’enceinte des chars, sa lance fichée en terre à son chevet ; et Abner et le peuple étaient couchés autour de lui.

8 Et Abishaï dit à David : Dieu a livré aujourd’hui ton ennemi en ta main ; et maintenant, je te prie, que je le frappe de la lance jusqu’en terre, une seule fois, et je ne le referai pas.

9 Et David dit à Abishaï : Ne le détruis pas ! car qui étendra sa main sur l’oint de l’Éternel et sera innocent ?

10 Et David dit : L’Éternel est vivant, si ce n’est l’Éternel qui le frappera, soit que son jour vienne et qu’il meure, soit qu’il descende à la bataille et soit emporté !

11 Loin de moi, de par l’Éternel, que j’étende ma main sur l’oint de l’Éternel ! Mais prends maintenant, je te prie, la lance qui est à son chevet et la cruche à eau, et allons-nous-en.

12 Et David prit, du chevet de Saül, la lance et la cruche à eau, et ils s’en allèrent ; et personne ne [les] vit, et personne ne [le] sut, et personne ne s’éveilla ; car ils dormaient tous, car un profond sommeil [envoyé] par l’Éternel était tombé sur eux.


13 Et David passa de l’autre côté, et se tint sur le sommet de la montagne, de loin ; il y avait un grand espace entre eux.

14 Et David cria au peuple et à Abner, fils de Ner, disant : Ne répondras-tu pas, Abner ? Et Abner répondit et dit : Qui es-tu, toi qui cries au roi ?

15 Et David dit à Abner : N’es-tu pas un homme ? et qui est comme toi en Israël ? Et pourquoi n’as-tu pas gardé le roi, ton seigneur ? car quelqu’un du peuple est venu pour tuer* le roi, ton seigneur.

16 Ce que tu as fait là n’est pas bien. L’Éternel est vivant, que vous êtes dignes de mort, vous qui n’avez pas gardé votre seigneur, l’oint de l’Éternel ! Et maintenant, regarde où est la lance du roi, et la cruche à eau qui était à son chevet.

— v. 15 : litt. : détruire, comme verset 9.

17 Et Saül reconnut la voix de David et dit : Est-ce là ta voix, mon fils David ? Et David dit : C’est ma voix, ô roi, mon seigneur !

18 Et il dit : Pourquoi mon seigneur poursuit-il son serviteur ? car qu’ai-je fait, et quel mal y a-t-il dans ma main ?

19 Et maintenant, que le roi, mon seigneur, écoute, je te prie, les paroles de son serviteur. Si c’est l’Éternel qui t’a incité contre moi, qu’il accepte une offrande* ! mais si ce sont les fils des hommes, qu’ils soient maudits devant l’Éternel, parce qu’ils m’ont chassé aujourd’hui pour que je ne sois pas associé à l’héritage de l’Éternel, disant : Va, sers d’autres dieux !

20 Et maintenant, que mon sang ne tombe point en terre loin de la face de l’Éternel, car le roi d’Israël est sorti pour chercher une puce, comme on poursuivrait une perdrix dans les montagnes.

— v. 19 : comme 3:14.

21 Et Saül dit : J’ai péché ; reviens, mon fils David ; car je ne te ferai plus de mal, puisque aujourd’hui mon âme a été précieuse à tes yeux. Voici, j’ai agi follement et j’ai commis une très-grande erreur.


22 Et David répondit et dit : Voici la lance du roi ; qu’un des jeunes hommes passe ici, et la prenne.

23 Et l’Éternel rendra à chacun sa justice et sa fidélité, puisque l’Éternel t’avait livré aujourd’hui en [ma] main, et que je n’ai pas voulu étendre ma main sur l’oint de l’Éternel.

24 Et voici, comme ton âme a été aujourd’hui précieuse* à mes yeux, que de même aussi mon âme soit précieuse* aux yeux de l’Éternel, et qu’il me délivre de toute détresse !

25 Et Saül dit à David : Béni sois-tu, mon fils David ! certainement tu feras de grandes choses et tu en viendras à bout. Et David alla son chemin, et Saül retourna en son lieu.

— v. 24 : litt. : très-grande.

*

Chapitre 27

1 Et David dit en son cœur : Maintenant, je périrai un jour par la main de Saül ; il n’y a rien de bon pour moi que de me sauver en hâte dans le pays des Philistins, et Saül renoncera à me chercher encore dans tous les confins d’Israël, et j’échapperai à sa main.

2 Et David se leva et passa, lui et six cents hommes qui étaient avec lui, vers Akish, fils de Maoc, roi de Gath.

3 Et David habita chez Akish, à Gath, lui et ses hommes, chacun avec sa famille*, David et ses deux femmes, Akhinoam, la Jizreélite, et Abigaïl, femme de Nabal, la Carmélite.

4 Et on rapporta à Saül que David s’était enfui à Gath ; et il ne le chercha plus. *

— v. 3 : litt. : maison. — v. 4 : date : A.C. 1057.

5 Et David dit à Akish : Je te prie, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, qu’on me donne un lieu dans l’une des villes de la campagne, et je demeurerai là ; car pourquoi ton serviteur habiterait-il dans la ville royale avec toi ?

6 Et, en ce jour-là, Akish lui donna Tsiklag ; c’est pourquoi Tsiklag appartient aux rois de Juda jusqu’à ce jour.

7 Et le nombre des jours que David habita dans la campagne des Philistins fut d’un an et quatre mois.


8 Et David et ses hommes montèrent et firent des incursions chez les Gueshuriens, et les Guirziens, et les Amalékites ; car ces [nations], dès les temps anciens, habitaient le pays, quand tu viens vers Shur et jusqu’au pays d’Égypte.

9 Et David frappa le pays ; et il ne laissait vivre ni homme ni femme, et il prenait le menu et le gros bétail et les ânes, et les chameaux, et les vêtements ; et il s’en retournait et venait vers Akish.

10 Et Akish disait : N’avez-vous pas fait d’incursion aujourd’hui ? Et David disait : Vers le midi de Juda, et vers le midi des Jerakhmeélites, et vers le midi des Kéniens.

11 Et David ne laissait vivre ni homme ni femme pour les ramener à Gath, de peur, disait-il, qu’ils ne rapportent quelque chose contre nous, disant : Ainsi a fait David. Et telle fut sa coutume pendant tous les jours qu’il habita la campagne des Philistins.

12 Et Akish crut David, et disait : Il s’est mis en mauvaise odeur auprès de son peuple, auprès d’Israël, et il sera mon serviteur à toujours.

Chapitre 28

1 Et il arriva, en ces jours-là, que les Philistins rassemblèrent leurs armées* pour la guerre, pour combattre contre Israël ; et Akish dit à David : Sache bien que tu sortiras avec moi [pour aller] au camp, toi et tes hommes.

2 Et David dit à Akish : Aussi tu sauras ce que ton serviteur fera. Et Akish dit à David : Aussi je t’établirai, pour toujours, gardien de ma personne*.

— v. 1 : armées, ou camps ; ainsi, verset 19 et 29:1, 6. — v. 2 : litt. : tête.

3 Or Samuel était mort, et tout Israël s’était lamenté sur lui, et on l’avait enterré à Rama, dans sa ville. Et Saül avait ôté du pays les évocateurs d’esprits et les diseurs de bonne aventure.


4 Et les Philistins s’assemblèrent, et ils vinrent, et campèrent à Sunem ; et Saül rassembla tout Israël, et ils campèrent à Guilboa.

5 Et Saül vit le camp des Philistins, et il eut peur, et son cœur trembla très-fort.

6 Et Saül interrogea l’Éternel, et l’Éternel ne lui répondit pas, ni par les songes, ni par l’urim*, ni par les prophètes.

— v. 6 : voir Exode 28:30.

7 Et Saül dit à ses serviteurs : Cherchez-moi une femme qui évoque les esprits, et j’irai vers elle, et je la consulterai. Et ses serviteurs lui dirent : Voici, il y a à En-Dor une femme qui évoque les esprits.

8 Et Saül se déguisa et revêtit d’autres vêtements, et il s’en alla, lui et deux hommes avec lui, et ils vinrent de nuit chez la femme. Et il dit : Devine pour moi, je te prie, par un esprit, et fais-moi monter celui que je te dirai.

9 Et la femme lui dit : Voici, tu sais ce que Saül a fait, qu’il a retranché du pays les évocateurs d’esprits et les diseurs de bonne aventure ; et pourquoi dresses-tu un piège à mon âme pour me faire mourir ?

10 Et Saül lui jura par l’Éternel, disant : L’Éternel est vivant, s’il t’arrive aucun mal pour cette affaire !

11 Et la femme dit : Qui te ferai-je monter ? Et il dit : Fais-moi monter Samuel.

12 Et la femme vit Samuel, et elle poussa un grand cri ; et la femme parla à Saül, disant : Pourquoi m’as-tu trompée ? et tu es Saül !

13 Et le roi lui dit : Ne crains point ; mais que vois-tu ? Et la femme dit à Saül : Je vois un dieu* qui monte de la terre.

14 Et il lui dit : Quelle est sa forme ? Et elle dit : C’est un vieillard qui monte, et il est enveloppé d’un manteau. Et Saül connut que c’était Samuel ; et il se baissa le visage contre terre et se prosterna.

— v. 13 : ou : des dieux.

15 Et Samuel dit à Saül : Pourquoi as-tu troublé mon repos en me faisant monter ? Et Saül dit : Je suis dans une grande détresse ; car les Philistins me font la guerre, et Dieu s’est retiré de moi, et ne me répond plus, ni par les* prophètes, ni par les songes ; et je t’ai appelé pour me faire savoir ce que j’ai à faire.

16 Et Samuel dit : Et pourquoi m’interroges-tu, quand l’Éternel s’est retiré de toi et qu’il est devenu ton ennemi ?

17 Et l’Éternel a fait pour lui-même comme il l’a dit par moi* ; et l’Éternel a déchiré le royaume d’entre tes mains et l’a donné à ton prochain, à David ;

18 parce que tu n’as pas écouté la voix de l’Éternel et que tu n’as pas exécuté l’ardeur de sa colère contre Amalek : à cause de cela, l’Éternel t’a fait ceci aujourd’hui.

19 Et l’Éternel livrera aussi Israël avec toi en la main des Philistins ; et demain, toi et tes fils, vous serez avec moi ; l’Éternel livrera aussi l’armée d’Israël en la main des Philistins.

— v. 15 : litt. : par la main des. — v. 17 : litt. : ma main.

20 Et Saül aussitôt tomba à terre de toute sa hauteur, et il fut extrêmement effrayé des paroles de Samuel ; même il n’y avait plus de force en lui, car il n’avait pas mangé de pain de tout le jour et de toute la nuit.

21 Et la femme vint à Saül, et elle vit qu’il était très-troublé, et elle lui dit : Voici, ta servante a écouté ta voix, et j’ai mis ma vie dans ma main, et j’ai écouté les paroles que tu m’as dites ;

22 et maintenant, je te prie, écoute, toi aussi, la voix de ta servante, et je mettrai devant toi une bouchée de pain, et mange, et tu auras de la force pour aller ton chemin.

23 Et il refusa et dit : Je ne mangerai point. Et ses serviteurs et la femme aussi le pressèrent ; et il écouta leur voix, et se leva de terre et s’assit sur le lit.

24 Et la femme avait dans la maison un veau gras, et elle se hâta de le tuer ; et elle prit de la farine et la pétrit, et en cuisit des pains sans levain,

25 qu’elle apporta devant Saül et devant ses serviteurs ; et ils mangèrent ; et ils se levèrent, et s’en allèrent cette même nuit-là.

*

Chapitre 29

1 Et les Philistins rassemblèrent toutes leurs armées à Aphek ; et Israël était campé à la source qui est à Jizreël.

2 Et les princes des Philistins passèrent par centaines et par milliers, et David et ses hommes passèrent à l’arrière-garde avec Akish.

3 Et les chefs des Philistins dirent : Que sont ces Hébreux ? Et Akish dit aux chefs des Philistins : N’est-ce pas David, serviteur de Saül, roi d’Israël, qui a été avec moi tant de jours [déjà], ou tant d’années ? et je n’ai rien trouvé en lui, depuis le jour qu’il est tombé chez moi jusqu’à ce jour.

4 Et les chefs des Philistins se mirent en colère contre lui, et les chefs des Philistins lui dirent : Renvoie cet homme, et qu’il retourne en son lieu, là où tu l’as établi, et qu’il ne descende pas avec nous à la bataille, afin qu’il ne soit pas notre adversaire dans la bataille ; car comment celui-là se rendrait-il agréable à son seigneur, sinon avec les têtes de ces hommes-ci ?

5 N’est-ce pas ce David, au sujet duquel on s’entre-répondait dans les danses, en disant : Saül a frappé ses mille, et David ses dix mille ?


6 Et Akish appela David, et lui dit : L’Éternel est vivant, que tu es [un homme] droit, et ta sortie et ton entrée avec moi à l’armée ont été bonnes à mes yeux, car je n’ai pas trouvé de mal en toi depuis le jour de ton entrée auprès de moi jusqu’à ce jour ; mais tu n’es pas agréable aux yeux des princes.

7 Et maintenant, retourne-t’en et va en paix, afin que tu ne fasses rien qui soit mauvais aux yeux des princes des Philistins.

8 Et David dit à Akish : Mais qu’ai-je fait ? et qu’as-tu trouvé en ton serviteur, depuis le jour que j’ai été devant toi jusqu’à ce jour, pour que je ne puisse pas aller et combattre contre les ennemis du roi, mon seigneur ?

9 Et Akish répondit et dit à David : Je sais que tu es agréable à mes yeux comme un ange de Dieu ; seulement les chefs des Philistins ont dit : Il ne montera point avec nous à la bataille.

10 Et maintenant, lève-toi de bonne heure le matin, et les serviteurs de ton seigneur qui sont venus avec toi, et levez-vous de bon matin, dès qu’il fait jour, et allez-vous-en.

11 Et David se leva de bonne heure, lui et ses hommes, pour partir dès le matin, afin de retourner au pays des Philistins. Et les Philistins montèrent à Jizreël.

*

Chapitre 30

1 Et il se trouva que, lorsque David et ses hommes arrivèrent à Tsiklag, le troisième jour, les Amalékites avaient fait une incursion sur le [pays du] midi, et sur Tsiklag ; et ils avaient frappé Tsiklag et l’avaient brûlée par le feu ;

2 et ils avaient emmené captives les femmes qui y étaient ; depuis le petit jusqu’au grand, ils n’avaient fait mourir personne, mais ils les avaient emmenés et s’en étaient allés leur chemin.

3 Et David et ses hommes vinrent à la ville ; et voici, elle était brûlée par le feu, et leurs femmes, et leurs fils, et leurs filles, étaient emmenés captifs.

4 Et David et le peuple qui était avec lui élevèrent leurs voix et pleurèrent, jusqu’à ce qu’il n’y eut plus en eux de force pour pleurer.

5 Et les deux femmes de David, Akhinoam, la Jizreélite, et Abigaïl, femme de Nabal, le Carmélite, étaient emmenées captives.

6 Et David fut dans une grande détresse, car le peuple parlait de le lapider ; car l’âme de tout le peuple était pleine d’amertume, chacun à cause de ses fils et à cause de ses filles. Et David se fortifia en l’Éternel, son Dieu.

7 Et David dit à Abiathar, le sacrificateur, fils d’Akhimélec : Je te prie, apporte-moi l’éphod. Et Abiathar apporta l’éphod à David.

8 Et David interrogea l’Éternel, disant : Poursuivrai-je cette troupe ? l’atteindrai-je ? Et il lui dit : Poursuis, car tu l’atteindras certainement, et tu recouvreras tout.

9 Et David s’en alla, lui et les six cents hommes qui étaient avec lui, et ils arrivèrent au torrent de Besçor ; et ceux qui restaient en arrière s’arrêtèrent.

10 Et David et quatre cents hommes firent la poursuite, et deux cents hommes s’arrêtèrent, qui étaient trop fatigués pour passer le torrent de Besçor.


11 Et ils trouvèrent dans les champs un homme égyptien, et ils l’amenèrent à David ; et ils lui donnèrent du pain, et il mangea, et ils lui donnèrent de l’eau à boire ;

12 ils lui donnèrent aussi un morceau de gâteau de figues sèches et deux gâteaux de raisins secs, et il mangea ; et l’esprit lui revint, car il n’avait pas mangé de pain et n’avait pas bu d’eau, pendant trois jours et trois nuits.

13 Et David lui dit : À qui es-tu ? et d’où es-tu ? Et il dit : Je suis un garçon égyptien, serviteur d’un homme amalékite ; et mon maître m’a abandonné, il y a trois jours, car j’étais malade.

14 Nous avons fait une incursion au midi des Keréthiens, et sur ce qui est à Juda, et sur le midi de Caleb, et nous avons brûlé Tsiklag par le feu.

15 Et David lui dit : Me ferais-tu descendre vers cette troupe ? Et il dit : Jure-moi par Dieu que tu ne me feras pas mourir, et que tu ne me livreras pas en la main de mon maître, et je te ferai descendre vers cette troupe.


16 Et il l’y fit descendre. Et voici, ils étaient répandus sur la face de tout le pays, mangeant et buvant, et dansant, à cause de tout le grand butin qu’ils avaient enlevé du pays des Philistins et du pays de Juda.

17 Et David les frappa depuis le crépuscule jusqu’au soir du lendemain, et aucun d’eux n’échappa, sauf quatre cents jeunes hommes qui s’enfuirent montés sur des chameaux.

18 Et David recouvra tout ce qu’Amalek avait pris, et David recouvra ses deux femmes.

19 Et il n’y eut rien qui leur manquât, petits ou grands, fils ou filles, butin, ou quoi que ce fût qu’on leur avait pris : David ramena tout.

20 Et David prit tout le menu et le gros bétail qu’on fit marcher devant ce troupeau-là ; et on dit : C’est ici le butin de David.


21 Et David vint vers les deux cents hommes qui avaient été trop fatigués pour suivre David, et qu’on avait fait rester auprès du torrent de Besçor ; et ils sortirent à la rencontre de David et à la rencontre du peuple qui était avec lui ; et David s’approcha du peuple, et les interrogea touchant leur bien-être.

22 Et tout homme méchant et inique*, d’entre les hommes qui étaient allés avec David, répondit et dit : Puisqu’ils ne sont pas venus avec nous, nous ne leur donnerons pas du butin que nous avons recouvré, sauf à chacun sa femme et ses fils ; et qu’ils les emmènent et s’en aillent.

23 Mais David dit : Vous ne ferez pas ainsi mes frères, avec ce que nous a donné l’Éternel, qui nous a gardés et a livré entre nos mains la troupe qui était venue contre nous.

24 Et qui vous écoutera dans cette affaire ? Car telle qu’est la part de celui qui descend à la bataille, telle sera la part de celui qui demeure auprès du bagage : ils partageront ensemble.

25 Et il en fut [ainsi] depuis ce jour-là et dans la suite, et on l’établit comme statut et comme ordonnance en Israël, jusqu’à ce jour.

— v. 22 : hébreu : Bélial.

26 Et David revint à Tsiklag, et envoya du butin aux anciens de Juda, à ses amis, disant : Voici un présent* pour vous, sur le butin des ennemis de l’Éternel.

27 [Il en envoya] à ceux qui étaient à Béthel, et à ceux qui étaient à Ramoth du midi, et à ceux qui étaient à Jatthir,

28 et à ceux qui étaient à Aroër, et à ceux qui étaient à Siphmoth, et à ceux qui étaient à Eshtemoa,

29 et à ceux qui étaient à Racal, et à ceux qui étaient dans les villes des Jerakhmeélites, et à ceux qui étaient dans les villes des Kéniens,

30 et à ceux qui étaient à Horma, et à ceux qui étaient à Cor-Ashan, et à ceux qui étaient à Athac,

31 et à ceux qui étaient à Hébron, et dans tous les lieux où David était allé et venu, lui et ses hommes.

— v. 26 : litt. : une bénédiction.

*

Chapitre 31

1 Et les Philistins combattirent contre Israël, et les hommes d’Israël s’enfuirent devant les Philistins, et tombèrent tués sur la montagne de Guilboa.

2 Et les Philistins pressèrent fortement Saül et ses fils ; et les Philistins frappèrent Jonathan, et Abinadab, et Malki-Shua, fils de Saül.

3 Et la bataille se renforça contre Saül, et les archers l’atteignirent ; et il eut une très-grande peur des archers.

4 Et Saül dit à celui qui portait ses armes : Tire ton épée et perce-m’en, de peur que ces incirconcis ne viennent et ne me percent, et ne m’outragent. Et celui qui portait ses armes ne voulut pas [le faire], car il avait très-peur.

5 Et Saül prit son épée et se jeta dessus. Et quand celui qui portait ses armes vit que Saül était mort, il se jeta, lui aussi, sur son épée, et mourut avec lui.

6 Et en ce jour moururent ensemble Saül et ses trois fils, et celui qui portait ses armes, et tous ses hommes.

7 Et les hommes d’Israël qui étaient de ce côté de la vallée, et ceux qui étaient de ce côté du Jourdain, virent que les hommes d’Israël s’enfuyaient, et que Saül et ses fils étaient morts, et ils abandonnèrent les villes, et s’enfuirent ; et les Philistins vinrent et y habitèrent.


8 Et il arriva que, le lendemain, les Philistins vinrent pour dépouiller les tués ; et ils trouvèrent Saül et ses trois fils tombés sur la montagne de Guilboa.

9 Et ils lui coupèrent la tête, et le dépouillèrent de ses armes, et les envoyèrent partout dans le pays des Philistins pour annoncer la bonne nouvelle dans les maisons de leurs idoles et au peuple.

10 Et ils placèrent ses armes dans la maison d’Ashtaroth*, et clouèrent son corps à la muraille de Beth-Shan.

11 Et les habitants de Jabès de Galaad entendirent parler de ce que les Philistins avaient fait à Saül ;

12 et tous les hommes vaillants se levèrent et marchèrent toute la nuit, et prirent de la muraille de Beth-Shan le corps de Saül et les corps de ses fils, et vinrent à Jabès, et les brûlèrent là.

13 Et ils prirent leurs os, et les enterrèrent sous le tamarisc de Jabès, et jeûnèrent sept jours.*

— v. 10 : ou : des Ashtoreths. — v. 13 : date : A.C. 1056.